D’ici et d’ailleurs

Published on mars 1st, 2016 | by MagMozaik

0

Un télescopage des papilles!

Etrange collision que celle de deux mondes, aux antipodes géographiques, deux cultures, deux modes de penser et de régir son univers humain de sociabilité que celle vécue en cette rencontre du 3ème type entre Bixente Marichular, Président de Bizi Ona, grand ordonnateur du Musée du Gâteau Basque de Sare et virtuose de la pâtisserie made in Euskal Herria,  et une équipe de télévision d’Osaka, YTV (à ne pas confondre avec I télé),  venue en nos contrées peu policées, s’encanailler les papilles pour une émission matinale, “Ce Matin”,  de type “Télématin”, consacrée aux produits goûteux et artisanaux du Pays Basque, de l’Atxoa au divin gâteau basque, en passant par les macarons, les espadrilles et autres conserves emblématiques de notre territoire! Une visite délicieuse, pertinente et impertinente, tout en frais décalage par rapport à ce qui se fait ou souvent se commet en France sur ce créneau horaire! 6 personnages précis et rieurs à la fois, avec, en “guest stars”, notre Bixente local et une star, ô combien fraîche et mutine, de la comédie musicale nippone, genre 1789 ou Notre Dame de Paris version bridée, Maya Ayahane! Un tournage insolite en prélude à la visite de nos producteurs maison  à Osaka, du 6 au 16 mars prochain, dans le grand magasin Hankyu.

La 4ème dimension!

Difficiles échanges, de prime abord, pour cause d’alphabets quelque peu divergents, mais une furieuse envie de communiquer autour d’arômes de vanille, de rhum et de cerise rouges d’Itxassou! L’anglais facilitant bien les choses, nous voilà partis pour des séances de présentations réciproques, d’échanges de photos, de cartes de visite et d’adresses de sites mais surtout de confection en direct de gâteaux basques, les uns à la cerise, les autres à la crème, petits cafés succulents et bienvenus, vus le froid et le crachin, aidant! Nous étions là à 8h00, une demi heure avant l’arrivée présumée de nos extrêmes orientaux, par on ne sait quelle stupide quelle envie de les défier dans leur efficacité non usurpée, il est vrai! Et débarquant d’un van digne de NCIS, les voilà, tout de noir vêtus, s’installant avec promptitude et précision, charmant sourire aux lèvres! De quoi désarmer plus d’un berger taciturne de nos montagnes. Perplexes, nous observons la réaction du maître de céans, nullement décidé à s’en laisser conter quant au timing et à l’emplacement des prises de courant, précieux outils nécessaires à la bonne marche de l’opération séduction! Sauf que nos hôtes, curieux et enthousiastes, sont déjà séduits d’emblée grâce à leur accompagnateur- organisateur David Michard qui, après 10 ans passés au Japon, fait aujourd’hui le joli lien entre la France et cette île si avenante!

Après la phase de jaugeage vient celle de l’accueil! Petite visite d’un musée aux belles senteurs des savoir faire d’autrefois, petits cafés ou thés agrémentés de délicieux petits biscuits tout juste sortis du four, et voilà notre délicate Maya prête à chanter devant un Bixente désarçonné et agréablement surpris, la comparant à notre Edith Piaf! Qu’à cela ne tienne, voilà notre demoiselle qui entonne l’hymne à l’amour en japonais! Il est vrai qu’elle représente là, avec brio, une troupe de chant, danse et théâtre archi-célèbre au Japon, Takarazuka, dont la spécialité est de reprendre toutes les grandes comédies musicales actuelles mais avec uniquement des femmes qui savent à merveille endosser les rôles masculins, contrairement au théâtre No de Chine où l’inverse se produit! En ce pays si machiste on apprécie d’autant la performance!  4ème dimension vous dis-je!

Le gâteau basque, c'est du sérieux!

Bien alors la phase sérieuse, notre fierté basque! Le gâteau basque va naître en direct en ses deux versions, crème pâtissière et confiture de cerises. Tous les ingrédients et ustensiles sont là pour magnifier ce fleuron magnifique de notre territoire! Pâte, crème, bac de confiture, farine, rouleau à pâtisserie, planche, moules avec papier sulfurisé, fourchette pour la déco et jaune d’oeuf avec pinceau adéquat. Tout l’attirail pour bien frimer en somme, sans oublier le four et, après la phase nécessaire de refroidissement, la découpe dont surgit une fragrance à tomber par terre, d’autant qu’en ces heures si matinales, nous avons oublié de prendre notre petit déjeuner!

Et puis vient enfin la phase de dégustation, test ultime pour ce sublime dessert, et le temps aussi pour notre hôte de se livrer au difficile exercice, non seulement de faire court dans ses interventions filmées (quasi impossible non pour Bixente?) mais aussi de donner en quelques mots bien choisis une définition de son gâteau basque qui suscite une envie irrésistible de le savourer! D’aucuns pourraient être décontenancés par la manière très “efficace” de travailler à la nipponne. Sans rien oter de leur gentillesse, il est vrai que cette équipe là sait aller vite, et peut-être un peu froidement, à l’essentiel. Quand “le croustillant et le moelleux” n’attire guère le réalisateur ( oh pardon, chez eux c’est le directeur d’équipe!), l’anecdote en revanche d’une Bixente chipant, enfant, un bout de gâteau basque chaud au retour de l’école ravit tout le monde, surtout lorsqu’il ajoute que le plus suave de l’histoire était de se faire surprendre sur le fait par sa mère!!

Fin mot de la recette?

Alors recette du gâteau version Marichular, la meilleure pour nous? Que nenni les nippons devront attendre longtemps un tel secret qui relève, non seulement, de l’immense talent de Bixente mais aussi, comme il le souligne fort judicieusement, de la qualité des produits, en priorité locaux, utilisés dans la fabrication de ses pâtisseries. Car, il m’en souvient, voilà un homme très expert en l’art d’une multitude d’autres gourmandises: Macarons, gâteaux d’amatchi, tartes aux pommes succulentes etc!

Fin de tournage insolite! Un petit jeu gadget doit départager la vedette de l’émission, Maya, et Bixente. Le perdant devra mettre l’autocollant de l’émission nippone dans son local ! Aie! Bixente gagne mais en bon basque galant qui joue le jeu, il collera bien cette vignette! Petit plan final de groupe (genre touristes japonais en goguette!) et voilà notre équipe d’Osaka repartie vers d’autres producteurs qui fleurent bon le Pays Basque, non sans avoir pris le temps de réaliser, avec précision et méticulosité, des plans de coupe sur le gâteau basque tout juste sorti du four! On nous promet l’envoi d’une video de cette émission qui devrait être diffusée le 9 mars prochain à Osaka! Nous n’hésiterons pas à vous la diffuser en ligne, en VO bien sûr!

Un beau lieu de promotion!

Mais notre périple gustatif ne s’arrête pas là! Tandis que nos japonais dégustent enfin les gâteaux avant de remballer leur matériel haut de gamme ( hey! c’est le japon, et on vous raconte pas les portables d’enfer qu’ils avaient!), nous découvrons toutes les prestations proposées par le Musée du gâteau Basque. La bâtisse principale abrite, bien sûr, le musée, la boutique, l’espace des ateliers et la précieuse cuisine où se préparent et se cuisent toutes ces petites merveilles culinaires. Reliée à la cuisine, une vaste salle de réception pour 180 personnes où se tiennent mariages, réceptions et séminaires en tous genres, avec repas proposés! Plus loin, l’Etxea, plus intime et pittoresque quant à son agencement et son mobilier ancestral, judicieusement revisité en couleurs vives, qui met en valeur les traces d’une histoire turbulente où arborer des fleurs de lys en contrées révolutionnaires signifiait l’échafaud, et où les animaux cohabitaient avec les hommes! Enfin, la Bodéga et le chais pour accompagner les délices sucrés.

La saison bat son plein d’avril à octobre, chaque année. Un bel endroit en bordure de rivière qui n’attend que vous pour résonner de vos fêtes et événements!

Mais au delà, n’oublions le fort engagement de Bixente Marichular en faveur de Bizi Ona, ou l’art de bien manger des produits sains, frais et locaux en mode slow food ! Voir http://www.magmozaik.com/bizi-ona-un-audacieux-defi-gastronomique/

Et puis surtout, saluons cette farouche volonté d’expatrier nos artisans et notre gastronomie locale à l’étranger. Après Alain Darroze à Singapour, c’est au tour de notre hôte de faire notre ambassadeur à Osaka! A suivre!

Pour infos et horaires, www.legateaubasque.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

Photos Mathieu CLERC, video Philippe SIRET

This Post Has Been Viewed 140 Times

Tags: , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier