Coups de coeur

Published on octobre 23rd, 2014 | by MagMozaik

0

Une invasion de créatures…”intraterrestres”!

Non! Ce petit homard  blanc adorable n’est pas un nouveau modèle, insolite, au demeurant, de peluche tout droit sortie d’un magasin de jouet. Juste une de ces incroyables créatures qui peuplent les abysses de nos océans, comme bien d’autres, tout aussi hallucinantes, à mi chemin entre les monstres et les oeuvres d’art colorées et biophosphorescentes.. L’occasion unique de découvrir cet univers marin des profondeurs nous est enfin donnée à la Cité de l’Océan de Biarritz qui accueille, du 20 octobre 2014 au 13 septembre 2015 la plus fantastique exposition jamais exposée au monde et qui, l’espace de quelques mois, fait étape dans cette cité océane. Offrir une telle féérie en ce lieu n’a rien d’un hasard!

Une exposition unique

– Elle reflète tout d’abord l’immense travail au quotidien de chercheurs du monde entier pour étudier une extraordinaire variété d’espèces étonnantes et de milieux , où faune et flore ont cette prodigieuse capacité de s’adapter à toutes les conditions de vie, aussi dures soient-elles. La nécessité de préserver les écosystèmes de ces fonds marins guide ces hommes et ces femmes, scientifiques, biologistes, photographes, plongeurs et autres spécialistes des études aquatiques qui n’ont de cesse de se battre pour que disparaissent  des modes d’exploitation outranciers et destructeurs de l’océan. En ligne de mire de leurs actions: Interdire, enfin, que les  bateaux de pêche industriels utilisent des filets lestés pouvant ratisser les fonds sous marins jusqu’à 2000m, éradiquant ainsi, en quelques heures, des milieux de vie ou des espèces rares qui ont mis des millénaires à se construire. Une tâche bien difficile à mener dans un contexte de profits économiques, exacerbé par le lobbying politique. Intermarché a toutefois dû plier devant une vaste campagne contre ces pratiques en promettant de ne plus draguer la mer à plus de 800 m de profondeur, ce qui est déjà bien trop! Toutes ces équipes, avec une patience infinie, jour après jour, mois après mois, photographient et découvrent de nouvelles espèces plus fantasmagoriques et fragiles les unes que les autres. C’est cette passion là que l’exposition raconte aussi, sous la houlette de sa commissaire Claire Nouvian, auteur du livre Abysses aux éditions Fayard en 2006.

oasis tox 5

– Une exposition unique également par la vie étonnante qu’elle révèle au delà de toute imagination. Aller aussi profond, c’est comme mettre un poids d’une tonne sur un ongle! La pression des abysses ne laisse aucune place à l’humain, qui ne résisterait pas non plus bien longtemps à l’obscurité totale, au froid glacial, aux prédateurs et à l’absence quasi totale de nourriture! Et pourtant, la vie, étonnante, fourmille dans ces profondeurs, qui s’adapte différemment selon que l’on se trouve  à 150m, 600m, 1000m ou 2500m et plus de la surface!

crep ocean 8

– Une double opportunité, enfin, pour la ville de Biarritz. La Cité de l’Océan, tant décriée, mais formidable outil pédagogique pour sensibiliser à l’environnement marin et sa nécessaire préservation, profite de ce splendide focus qui permet, outre l’exposition, de découvrir un bel univers et les moyens hautement technologiques de l’explorer aujourd’hui. Mais au delà de cet éclairage important, c’est toute un nouvelle politique, axée sur l’économie de la mer et ses métiers d’avenir, que la municipalité met en exergue de manière évidente et magistrale. Des chercheurs et océanographes? La ville en a besoin! Des “guetteurs” attentifs aux multiples agressions contre l’océan au quotidien et plus particulièrement en période touristique? La ville en a besoin! des techniciens chargés de préserver la qualité des eaux et de penser les structures pour ce faire en liaison avec l’agglomération? la ville en a besoin! Des artisans pêcheurs respectueux des normes de respect des espèces? La ville en a besoin! Des économistes soucieux d’une bonne exploitation des réserves et ressources de l’océan? La ville en a besoin! des surfers et sportifs vigilants ? La ville en a besoin! Et c’est ici, sur notre littoral, que cette nouvelle économie doit et peut prendre racine. C’est ici, et dans d’autres villes maritimes voisines, que des fers de lance, conscients des enjeux et de ce que l’océan peut nous apporter en retour, avec infiniment de respect, peuvent se développer à l’avenir. Message reçu et soutenu 5 sur 5!

DSC_0590 DSC_0681( Michel Veunac et Claire Nouvian, commissaire de l’exposition)

Petit voyage vers les abysses!

– Vous êtes encore en surface. Alors quelques petites précisions importantes. Sachez que les océans (et les mers) occupent 71% de la surface de la Terre mais aussi 99% de la surface où la vie est possible! C’est assez dire les microbes que nous représentons, mais des microbes souvent prédateurs et destructeurs! Avant de descendre préparez vous à ce que, dès 150 m, 99% de la lumière disparaisse. Oups! Imaginez ce que vit la faune dans les profondeurs. la pression insensée et le froid sibérien vous envahira vite, sauf dans les oasis toxiques où la chaleur avoisine les 300 ° à moins 2500 m! Re-oups! Cela vous rend-il plus humble tout à coup? Nous descendons par palier…

– De 150m  à 800m, vous vivez le crépuscule des océans. L’objectif consiste ici  à absorber le maximum de lumière! Les êtres évoluant là développent une étonnent faculté de transparence et de biofluorescence. Des créatures diaphanes, véritables oeuvres d’art jamais imaginées vous accueillent en mouvements gracieux.

crep ocean 7crep océan1

– De 600 à 1000m, la nourriture se raréfie et il devient essentiel de ne pas être la proie d’autres prédateurs marins. Les couleurs apparaissent dans les rouges et les bruns, opaques, pour mieux leurrer l’adversaire, tant l’effet bio luminescent peut coûter la vie!

appar.coul2

– A plus de 1000m, le froid, le noir et la faim règnent. Il s’agit là de survivre avec ce qu’il reste de nourriture de la surface! Les yeux s’amenuisent jusqu’à devenir aveugles, les machoires se développent monstrueusement et les corps deviennent carapaces.

1000m plongée ext 1

– Les poissons s’adaptent, jusqu’ à vivre, au ralenti, plus de 150 ans, pour certaines espèces … Les accouplement se font pour la vie en une osmose cellulaire incroyable pour d’autres… Des specimens présentés ici grâce à la virtuosité d’un excellent taxidermiste.DSC_0597

Une diversité de milieux

Et puis, au fond des océans surgissent des déserts plein de vies, des montagnes avec la dorsale médio océanique riche de multiples formes d’existence et enfin les oasis toxiques , improbales endroits où, sous une fournaise, des cheminées éjectent, par jets de fumée, du sulfate d’hydrogène hautement toxique! Pourtant, dans ce milieu ô combien hostile, la faune transforme ces éléments nocifs en substances organiques pour se nourrir! C’est absolument démentiel non? oasis tox 2

L’océan en définitive n’a pas besoin de nous mais nous avons besoin de lui! C’est tout le message de cette exposition remarquable, comme une belle gifle administrée à l’homme! Sachons retenir les leçons des abysses pour mieux préserver un univers dont nous dépendons et dépendrons de plus en plus!

www.citedelocean.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

 

 

This Post Has Been Viewed 445 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier