Coups de coeur

Published on septembre 14th, 2016 | by MagMozaik

1

Poil de Carotte, l’écorché vif!

Etonnant et audacieux défi que de traduire en gestes et musique une tragique histoire de souffrance et de désamour. Un challenge déconcertant, voire dérangeant par son propos à vif, traité de manière crue, brutale et si douloureuse, que vient de relever, avec talent et virtuosité pudique, en une modernité ébouriffante, Fabio Lopez, génial chorégraphe de la toute nouvelle compagnie Illicite, sa compagnie!

L’histoire, on la connait! Ecrite par Jules Renard, un brin autobiographique, elle rappelle étrangement un récit plus tardif, “Vipère au Poing”. Mais le désamour, le rejet de la différence et l’enfance martyrisée pour cette simple raison appartiennent-ils à une seule époque, en l’occurence le XIXème siècle. Un enfant roux c’était alors, dans cette France de diktats religieux et de puritanismes hypocrites, l’enfant du démon, le symbole du diable par excellence. Raillé, isolé par les autres enfants, il se confronte chaque jour à des parents qui l’aiment mal, en silence, avec tous les non-dits, les brimades, les gestes humiliants, parfois déplacés à la limite de l’inceste, qu’ils infligent à cette tête rousse dont les déviances de la souffrance et des blessures âpres du désamour, du mal amour, du non amour s’inscrivent en lui comme des scarifications d’une âme pertubée et tourmentée. Comment exorciser ce mal être? En martyrisant à son tour des animaux qui absorbent ainsi, en une curieuse et violente métaphore toutes ses douleurs!

Les mots non dits, interdits, refoulés comme autant de sentiments ravalés sont au centre de cette magnifique chorégraphie que la musique sombre, âpre et incisive épouse en une osmose fascinante. Entre parents et enfant, on ne montre pas, on cache ses démons intérieurs à la lumière d’une lampe, on avilit pour mieux exorciser cette étrange malédiction de la rousseur. Car la différence et son rejet occupent aussi une place majeure dans cette composition fulgurante.

La chorégraphie intuitive, sensitive, émotionnelle et cependant extrêmement technique de Fabio Lopez ne s’analyse pas, elle se vit, elle se ressent en ces solos ou entrelacements de corps qui sont autant de fines et frémissantes constructions architecturales édifiées sur le fil d’émotions vives, fragiles, hurlantes parfois! Le décor? Simple et ingénieux mais si expressionniste! Une multitude de balles de couleurs, tantôt dans des sacs comme pour étouffer les sons, les envies de crier et de se dire, tantôt enfoncées brutalement dans les bouches pour taire les mots d’amour, de désespoir, ou les cris de douleur des animaux. Une multitude de couleurs et de mouvements comme pour laisser éclater ce bouillonnement de sentiments et de tourments qui agitent l’enfant, déchiré, enfermé dans une solitude imposée.

Seul accessoire: Ce matelas qui sert à se cacher des autres, à subir les humiliations d’une mère dure et froide ou d’un père abusif. Ce matelas où se jouent toutes les violences, toutes les peurs, toutes les rages. Et puis cette tapette anodine qui en devient instrument de torture pour mieux évacuer ses colères contre les animaux, ces exutoires de fortune. Des costumes austères que domine le sweat avec cagoule, ce masque de la différence honteusement arboré et réceptacle de toutes les douleurs.

5 danseurs en scène, incandescents d’émotions déchirantes à fleur de peau mais d’une grâce absolue. Et surtout, un vrai talent éblouissant qui s’affirme entre modernité radicale et néo-classicisme en un style qui identifie bien, désormais, la griffe Illicite. Un grand bravo à Fabio Lopez, très attendu au tournant ici en sa ville (en attestent les personnalités présentes au Colisée), à ses danseurs Eléonore Dugué, Auréline Guillot, Virginia Negri et Geoffrey Piberne, au musicien Thierry Escaich et à Hervé Poeydomenge qui signe les costumes.

www.compagnie-illicite.com et www.letempsdaimer.com

crédit photos: “regardencoin (Stephane Bellocq)”, que l’on remercie vivement!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 170 Times

Tags: , ,


One Response to Poil de Carotte, l’écorché vif!

  1. Pingback: Poil de Carotte, l’écorché ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier