Politiques culturelles

Published on septembre 3rd, 2017 | by MagMozaik

0

Scène Nationale, un navire amiral d’excellence

La saison 2017-18 de ce fleuron régional fait éclore une floraison tourbillonnante et foisonnante de spectacles avec, en ligne de mire, une cohésion renforcée avec tous les acteurs culturels locaux, dont l’EPCI et l’Institut Culturel Basque, et la poursuite d’une solide politique d’accès à la culture pour tous. Un nouvel opus illustré en images par Christophe Pavia dont les mystérieuses coiffures ornent avec malice, virtuosité et fraîcheur les visages d’un panel bien choisi et ludique d’abonnés de longue date ou plus récents, tous âges confondus, en solos ou famille!

Depuis 1991, la Scène Nationale du Sud Aquitain se situe à la croisée de chemins basques, aquitains ou transfrontaliers qu’elle parcourt avec excellence, exigence et bonheur depuis bien longtemps, glanant ça et là quelques pépites somptueuses en découvertes, résidences ou co-productions multiples. Une programmation d’orfèvre, ébouriffante, diversifiée, lumineuse d’un éclectisme bien dosé et dopé à la virtuosité, dont l’excellence n’étonne plus personne, que complètent des actions pour un accès de tous les publics à la culture et une politique de mutualisation de moyens amorcée depuis longtemps sur notre littoral qui la font particulièrement bien s’intégrer dans une agglomération de Communauté Basque qui affute et cisèle lentement ses compétences culturelles transversales et transfrontalières. Une excellence qui exige justement, faut-il encore le rappeler, une curiosité de tous les instants pour dénicher, au fil d’innombrables festivals et spectacles, à la croisée de multiples cultures et formes d’expression, de nouveaux talents et de petits bijoux, parfois décalés ou iconoclastes, que l’équipe de Dominique Burucoa sertit en tréteaux ou sous chapiteaux avec gourmandise et jubilation. En poupe du navire amiral, telle une armature/ sculpture surfant sur d’impétueux courants, du classicisme à l’exploration de territoires inédits, 12 co-productions, nationales et régionales, qui enrichissent la programmation et un nouveau disque édité sous le label Jazz aux Remparts.

La saison 2017-2018 affiche, d’ores et déjà, de fortes ambitions, qu’il s’agisse de spectacles proposés et co-produits ou de la fréquentation attendue. Sur 4 villes et 8 lieux, 62 spectacles en plus de 160 levers de rideaux d’octobre 2017 à mai 2018 investissent le littoral, de Saint Jean de Luz au Boucau, selon la spécificité des créations (et la jauge des lieux), glanées toute l’année, de festivals en festivals, de théâtres en chapiteaux, de salles de concerts en tréteaux, par l’équipe artistique de la Scène Nationale. 62 spectacles qui se répartissent en 23 de théâtre, 9 de danse, 5 de cirque,16 de concerts, 8 de chanson, entre autres propositions, dont 18 ciblés public familial. Avec plus de 3000 abonnés attendus et près de 44 000 spectateurs, auxquels s’ajoutent ceux des festivals co-organisés ( Les Jours Heureux et le Festival Andalou) et des lieux directement gérés par la Scène Nationale au Théâtre de Bayonne et à la Salle Apollo du Boucau, la fréquentation de la dernière saison flirtait avec les 60 000 visiteurs. Dès septembre, les abonnements enregistrent une augmentation sensible et certains spectacles affichent d’ores et déjà complet! Le vif engouement se confirme donc!

Ayo

La nouvelle saison 2017-2018 de la Scène Nationale du Sud Aquitain ne déroge pas à sa volonté de présenter une programmation inventive, novatrice, diversifiée et de très haute teneur en ses quatre lieux de prédilection: Bayonne, Le Boucau, Anglet et Saint Jean de Luz. Un label national qui inscrit la structure au coeur de la création contemporaine, notamment régionale, à travers de nombreuses co-productions et résidences, comme un formidable creuset, pour un public le plus large possible, dans une démarche citoyenne et humaniste. Le label Scène Nationale est un fait acquis et mérité depuis 1991. Il n’est jamais attribué à l’établissement mais au projet culturel et artistique proposé par son directeur, en l’occurrence Dominique Burucoa, qui oriente, depuis l’origine, avec passion, ouverture et curiosité, les programmations annuelles afin de mener à bien des missions de service public soutenues par l’Etat, la Région, le Département et les villes impliquées dans son dispositif. Son ambition? élaborer, en de multiples lieux adaptés à chaque spectacle, intimistes ou grand public, une scénographie virevoltante où toutes les disciplines, tous les talents, reconnus ou en herbe, tous les publics, se rencontrent, se télescopent et se nourrissent les uns des autres en représentations de très haut niveau et belles découvertes de créations inédites, parfois dérangeantes, mais toujours jubilatoires que renforce le principe d’abonnements fermés et non libres.

Cie Alvin Ailey II

Camille

Andréa Bescond

A cette vitrine correspond un travail en profondeur toute l’année, comme une face cachée de l’iceberg! De multiples actions se développent pour que rayonnent la culture et l’art auprès de publics les plus larges possibles, des enfants aux esthètes fidèles, en passant par les familles et les plus démunis. Car outre les espaces qui accueillent, en fonction de leur configuration sculptée pour chaque spectacle, intimiste ou grandiose, des productions plurielles, la Scène Nationale a su intégrer le tissu associatif dense de la région à ses actions au quotidien en des milieux aussi différents et éclectiques que les hôpitaux, les réseaux scolaires ou les prisons. Un maillage construit patiemment en liaison avec tous les partenaires socio-éducatifs, socio-culturels, les villes d’accueil de spectacles, les partenaires institutionnels et de l’Education Nationale. Un foisonnement culturel et artistique axé autour du théâtre, de la musique- en chansons ou concerts-, de la danse, du cirque, de la magie nouvelle et des spectacles proposés à l’imaginaire des enfants. La ligne directrice consiste à valoriser la culture régionale et ses espaces d’accueil en co-productions durables, souvent assorties de résidences et de partenariats avec d’autres acteurs culturels, souvent en dispositifs de transfrontalité, capables de faire rayonner partout en France et en Europe éventuellement les spectacles ainsi propulsés. Ces actions se conjuguent avec d’autres dispositifs de fond toute l’année: une attention particulière portée au public de demain, les enfants, en temps et hors temps scolaires, ou aux familles, des collaborations techniques tissées avec d’autres lieux de spectacles plus démunis, des passerelles transfrontalières fortement édifiées et la co-organisation de festivals locaux que l’apport en compétences et moyens hisse au plus haut niveau de qualité et de notoriété ( Le Rendez-vous des Jours Heureux d’Anglet du 18 au 21 mai 2018 et le Festival Andalou de Saint Jean de Luz du 17 au 21 mai 2018). Un état d’esprit qui a déjà largement intégré depuis des années celui souhaité par l’EPCI, y ajoutant de surcroit, la dimension transfrontalière, renforcée encore davantage cette année avec la Navarre et le système de bus affrétés.  Les abonnements sont ouverts depuis le 5 septembre avec 2 options nouvelles proposées cette année pour mieux satisfaire la demande: Un forfait 24 spectacles et un second « découverte » de 3 spectacles qui s’ajoutent à la gamme existante de forfaits étudiés sur mesure selon les moyens des abonnés et leur statut.

Pour toutes informations sur la programmation, les dates, les lieux , les tarifs, les abonnements et réservations:

voir www.scenenationale.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 30 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier