Expos

Published on mars 14th, 2015 | by MagMozaik

0

Quand la photo se fait…graphique et artistique

Sous la houlette de l’association Arcad, en ce vendredi 13, 13 photographes exposent leurs oeuvres au regard très personnel dans le bel écrin de la Crypte Sainte Eugénie. Jusqu’au 12 avril, Sylvain Aubert, Abel Bourgeois, Florence Douyrou, Julien Fleurance, Amaia Jorajuria, Patxi Laskarai, Luc Médrinal, Yvon Monet, Nicolas Olivier, Jean-Pierre Pujos, Xomin Sourgens, Patrick Taberna et Daniel Velez nous proposent des angles de vues différents en prismes d’objectifs multiples, du noir et blanc à la couleur, du regard intimiste à la vision documentaire incisive et précise qui nous invite à penser autrement le monde qui nous entoure, en argentique ou numérique. Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse en réalités décalées ou imaginaires poétiques.13 artistes du département nous offrent en ce lieu magique un tourbillon d’images et de talents sur une riche palette de paysages, de visages ou d’événements crus sublimés par une mosaïque d’objectifs.

IMG_0420

Hélène Fédida

Philosophie d’un projet

– Hélène Fédida, plasticienne, présidente d’Arcad, et Agnès Zimmermann, directrice générale de l’association, nous éclairent sur la démarche de l’exposition, inaugurée par Jocelyne Castaignède, adjointe à la culture et Michel Veunac, maire de Biarritz, en présence de nombreux artistes venus en amis, tels Poly Berin, Claude Billès, Altéa, Bruno Lehoux, Angela Mejias ou Sam Dougados pour ne citer qu’eux, sous l’objectif d’un autre virtuose de la photographie, Claude Thétaz. Certains venaient choisir leurs futurs exposants pour Ezpel’Art et d’autres repérer les talents à magnifier dans leur galerie, tel Laurent Platero, du tout nouveau Microcosme de Bayonne. C’est assez dire l’engouement que suscite cette superbe exposition que nous avons suivie jusqu’au bout de cette belle nuit biarrote- frisquette tout de même- et achevée autour de verres de bières fines à la Tireuse, rue Mazagran, entre artistes, ou amoureux des artistes, devenus amis par cette passion commune!

IMG_0465

La Tireuse, rue Mazagran

– L’idée? Une furieuse envie de démontrer à quel point ce mode d’expression est aussi avant tout un art majeur, au même titre que la peinture, la sculpture, le collage ou la mosaïque, entre autres. L’envie également d’exposer la richesse d’une technique dont les infinies variations, numériques ou argentiques, noir et blanc ou couleur, se mettent au service d’imaginaires créatifs ou d’instants de vie saisis au vol. Et, tout comme il se suffit pas de barbouiller une toile pour se prétendre peintre, on ne s’improvise pas artiste photographe ainsi! Seuls critères : le talent et le sens du regard, réaliste, intimiste, onirique, poétique ou décalé. La palette, la matière, le support, les pinceaux, crayons et autres fusains ou fours à verre et céramique, se nomment ici appareils, plus ou moins complexes, pellicules ou systèmes numériques, objectifs et ASA… La perspective, l’angle et la lumière adoptent ici un autre vocabulaire aux sonorités différentes tels que cadrage, point de vue, profondeur de champ, durée de prise ou surexposition, sélection de la chambre ou de la surface photosensible…L’oeuvre finale, sa mise en valeur et son exposition se pensent ici en termes de tirages sur des gammes subtiles de manipulations esthétiques ou de formats, d’encadrements et d’accrochages selon des éclairages adaptés aux messages transmis ainsi à travers les photographies!

– Des langages différents pour des exigences esthétiques et expressives communes à tous les arts finalement. Et tout comme les plasticiens ont leur style particulier, les photographes ont un fonctionnement qui leur est propre: Travail dans l’attente d’une prise de vue magique ou d’un instant unique capté dans l’immédiateté.. Tous les possibles se conjuguent en mode instinctif ou aléatoire à partir de réalités que chaque artiste apprivoise et modifie au gré de ses attentes ou de son regard créatif.

De belles rencontres

Tous les artistes exposés proposent ici un bel aperçu de talents aux multiples variations. Nous retrouvant dans la position d’arroseur arrosé à photographier…des photos, nous avons choisi de décliner ici quelques rencontres étonnantes avec des hommes et des femmes dont les approches sont souvent très divergentes mais toujours passionnantes. Nous les avons écoutés se raconter, dire leurs visions ou leurs univers avec leurs gestes, leurs exubérances, leurs pudeurs et leurs regards, parfois lointains, où défilent leurs images, prises ou à prendre encore! Nous vous proposeront d’autres rencontres dans les jours à venir…

– Sylvain Aubert, nous en avons longuement parlé récemment! Sa fraicheur décalée, ses visions ubuesques ou détournées de réalités souvent absurdes ou incongrues, sa manière d’accommoder ses passions de bonbons et de micro processeurs ou d’inventer des nuages qui sortent de son imaginaire coloré…Autant d’oeuvres décapantes à découvrir ici mais aussi à l’Atabal où se poursuit son exposition ( voir www.magmozaik.com/lhomme-qui-aimait-les-bonbons/). Son humour, sa poésie, soulignent avec une émotion délicate à quel point les apparences peuvent souvent être trompeuses…www.sylvain-aubert.com

IMG_0455

Xomin Sourgens, Florence Douyrou et Agnès Zimmermann d’Arcad

– Autre registre, tout aussi sensible et fin, avec Florence Douyrou (photo en une), dont les photos composent un dialogue permanent et insolite entre la nature et les hommes, tel ce couple d’oiseaux, aux couleurs chatoyantes, perchés sur une branche d’épines, qui symbolise l’amour souvent difficile et semé d’épreuves entre deux êtres. Une force émotionnelle exceptionnelle et l’un de nos grands coups de coeur en ce domaine d’un imaginaire intimiste qui surfe en permanence sur la fragilité des sentiments humains, traduits en délicates constructions végétales ou animales. Une oeuvre pudique, sensible et bouleversante. Une conversation à suivre… www.florencedouyrou.com



– Abel Bourgeois nous offre ici un travail au sténopé, procédé très ancien qui laisse au photographe une grande liberté d’expression par des plans larges et fixes comme une autre manière de regarder la réalité. Dans la série proposée  en noir et blanc, des champs de tournesols attendent la récolte, telle une armée en déroute! Et de fait on se croirait presque sur un champ de bataille dont les soldats seraient les fleurs prêtes à être décimées par quelque faux ravageuse! Etonnantes photos tout en mouvement et tumulte, dans un silence assourdissant de papier qui vous happe! www.abel-bourgeois.com



IMG_0454

Xomin Sourgens

– Xomin Sourgens est de la race de ces contemplatifs qui voyagent et attendent, à l’instinct, le moment propice pour saisir la beauté de paysages insolites où les constructions humaines les plus incongrues prennent sens au coeur d’une nature luxuriante, d’Espagne ou du Chili. Le noir et blanc, de l’argentique, en résonance d’une démarche esthétique minutieuse qui laisse le temps au temps et à l’espace, dont les hommes sont absents. Improbables lieux dénichés et captés dans cette série intitulée Animita-Cantxa qui alterne petits sanctuaires d’un blanc éblouissant et cages de buts sommaires de football posés là, comme des reliques oubliées chargées d’émotion palpable. Et c’est à eux d’apprivoiser le photographe, de retenir son attention pour enfin sortir de l’anonymat… Ses oeuvres font face à celles de Luc Médrinal et ce n’est pas un hasard! Des clichés qui saisissent l’instant éphémère de brumes, de fumées ou de particules agricoles colportées par le vent dans une infinie poésie en noir et blanc. www.xomin.sourgens.com et www.lucmedrinalphoto.com



IMG_0448

Un truculent Daniel Velez

– Enfin, inévitable mais non moins exceptionnel, le travail de Daniel Velez, journaliste photographe, ancien correspondant AFP et journaliste de Sud Ouest pendant 40 ans, qui propose ici ses regards croisés (Begidarak) dans un Pays basque dont il est pétri dans toutes ses fibres d’émotion. Il nous raconte l’histoire de chaque photographie où le hasard intervient souvent à hauteur de 70 ou 80%, le reste étant du talent pur. On pourrait aisément penser l’inverse tant il est modeste et soucieux d’aider la jeune relève douée en diable! Son regard, il l’a maintes fois croisé avec les hommes et les femmes d’Euskadi, dans leur cadre quotidien ou leur vie sociale et politique, tel ce cliché du temps du GAL où, surpris par un bruit de la rue, un jeune homme armé se retourne vers l’objectif. Tel cet enfant saisi rue Marengo lors des fêtes de Bayonne 2011 devant le panneau de protection en bois d’une boutique où est peint un fier taureau s’élançant vers les passants… Il suffit de l’écouter pour saisir toute la tendresse de sa vision et la passion pour son Pays basque. Un entretien très suivi par les visiteurs de la crypte, attirés par sa jolie façon de raconter ses photos!  www.paysbasqueactualites.com



Pour tous les amoureux de cet art majeur, une boutique permet d’acquérir des clichés de ces photographes à des prix très abordables.

Pour toutes infos, www.arcad64.fr

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 612 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier