Artisan'arts

Published on décembre 27th, 2017 | by MagMozaik

Un label d’excellence très actif

En mai 2017, les artisans d’art labellisés « Entreprises du Patrimoine Vivant » se constituaient  en association regroupant 15 des structures d’excellence sur les 25 que comptent les territoires basque et béarnais. Une initiative portée haut et fort par la CCI Bayonne Pays Basque et la CMA Pyrénées Atlantiques. Petite rencontre avec sa présidente, Liza Bergara dont le nom seul évoque l’un des plus beaux fleurons de l’artisanat basque , les makilas Ainciart-Bergara de Larressore.

Liza, comment définiriez-vous la raison d’être et la nécessité de votre nouvelle association, dont votre entreprise séculaire constitue le fer de lance très symbolique?

Porteurs de savoir-faire uniques, entre traditions séculaires et modernités créatives, nous avons souhaité impulser une forte dynamique au coeur de ce qui représente une vraie richesse patrimoniale aux ancrages territoriaux et culturels puissants. Le label EPV est attribué, sur des critères et études de dossiers très exigeants, par l’Etat et l’Institut Supérieur des Métiers qui se fondent sur l’analyse d’experts dépêchés sur place, dont les évaluations permettent d’accéder ou nom à ce niveau d’excellence. Nos objectifs? Développer la notoriété du label et des entreprises qui en bénéficient auprès du grand public, encourager les entreprises locales à présenter des dossiers de labellisation, faciliter les échanges et partenariats entre les artisans EPV dans des domaines tels que la formation ou la transmission, promouvoir l’excellence et la qualité des produits et savoir-faire des artisans labellisés. Nous accueillons ici toutes les entreprises concernées sans exclusive avec l’engagement de mettre en avant le label et de s’inscrire dans une dynamique collective de partage. Nous serions d’ailleurs ravis d’étendre l’association aux Landes.

Quelle différence faîtes-vous entre artisans et artisans d’art?

Nous parlons plutôt de métiers d’art qui est le terme officiel défini par la Loi. On peut dire que les artisans d’art façonnent, restaurent, imaginent des pièces d’exception à la croisée du beau et de l’utile, selon trois critères: Mettre en oeuvre des savoir-faire complexes pour transformer la matière, produire des objects uniques ou en petites séries à caractère artistique et maîtriser les métiers dans leur globalité. Il existe aujourd’hui 198 métiers et 83 spécialités reconnus, répartis en 16 domaines dont certains collent vraiment à notre territoire tels que: Ameublement et décoration; luminaire; bijouterie, joaillerie; métal; céramique; verre et cristal; modes et accessoires; textile; cuir etc.

En quoi votre ancrage territorial sur des traditions ancestrales contribue-t-il à valoriser l’artisanat basque d’hier à aujourd’hui?

Une grande majorité des entreprises EPV sont des entreprises ancestrales (comme les makilas dans notre famille depuis bien avant 1789) qui ont toujours été sur le territoire ( comme le linge basque fabriqué par Moutet à Orthèz ou Lartigue à Ascain, les espadrilles par Prodiso de Mauléon-non labellisés encore- et Don Quichosse ou les bérets Laulhère d’oléron Sainte Marie). Pour la plupart il y a une forte identification du produit à son lieu/village de fabrication (Makilas Ainciart-Bergara à Larressore, Maroquinerie Laffargue à Saint Jean de Luz, chaises Lattaillade à Came, céramique Cazaux à Biarritz, cuir pour pelotes basques Pupa à Ascain, poterie Goicoechea à Ossès, etc ). En parallèle, il y a des entreprises très jeunes comme la sellerie Voltaire de Bidart (déjà leader sur le marché américain) ou d’autres qui n’appartiennent pas à notre groupement comme les verriers d’art Poly Berin ou Rimbault, les fabricants de meubles Desmarchelier à Bayonne ou Alki, les luminaires Philippe Hérault ou les artistes en poterie et faïence Eliane Monnin ou Gaëlle Labrouche. Mais quoi qu’il en soit, toutes ces entreprises se définissent par un fort encrage territorial et une fabrication française, deux critères fondamentaux d’obtention du label. Comme ce dernier est renouvelé tous les 5 ans, rien n’est figé si l’on veut conserver cette marque d’excellence. Beaucoup d’artisans innovent et l’association de fait écho de cette dualité en valorisant des entreprises ancestrales enracinées dans leur temps par une belle créativité contemporaine. Une promotion qui passe aussi par leur diversité en termes de matières travaillées, d’outils utilisés, de savoir-faire préservés et de tailles de structures.

Comment assurez-vous la promotion de vos adhérents et de votre association?

Notre ambition est de développer un vrai tourisme autour de savoir-faire authentiques sur le territoire. Nous avons ainsi mis en place un circuit de visites via une plaquette présente dans les offices de tourisme et chez nos adhérents, un peu comme le font les Routes Gourmandes Basques pour les produits alimentaires d’exception, déjà accueillies par le Musée Basque.  En octobre 2018, une journée nationale portes ouvertes du label EPV s’organisera au niveau national et nous y participerons. L’association est encore jeune et nous sommes en pleine construction. Cette année, nous avons privilégié deux actions  à forte visibilité: Cette fameuse plaquette et une exposition au Musée Basque et d’histoire de Bayonne qui détient par ailleurs de vieux outils patrimoniaux de nos métiers d’excellence. Un vrai succès co-financé avec le Région qui a permis de beaucoup parler du label EPV via la presse et de drainer un grand nombre de visiteurs, curieux de voir le Musée s’ouvrir ainsi aux entreprises de qualité. Depuis, nous avons enregistré des demandes de labellisation de 7 entreprises nouvelles. Cet événement a également permis de développer des collaborations entre adhérents. C’est ainsi que la naissance de l’association s’est déjà illustrée par la création d’une housse pour nos makilas par l’usine de tissage Moutet!

Un bilan donc positif. Et demain, qu’envisagez-vous et quelles relations entretenez-vous avec le Groupement des Artisans d’Art des Pyrénées Atlantiques?

Le GAAPA existe depuis bien plus longtemps que nous et beaucoup de nos adhérents participent individuellement à ses expositions-vente, notamment au Cloître de la Cathédrale de Bayonne, bien que cette structure concerne un champ d’actions élargi aux artistes dans les domaines de la sculpture, des objets de décoration, de la mode ou de la bijouterie artisanale. Pour l’heure, nous n’avons que 15 adhérents sur les 25 EPV du territoire mais nous souhaitons développer les dossiers de labellisation et notre aire géographique. Pour 2018, l’exposition du Musée basque sera reconduite à la CCI dès le mois de janvier et nous restons, bien sûr, à l’écoute des propositions d’institutions ou de collectivités locales pour les années à venir.

Association des Entreprises du Patrimoine Vivant du Pays basque et du Béarn: liza.bergara@makhila.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 54 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier