Coups de coeur

Published on mai 29th, 2015 | by MagMozaik

2

Une entreprise en mode artistique

En cette fin de mois l’Art prend ses quartiers aux Galeries Lafayette de Bayonne  en une grandiose exposition. Tout le gratin des arts et de la culture y cotoyait le 28 mai de nombreux artistes venus saluer le talent de leurs confrères, sous la houlette de Pierre Gardères, créateur d’événements artistiques et promoteur d’artistes (aRT-iS) soucieux d’introduire l’art au coeur des entreprises. Et quelle plus belle expérience que de choisir un grand magasin où non seulement les employés, mais aussi les clients peuvent ainsi s’immerger dans les imaginaires de créateurs surdoués et très différents dans leurs approches et leurs modes d’expression? Une belle initiative à découvrir absolument!

La sculpture en tête de gondole!

Parmi toutes les oeuvres proposées, les sculptures occupent une place de choix car, sans conteste, les plus à même de se fondre dans le dédale des rayons luxueux de l’établissement, du rez de chaussée au second étage, seules ou en résonances photographiques.

IMG_3318IMG_3334

– Un fabuleux détournement d’argent

Le propos d’Alain Laborde est pour le moins vivifiant! Pour mieux dénoncer l’écrasante, et souvent étouffante, omniprésence néfaste de la finance dans notre monde, ce palois a résolu de détourner une partie de l’argent en circulation dans le monde de sa fonction économique première, en lui attribuant une autre fonction, bien plus poétique et ludique. Ses superbes poissons d’argent soulignent à quel point d’autres valeurs existent qui génèrent, au delà du spectacle affligeant qu’induit la puissance de la finance sur les structures socio-économiques et politiques des Etats, des voyages vers des imaginaires plus humains. Une magistrale démonstration qui nous invite, en filigrane et plus que jamais, à protéger d’urgence notre environnement naturel. www.alainlaborde.fr

– Un duo au féminin

IMG_3343IMG_3344

Christiane Giraud, nous la connaissons bien. Cette ancienne élève des Beaux-Arts de Bayonne vit son art en mode très physique, dans un rapport à sa matière de prédilection, le bois, très violent et mental à la fois. Brutal car elle structure l’ossature de ses oeuvres à la tronçonneuse et à la hache. Psychique car elle cisèle ensuite ses ébauches grâce à des outils variés plus fins et ajoute de la couleur. Résultat? Bluffant! Il n’est que de se laisser happer par ses colonnes pour mesurer l’ampleur de son talent et la densité de son approche artistique. En écho subtil de la 3D répond la 2D d’Alexandra Vaquéro, photographe lumineuse dont l’objectif se promène dans un univers culturel et artistique. Depuis 1999, elle a réalisé, en solo ou en collectifs, de multiples expositions consacré à des créateurs selon une vision très personnelle qui les sublime. Parallèlement, elle a signé de nombreux catalogues d’exposition d’artistes renommés, tels Altor Mendizabal, Louis et Benjamin Gomez, Claude Viseux, Vincent Barré ou Christiane Giraud, justement! Un contrepoint délicieusement efficace qui souligne les deux facettes physiques et mentales des sculptures.www.eke.eus/fr/agenda/christiane-giraud-alexandra-vaquero

– Quand la pierre se fait dentelle

IMG_3351IMG_3349

La somptueuse influence d’Annie Camacho (sculptrice bois et pierre) imprègne l’oeuvre de Nicole Pourtis qui fut son élève à la fin des années 80. De ses délicates compositions blanches surgissent des ondulations ou des sonorités évocatrices de lointains pays dont l’artiste évoque des instants fugitifs par des épures abstraites où anfractuosités et fins sillons traduisent un univers intime fait de réflexion et de silences lourds de sens. Depuis 1989 elle enchaine les expositions en des lieux souvent prestigieux. Un vrai coup de coeur.

Coup de coeur photo

627-peau_dargile_amante_solitaire_

Hormis Alexandra Vaquero, petit focus sur Yves Theobald, bordelais grand voyageur. Voilà un homme qui décide à 35 ans, en 1995, de se lancer dans la photographie. Après bien des périples autour du monde il oriente son univers sensible et son émotion à fleur de peau vers des compositions où les corps, enduits d’argile révèlent leur fragilité et leur essence mise à nu sous son regard pudique. De ces sculptures malléables vivantes surgissent des états d’âme bruts et authentiques. Une vie d’artiste jalonnée de temps fort en expositions de portraits de Hong Kong, voyage sur la route d’Henry de Monfreid, entre autres expériences d’ouverture intense aux autres cultures, aux autres parcours de vie dont il tire ouvrages, films ou expositions au gré de démarches logiques et nécessaires. Aujourd’hui il nous propose ses visages d’argiles crus, abrupts et émouvants (voir photo en une)

Une flamboyance picturale

– Franck Cavadore, artiste monumental

IMG_3308

Cavadore s’exprime en grand en une partition picturale où se superposent de multiples langages complexes et luxuriants. Dès l’entrée, son immense fresque s’impose au regard et plutôt que rester en deçà de sa démesure nous laissons au regretté Claude Viseux les mots pour le dire: ” On entre dans l’atelier : Fenêtre ouverte sur le tout monde. Franck Cavadore; mon voisin de l’autre rive; s’est immergé en peinture; pour contredire les courants; du figurable et des structures illogiques; pulsées par l’inconscient. Au delà des anecdotes du réel; Ou des obscurs symboles; il tisse une ligne-piège; pour jardin labyrinthique; qui constitue en soi ; le lien et le lieu de ses rencontres. Un écran de couleurs s’établit; pour tromper le regard du voyeur. D’autres visions se superposent; par le biais de l’écriture spontanée. Au delà de la main;  au delà de la rétine; notre conscience vacille; le doute s’installe pour mieux inscrire; l’invisible présence; des nouvelles incarnations de la vie.”   Claude Viseux « La Madrague » Tarnos, septembre 2002.

– Une passion pour l’aviationjean-manuel-soumare-peinture-13-608x1024

Technicien, sculpteur, peintre et grand inconditionnel nostalgique de l’aviation et de la mécanique, Jean-Manuel Soumaré nous transporte vers dans des univers aussi variés qu’originaux, au travers de ses oeuvres métalliques surprenantes ; véritable délire d’orfèvre…Initialement dessinateur industriel dans le domaine de l’armement , il décide, en 2012, de se consacrer entièrement à ses créations artistiques Sur ses supports métal, qu’il fabrique et rivette lui-même, reprenant des « tranches de carlingues » ou encore des assemblages type pont Eiffel, l’artiste laisse aller son imagination ; une nouvelle façon d’appréhender la peinture associée à une technique… Ce dessinateur ne laisse rien au hasard ; une fois la matière façonnée, accessoirisée, calculée, il y pose ses aplats de couleurs mates, avant de laisser sa main déployer sa créativité toute en courbes, en couleurs et en humour, sans jamais négliger le détail. « L’art ne s’explique pas, il se vit ! Un thème, une histoire, un hommage, des matières, des formes, des couleurs… tout cela bouillonne dans ma tête et c’est ma main qui ensuite, déroule seule le dessin et la création. L’inspiration, je ne la recherche pas, elle vient à moi, et c’est dans ces moments que la dynamique s’opère. Je ne me considère nullement comme un artiste, mais plutôt comme le narrateur de ma conception de l’histoire et des hommes.»

– L’onirisme en infinies matières

IMG_3311

Michel Basset surfe sur de multiples techniques pour des compositions riches en nuances et couleurs, en supports aluminium ou chassis entoilés. Encres, fusains, résines, aquarelles, pastel, acryliques, huiles ou pigments lui permettent d’offrir des lignes nerveuses, abstraites et spontanées en un happy painting qui ne laisse de nous surprendre par sa fraicheur et sa modernité.

– Kardesch, hors des sentiers battus de l’abstraction

IMG_3327

Artiste peintre née et élevée au Pays Basque dans une famille très ouverte aux sensibilités artistiques, Kardesch se compose très tôt un univers exacerbé en marge des tendances et des modes. Après une formation en règle (Ecole du Louvre, Ecole des Beaux Arts), elle exprime, à travers ses toiles l’osmose parfaite entre pensée rationnelle structurante et émotions intérieures vibrantes d’énergie épurée et stylisée. Une dichotomie qui se reflète dans la structure de ses tableaux souvent décomposés en multiples morceaux comme pour raconter une histoire dont chaque pan constituerait un chapitre nouveau à suivre en cheminements parfois chaotiques et complexes. Ses réflexions obsessionnelles sur le sens de l’être humain, le couple et l’enfermement, s’expriment en multiples langages picturaux parfois croisés: cercles, chemins, puzzles, ombres et lumières… Des variations étonnantes et sensibles éclatantes de vie et de questionnements.

Plus d’infos sur www.art-is.fr

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 509 Times


2 Responses to Une entreprise en mode artistique

  1. GARDERES PIERRE says:

    Bonjour Madame

    Nous vous remercions pour votre reportage enthousiaste et particulièrement documenté sur nos artistes.

    Pourriez-vous simplement rectifier le nom de notre sculptrice qui est Nicole POUSTIS et non COURTIS ?

    Par avance merci et à mardi.

    Bien cordialement,

    Pierre GARDERES

  2. DENAN J-M says:

    Bravo pour ce reportage et félicitations au grand Cavadore pour sa démesure flamboyante! Preuve que la “crise” ne stérilisera jamais la création artistique. Une médication à proposer à nos politiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑