Coups de coeur

Published on juillet 19th, 2015 | by MagMozaik

1

Una Pasion Privada … et heureusement partagée!

Biarritz aime, l’été venu, se parer de ses plus beaux atours artistiques en expositions de grande envergure. L’an dernier la Cité de l’Océan nous entrainait dans les Abysses étranges des profondeurs marines pour découvrir d’improbables  et magnifiques créatures intraterrestres tandis que le Bellevue et la Médiathèque nous offraient une superbe rétrospective de l’art belge du XVIIIème siècle à nos jours en somptueuses créations picturales et sculpturales. Cette année, place à l’Espagne et à l’IAACC Musée Pablo Serrano de Saragosse. L’occasion de découvrir l’extraordinaire richesse d’une étonnante, intelligente et précise collection privée, “Circa XX”,  soient quelque 1200 pièces, donnée l’an dernier à cette institution par Pilar Citoler à travers un choix représentatif de 150 oeuvres exposées du 18 juillet au 20 septembre en ces deux lieux emblématiques de styles architecturaux très différents par l’époque de contruction. Deux beaux écrins pour sertir les créations d’artistes d’envergure nationale et internationale mais aussi promouvoir de jeunes talents tournés vers l’avenir en Espagne. Magistral!



IMG_5477

Michel Veunac, Pilar Citoler, Fernando Sarria, l’ambassadeur d’Espagne et Jocelyne castaigniède

Pilar Citoler, un oeil intuitif et sûr

– Cette stomatologue a forgé et affirmé sa passion au coeur d’ un univers familial très culturel. Déjà prédestinée à porter un regard élégant et raffiné sur l’art elle ne s’est pas contenté d’un dilettantisme mondain. Bien au contraire, dès 1972, elle décide, au gré de ses voyages à travers le monde, de découvrir, dénicher et acquérir des oeuvres d’artistes, pour les uns déjà célèbres mais pour d’autres, à l’orée d’une notoriété qu’elle pressent, par un curieux pari subtil et avisé sur l’avenir, des valeurs qui deviendront sûres et reconnues 10 ans plus tard! Inconscience du néophyte? Que nenni! Un regard intuitif et sensible qui saisit les tendances du présent. Un peu plus de 40 ans après, la discrète collectionneuse s’enorgueillit d’un patrimoine artistique qui traverse les époques en un ensemble très diversifié et ouvert quant aux styles abordés et aux disciplines artistiques variées, de la photographie à la peinture en passant par la sculpture et les installations videos.

IMG_5420

Wolff Vostel

– Pudique et modeste, elle élude de pirouettes humoristiques détonantes l’incroyable reconnaissance dont elle jouit aujourd’hui parmi les plus grands collectionneurs du monde. Elle le dit elle même:”Je n’ai aucun mérite en cette affaire! J’ai toujours suivi mes envies et mon intuition juste par passion pour l’art. Je continue à acheter car selon les définitions psychiatriques je fais partie de la catégorie des psychopathes maniaques! Bien sûr, poursuit-elle, j’ai pleinement profité de mes acquisitions car je les ai exposées, dès 2002, en 12 manifestations sur 12 villes différentes d’Espagne.

IMG_5412

Salle “abstraite” en vue d’ensemble

– Mais ne disposant que de son lieu de travail, de son appartement ou de sa villa en Castille, elle estime, l’an dernier, dommage que toute cette richesse ne soit pas proposée au regard d’un large public et scénographiée dans un espace mieux adapté et plus vaste. Forte d’un prestige  évident que de nombreuses distinctions émaillent, elle cède son fonds privé au Musée Pablo Serrano de Saragosse (sa ville natale). Un leg (gratuit en majeure partie) à des fonds publics, largement salué par Fernando Sarria, conservateur de cette institution majeure qui porte le nom d’un immense artiste de Terruel  (1908-1985), co-fondateur d’un  groupe El Paso, et par le gouvernement d’Aragon.

– Grande figure du monde de l’art, Pilar Citoler apprécie également beaucoup Biarritz où elle séjourne régulièrement. Une bonne raison pour se réjouir de cette exposition qui redynamise un jumelage Biarritz/saragosse quelque peu assoupi depuis 1977! Et quelle plus belle institution symbolique que ce musée qui fut, à l’origine, une fondation créée par Pablo Serrano pour servir de creuset à de futurs artistes? Une initiative qui s’inscrit dans le cadre d’échanges culturels transfrontaliers plus dense dans la perspective de Donostia 2016, capitale culturelle européenne, dimension dont Michel Veunac, en présence de nombreux adjoints municipaux ou directeurs des affaires culturelles d’ici ou d’autres villes du district, a tenu à valoriser en ce jour d’inauguration.

Une commissaire d’exposition engagée sur deux espaces phares

Cette  grande exposition marque le début d’une série de manifestations destinée à promouvoir, hors murs, les oeuvres de l’inestimable collection Circa XX, vouée, à terme, à s’intégrer dans Europeana, première grande bibliothèque digitale européenne. Une numérisation indispensable que l’on retrouve aussi, pour la diffusion de la culture basque, à travers le portail bilketa, dont la première grande exposition virtuelle consacrée à la danse basque se déroulera lors du 25ème Temps d’Aimer la Danse en septembre prochain. Raison de plus de ne pas rater cette entrée en matière européenne, tant au niveau de l’organisation/conception, que des visites qui s’annoncent nombreuses et enthousiastes.

IMG_5422

Equipo cronico

– Florence Guionneau-Joie, a élaboré, de main de maître, ce premier événement. Diplômée d’art de l’Université Bordeaux Montaigne et parisienne d’adoption, Cette experte en organisation d’exposition s’oriente très vite vers un concept destiné à promouvoir l’art auprès d’un large public, selon les besoins de collectivités locales et en fonction des attentes des acteurs culturels locaux. Toute indiquée pour ce projet d’échange transfrontalier, elle avoue que dans ce foisonnement d’oeuvres, elle a dû choisir selon des thématiques précises mais aussi selon ses préférences artistiques. Un choix néanmoins très judicieux qui se répartit en trois salles et trois thèmes précis des années 60 à nos jours. Elle apprécie ce découpage temporel qui correspond à une époque post franquiste où la liberté de créer et de s’exprimer inaugurait une nouvelle génération d’artistes jusque là muselés ou radicalement coupés des oeuvres d’autres artistes plus libres ailleurs dans le monde entier. Une idée du dialogue entre artistes, entres époques ou entre styles et influences qui sous tend la scénographie de la Commissaire.

IMG_5419

Suzy Gomez

– Le thème du voyage constitue le fil rouge fort de l’exposition du Casino Bellevue en trois mouvements, telle une symphonie flamboyante. Un fil rouge qui se double d’une seconde dimension: la luxuriance des oeuvres, des artistes, des styles et des époques sur les 3 étapes du thème proposé en scénographie d’exposition. Les portraits animent la première salle en des vis à vis qui font se répondre Goya et Picasso, Gonnord et Araki, Allen Jones et Niki de Saint Phalles, Jean Tiguelli et Jorge Galindo, Larry Rivers et Alfonso Fraile, Andy Warhol et Esther Ferrer, Suzy Gomez et Maggie cardelus, Charles Sandison et Chirico, Le Corbusier et Hockney, Bacon et Mapplethorpe, Stern et Araki, Serrano et Badiola, entre autres conversations entre personnages de l’imaginaire insolites. La mise en scène resserrée autour de l’identité de l’être instaure un dialogue entre personnages représentés, artistes et époques multiples.

IMG_5443

On ne présente plus!

– Un premier parcours tout en contrastes qui juxtapose peintures, dessins ou collages, photographies et sculptures. Un foisonnement d’une telle qualité qu’on en reste pantois, comme une série de superbes gifles que des artistes de génie vous infligeraient à travers leurs oeuvres. Un petit coup de coeur pour Equipo Cronica et ses représentations déjantées d’infantes mais aussi pour Vostel et surtout Serrano (en une).

IMG_5415

Feito et Suzuki

– La seconde salle se consacre au voyage dans des univers abstraits, épurés. Une étape qui illustre à quel point Pilar Citoler a toujours ouvert sa curiosité à tous les champs artistiques possibles. La réalité n’est pas forcément figurative et cette galerie reproduit la même luxuriance de styles, d’artistes et d’époques que la précédente. De Feito à Suzuki, de Masson à Asins, de Chillida à Francis, de Miro à Rueda, de Calder à Bikondoa ou Sotomayor, toutes les variantes de l’abstraction s’offrent ici en une mise en place logique quant à l’évolution et la juxtaposition des styles et influences.

IMG_5452

Eléna Asins

IMG_5374

– Enfin, la dernière salle s’attache à souligner les relations interactives et subtiles entre paysages, urbains ou ruraux, et architecture. Des dialogues axés sur les différents traitements de l’espace, du minéralisme au spiritualisme.

IMG_5399

Adolfo Schlosser

IMG_5401

David Nash

Un petit coup de coeur pour Alicia Martin et son labyrinthe de livres mais aussi pour Eva Lootz et sa maison appuyant un arbre ou David Nash et fran Mohino, présent lors de l’inauguration, et pablo Génovès dont la bibliothèque se plante au coeur d’un tumulte de vagues. A voir également, Dubuffet, Rosa Munoz, Öyvind Fahlström, étonnant, Roy Lichtenstein, Christo, Schlosser, Baselitz ou Ortiz parmi bien d’autres.

IMG_5472

Fran Mohino

– A la Médiathèque pleins feux sur la photo

En 25 oeuvres, l’accent se porte sur des clichés empreints d’humanisme, en prise directe avec la vie d’hommes et de femmes qui vivent en des lieux qu’ils construisent ou subissent en un rapport avec les normes sociétales, urbaines ou la nature qui évolue avec le temps sans cesse. Une exposition qui saisit au vol de grands artistes tels Picasso, Miro, Francis bacon, Salvador Dali, Willem de Kooning ou Marcel Duchamp sous l’obectif de Jesse A. Fernandez, de Robert Doisneau ou de cartier-Bresson mais sait aussi restituer avec pudeur la dignité de quotidiens difficiles et de perditions humaines… David Goldblatt nous montre une Afrique sensible et douloureuse en noir et blanc mais notre coup de coeur, incontestable, se porte vers Horacio Coppola, photographe argentin dont les oeuvres suintent les airs de tango.

A coup sûr, comme l’indiquait à juste titre Michel veunac, voilà une exposition rare à savourer, déguster en prenant le temps d’une ou de plusieurs visites pour mieux apprivoiser ce tourbillon vertigineux de talents flamboyants.

A noter un superbe catalogue d’exposition réalisé et édité par le service des Affaires Culturelles de Biarritz en collaboration étroite avec le Gouvernement d’Aragon et l’IAACC, Musée Pablo Serrano de Saragosse.

www.biarritz.fr

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 302 Times


One Response to Una Pasion Privada … et heureusement partagée!

  1. THETAZ says:

    Très belle vidéo très explicite?Bon travail

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑