Expos

Published on septembre 18th, 2015 | by MagMozaik

0

Quand l’art caracole

En cette rentrée les expositions foisonnent dont la qualité atteste, s’il en était besoin, que notre territoire fourmille de talents précieux. La virtuosité s’affiche partout en multiples modes d’expression ou présentation. La tendance se précise à explorer en une même manifestation différentes disciplines artistiques selon des scénographies ou des concepts d’art global intéressants, autour d’un café, d’un thé, d’un verre accompagnés de douceurs maison ou de pintxos. Sur un même thème, l’art se mêle à la musique, à la danse, à la littérature Soka, de l’Institut Culturel Basque accompagne les 25 ans du Temps d’aimer en une évocation multimedia d’une identité culturelle forte tandis qu’à la Médiathèque Gabrielle Duplantier nous entraine, en photos noir et blanc au coeur des rituels traditionnels des danses basques . Ailleurs les Journées du patrimoine investissent des musées, galeries, ateliers de collectifs ou des lieux insolites comme la Cage d’Escalier de Raoul à Bayonne les 19 et 20 septembre. Partout les galeries bouillonnent: Get Arty, les Corsaires, le Microcosme , le Didam et autres espaces connus auxquels s’ajoutent de nouveaux lieux, tels la galerie Hausséguy à Biarritz et le show room de Yannick Fournié. Enfin, le Festival Biarritz Amérique Latine nous réserve son brillant lot d’expositions consacrées à quelques femmes photographes équatoriennes. Suivez le guide!

Corsaires le vent en poupe!

D’escales en escales d’artistes, la galerie des Corsaires nous entraine plus que jamais en des voyages d’imaginaires de très grande qualité au rythme soutenu de 2 expositions par mois. Jusqu’au 19 septembre, 2 artistes, l’une peintre et l’autre sculptrice, juxtaposent leurs fines et subtiles rugosités.

 Lin Schmidt nous propose une bouleversante et subtile palette où pigments, matières et fragments de textes manuscrits nous invitent à l’évasion selon des inspirations très variables mais toujours en nuances fauves chaleureuses. L’argile permet à l’artiste Marie-Laurence Duviella de concrétiser ses passions, le paradoxal et les folies de la civilisation, l’humour, l’amour. Sa quête actuelle passa par une diminution de la matière, plus de vide pour suggérer l’instant volé. Son travail se libère, s’émancipe, esquisse à la recherche de l’essentiel du mouvement.

Du 21 septembre au 3 octobre Eric bourdon leur succède en une expédition onirique vers Venise. Un carnet de voyage figuratif hanté par d’évanescents personnages de Carnaval, de zanis et de somptueuses architectures dentelées ou meurtries par les siècles. Une splendeur lumineuse un brin surannée, chargée d’histoire et de mélancolie. On se prendrait presque à rêver de Visconti!

www.galeriedescorsaires.blog4ever.com

Macro rentrée pour microcosme

Voilà, sous la houlette de Laurent Platéro et les gourmandises de Sophie, une petite galerie qui monte qui monte grâce aux choix judicieux des artistes exposés! Douglace, Alesko, Selp, Claude Billès, Xavier ray, Muriel Platéro (jusqu’au 30 septembre!) … Une belle brochette lumineuse et créative de peintres, collagistes  et autres illustrateurs ou sérigraphistes qui lui donne une étonnante fragrance avant- gardiste.

Après un début de rentrée artistico-littéraire-culinaire en fanfare les 11 et 12 septembre où pour l’acaht d’une oeuvre d’art la galerie offrait thé ou café et un ouvrage, l’illustratrice Vanessa Redy-Coyrehourcq et l’auteur Elodie Munoz présentent le 16 septembre, de 16h00 à 18h00 “Ma petite Lune”/”Ene ilargi ttipia”, livre bilingue poétique d’exercices de relaxation pour aider les petits à s’endormir,  à déguster autour de biscuits et de crêpes. L’occasion de découvrir les premiers exemplaires assortis de dessins uniques!

A signaler, dans le registre petite galerie nouvelle qui monte qui monte, la Galerie Hausséguy à Biarritz, qui vient d’ouvrir ses portes dans le quartier des halles avec un choix très sûr d’artistes dont certains participaient récemment , au Didam, à Sans Titre 1.

Les valeurs sûres

Galerie Pili Taffernaberry à Bidart, Pierre Boué-Dubergé, dont on apprécie particulièrement la flamboyance, exposait jusqu’au 16 septembre, après avoir assuré, depuis juin dernier, une belle présence en divers lieux prestigieux de Biarritz. Idem pour Vincent Legand qui, avec une créativité nouvelle et subtile, s’épanouit depuis un an, depuis sa rétrospective à l’Atabal. Lui aussi s’est affirmé tout l’été en divers lieux, nottament à Guéthary, au Bricket Bar.

Autre valeur sûre : La Cage d’Escalier sur laquelle nous avons souhaité porter un focus à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine les 19 et 20 septembre et dont on vous rendra compte à travers de multiples événements en tous lieux, notamment à Bayonne, Anglet ou Biarritz. Vous pouvez en attendant découvrir les programmes en vous rendant sur les sites de villes ou sur le site des Journées du Patrimoine. La Cage d’Escalier reste, pour nous, le plus bel événement de ces journées qui valorise des expositions collectives et surtout, un patrimoine architectural urbain de toute beauté. Allez y vite! C’est 6 rue Port Neuf de 9h00 à 20h00.

Mais l’un des événements de cette rentrée est l’ouverture du show room de Yannick Fournié à Biarritz (Rue Trubert), la Kaïman Gallery. Un espace consacré à la peinture contemporaine et au mobilier vintage dont la création est dévolue à Philippe Faber (DD mobilier). Objectif assigné à cette ancienne usine aux allusions reptiliennes et carnassières intéressantes? Recevoir des expositions d’artistes multiples, français ou étrangers dont certains seront en résidence dans ce loft, lieu de vie de 130m2 où le public et surtout les collectionneurs pourront assister au travail des artistes. A cette ambition s’ajouteront, toute l’année, des stages de peinture et de dessin. Nous y consacrerons un reportage.

En marge des festivals

Rappelons les deux splendides expositions consacrées aux danses basques, proposées, dans le cadre du Temps d’Aimer la Danse, à la Crypte Sainte Eugénie et à la Médiathèque de Biarritz. De superbes approches multimedia et photographiques d’un des fondement majeur de l’identité basque . Voir www.magmozaik.com/soka-danza-une-etonnante-surprise/

Le Festival Biarritz Amérique Latine (28 septembre-4octobre) rend hommage à l’Equateur. L’occasion de présenter au public deux séries d’artistes dont les oeuvres photographiques puissantes portent un regard témoin sur les réalités sociales, culturelles, économiques et humaines, avec pudeur et émotion.

Estefania Peñafiel Loaiza expose au coeur du Village, sous le Prisme dont l’épure lumineuse se fait écrin de photographies justes et précises conçues parfois sous forme de paraboles d’une mémoire historique politique. 3 volets du parcours de l’artiste esquissent les lignes de force d’un talent aux multiples inspirations: “Sans Titre (Figurants)”, “Compte à rebours” et “Cartographies”.

3 autres artistes se concentrent sur d’autres manières d’appréhender la réalité en explorant la densité humaine du peuple équatorien sous des angles insolites. Paula Parrini nous fait découvrir le “Barrio”, quartier de la Floresta à Quito. François « « Cocó » Laso s’interroge sur l’importance de la ferveur religieuse dans l’âme du Pays  avec “Otro cielo, no esperes”. Santiago Serrano promène son objectif en deux thèmes bien différents. “Toros-mex-ecu”  porte un regard singulier sur le rapport à la mort à travers l’univers des corridas entre Equateur et Mexique. A l’Hotel du Palais, le regard d’un enfant découvre la mer avec “Piélago”.

Nous vous reparlerons de ces quelques expositions insolites et surprenantes.

Maura Black s’inscrit, du 29 septembre au 15 octobre, dans la thématique équatorienne du festival, bien que son exposition privée ne participe pas d’une programmation officielle. Elle installe sa vision des Afro – Equatoriens à l’espace América de la Mdiathèque. En juillet 2013, elle partait pour la province d’Esmeraldas rencontrer les habitants de la réserve écologique « Cotacachi – Cayapas »Elle en reviendra avec des clichés noir et blanc offrant une très sensible vision de quotidiens vécus au rythme  de traditions orales, de mythes, de symboles, de coutumes… sur fond de réalisme magique.
Une rentrée décidément bien chargée!

Magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 136 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier