Festivals

Published on juillet 27th, 2017 | by MagMozaik

0

Zorionak « Roi Léon »!

Mauvaise nouvelle: Pardon d’avoir tant tardé à mettre en ligne cet article, l’été étant une saison surbookée pour nous! Bonne nouvelle: Toutes les photos datent d’hier et aujourd’hui! Bayonne s’apprête, pour la seconde année consécutive,  à vivre des fêtes sous haute surveillance mais avec un retour marqué aux dispositifs complets d’avant 2016, réintégrant la cérémonie officielle d’ouverture, avec le célèbre lancer des clefs, et la journée des enfants. Créativité, solidarité et convivialité président à cette édition qui n’en retient pas moins la belle leçon donnée l’an passé de résistance et de vie à la barbarie en maintenant ce moment incontournable de partage et de liberté,  inscrit dans l’ADN de la ville depuis si longtemps, quitte à composer avec quelques règles de sécurité et de modération!

Des Fêtes dopées à l’imagination en animations très diversifiées et quelques nouveautés qui mettent aussi l’accent sur un travail de prévention pour des comportements citoyens car la fête, ce n’est pas s’étourdir en ivresses incontrôlées, souvent sujettes à quelques dérapages abjects qu’un encadrement au quotidien de plus de 1000 personnes s’efforcera en coulisses de canaliser, qu’il s’agisse de sécurité, de propreté, de transports ou d’assistance médicale. On vous le dit, tout est question de mesure et de bien penser le concept de liesses populaires, en ce trentième anniversaire du bon Roi Léon.

Un modèle européen de fêtes par son ampleur maitrisée.

Par la qualité de ses animations inventives, inédites ou traditionnelles, ses journées thématiques, l’implication de tous les acteurs commerciaux et associatifs de la ville, son attractivité sur près d’un million de Festayres en 5 jours, son ambiance conviviale pour que la fête soit celle de tous et accessible à tous, des enfants aux anciens, entre amis ou en famille, en journées bien remplies ou en soirées ivres de musicalité plurielles, les Fêtes de Bayonne sont devenues un modèle européen pour bien des villes ou organisateurs de manifestations similaires. Un rang qui se mérite par la qualité et l’excellence des animations mais aussi la rigueur d’une organisation, certes bien rodée, mais qui se définit bien en amont à chaque édition, avec un budget à la hauteur d’un événement fort, identitaire s’il en est de la ville. Un rang d’excellence qui réussit le parfait dosage entre musiques, sports, rires et gastronomie, entre traditions et nouveautés intelligentes, entre générations, entre Bayonne et villes voisines, d’Iparralde ou d’Hegoalde, conviées à partager quelques moments de partage culturel et de fraternité.

Preuves de l’ampleur du phénomène? Juste quelques chiffres sur cette machine qui chaque année se dote de son visuel propre créatif et désormais de produits dérivés liés au Roi Léon.  En quelque 5 jours thématiques ce sont plus de 1000 personnes affectées à la sécurité ou à l’assistance médicale, plus de 1000 musiciens mobilisés, en 80 groupes, dont la plupart issus d’associations bénévoles, 5000 enfants présents le jeudi entourés de 120 bénévoles, 3500 personnes/jour à l’Office de tourisme et 8000 au Point Info Fêtes, 2 millions de verres recyclables et 4000 bracelets Cap’Fêtes distribués. Ce sont aussi des centaines d’emplies saisonniers créés et des services techniques sur le pied de guerre pour baliser, nettoyer et installer tous les dispositifs, notamment sanitaires (10 sites et 20 urinoirs provisoires)  sur l’ensemble des Fêtes, soient 300 agents municipaux et 180 des services techniques. C’est enfin une campagne d’affichage axée sur la prévention pour éviter les dérives liées à l’alcool et toutes formes d’agressions sexistes, hommes et femmes confondues. Et puis bien sûr, comme l’an passé, un périmètre de sécurité très surveillé, en 4 entrées dotées de plots en béton: L’avenue du 11 novembre, la rue du Bastion Royal, le Quai Resplandy et le Pont Saint Esprit, tous accès pouvant donner lieu à des contrôles systématiques et des fouilles de sacs.

Des journées thématiques, entre traditions et nouveautés

La musique reste au coeur des fêtes dont elle est le nerf vital, articulée autour de la Place Paul Bert, scène au coeur de la liesse. Des programmations de DJ Sets que complètent le podium de la Place de la liberté et, toute la journée, au détour des rues et venelles, bandas, fanfares, gaiteros, txistulari, bals publics, karrikaldi, dantzazpi concerts atypiques et, sur l’arène, une tamborrada mémorable, sans oublier le Jazz Spirit.

Le mercredi, jour d’ouverture, place aux sports, à la gastronomie et à l’ouverture des fêtes qui célèbrent le 30ème anniversaire du Roi Léon. Le thème? « Nive en fête » Dès 7h00, départ de la marche des Festayres, nouvelle épreuve festive imaginée cette année pour ménager les moins sportifs avant le départ de la Foulée qui se double cette année d’une Txiki course, sous l’oeil bienveillant, Pont Grenet, de Géronimo (et oui!!) et Pottoka! Pendant ce temps là les cuisiniers s’affairent au Carreau des halles, histoire de remporter le prix de la meilleure omelette ! Place ensuite aux joutes sétoises qui reviennent pour la seconde année. Le jeudi concerne les enfants, accueillis, après la parenthèse 2016, à la Poterne où les fermiers Idoki leur proposent un coin restauration histoire de prendre des forces pour la pelote, les défilés et l’encierro txiki. Le vendredi, journée des associations ponctuée par le Triath’drôle que nous suivrons les péripéties et prouesses physico-comico-techniques avec délectation. Le samedi se consacre à la célébration des traditions, sous le signe de la Navarre. La Galice, quant à elle, présente, pendant toute la durée des fêtes un aperçu de sa riche gastronomie en un village improvisé, « Pulpalia », inscrit au coeur du Comptoir Paysan de l’esplanade Roland Barthes. Jotas navarraises, défilé de la tamborrada, sauts en parachutes, courses de vaches, corrida à cheval au programme avec le premier passage des 8 chars du Corso sur le thème des grandes Fêtes événementielles mondiales. Enfin, jumelage à l’honneur le dimanche, consacré à la ville de Pampelune. Messe des bandas, finale des masters de pelote, corrida des fêtes et bien sûr la clôture des fêtes en lumières pyrotechniques.

Un retour « à la normale » en somme dont on espère qu’il ne se départira pas de l’extraordinaire ambiance qu’un élan de résistance contre l’intolérance, l’obscurantisme et la barbarie avait fait naître l’an dernier en fêtes vécues de manière encore plus conviviale, fraternelle et solidaire. D’autant que quelques belles nouveautés émaillent cette édition, placée sous le signe de l’anniversaire du Roi Léon qu’une belle surprise attend, nous dit-on, jeudi à 12h00 pour son premier lever. 2017 inaugure ce qui deviendra une tradition puisque 3 associations méritantes et emblématiques de la ville seront honorées à la cérémonie d’ouverture: Or Konpon qui fit naitre le Roi Léon, la Croix Rouge, si présente lors des fêtes et toute l’année au service des plus démunis avec les maraudes, et la plus ancienne des associations de Bayonne, la Société Nautique, fondée en 1875, qui compte aujourd’hui 3 sections: la pelote, l’aviron et la gymnastique, véritables pépinières de champions. Autre nouveauté? La tamborrada aux arènes lors de la corrida du dimanche, dans le plus pur style de Donostia, tandis que sera rebaptisé le Trinquet Moderne en hommage à de Jean-Marie Mailharo, récemment décédé.

Bonne fêtes à tous!!

www.fetes.bayonne.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 14 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier