Vu dans la presse

Published on janvier 5th, 2017 | by MagMozaik

0

Wade in The Water: Entre vie et mort

La Scène nationale du Sud Aquitain adore découvrir de nouveaux talents et suivre au fil des années leurs évolutions en co-productions étonnantes. C’est le cas de la Compagnie 14:20, normande, qui célèbre en 2017 les 15 ans du mouvement Magie Nouvelle et 10 ans de créations en spectacles, performances et installations diverses. Entre danse et féérie, la troupe compose de fines alchimies où fusionnent avec grâce lumières sculptées sur les corps, constructions magiques, musiques originales et chorégraphies subtiles comme autant d’expressions de propos délicats tout en rêveries et souvent réflexions existentielles.

En ce début d’année Clément Debailleul et Raphaël Navarro nous proposent une stupéfiante, déchirante, mystérieuse et envoutante lecture de cet instant brûlant, inacceptable, où l’on glisse de la vie à la mort. Instants redoutés vers l’inconnu où l’esprit se libère, se livre à des sensations ultimes, fragiles, vertigineuses et bouleversantes, déchiré entre abandon d’une vie qui s’enfuit vers un ailleurs effrayant et résistance pour s’accrocher encore et encore à une réalité charnelle, malmenée, terrifiée par un au-delà refusé. Une composition sensuelle, émouvante de ce moment éthéré entre obscurité et clarté où tout bascule, de cet instant entre deux où toute une vie se bouscule en souvenirs heurtés, trop précipités, de ce tourbillon d’énergie qui s’enfuit via ce no man’s land vers les nimbes. Un combat ultime d’où surgit l’évanescence élégante d’âmes séparées des corps en glissements furtifs à travers un espace en suspens, que magnifient, participant intrinsèquement au spectacle, le jeu de lumières modelées sur les musiques originales d’Ibrahim Maalouf, envoutantes, et incandescentes . 3 artistes sur scène: Marco Bataille-Testu, Ingrid Estarque et le chorégraphe Aragorn Boulanger, dont les gestuelles se font partitions fines du musicien, reflets irisés de la scénographie lumineuse d’Eva Revol et formules magiques de Bernard Painchault. Le titre du spectacle symbolise à merveille ce soudain et ultime parcours de vie où l’être humain doit enfin faire le deuil de soi-même. « Wade in the Water » est un mythique chant d’esclaves tout en émotions poignantes et révoltes, entre acceptation et insoumission.

Un spectacle puissant co-produit par le Théâtre National de Chaillot, Centquatre-Paris, l’Opéra de Rouen-Normandie, le Cirque-Théâtre d’Elbeuf, pôle national des Arts du Cirque et la Scène Nationale. Rappelons que la compagnie 14:20, originaire de Rouen, présenta ici-même, l’an passé, « Notte », superbe création tout en féérie et danses. Née en 2000 la Compagnie 14:20 se positionne dans le courant de Magie Nouvelle où se croisent de multiples formes d’expression artistique de la danse au théâtre en passant par le cirque et les marionnettes ou la peinture. Un mouvement co-fondé par Valentine Losseau, universitaire dramaturge et anthropologue, membre de la Compagnie qui dirige également un laboratoire d’expérimentations magiques et propose des formations spécifiques en ce domaine.

11 et 12 janvier, Théâtre Municipal de Bayonne, 20h30. de 18 à 25 euros, places numérotées. Durée du spectacle 1h15. Pour toutes information: www.scenenationale.fr et www.1420.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 51 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑