Coups de coeur

Published on octobre 1st, 2017 | by MagMozaik

0

Passage de témoin avec panache!

Quand une transmission de compagnie se fait dans la passion, que s’égrènent les souvenirs de 35 ans de parcours aventureux, tumultueux mais ô combien fructueux… Quand les amis de toujours sont au rendez-vous d’adieux qui n’en sont pas réellement..Juste d’autres aventures…Quand l’émotion et la tendresse s’invitent en quelques tréteaux improvisés… Quand le roi et la reine sont éternels et que vivent de brillants successeurs… Les Chimères nous ont offert une douce nuit de partages et de rencontres samedi soir, histoire de tirer la révérence avec le panache d’une Cyrano et d’une Roxane sur les terres de Rostand ! Un pur moment d’émotion vive!

Voilà! La décision, prise il y a deux ou trois ans et préparée avec intelligence et l’intuition d’imaginer les manières efficaces de s’adapter aux nouvelles donnes territoriales, se concrétise aujourd’hui, à l’heure de la retraite des fers de lance des Chimères: Jean-Marie Broucaret, son épouse Marie-Julienne et celui qui, pendant 40 ans suivit l’épopée, l’enracinant au coeur de la culture basque, Txomin Héguy. Une transmission  – le mot signifie beaucoup pour comprendre la philosophie de la troupe – tout en douceur et évidence. Un trio de fidèles comédiens, nourri au sein des Chimères depuis de longues années, Catherine Mouriec, Sophie Bancon et Patxi Uzcudun, reprend un flambeau qui, loin de s’éteindre, s’offre une cure de jouvence vivifiante et jubilatoire. Qu’on se rassure néanmoins, Jean-Marie et Marie-Julienne, s’ils nous manquent déjà, ne seront jamais bien loin, prompts à titiller leurs poulains en Conseil d’Administration et surtout à les épauler, les guider pendant un an encore de rodage, avant que les aiglons s’envolent hors du nid, conscients d’assurer certes une continuité, de défendre les mêmes passions et valeurs, mais aussi de devoir s’adapter à un contexte en pleine évolution avec l’émergence récente de la Région Nouvelle Aquitaine et de l’Agglomération Pays Basque. Une structure puissante, aux fortes armatures transfrontalières et transculturelles dont on espère qu’elle renforcera à terme, d’ici 2019, une véritable compétence culturelle, en harmonie avec les 10 communautés d’agglomérations dont les compétences culturelles sont loin d’être toutes au même niveau de pratique. Entre les Agglomérations  Errobi, ou Sud Pays Basque, et l’ACBA, le grand écart est manifeste.

Voici quelques jours, l’équipe au grand complet prenait acte de cette nouvelle page d’histoire à écrire à l’encre d’une projet inédit, élaboré et porté par ce trio tout neuf et enthousiaste! Bien sûr les fondamentaux restent mais des outils et orientations se forgent au creuset des défis futurs à relever. La transmission, si finement ciselée en structures efficientes au fil des années se poursuivra à travers les ateliers, des enfants aux adultes, et les classes à option théâtre, notamment au Lycée Gaston Phoebus d’Orthez, là où tout a démarré! Les stages de formation demeurent également, tout comme le coeur sensible des Chimères qui bat au rythme de l’axe culture santé, si délicatement sculpté au fil de l’émotion sur 5 établissements, de Bayonne à Hendaye en passant par Cadillac et Cambo. Une formation qui néanmoins évoluera vers des cycles de formation approfondis au métier de comédien sur un week end par mois, déjà amorcés l’an dernier,  et l’émergence d’une formation à la direction d’acteur et à la scénographie sur 3 ans à raison d’un dimanche par mois. Bien sûr aussi que les Découvertes et créations s’enchaineront mais avec des évolutions notables et un dynamisme fortement cadré, plus audacieux et explorateur sans doute également.

Dès cette année, les Chimères s’ouvrent largement aux talents et langages de demain  par un dispositif imposant de résidences. résidences de troupes bien sûr, en liaison avec la Région Nouvelle Aquitaine pour certaines, mais aussi accueil de spectacles extérieurs. Difficile de lister l’ensemble que l’on peut retrouver sur le site de la compagnie et sa page Facebook, mais aussi dans un journal trimestriel désormais édité, dont le premier numéro vient de sortir! 12 résidences et 3 spectacles extérieurs ponctueront la saison à venir, sans oublier les présentations publiques des états de travail de fin de trimestre de la formation comédien 2ème année les 10 décembre 2017, 18 mars et 10 juin 2018. Pour autant, la compagnie n’en oublie pas son troisième axe de travail majeur, celui de ses propres créations et recherches, dont certaines, déjà existantes, évoluent vers des versions linguistiques différentes. C’est le cas des « Deux Soeurs », du colombien Fabio Rubiano qui, dès les 4 et 5 octobre sera présenté en opus original au Festival de Théâtre de Manizales, à quelques jours d’un Festival Biarritz Amérique Latine consacré aux échanges culturels France-Colombie. C’est aussi le cas du « dernier rayon » de Joël Jouanneau dont la version française voit aujourd’hui le jour. Certaines pièces du répertoire s’exporteront du reste: « Tranches de vie », les « Deux soeurs » ou « Elles s’appelaient Phèdre » qui poursuivent leur carrière.

Au registre des créations, 3 petits bijoux d’imagination, dont un déjà proposé en septembre dernier, se composent par petites touches inventives. On le sait, la ville d’Anglet a impulsé une série d’événements liés à l’aviateur Guynemer. Une promenade littéraire théâtralisée à la Chambre d’Amour, les « Voyages perpendiculaires » s’est envolée les 16 et 17 septembre en florilège de textes, de Jules Roy à Boris Vian, de Saint Exupéry à Rostand… Dans le cadre de la semaine de la diversité à Bayonne, les 29 novembre et 2 décembre, le marché des Hauts de Sainte Croix accueillera le « Babel Market », sur le thème de la différence et de la peur de l’autre. Sur un stand, des comédiens attendent…Attendent que les passants piochent un scène au sort qui se joue dans la minute suivante! Comme on consomme des fruits et légumes, on consomme de la culture et de l’imaginaire! Quelle plus belle idée proposer? Enfin, et surtout, un vaste travail de recherche et de création se met aujourd’hui en place pour un spectacle fin 2018 avec Florence Boucher et Claire Grimbert sur une mise en scène de Catherine Mouriec et une scénographie/costumes de Sophie Bancon. «  Tromboline et Foulbazar »  (c’est le titre!) de Claude Ponti, investit l’univers de l’enfance pour se jouer dans des espaces non conventionnels. Deux poussins tout frais sortis du nid découvrent une boite en carton dont ils font derechef leur maison. Mais là, un tas d’objets les attend, à commencer par la lettre A qu’il décident d’explorer à leur manière ludique et enfantine: la chatouiller, la lancer, l’effrayer? Tout y passe!! Un joli moment de rêve en perspective.

Et cette belle fête me direz-vous? Et bien nous gardons pour nous ces jolis instants de complicité et d’échanges chaleureux, dont nous vous livrons, néanmoins, quelques fugitives photos!!! Avec cette merveilleuse jeune femme qui, au Puy du Fou se retrouve sous la pluie « comme une tortue » sur le dos, morte de rire!!

www.theatre-des-chimeres.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 116 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier