Expos

Published on février 12th, 2017 | by MagMozaik

0

Visions d’Asie

Jusqu’au 25 février, la galerie des Corsaires propose un étonnant duo tout en vibrations asiatiques. Alain Teston et Bernard Kricorian conjuguent en belles complémentarités leurs talents de photographe et de sculpteur en variations de sensibilités et de sensualités douces qui les unit.

Alain teston est un citoyen du monde, passionné par les voyages, les actions éducatives en France ou en francophonie mais curieux de s’ouvrir à de multiples domaines culturels ou artistiques. Au départ, un professeur de mathématiques qui, non content de jongler avec les chiffres ou formules, sort vite des sentiers battus vers des rivages plus culturels de linguistique ou de culture identitaire dans la sphère mondiale de la francophonie. D’enseignements à distance à de multiples missions éducatives en Asie, en passant par l’élaboration de programmes télévisuels pour l’apprentissage de la langue française en Egypte ou ailleurs, il ponctue ses vagabondages de multiples rencontres humaines, ethnologiques, artistiques et culturelles qui nourrissent ses envies de partager de rares expériences. La photographie lui offre l’outil parfait pour saisir, en instant fugaces sensibles, des regards, des fiertés identitaires ou des émotions tout en pudeur et délicatesse, d’ethnies indonésiennes aux enfants abandonnés du Cambodge en passant par la virtuosité ambigüe mais sublime des artistes de l’Opéra de Pékin. Des instants uniques et privilégiés, happés dans quelques coulisses, que ses détours dans le domaine de la gravure au Brésil et du monde des expositions un peu partout, enrichissent d’une belle densité de regards différents, du Brésil, l’Inde, le Nigeria, le Sénégal, le Cameroun, l’Algérie à Singapour , le Québec ou l’Argentine en passant par chère Egypte, sans compter ses innombrables interventions en colloques, revues et autres élaboration de programmes d’enseignement de la langue française.

Résultat? Une somptueuse série de photographies dont le grain ciselé colle à chaque sujet abordé en toute humilité et attitude d’observateur: La préparation des spectacles de l’Opéra de Pékin emplissent la galerie des Corsaires de tonalités ambrées, intimistes tout en actes de maquillages rituels fragiles et précis à la fois, presque codifiés. Aux côtés de ces artistes, des enfants, dans des tonalités vibrantes et des palettes nuancées plus réalistes dont l’humanité profonde surgit là, palpable, émouvante, si abrupte et fragile à la fois.

A ses côtés, un sculpteur atypique lui aussi, dont le travail s’inscrit en une belle résonance asiatique, Bernard Kricorian. Venu tout droit de Marseille, l’homme arpente sans cesse les rives de l’Adour et autres lieux où dénicher des racines de tous bois dont les formes torturées en arabesques étranges et sublimées l’inspirent. Il traite, ponce, caresse et sculpte en elles des visages, des formes qui le relient à l’Asie en incisions élégantes, sensuelles et pures. Deux univers en parfaite harmonie décidément.

www.galeriedescorsaires.blog4ever.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

Photos Galerie et Mathieu CLERC

This Post Has Been Viewed 131 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier