Virées culturelles

Published on avril 6th, 2016 | by MagMozaik

2

Que notre Côte Basque est belle…Sans ses pompes à fric!

L’été 2016 se profile déjà avec son cortège de manifestations dont on se demande, tout de même, quelle pertinence justifie leur implantation en nos rivages. Il est vrai, sans déprécier ces régions, que choisir Ostende, Zuydcoote, voire Palavas les flots, cela n’a pas vraiment le même cachet qu’un certain snobisme biarrot qui voit, en ces événements très parisiens et friqués, l’ambition, hélas infondée, de se doter d’une aura “djeune”. “Wheels & Waves”, du 8 au 12 juin, ouvrira le bal suivi de près par le “Big Festival”, du 9 au 17 juillet.

Outre le fait d’attirer un public pour le moins aisé, ou qui parade comme tel, ces ceux manifestations ravissent surtout les commerçants, hôteliers, restaurateurs et autres professionnels du tourisme dont les tiroirs caisses jubilent dès que se pointent les heureux propriétaires de grosses cylindrées, ou les festivaliers capables de débourser, sans compter, pour assister aux concerts de stars de la musique qui n’ont rien de locales, ou ne voir dans le Côte des Basques qu’un aimable paysage de carte postale! On se souvient, l’an passé, de la levée de boucliers des principaux bénéficiaires de “Wheels & Waves” lorsque fut évoqué l’éventuel déplacement de la manifestation vers d’autres contrées! On s’interroge aussi, outre les quelques rares musiciens et talents locaux alibis, en quoi le “Big Festival” rehausse le prestige de la cité balnéaire. Et ce n’est pas l’incursion, Donostia 2016 oblige, du festival à St Sébastien, pour une journée, qui nous convaincra de la nécessité de cet événement ici précisément!

Roues, vagues et fureur de vacarmes!

Alors plaçons sur le même terrain que les organisateurs (toulousains et parisiens respectivement!).” Wheels & Waves”, nous assure-t-on, ne concerne pas qu’un public jeune mais aussi des cinquantenaires, qui célèbrent ainsi la bonne vieille culture surf and Rock & Roll ! Mouais! Sauf que s’offrir des Harley Davidson (marque qui envahit à cette occasion l’hôtel du palais, si si!) n’est pas à la portée du premier gamin venu, tout comme les propriétaires des autres grosses cylindrées, tout aussi coûteuses, sont loin d’émarger au SMIC ou à pôle emploi! On ne leur reproche certes pas, mais en matière de festival populaire on fait mieux non? Alors que devient cette manifestation? Une éblouissante boite à rêves pour gamins qui, la nuit venue, se prennent à faire du wheeling en scooters ou mobylettes, quitte à se fracasser au Rond Point de l’Europe!

Reste aussi le problème épineux du bruit! Certes, un minimum de tolérance de part et d’autre s’impose. Mais quand on situe les lieux de rassemblements aux extrémités de la ville ( Milady et Cité de l’Océan, décidément je n’y coupe pas!), il faut s’attendre à un défilé constant de belles, mais néanmoins très bruyantes, bécanes, à longueur de journées voire de soirées ou nuits vers le centre ville ou les cités voisines, moins onéreuses en termes d’hébergement. Et puis, pour l’avoir vécu, essayez donc de dormir, avec toute la patience requise, lorsque, habitant par malheur au rond point de l’Europe, vous devez supporter les départs des couche-tard jusqu’à 4h00 du matin ( sans compter les accident, nombreux) suivis de près, à 5h00, par les lève-tôt, les uns et les autres, on le sait, ne se déplaçant qu’en bandes ou meutes! Chacun se la jouant “Easy Rider” en mode plus ou moins âgé et sans le charisme d’un Nicholson ou d’un Fonda, vous imaginez bien le tumulte!! Alors oui ! Tolérance! Mais aussi respect de toute une large population qui ne goûte pas forcément un vacarme qu’il est vain de contrôler, aux dires même de la police municipale qui n’y peut pas grand chose, instructions pour l’image de la ville obligent! Mais bon! Il faut bien songer à l’économie de la ville! Pauvres imbéciles égoïstes que nous sommes ne n’avoir pas songé à ce détail essentiel! Alors nous avons une idée: Pourquoi ne pas exiler tous les riverains qui le souhaitent, pour quelques jours, aux frais de “Wheels &Waves”, en multiples palaces plus calmes de Cannes, Nice, Deauville ou Marrakech? Tout le monde y trouverait son compte et ceux qui resteraient n’auraient pas à se plaindre, non mais alors! Mais trêve de plaisanterie! Le bien vivre ensemble a ses limites et admettons que ces belles carrosseries ont du chien!

Le Big étranger!

Le cas du Big Big Bide, très différent, nous laisse plus perplexes!! Certes, on nous serine que cet événement s’inscrit dans la culture surf, beach, fun & tapas! Ouf! Excusez du peu, exprimé en anglais qui plus est! Petite question en passant: En quoi les cachets faramineux versés aux stars d’Aguiléra, de Stromae à Halliday en passant par Iggy Pop (que j’adore!) sont « fun »???? Surtout quand il convient, rentabilité oblige, de répercuter ces coûts sur le prix des billets et autres pass? A ce tarif là, mieux vaut s’acheter leurs CD ou alors se payer quelques beaux concerts à l’Atabal ou à la Luna Negra, non? Eux aussi ont de superbes programmations toute l’année avec un joli focus porté sur de grands artistes locaux! Alors ouais génial! On nous promet, comme chaque année, Music, beach, food and fun avec food à prix prohibitifs!! Et on passe sur tous les tarifs d’Aguiléra, de la Big Boite et autres Big Villages sur 9 jours! De quoi lessiver vos finances en circulant, comme vous le pouvez, sur trois sites aussi éloignés qu’on peut l’imaginer!! C’est Marathon en monnaie sonnante et trébuchante avec sonos saturées qui dénaturent tous les artistes, notamment sur le stade!

Wouhaouuu l’affiche est alléchante, bien que provisoire encore, mais aucune once de talent local ne pointe son nez!! Alors pourquoi ici? Le surf? Argument un tantinet éculé quand on sait que la plupart des 70 000 visiteurs (???) vient surtout pour se percer les tympans et s’alcooliser grave jusqu’à l’aube! Populaire? Foutaise! regardez donc les tarifs et les sacrifices que vont faire les spectateurs pour apercevoir, de très loin et en de mauvaises conditions acoustiques, leurs idoles? Là aussi une boite à rêves impossibles bien surfaite, au goût finalement bien amer, sauf, encore une fois pour ceux qui vont profiter de publics qui devront se loger, se nourrir et boire!!

Morale de l'histoire!

Croyez vous vraiment que ces deux événements draineront les publics visés vers une vraie découverte de notre ville et du Pays Basque? Iront-ils visiter nos musées, nos lieux emblématiques et goûter notre culture, savourer nos spécialités, aller à la rencontre de nos jeunes et talents locaux qui se battent pour exister? Il n’y a aucun esprit de partage, de métissage culturel dans ces deux monstruosités imaginées pour faire juste du fric et profiter de nos paysages! Que verront Pharell Williams, The Prodige, Feu!Chatterton et autres Salut c’est Cool de notre douceur de vivre, de créer et d’apprécier nos contrées? Et une fois les saltimbanques partis, les chapiteaux repliés, que restera-t-il finalement que de beaux rêves inassouvis en imaginaires factices?

Entre juin et juillet bien des événements se dérouleront ici qu’aucun festivalier n’aura pris le temps de vivre, dans une douceur estivale et conviviale  qu’il n’aura su prendre le temps justement de découvrir avec nonchalance… Alors non, je ne serai pas de ces arnaques-là qui vous font oublier l’envie du bien vivre et aimer ensemble toute une culture territoriale, faite par tous ces créateurs qui vivent ici, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs, en de jolis métissages culturels, d’ici ou d’ailleurs! C’est ce que nous apprennent, avec humilité et beauté de multiples événements comme les Ethiopiques par exemple!

Le slow Power n’est pas dans nos gènes ici! A bon entendeur…. Mais nous ne demandons qu’à avoir tort et à voir comment vont évoluer ces manifestations! L’avenir nous le dira en juin et juillet!! Il nous reste encore quelques belles pépites, à commencer par Black & Bask, même exilé dans les Landes!

This Post Has Been Viewed 234 Times


2 Responses to Que notre Côte Basque est belle…Sans ses pompes à fric!

  1. catherine bossser says:

    Voila bien la première fois que je découvre notre Petit Clown en colère ! Cela me rassure car je le pensais éternellement optimiste ! Oui, Petit Clown, je suis entièrement d’accord pour le bruit et la cible de la clientèle. Oui, j’estime que ce type de festival n’est pas adapté à notre Côte Basque, mais, non, je pense cependant qu’il attire beaucoup de jeunes, avides de “bruits musicaux” et de rythmes endiablés. L’été ne dure que deux mois pour eux et ils veulent “s’éclater”. Prenons notre mal en patience, laissons-leur la Côte pour quelques temps et allons à Halsou, dans l’Église Notre-Dame écouter le Festival de Musique de Chambre de la Dame des Aulnes du 22 au 30 Juillet. Cool quoi !

    • MagMozaik says:

      Oui c’est vrai, finalement, on va laisser ces jeunes dépenser le peu de sous qu’ils ont!!! mais s’éclater au fond d’une salle ou très loin de leurs idoles en buvant moult bières ( c’est le moins cher) !!!!!M’enfin…. Moi je préfère aller à l’Atabal ou m’éclater ailleurs, sur la Luna Negra ou chez Malandain ou alors, ben tiens!! Lire un bon bouquin en écoutant en CD les oeuvres de toutes ces stars invitées et que j’apprécie pour certaines d’entre elles comme Pharell Williams!! Et puis oui aller à Halsou ou Bidache!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑