Coups de coeur no image

Published on décembre 19th, 2014 | by MagMozaik

0

Réalités de la culture au Royal!

Nous recevons aujourd’hui ce magnifique plaidoyer en faveur d’une belle nécessité, celle de maintenir, à tout prix, des outils culturels de qualité au service du plus grand nombre de citoyens. Nous nous associons à cette démarche légitime et digne. Nous ovins décidé de ne rien changer au texte de l’équipe du cinéma Le Royal et le diffusons intégralement.

Du bon usage de l’argent…

“Les temps sont difficiles… et pour tout le monde. Pour certains d’ailleurs, ils sont plus durs que pour d’autres. Il est important de ne pas l’oublier. Ainsi relativiser la petite nouvelle, peut-être un peu désagréable, que je suis chargée d’annoncer en ce début d’année 2015… Depuis de nombreuses années, nous résistons pour tenir des tarifs au plus bas. Plus de dix ans déjà et nous sommes fiers d’y être parvenus si longtemps. Pourtant, vous le savez car vous le vivez aussi, nos charges, comme les vôtres, augmentent en permanence et il nous faut prendre une décision qui ne peut plus être différée : pour nos salariés, pour vous et la pérennité du lieu que vous aimez, nous ne pouvons risquer le déséquilibre. Vous constaterez donc à partir de la mi-janvier (prochain programme) une légère hausse de nos tarifs à laquelle, en accord avec la municipalité, nous sommes contraints par un contexte sur lequel nous n’avons pas de prise.

Nous sommes sûrs que vous ne nous en voudrez pas et comprendrez que malgré toute notre bonne volonté, nous sommes soumis aux aléas économiques. Même la culture (surtout la culture…), n’y échappe pas.

17628727-resume-de-fond-avec-un-film-de-cinema-celluloid

“L’argent, ah ! Fléau des humains !” disait déjà Sophocle dans Antigone… On n’aime pas parler d’argent. En tant que tel, le sujet est de peu d’intérêt. Soit il manque et ce qui compte alors, c’est la survie dans un monde où son absence creuse un fossé entre celui qui a et celui qui n’a pas. Soit, nous avons ce qu’il faut entre les mains (juste ce qu’il faut, il me semble que ça suffit), et le seul intérêt qu’il ait alors réside dans la façon dont on l’emploie. On se souvient de la phrase que Jean-Paul Sartre fait prononcer à l’un de ses personnages dans Nekrassov : “L’argent n’a pas d’idée”… Il n’est qu’un moyen d’action pour faire vivre les idées. Son absence peut parfois stimuler la créativité, mais il est des réalités sèches et coupantes qui obéissent à d’autres règles : des salaires à payer, des soirées à organiser, des charges à honorer. Elle est là, la vraie valeur de l’argent : permettre à l’aventure de continuer et à travers elle, à nos valeurs partagées, de s’exprimer. Surtout pour une association comme la nôtre qui ne connaît pas les notions de bénéfices et de profits et dont le rôle est de donner tout ce qu’elle peut donner. Comme le font depuis 12 ans déjà les salariés de notre équipe, à qui j’ai envie de rendre hommage une fois de plus, en cette fin 2014.

Votre petite participation supplémentaire aura le goût de la solidarité,  du partage presque familial. Une façon de dire un gentil merci à cette équipe qui vit avec vous depuis tant d’années. Nos richesses communes sont les émotions, le plaisir de découvrir. Et ces frissons-là, souvent n’ont pas de prix…

Solidaires pour que continuent à vivre les images qui nous accompagneront parfois longtemps, pour que votre cinéma reste vivant et vibrant, pour que des paroles s’y échangent et des idées y naissent. C’est la construction d’un héritage pour nos enfants…

Merci de votre compréhension et de votre chaleur permanente qui nous réchauffera en 2015, comme durant toutes ces années. Et bien sûr, excitante nouvelle année cinématographique à vous !

Nous résisterons, forts de cette belle idée qu’exprimait Chateaubriand dans ses Mémoires d’Outre-tombe : “Les moments de crise produisent un redoublement de vie chez les hommes.”

Redoublons de vie, pour que ce qui ne nous tue pas nous rende plus forts…”

15326763-courbe-feuille-de-film-noir-sur-fond-blanc

Une fin d’année en apothéose sur le grand écran de nos émotions

Un grand merci au Royal, cinéma Art et Essai bien sûr, mais aussi espace magique souvent associé à de multiples événements culturels originaux, souvent pertinents, parfois insolents et impertinents mais toujours séduisants et intelligents! Nous vous rappelons sa programmation de fin d’année:

– Dimanche 21 à 21h00, Le Jour le plus Court. Un programme international de courts métrages  (1h18) à ne pas manquer, truffé de jolies pépites! Entrée gratuite.

– Le 23 décembre à 20h10, en avant première, projection en VO STF du film Whiplash, drame américain (2014- 1h45)  de Damien Chazelle avec Miles Teller, J.K. Simmons, Melissa Benoist. Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence… Une étonnante et sensible vision de la rigueur artistique et des sacrifices que chaque discipline exige.

– Le 26 décembre à 21 heure, rencontre exceptionnelle avec le réalisateur australien de “Charlie’s Country” (2014- 1h48), Rolf De Heer. Un film avec David Gulpilil, Peter Djigirr, Luke Ford, projeté au Royal du 17 au 23 décembre en VO STF. Charlie est un ancien guerrier aborigène. Alors que le gouvernement amplifie son emprise sur le mode de vie traditionnel de sa communauté, Charlie se joue des policiers sur son chemin. Perdu entre deux cultures, il décide de retourner vivre dans le bush à la manière des anciens. Mais Charlie prendra un autre chemin, celui de sa propre rédemption.

– Samedi 27 décembre à 19h30, rencontre autour du film “M et le 3ème secret” de Pierre Barnérias avec François Daubigny et les voix de André Dussollier, Hélène Ségara.Ce film est une enquête sur un fait unique dans l’histoire de l’humanité, survenu à Fatima en 1917. Au cœur de cette affaire, un secret confié par la Vierge à 3 enfants du Portugal et qui alimente toujours les controverses et les inquiétudes. Une enquête qui va lever davantage le voile sur la femme la plus populaire de l’histoire : une femme juive, priée par des chrétiens et des musulmans.

– Dimanche 28 décembre à 18h15, enfin, séance unique de Giselle de Toa Fraser, film néo-Zélandais (2014) un ballet musical  avec Gillian Murphy, Qi Huan. Le ballet romantique d’Adolphe Adam délicatement entremêlé d’une autre romance, cette fois en coulisses entre les deux danseurs étoiles. Dans le film de Toa Fraser, l’histoire d’amour entre Giselle et Albretch trouve en effet son prolongement contemporain en coulisses entre les danseurs Gillian Murphy et Qi Huan. Les deux amants sur scène sont un couple à la ville, séparés par la distance, elle à New-York, lui à Shanghai. Se retrouveront-ils ?

Pour toutes infos sur horaires et tarifs: www.royal-biarritz.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

 

This Post Has Been Viewed 46 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier