Vu dans la presse

Published on novembre 26th, 2017 | by MagMozaik

0

Vivre les différences

Se battre au quotidien pour la diversité et l’égalité des droits, tel est le combat engagé par la ville de Bayonne et de multiples associations dynamiques, du 25 novembre au 2 décembre, en un vrai feu d’artifice d’événements et d’actions pluridisciplinaires et solidaires.Un dispositif efficace et cohérent où la Galerie des Corsaires occupe une place prépondérante de structuration.

On le sait, Bayonne, de tous temps, a été et reste une ville de confluences et de  métissages humains ou culturels qui ont façonné ses identités de tolérance et d’ouverture, fondées sur une capitalité basque plus d’actualité que jamais. Une ville de confluences mais aussi de mains tendues pour lutter contre toutes formes de discriminations liées aux statuts sociaux, aux façons libres de se vivre ou de s’exprimer, aux accidents et blessures de la vie ou aux rejets racistes et xénophobes. L’an dernier aux Corsaires, nous avions été très sensibles à Laetitia Tomassi qui, en témoignages filmés et photographies nous disait combien l’habit ne fait pas le moine, en ces marges d’humains fragilisés par le regard stéréotypés des gens dits normaux. L’opération se renforce cette année avec quelque 30 associations en synergie et mutualisation des énergies, qui abordent des thématiques ou modes d’expression variés, proposent des temps forts vibrants et s’imposent la gratuité pour toutes les actions présentées.L’éventail des interventions se veut très large, en expositions, projections-débats, théâtre, conférences, visites, concerts ou ateliers jeux qui irriguent la ville d’un impétueux torrent de créativité.

Côté expositions, les Corsaires se focalisent sur le thème sensible du handicap en 3 manifestations qui offrent une belle tribune à des associations concernées, du 20 novembre au 10 décembre. L’espace présente le travail immersif de quelque 183 travailleurs handicapés de l’ESAT Gure Nahia sous la direction de l’artiste Isabelle Geli. Une exposition placée sous l’égide de l’APAJH Côte basque-Sud des Landes qui veille au respect de la dignité des personnes handicapées et leur permet de s’exprimer de toutes les manières propices à leur épanouissement. En résonance, une seconde exposition collective sur le polyhandicap  met en valeur 9 artistes mobilisés contre le syndrome de Rett. Une action soutenue par l’association OpéRett d’Anglet.Enfin, en dualité avec la Poterne, la Galerie accueille à nouveau, en liaison avec « L’autruche sur un fil de soi », les oeuvres de Laetitia Tomassi pour une série intitulée «  Dans la vi(ll)e » qui juxtapose le monde des valides et celui des non valides, pourtant bel et bien présent en tous lieux.

L’espace SpaceJunk n’est pas en reste qui s’implique fortement sur deux événements avec l’école Malégarie. Un premier travail de fresque réalisé sous la direction de Nils Inne sera dévoilé le 1er décembre. Puis du 24 novembre au 20 janvier, une exposition sur les Super Héros de notre enfance qui furent aussi de beaux exemples de différences, voire de handicaps pour certains et vus parfois de manières déjantées ou banalisées! Qui voudrait en effet voir un superman se lavant les dents ou un Batman sur le retour? Le quotidien se sied guère à nos icônes de Marvel !  Autre univers avec la MVC St Etienne plus axée sur la diversité de nationalités qui tentent de s’intégrer en apportant leurs cultures ou des bribes de leurs vies. Du 27 novembre au 1er décembre « Symboles » nous invite à un voyage culturel de tout ce qui fait sens pour des populations venues ici refaire leurs univers: Tapis, porcelaines, sculptures, voire spécialités culinaires… A la médiathèque de Sainte Croix, l’accent se porte sur la culture basque avec Euskarakusketa du 2 au 22 décembre en une série d’affiches identitaires réalisées par des élèves bilingues de CP-CE2.

Femmes à l’honneur à l’Atalante qui évoque les violences faites aux femmes le 25 novembre à 18 h00, avec « La belle et la meute » de Kaouther Ben Hania. Le théâtre s’empare aussi de ce thème si propice aux violences et discriminations. En liaison avec le Planning Familial, la Cie Les Mille Printemps proposent une réflexion sur une forme de féminisme devenue ringarde et les vraies questions qui se posent aujourd’hui aux femmes à travers la pièce « Mon Olympe », salle l’Albizia le 27 novembre à 19h30.Le lendemain à 18h00, les associations Libre Plume et Courant d’Être nous affirment, à l’Ecole Malégarie, que « Les filles aiment les roses, les garçons ça ne pleure pas », un poncif pour le moins inepte et amusant non? Le 29 novembre à 10h00, marché Place des Gascons, et le 2 décembre à 11h00, Place Carreau des Halles, gros coup de coeur pour les Chimères et leur étonnant « Babel Market » où les passants sont invités à tirer au sort un thème d’improvisation que les acteurs de la compagnie imagineront derechef en direct sur des tréteaux de fortune. Le 2 décembre à 14h30 la médiathèque Centre ville vous invite, avec AEK, à un spectacle de marionnettes en basque. Enfin, ce même jour à 19h30, salle l’Albizia, Marie Delmares et Stéphanie Darus chantent et disent les femmes de toutes conditions, sur de multiples textes de grands auteurs et artistes engagées.

Les conférences s’aventurent vers des thèmes de réflexions très diversifiés, des « Bohémiens au Pays Basque » par Nicole Lougarot à « la Laïcité, force d’émancipation » par Christophe Lamoure, en passant par la « place des filles dans les albums de jeunesse » ou « les luttes contre les discriminations ». Des concerts bien sûr placés principalement sous la houlette des « Bascos » sur le thème de l’amour en cette période de lutte contre le Sida, salle l’Albizia, le 1er décembre à 21h00, qui accueillera le lendemain un étonnante rencontre musicale basco-manouche avec Bidaia et Tekama. Enfin une multitude d’ateliers jeux émaillent cette semaine riche en découvertes, sur les thèmes du handicap, de la liberté de se dire ou la sensibilisation contre les préjugés, douce de bien des discriminations et violences faites aux différences intitulés « Porteurs de paroles » dans les rues, « Bay ‘Handi » sur l’esplanade Roland Barthes, « Silence on communique » et « Ensemble on est plus fort! »

Pour toutes infos, adresses et horaires précis : www.bayonne.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 28 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑