Opérateurs, prescripteurs, associations

Published on février 3rd, 2016 | by MagMozaik

0

Vivre la culture par …”Petits Plaisirs”!

En mars 2015 naissait, à l’initiative de Cathie Simon-Loudette, l’association “Les Petits Plaisirs” avec l’ambition de créer du lien entre les gens à travers des sorties  ou soirées culturelles selon des projets imaginés par l’association ou d’autres. Objectif? Rendre la culture accessible à tous à travers une programmation définie selon des critères de qualité, de pertinence mais aussi capable de susciter des émotions et de la réflexion en de petits et rares plaisirs conçus pour de petites bourses, mais avec une immense envie de partage et de convivialité. Evénement symbolique de l’association? Le Festival “Merci la vie”, organisé du 4 au 7 février au Colisée avec, au programme, de jolis moments de concert, de lecture poétique musicale et de théâtre. De petits bijoux accessibles à des prix très abordables si l’on mesure la qualité des spectacles proposés.

 

Petits plaisirs deviennent grands!

Rien ne prédestinait l’association à devenir ce qu’elle est aujourd’hui: incontournable! Rien? Si ce n’est, à vrai dire, la personnalité de ses 8 créateurs, provocateurs d’idées, tisseurs de liens (au crochet symboliquement si si!) et surtout passionnés par leur ambition de proposer des offres culturelles à prix imbattables! Bien sûr, ne rêvons pas! Les chiens ne font pas des chats et en l’occurence, ce petit noyau vient en grande partie d’innombrables milieux culturels ou en sont familiers au quotidien! Christine Ader (Directrice Artess), Jakesa Artola (artisane), Nathalie Gomez et Bernard Puaux (cadres de la fonction publique), Olivier Loudette (ingénieur), Philippe Naudet (banquier) et Véronique Simon-Loudette (directrice de centre culturel ) ne pouvaient que suivre le beau sillon tracé par Cathie Simon-Loudette, conceptrice d’événements culturels et ancienne chargé de mission à la culture de la ville de Paris.

Une bien jolie brochette de têtes bien faites et pensantes avec un unique objectif: choisir, parmi de nombreuses programmations culturelles (musées, théâtres, compagnies de spectacle vivant…), les petites pépites qui, petit à petit, construiront de multiples passerelles entre l’art, la culture et un public pas forcément enclin, par pudeur, à faire la démarche de sorties en groupes ou de s’offrir des spectacles par forfaits à petits prix!

Cathie Simon-Loudette l’affirme haut et fort! Tous les membres se doivent d’être avant tout des guides, des accompagnateurs, qui offriront , l’espace d’une journée d’excursion culturelle ou de spectacles, des échanges autour d’événements forts, des discussions et quelques sucreries en prime!

Bien sûr, un tel engagement se chiffre en investissements que les cotisations ne suffisent pas à nourrir! Subventions, partenariats divers, financements participatifs, tous les outils se mobilisent pour que vive et se développe cette démarche d’utilité publique. Car même en déployant des trésors d’imagination pour atteindre à la gratuité des prestations, certaines se monnayent néanmoins quelque peu!  Qu’à cela ne tienne! L’association, forte de quelque 110 adhérents en à peine un an, de 4 à 84 ans redouble d’efforts! Plus de 500 personnes ont ainsi pu participer à une action au moins de l’association!

L'originalité en fil rouge!

Bien des actions ont été entreprises depuis la création des “Petits Plaisirs”. Parti du fil qui nous relie, l’écheveau s’est vite déroulé en multiples petites actions mais néanmoins insolites! Des 23 au 25 mai 2015, le public était ainsi invité à écrire un petit plaisir sur un carton et à le planter sur un jardin littoral d’Anglet. 300 personnes se sont ainsi exprimées.

Des déplacements culturels se sont également organisés autour d’expositions à Bilbao ou de festivals (Avignon off, art lyrique de Soustons ou parade des 5 sens à Hastingues) Et puis quelques petits riens de réflexions qui font toute la différence dans la perception de la culture et son partage: Des lectures de textes gourmands, des thématiques développées lors de la journée du patrimoine, des ateliers de lecture à voix haute ou des randonnées culturelles

Mais le plus audacieux fut, dès cette année, de propulser des événements spécifiques à l’association en deux festivals étonnants: “Merci la Vie “du 4 au 7 février au Colisée et  “Petits plaisirs littéraires, festival des écritures d’aujourd’hui” du 26 au 28 mai prochain en diverses villes de l’agglomération.

Savourer la vie!

Proposer en trois partitions aux arpèges et vocabulaires différents, des moments littéraires et musicaux en tempos modulables, tel est l’objectif de “Merci la Vie”, en une transition subtile passant des notes aux mots. Le 4 février à 20h00, les tonalités folk envahissent doucement la scène du Colisée avec un concert de Mathieu Saïkaly. Un talent conjugué à deux voix le lendemain à 20h30, pour un duo de poésie musicale orchestré avec Nicolas Rey, tombé sous le charme du jeune musicien! Ecoutons le:

“Depuis mes 16 ans, je mets les textes dont je tombe amoureux dans une boite à chaussures. Je suis tombé amoureux à plusieurs reprises : Rilke, Céline, Raymond Carver, Albert Cohen, Robert Mc Liam Wilson, Philippe Jaenada, David Thomas…Un soir, j’ai rencontré Mathieu Saïkaly. Il avait, depuis l’âge de 6 ans, gardé dans sa guitare tous les disques dont il était tombé amoureux : Bob Dylan, Frank Sinatra, Bright Eyes, Gainsbourg, Radiohead, Elliott Smith… On a parlé dans un bistrot en tête-à-tête. Je l’ai trouvé très beau. Il m’a trouvé très vieux. Mais nous avons décidé de fusionner nos deux histoires d’amour. D’en faire un beau mélange. Et ça m’a donné envie de sourire à nouveau. Voilà comment les choses ont commencé. Et je vous invite à nous suivre d’un geste bleu. Et j’aime déjà cette fille dans le public. Et vivre était sublime. »

Voilà de quoi emporter bien des imaginaires sur des vagues où mots et notes se subliment et fusionnent…

Enfin les 6 et 7  février à 20h30,  place au théâtre, et non des moindre , en une adaptation très fine et poignante du récit de Maylis de Kérangal, “Réparer les vivants” par Emmanuel Noblet. Un monologue incisif, comme déchiqueté au bistouri.  L’histoire d’une femme de 50 ans qui devra vivre avec le coeur transplanté d’un jeune homme de presque 20 ans. Comment apprendre à accepter l’inacceptable d’une vie trop vite déracinée et greffée sur une autre… Une femme qui aurait pu être la mère de son propre nouveau coeur? Une analyse sur le fil des émotions que nous livre avec justesse et déchirement subtil cet acteur sans fard ni artifice. Du brutal, du clinique mais vibrant d’émotions à vif!

C’est dire si la barre est placée haut en ces trois jours qui touchent aux sujets sensibles d’un quotidien que n’importe qui pourrait vivre ou vit…Qui sait? Trois jours d’ombres et de transparence qui nous font penser à ces intérieurs japonais où le jeu des pénombres et des nuances de lumière filtrée disent en filigrane toute la pudeur de ce qui ne se dit pas mais s’esquisse.

Pour toutes infos: www.les-petits-plaisirs.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 164 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier