Coups de coeur

Published on août 11th, 2016 | by MagMozaik

2

Un vent de liberté souffle sur Biarritz

Bien des lieux voués à la destruction, délabrés, brillent, l’espace de quelques jours éphémères, de mille feux, revisités par des collectifs d’artistes de Street Art qui investissent villas, murs, garages ou locaux désertés. Ce fut le cas de l’espace Bonnat à Bayonne où s’élèvera bientôt un hôtel de luxe intégrant néanmoins les artistes. Ce fut aussi le cas, l’an passé de cette belle propriété d’Anglet qui retrouva, grâce au promoteur Jérôme Rey, fervent amateur de Street Art, un souffle créatif novateur. C’est aujourd’hui le cas du garage Foch de Biarritz où, loin des codes réducteurs du graffiti, de nombreux artistes proposent de somptueux tableaux urbains en une culture chevillée au corps et aux bombes de peintures.

Nicolas Barrome, Veenom, Twopy

Laissez-vous emporter par ce souffle bénéfique qui vous poussera vers l’ancien garage situé au 48 avenue du Maréchal Foch. Plus que jamais, il est bon de se laisser porter par la création, d’oublier la grisaille ambiante et de s’envoler vers l’air pur. Le salon d’art urbain « Colorama» est fait pour cela. A l’initiative du studio de création ANYWAY, une vingtaine d’artistes issus du Street Art vous offrent leur travail, leur passion, leur expression libérée de toute contrainte. Jusqu’au 21 Août, vous pourrez découvrir cette exposition rare pour notre ville, dans cet endroit voué hélas à la destruction. On aurait pu rêver que ce lieu soit dédié à des expositions régulières tout au long de l’année …

Nina Tictone, Taroé, Suprakitch

Myriam Kanou, la présidente du studio, nous explique qu’ ANYWAY est un studio de création artistique créé en 2014 par trois artistes designers français, Opéra, Grems et Taroe. Bien que différents dans leur identité artistique, ils se sont entendus pour conjuguer leurs talents. « Leur passion commune pour la peinture, les cultures urbaines et l’art contemporain les pousse désormais à vouloir développer une vision créative et collective riche en termes d’imagerie et de design sur tous types supports de communication. » A découvrir sans tarder leur site : www.anywaystudio.com

Les artistes présents à Colorama sont, pour la plupart d’entre eux, de la génération des années 70/80. Ils ont encore appris à travailler et à laisser leur créativité s’exprimer, sans « copier » leurs ainés. Ils se connaissent tous et ont toujours plaisir à se retrouver pour des occasions particulières. Pas de concurrence entre eux, mais une grande solidarité, un immense plaisir à échanger avec le public.

Artistes: Nicolas Barrome (bien connu des Jours Heureux d’Anglet), Maye, Oust, Taroé, Katre, Stéphane Carricondo, Grems, Tina Tictone, 3TTman, Suprakith, Twopy, Opéra, Sanchez, Fred Kalmets et Kegrea, Monde, Remed, Veenom, Little Madi et Grems.

Pourquoi venir à Biarritz?

Stéphane Carricondo, Remed, 3TTman

Taroe, Nicolas Barrome et Little Madi sont Biarrots. Taroe avait entendu dire que le garage Foch allait être détruit à l’automne. Alors, avec ses amis d’Anyway, ils ont entamé des démarches pour obtenir le prêt de ce très vaste local afin d’y organiser cet événement, à charge pour eux, de le remettre en état. Ce qui ne fut pas évident mais le résultat est surprenant : plus de fenêtres brisées, plus de débris au sol et peinture fraîche en façade. De plus, bon nombre de peintres viennent en famille sur la Côte Basque. Alors, quelle belle occasion de s’y retrouver pour donner libre cours à leur créativité ! Plus de 1000 mètres carrés ainsi investis en plein coeur de la ville.

Qu'est-ce que le Street Art?

Au début, il y avait les affichistes, les pochoiristes et les muralistes. Le graffiti est apparu ensuite. Beaucoup mélangent ces différents modes d’expression aujourd’hui. Le Street Art a commencé dans les années 60 par une prise en compte de l’environnement urbain dans la création contemporaine. Savez-vous qui en fut l’un des précurseurs ? Il s’agit de Jean-Michel Basquiat ! Allan Kaprow, un des premiers artistes à utiliser les installations urbaines, écrit que « L’art s’est déplacé de l’objet spécialisé en galerie vers l’environnement urbain réel». 

L’art urbain, ou Street Art, regroupe toutes les formes d’art réalisées dans la rue, ou dans des endroits publics, et englobe diverses techniques telles que le graffiti, la réclame, le pochoir, la mosaïque, le sticker. Il puise ses origines dans des disciplines graphiques aussi variées que la bande dessinée ou l’affiche.

C’est à partir de la fin des années 60 que cet art s’est développé en France. Souvent travaillé sur des murs, dans des bâtiments abandonnés, le Street Art est principalement un art éphémère vu par un large public. Cet art a pris son véritable essor au début des années 2000.

Grems 1 et 2, Katre, programme et vues d’ensemble dont Little Madi

Qui sont les artistes?

5% seulement des street artists viennent du graffiti. Ils aiment avant tout peindre et vont petit à petit briser les codes de cette discipline et créer la nouvelle peinture contemporaine. Tous ces artistes, car il s’agit bien d’artistes, ont des parcours divers. Twopy est illustrateur, muraliste et décorateur sur fresque depuis 20 ans. L’histoire de Grems et Opéra est exemplaire : Grems a fait les Beaux Arts de Bordeaux et Opéra a peaufiné sa formation à Créapole à Paris. A la fin de leurs études, ils sont passés progressivement du graffiti au graphisme mural. Durant plusieurs années, après avoir travaillé pour se faire connaître, ils sont entrés en relation avec des annonceurs (RATP ou SWATCH pour Grems), chacun dans leur structure avant de se retrouver au bout d’une quinzaine d’années pour fonder ANYWAY STUDIO et sortir du contexte « étouffant » d’une agence de Pub. Enfin libres de pouvoir choisir leurs clients et de s’exprimer comme ils aiment.

Pour Grems « Nul artiste n’est indispensable ». Le public n’est pas toujours un connaisseur. Il est plutôt un amateur qui aime regarder. C’est à l’artiste de venir à lui. Pour Opéra, le street artist s’ouvre à tous les imaginaires en s’exprimant sans se fixer de limites. Il s’est éloigné de la culture américaine pour voler de ses propres ailes en France en gardant une  exigence de qualité, en se fixant de grands projets d’avenir comme par exemple faire entrer le Street Art dans les Musées. Ce qui est déjà le cas pour Grems qui expose deux fresques, l’une dans Beaubourg et l’autre au London Southbank Center.

Stéphane Carricondo, quant à lui, est à l’origine il y a 25 ans des regroupements de street artists,  afin d’utiliser leur énergie créative pour monter des expositions en partenariat avec de grandes marques ou des Musées. Il a aidé à la compréhension de ce fabuleux mode d’expression. Il y a 20 ans, il aurait semblé impossible d’exposer ces fresques : aujourd’hui, la presse et le public viennent les valoriser !

Ne perdez pas de temps ! Allez au devant de ces artistes qui vous ouvrent leur univers et leur cœur. Le Street Art est totalement gratuit. Il est métissé de toutes les cultures, empli d’une énergie communicative. Parler avez eux est un moment d’une grande richesse, d’une réelle sincérité.

Kegria et Calmets, Oust, Opéra

Catherine BOSSER, magmozaik64200@gmail.com

Photos Anyway et Catherine Bosser

This Post Has Been Viewed 302 Times

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


2 Responses to Un vent de liberté souffle sur Biarritz

  1. thetaz says:

    JE SUIS ENTIEREMENT D ACCORD AVEC MOZAIK

  2. thetaz says:

    JE SUIS ENTIEREMENT D ACCORD AVEC MOZAIK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier