Vu dans la presse

Published on novembre 19th, 2017 | by MagMozaik

0

Petite histoire de gouttes d’eau…

Judicieuse interprétation que celle de la Compagnie Tabola Rassa en ce mois de la photographie consacré à l’eau, et non moins intelligent soutien de la Régie des Eaux de Bayonne à une oeuvre revisitée sous l’angle d’un symbolisme fort, loufoque et lucide à souhait. Car oui, l’eau, ce bien précieux et inestimable, cette ressource impétueuse que l’on s’efforce de dompter est bel et bien l’or bleu de notre époque, autrement plus fragile et cependant nécessaire que n’importe quelle autre richesse, qu’il s’agisse de pierres précieuses, de métal rare ou de pétrole.

Imaginez un peu, une époque dans le futur où les hommes auront tellement martyrisé la planète que l’eau viendra à manquer cruellement! Logique capitaliste oblige, cette denrée devenue rare deviendra l’objet de toutes les convoitises et, bien sûr, signe absolu de richesse. Voilà donc nos rapaces en herbe et en verve transformés en marionnettes caustiques dont le visage n’est autre qu’un robinet d’eau, plus ou moins somptueux et élégant selon les ambitions et moyens des uns et des autres! Harpagon s’arroge évidemment le plus bel attirail, s’évertuant à stocker des milliers et des milliers de litres de ce nectar si précieux, mais la concurrence reste rude malgré tout, ou pas lorsqu’il s’agit de robinets de valets quelque peu rouillés ou peu alimentés en ce nectar rare. En lieu et place des pièces d’or, cette adaptation futuriste adapte les signes extérieurs de richesse à une denrée qui, en des temps lointains, fut gratuite! Vous imaginez un peu? « Ma cassette, ma cassette où est passée ma cassette? » devient donc de fait « ma citerne, ma citerne qui m’a volé ma citerne? » Un pur délice délicieux et rafraichissant qui non seulement nous rappelle quelques grands classiques moliéresques (et oui le mot existe maintenant!) mais nous sensibilise aussi de manière ludique à un avenir plein de menaces si l’on n’y prend garde. Un spectacle en vraie résonance avec l’exposition « Home » de Yann Arthus Bertrand au Didam, mais surtout à destination des plus jeunes plus conscients qu’on ne le croit des errances  et destructions humaines. Sur une idée de Jordi Bertran et une mise en scène de Miquel Gallardo et Olivier Benoit, d’incroyables comédiens marionnettistes font couler le fil de l’émotion avec infiniment d’humour et de truculence. Car comme le rappelle l’auteur: « Il faut être aux aguets. Si un robinet goutte, il peut empêcher de dormir. Mais s’il ne goutte pas, il peut faire mourir. » Un bel investissement de la Régie des Eaux de Bayonne qui, à travers de multiples sacralisations de cette ressource vitale souhaite vraiment alerter tous les publics aux dommages que subit l’eau sous toutes ses formes par ses engagements auprès du Didam, d’Arcad et de la Scène Nationale. Une magnifique transposition à suivre les 20, 21 et 22 novembre prochains à 20h30 au théâtre de Bayonne avec Alexandre Jean et Olivier Benoit. Prémonitoire? Oh juste un peu!

Pour toutes infos: www.scenenationale.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 11 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑