Coups de coeur

Published on novembre 28th, 2016 | by MagMozaik

0

Quelques « Vénus » venues en terre basque

Elles sont 50 femmes, torse nu (et un homme) venues, en combatives Vénus se livrer seins et âme aux objectifs sensibles de 3 jeunes photographes d’origine différentes, Pierre Carton le bayonnais, Pow Roussely la bordelaise et Thibaut Paruite dit SPOE le versaillais. Leur ambition? Porter à travers l’art leur message d’espoir, de vie troublante et de lutte contre le concert du sein. Si ! Vous savez, ce petit ruban rose semblable à celui, rouge contre le sida qui hurle haut et fort votre humanisme et votre engagement au service de causes douloureuses et urgentes. 52 oeuvres au total mises aux enchères le 9 décembre prochain.

Voilà 3 ans que la Galerie SpaceJunk de Bayonne, experte en Street Art, mène avec ferveur et intelligence cette opération des Vénus qui, de mars à décembre, mobilise modèles volontaires, photographes et artistes pour une sensibilisation du public et des entreprises en faveur de cette maladie si intimement féminine, portant atteinte à l’intégrité physique de bien des patientes. 3 ans ici qu’une vente aux enchères des oeuvres permet, mesures de défiscalisation à l’appui, d’apporter des fonds pour la recherche médicale et l’aide aux malades que l’affection isole du tissu social et professionnel dans des conditions de précarité qui surviennent très vite. 3 ans que la ville de Bayonne et de nombreux partenaires mécènes se mobilisent pour que retentissent les appels aux dons partout dans le territoire basque et au delà.

L’opération, très créative, se déroule en plusieurs temps, sur 9 mois, le temps symbolique d’une belle gestation. Au printemps, les modèles, femmes en bonne santé, atteintes ou guéries, se prêtent au jeu des Vénus dénudées, n’hésitant pas à se lâcher, à s’exprimer en toute liberté corporelle pour se dire et clamer que même mutilées, elles restent femmes et actives. Un jeu pudique, sensible et sculpté sur le fil d’émotions délicates. Les photos, porteuses d’univers créatifs très différents, sont ensuite imprimées sur toiles en format 46 x 61. Interviennent alors les artistes qui s’emparent, selon leurs inspirations et leurs imaginaires, de ces photos fragiles, graciles mais étincelantes et puissantes aux infinies nuances de noir et blanc. Sur ces matériaux bruts, brutaux souvent mais toujours sensibles et oeuvres d’art déjà en eux-mêmes, ils cisèlent des formes nouvelles, des palettes de couleurs inédites, s’évadent en inspirations libres, chatoyantes, somptueuses, comme une multitude de scénographies en partitions presque musicales différentes. Artistes locaux, de Street art ou d’ailleurs, tous s’impliquent dans une démesure jubilatoire qui rend unique leurs compositions troublantes d’humanité, en fines trames qui recomposent ces images de femmes et du 1% masculin de la série. 

En parallèle des ateliers créatifs se mobilisent au sein de structures sociales à Bayonne et en zones rurales, souvent moins bien informées, plateformes offertes aux partenaires santé (Life is Rose et la Ligue contre le Cancer des Pyrénées Atlantiques) pour diffuser leurs messages de prévention auprès des femmes. Des ateliers encadrés cette année par le peintre Andrea Bernardini et le photographe David Duchon-Doris. En « Octobre Rose », mois intensif de sensibilisation annuelle, Bayonne, en multiples lieux d’exposition, découvre les oeuvres réalisées avant qu’elles n’émigrent en novembre sur les villes alentour. Le 9 décembre à 19h00, l’espace Amestoya à Saint Esprit accueillera le point d’orgue de l’événement, la vente aux enchères des 51 tableaux et de la sculpture signée Fabien Cayeré. L’an passé, elle a rapporté près de 15 000 euros, bénéficiant d’un dispositif judicieux de défiscalisation à hauteur de 66% pour les particuliers et 60% pour les professionnels. La palette de prix des oeuvres va de 100 euros à 900 euros en prix de réserve et de 200 à 1200 euros en premiers prix d’enchères, la majeure partie se situant dans un éventail de 200 à 500 euros néanmoins. Chaque tableau s’associe à la photographie originale tout en dédoublements évanescents de mouvements pour SPOE, en univers oniriques, étranges mais ouverts à multiples interprétations pour Pierre Carton et combats rugueux pour Pow Roussely. Difficile de citer tous les artistes qu’un très joli catalogue complet, disponible à la galerie SpaceJunk, recense et présente avec une note  explicative sur la démarche de chacun. Un ordre d’achat vous y propose d’acquérir ou de mettre une option sur les oeuvres de votre choix avant les enchères ou d’y participer par téléphone. Quelques coups de coeur néanmoins pour Tim Frager, Laure Marnas/Lorcolors, Shaz, Marion Veunac, Marko, Andrea Bernardini, Delwood, Ogreoner, Comic, Douglace, Argidea et JM Robert… A vous de les découvrir et de vibrer sur le fil de ces émotions ciselées avec pudeur et féminité sublimées. Une belle aventure menée par Mayara Siridiwê, chargée du projet, Charlie Noirault, Président de SpaceJunk Art Centers, Alban Morlot, directeur et Audrey Sommier, chargée d’action culturelle et de communication de l’espace bayonnais.

SpaceJunk, 35 rue Sainte Catherine à Bayonne . www.spacejunk.tv

Espace Amestoya, 14 avenue Benjamin Gomez à Bayonne (Vous munir d’une pièce d’identité, d’un rib ou d’un chèque en cas d’achat). Entrées libres

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

Photos Mathieu CLERC

This Post Has Been Viewed 164 Times

Tags: ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier