Vu dans la presse

Published on février 10th, 2017 | by MagMozaik

0

Un Ping-Pong rafraichissant!

Deux ans après leur premier opus, les musiciens, talentueux en diable, d’Old School Funky Family transforment l’essai le 17 février prochain en un second album aux harmonies inédites et rafraichissantes. Un métissage musical jubilatoire et festif, entre funk et jazz.

2005… Quelques élèves du Lycée Cassin de Bayonne, musiciens, participent au festival des lycéens d’Aquitaine. De leur rencontre nait le groupe qui drainera dans son sillage, de nombreux musiciens du sud ouest participant ponctuellement à l’aventure. de 9 au départ, le nombre des musiciens est passé à 7 puis 8 aujourd’hui. Une formation actuelle riche de toutes les influences laissées par les artistes rencontrés en 12 ans. Au coeur de ce groupe imaginatif et créatif, un métissage de styles serti en un bel écrin acoustique de cuivres et percussions où l’interactivité, les solos et l’improvisation s’arrogent la vedette. Un cocktail subtil et jubilatoire: Une base funk US en groove festif, une bonne dose d’afrobeat nigérian, un touche de musique traditionnelle et un nuage coloré de jazz européen. Vous secouez le tout et vous obtenez un petit bijou musical qui cultive le paradoxe d’une production léchée et d’une ambiance “roots” authentique, brute, sans couche de vernis superficielle ni artifice superflu. Les roots justement? Des artistes funk tels Maceo Parker ou Roy Hargrove, l’afro-beat avec Fela Kuti ou D’Angelo pour la new soul!

Ce second opus, toujours autoproduit, confirme l’excellence de talents complémentaires et en parfaite harmonie qu’avait révélé leur premier album. Il ponctue une aventure nourrie de concerts où il puise une énergie nouvelle, une tessiture plus colorée en sons mieux affinés, avec ce soupçon de folie qui manquait un peu au premier album. Si le positionnement musical et les influences ethniques demeurent, voire se renforcent et s’enrichissent de nouvelles touches, croisées ces deux dernières années, le nouvel album impulse davantage de luminosité, de vitalité et de souffle. Développé et enregistré pour la scène, il dégage une sonorité authentique  presque organique. Les membres de groupes ont enregistré ensemble, dans les conditions du live, apportant cette saveur inimitable d’une communion musicale parfaitement bien dosée. Résultat? Des compositions adaptées à chaque instrument en improvisations ciselées dont la juxtaposition invente un véritable tableau sonore.

Pépites de cet opus ? 11 titres, dont 8 inédits, aux noms absurdes, car le credo du groupe est de « faire de la musique sérieusement sans se prendre au sérieux ». Au  quartet de saxophones, superbement servis dans leurs tonalités différentes ( Soprano, Alro, Tenor et Baryton) par Paul-Antoine Roubet, Illyes Ferfera, Reno Silva Couto et Julius Buros, à l’accordéon et aux claviers (Sébastien Desgrans), au sousaphone ( Pierre Latute) et à la batterie (Jérôme Martineau-Ricotti), s’ajoute désormais, en un registre plus funk, la guitare électrique de Paul Vernheres qui intègre la formation. Un petit bijou enregistré – on ne change pas une équipe qui gagne- à Roquefort, au sein d’un collectif d’artistes pluriels. Comme en 2015, la sortie de ce nouvel album s’accompagne d’un concert à l’Atabal, le 17 février prochain, en duo amical et musical avec David Cairol au parcours étrangement parallèle.

Pour davantage d’informations: www.osff.fr , Concert Atabal, 17 février 21h00, 6 à 9 euros en réservation ou 12 euros sur place.

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

Photos Mathieu CLERC

This Post Has Been Viewed 23 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier