Concerts

Published on avril 11th, 2015 | by MagMozaik

3

Quelques points d’ancrage subtils de l’harmonie…

Christophe Chassol n’est pas un musicien comme les autres, entre images et sonorités, dans la recherche de l’harmonie parfaite chargée d’émotion. Le 10 avril, sous l’égide de la Scène Nationale Sud Aquitain et de la Ville d’Anglet, il nous proposait “Indiamore” au Théâtre du Quintaou.



Génèse d’un voyage vers l’Inde mythique…Indiamore!

Juillet 2012… Située sur la ville gauche du Gange, Bénarès, ville de l’état Indien de l’Uttar Pradesh, appelée Kashi la lumineuse , eu égard à son statut de centre universitaire . Dédiée principalement à Shiva, et faisant parti des sept villes sacrées de l’hindouisme, elle est réputée pour ses ghats, berges recouvertes de marches de pierre, permettant aux dévots hindous de descendre jusqu’au fleuve sacré pour pratiquer ablutions et Pujas.

Après un premier repérage en 2010, Christophe Chassol accompagné de Marie France Barrier (chef opératrice) et Yohan Levasseur (ingénieur du son) filme le quotidien, s’imprègne pour mieux « se gluer ». Une sorte de «  Raga road movie » les conduisant de Bénarès à Calcutta en Hindoustani, Terre de sitar (cordes) Tabla (percussion) Tempura (cordes), de chants et de gracieuse danseuses d’Odissi. Après « Nola Chérie » tournée à la Nouvelle Orléans (2011) et avant l’Antillais Big Sun (2014) Christophe Chassol uni ses harmonies occidentales à la modalité Indienne. Un mariage de passion . Indiamore est un hymne au partage à la Vie et à la beauté.

IMG_5211

Christophe Chassol et Lawrence Clais

 

Un Sitar, Un Tempura.

Il me disait qu’il voyait la musique Indienne comme deux lignes horizontales. La première généralement joué par un Tempura symbolisait la basse. C’était un flux,un ton,un tronc. Une racine qui définissait le point d’ancrage de l’harmonie (Christophe CHASSOL. Two lines)

Le sitar égrène seul sa mélodie lancinante. Raga du matin bercé d’un temps élastique. Délicatement, la verticalité Chassolienne, biberonnée à la sémantique rythmique de Steive REICH caresse les formes et les méandres de l’improvisation modale d’un Gange apaisé. Le minimalisme revendiqué de cette cellule, enserrant sa tonique comme du lierre pour mieux embraser la quarte, encore et encore se déploie dans l’espace et le temps, comme un arc. La duplication, comme chez Andhy Warhol, n’est jamais exacte et CHASSOL est passé Maître dans l’usage des « samples », ces enchaînements d’accords chéris dont il a formulé, en 2004/2005, un Vade-mecum lors d’une résidence à Los Angeles. Pourquoi utiliser ces enchaînements d’accords, comment les orchestrer, quand les produire, pour quels effets ?

Monsieur Lawrence Clais ….. Pulsation ou Talas Indiens…. ?

La musique Européenne avec ses rythmes à 2,3, 4 temps peut sembler académique face à l’armada de Talas, cycles composés d’unités rythmiques (plusieurs centaines avec des cycles qui peuvent revenir….. tous les 108 temps). Venant de la danse, à la rythmique soigneusement calibré Lawrence Clais injecte sa pop, son puls, son jazz, quitte à choquer quelques musiciens « puristes » Indiens prêts à le jeter aux gémonies et pour qui le salut ne passe que par le respect de la philosophie cyclique du Tala…..mais Indiamore est avant tout un moment d’échanges et de rencontres avec notamment des percussionnistes et joueur de Tabla comme Ashok Pondek beaucoup plus ouvert à ces portées écrites à plusieurs mains.

Poursuite du voyage…Calcutta au Quintaou

il me disait qu’il voulait jouer ses accords préférés à l’intérieur des intervalles qui ressemblaient aux montagnes des Indiens d’Amérique……(Christophe Chassol . Two Lines) Nous entrons au sons des Klaxons dans Calcutta, ville fondée en 1690 par JOB CHARNOCK, capitale de l’empire britannique des Indes jusqu’en 1911.

Sur le siège arrière du taxi, trois hommes. Le visage de l’un deux illumine le Quintaou. Il tape dans ses mains et impulse un voyage sonore, en répétant…Din à Din, Din à Din…. Debout, devant ses claviers, Christophe CHASSOL semble danser. Il impulse, virevolte communique avec Lawrence Clais. Din à Din, Din à Din. Les accords s’enchaînent. Danse quasi obsessionnelle pour espace réduit. L’interactivité entre le film et les musiciens fonctionne parfaitement. Cette approche sinesthésique ou les sens, vue, audition, souvenirs sont sollicités pour créer des émotions dans des rais de lumière sonores pour toile Grand format, Fête de Holi, notes pulvérulentes, poudreuse d’accords..font perdre la notion d’espace et de temps. La salle est happée sur le siège du taxi, le Quintaou est dans une rue bondée de Calcutta…

Odissi… des danseuses en noir en blanc pour un final somptueux.

La fin de ce voyage coloré passe par la magie des danseuses d’Odissi, qui tire son origine du culte de Krishna.. La pop des claviers accompagne le regard de ces visages, habité et lumineux. On y voit la Tête le buste, les pas rythmés sur le principe du Tribhang qui divise le corps en trois parties. Un véritable moment de grâce et de communion avec la salle.

IMG_5210

Clap de fin

Christophe CHASSOL se lève et remercie mais le public a goûté aux accords épicés et à soif d’ailleurs. Les deux musiciens se retrouvent seuls sur scène. Le film, point d’ancrage commun, fil d’Ariane aux couleurs Bollywoodiennes ne défile plus sur l’écran. Que voulez vous ? Big sun répond un spectateur ! Christophe esquisse un sourire. Laurence Clais comblera le public par une cession de percussions high Level, pulsation cardiaque pour batteur de génie. La salle est en combustion.

Merci TRICATEL ! Rendons à Monsieur Bertrand BURGALAT, pour les 20 ans de son label TRICATELce qui lui revient ! Producteur, musicien et compositeur Français c’est infatigable pourchasseur d’artistes inclassables aux projets hors norme, défend sa spécificité contre vents et marées. Si Christophe Chassol, Lawrence Clais et bien d’autres artistes peuvent s’épanouir et nous émerveiller c’est aussi par la grâce de la pugnacité des dirigeants de ces labels qui savent prendre des risques.

Namasté.

Le coup de cœur…Le festival Bonjour India 2013 organisé par l’ambassade de France à New Delhi ou Christophe CHASSOL a présenté Indiamore en compagnie d’autres artistes. La culture Française étant mise à l’honneur avec une belle pugnacité !

www.chassol.fr et www.wikidrummers.com/lawrence-clais-le-mojo-grooveur/

www.tricatel.com

www.youtube.com/watch?v=Tff1fEtK2gs

Xavier HEUTY, magmozaik64200@gmail.com

Thumb-SNBSA-600-1

This Post Has Been Viewed 419 Times


3 Responses to Quelques points d’ancrage subtils de l’harmonie…

  1. Formidable voyage sonore et vidéo… une ambiance indienne et métisse vous transportant pour tout le restant du mois (au moins). On aurait aimé un rappel plus long et surtout une salle plus remplie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier