Politiques culturelles

Published on juin 17th, 2016 | by MagMozaik

0

Qualité et diversité? L’art de bien vivre l’été angloy!

La saison estivale d’Anglet s’annonce pour le moins riche en événements qui prennent sens! Sens environnemental, sportif et culturel mais aussi sens du bien vivre et de la convivialité pour un maximum de détente et d’évasion. Une trame colorée et festive tissée sur le fil rouge des 4,5 km de plages en ponctuations fortes et souffles de libertés créatives, ancrés au coeur d’un bassin de vie économique et social, offerts en écrins de sable et de verdure aux visiteurs mais aussi aux populations locales, en quelques rendez-vous phares, de juin à fin août. 

Art ou mode de vie?

A l’heure ou les Nocturnes de la Chambre d’Amour s’apprêtent à lancer la saison estivale de la cité balnéaire, la municipalité au grand complet, les acteurs de la vie touristique, économique, culturelle, artistique, sportive, événementielle et les partenaires associés aux manifestations, présentaient, hier soir, la programmation 2016, destinée à rythmer, à bonne cadence harmonieuse, les quelques mois à venir. L’occasion de rappeler les principes fondateurs de belles attitudes qui, en quelques années, on transformé ce “no mans’land” entre Biarritz et Bayonne, en ville littorale phare, attractive et dynamique, capable de fédérer visiteurs et population alentour, notamment de l’agglomération.

Avec 25% des emplois angloys, le tourisme reste l’incontestable et légitime outil de valorisation d’atouts naturels où greffer -ou plutôt ancrer- une offre événementielle plurielle et intergénérationnelle. En un contexte de concurrence accrue, faire fructifier un patrimoine naturel privilégié, grâce à un potentiel créatif de belle envergure, relève néanmoins du challenge. La ville mise sur sa culture d’accueil, ses infrastructures efficaces et bien adaptées, pour inscrire sa démarche au coeur d’un véritable mode de vie fondé sur le bien être, l’environnement, le sport, la culture et la convivialité à travers un programme riche et diversifié qui interpelle non seulement les touristes de passage mais aussi la population locale.

Dans un contexte de restructuration des pôles touristiques, la ville a décidé, bien avant la date effective de la mesure administrative, de rapatrier toutes ses animations estivales en un seul guichet municipal qui fédère structures et personnels dédiés. En ligne de mire, plusieurs objectifs bien définis: Lancer de nouvelles manifestations et conforter les événements existants, fidéliser le public et en attirer de nouveaux, mais surtout développer une fréquentation en termes plus quantitatifs et qualitatifs. Un été de fêtes, de spectacles, de plaisirs et d’émotions que seuls les aléas de la méteo conditionneront, tant il est vrai que dans nos contrées verdoyantes, il fait beau…plusieurs fois par jour! Un lourd travail réalisé par Anthony Bleuze, adjoint au Tourisme, à la communication et aux animations, et toutes ses équipes, notamment techniques ou de bénévolat qu’il faut ici saluer, qui sertit toutes les manifestations proposées en navettes de verdure ou de patrimoine architectural au fil d’un chapelet de sites exceptionnels revisités et dynamisés.

Effervescences de musiques

A l’instar de Bayonne, la musique se conjugue ici en temps et espaces réinventés, pour des publics et des horaires pluriels. De Baroja à la Chambre d’Amour, en passant par les espaces Quintaou (Bibliothèque et théâtre), plus de 10 concerts gratuits gravent leurs partitions en registres pour le moins éclectiques, du classique à la pop électro en passant par le folk et le jazz, en formations locales ou de renommée internationale! De quoi satisfaire tous les publics, en scènes extérieures ou intérieuses (pas du luxe avec les intempéries actuelles!)

Tout commence en douceur le 17 juin avec, en l’Eglise Sainte Marie, un “Concert Atypik”, en faveur de l’association Handisport Pays Basque, du choeur Adixkideak,  de Ruta 40, de Gérard Luc & Sylvie Lucu, de Julia Totti et Gorka Robles. Suit,  en volutes et arabesques polynésiennes, le 18 juin, une journée consacrée à la culture maori sous toutes ses formes au Théâtre et sur le parvis  Quintaou, avec “Vahine Ori Tahiti”. Au programme, un marché typique, un concert de Teiva LC John Menezes et un spectacle de danse.

Le voyage continue du 21 au 25 juin! Le 21 juin, à la croisée du folk, de l’électro et du pop, Vincent Bestaven investit le parvis de la Bibliothèque Quintaou dès 18h30, relayé à 20h30, dans l’enceinte acoustique du Théâtre, par le duo piano contrebasse de Marina Pacowski et Catalin Rotaru, à mi chemin entre Shubert et le très Jazzy Franck Proto. Autres styles, autres univers le lendemain à Baroja, à 19h00 puis 20h30. Tout droit venu du rock bayonnais, South Side Familia Ska fait la première partie du groupe anglais Heymoonshaker entre blues et beatbox! Le 23 juin, 20h30, retour aux musiques identitaires au même endroit, du côté d’Hawaï avec Nico’o et la Kapiolani Boyz ou Condor et vers nos contrées basques avec Joseba Irazoqui puis le trio très country Vie Zzaj.

Les 24 et 25 juin, dès 21h00, place aux Nocturnes de la Chambre d’Amour. Le samedi, au Jardin de la Grotte, soirée pop rock électro pour les moins de 25 ans! Pony Pony Run Run, trio nantais,  enflamme le rivage, avec son nouvel opus “Voyage voyage”, précédé du groupe angloy Queen of Diamonds. Le lendemain, autres générations avec John Mamann et surtout Vianney, consacré aux dernières Victoires de la Musique dont Anglet sera la seule date du Sud Ouest pour sa tournée “Idées Blanches”.

Signalons enfin, du 1er au 4 juillet, les désormais célèbres cabanas où nous retrouverons, entre autres, nos chers amis hendayais d’Exoset.

Culture surf ou mode de vie?

Focus sportif cette année à travers le surf, en une floraison de manifestations, et le Beach Rugby, le tout agrémenté d’animations en notes, tournois et autres compétitions ludiques ou professionnelles, pour un public familial ou d’athlètes aguerris!

Plus qu’un sport, le surf est, on le sait depuis longtemps – en attestent les magnifiques ouvrages et films d’Alain Gardinier- un véritable mode de vie qui se décline en arts, musiques et choix de parcours. une philosophie centrée sur la recherche des extrêmes, du dépassement des limites de soi, des transgressions  des possibles et de la liberté sous toutes ses formes, la fin justifiant les moyens souvent, mais aussi sur de belles rencontres! Mais c’est aussi, de plus en plus aujourd’hui, une perception environnementale responsable contre tout ce qui menace les écosystèmes et biodiversités océaniques. Un état d’esprit fortement ancré dans les positionnements angloys, attachés au devenir d’un riche patrimoine naturel.

Premier événement majeur, la 13ème édition du Festival International du Film de Surf se déroulera du 10 au 13 juillet, en après midis et soirées. Quelque 17 longs métrages et 7 courts métrages pour 13 heures de films projetés en 4 jours sur grand écran, gratuitement, au kiosque nord. Aux manettes, Bruno Delaye, dont la sélection, parmi près de 120 productions du monde entier en longs et courts métrages, professionnels et amateurs, illustre deux tendances actuelles. La première fait la part belle, évidente, aux sujets liés à l’environnement et à la solidarité. Le facteur humain y tient une place prépondérante. La seconde privilégie la puissance émergente des productions audiovisuelles indépendantes qui ne trouvent pas l’occasion d’une diffusion en salles de cinéma. Une programmation mondiale où les femmes interviennent de plus en plus. Preuve en est la composition du jury où elles occupent 3 places sur 8, la présidence revenant à la fondatrice de Roxy.

Plus spectaculaire et virtuose, l’exceptionnelle compétition de surf de nuit sur planche à LED proposée à 21h00, le 12 août (ou le 13 en fonction de la météo), en acrobaties aériennes. Un événement en marge du circuit officiel, contrairement à la seconde édition de l’Anglet Pro, le 28 août, intégré au circuit qualificatif européen, du VVF à la digue des Sables d’Or. Les horaires? Difficiles à définir car ils ne dépendent pas de l’affluence du public mais de la qualité des vagues “propres” à saisir au fil de l’écume. Plus de 200 surfeurs du monde entier sont attendus sur cette étape dont la logistique tire le meilleur parti d’une belle arène verte littorale.

Les sportifs terrestres n’ont rien à envier à leurs confrères maritimes. Les 22, 23 et 24 juillet, le Beach Rugby  Festival, organisé par l’agence Hondarra, investit les plages en tournois multiples et animations diverses. 3 jours de liesse pour petits et grands, amateurs et professionnels, rythmés, Partenaire Virgin Radio oblige, de DJ sets en soirées avec Offenbach et Bob DJ. Le vendredi accueille les enfants des centres de loisirs et des centres médicalisés. Le lendemain, place au championnat du monde avec 50 équipes, de 8 joueurs chacune. Enfin le dimanche se consacre, le matin aux 4 à 500 juniors, et l’après midi aux anciennes stars de ce sport si ludique! Un joli moment en perspective au coeur d’un village festif.

Arts et spectacles en points d'orgue!

En point d’orgue de la saison, le désormais traditionnel spectacle pyrotechnique thématique sons et lumières. Le 6 août à 22h20, plage Marinella, grandiose évocation de l’histoire des jeux Olympiques, en cette période où maints athlètes se mesurent à Rio. L’occasion de célébrer le plus jeune sportif jamais couronné à l’âge de 12 ans, l’angloy Noël Vandenotte, rameur qui fit merveille aux Jeux de Berlin en 1936, avec une belle conscience politique hélas prémonitoire! Une apothéose qui se prépare, il faut le savoir, 10 mois à l’avance et mobilise, outre les services techniques de la ville, quelque 15 professionnels du son, de l’image et de l’art pyrotechnique.

L’art s’affiche également tout l’été. Du 17 juin au 16 juillet, hommage est rendu à ces ARTisans d’Anglet dont les palettes de talents colorent la ville toute l’année. Dans le patio de l’hotel de ville, 13 personnalités donnent quelque aperçu de leur dextérité: Charles Carrère et Jean-François Perry, vitraillistes, Luc Rolland, céramiste designer, Fabien Cayeré et ses bronzes, les défenseurs de la tradition basque Christophe Landuique ( couteaux), Peyo Gonzales (chistera) et Jakes Saldubéhère (xare), les meilleurs ouvrier de France Jean-Luc tauriède (archetier), Thierry Bamas (pâtissier) et Vincent vallée (chocolatier) auxquels se joignent Patrick Denis (ferronnier d’art) et les deux amoureux du bois, Pierre de Peyrecave et Romain Chapron.

Mais surtout, pour la seconde année consécutive l’Udan Graffiti Jam, géré par Christian Franqueville, s’empare des 6 blockhaus littoraux, chaque vestige historique proposant une thématique illustrée par plus d’une vingtaine de graffeurs venus de France, d’Italie ou d’Espagne pour réaliser des fresques communes en une belle galerie à ciel ouvert. 3 jours de performances du 13 au 15 août avec chemin de passage, espace d’expression dédié aux artistes présents et ambiances musicales, du matin au soir!

Un visuel Chambre d'Amour

Une telle floraison d’événements méritait bien de se doter d’une identité visuelle spécifique. L’association des commerçants de la Chambre d’Amour a créé, voici deux ans, un mouvement intitulé “Chambre d’Amour Développement” avec deux objectifs essentiels: privilégier le savoir-vivre ensemble et la vie économique. Du 1er au 31 mai un concours s’est mis en place pour définir un logo facile à retenir et à décliner. Sur 139 projet, 6 ont été retenus, 3 grâce aux votes des internautes et 3 chosis par les commerçants. La création monochrome de Patrick Trottignon l’emporte donc!

www.anglet.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 682 Times

Tags: , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier