Expos

Published on novembre 29th, 2015 | by MagMozaik

0

Océan et Climat: Chaud devant!

Après les profondeurs des abysses, la Cité de l’Océan explore un thème ô combien actuel avec la prochaine COP 21: Le climat et ses incidences sur les océans, donc sur la vie sur Terre! Jusqu’en décembre 2016, Biarritz sera au coeur d’une problématique majeure à travers une exposition réalisée en co-production avec le Centre National de la Mer de Boulogne sur Mer, Nausicaa et en partenariat avec Météo France et le Muséum National d’histoire Naturelle. Une manière instructive de réaliser combien les océans jouent un rôle essentiel dans la régulation des climats et de proposer des solutions urgentes pour limiter l’ampleur du réchauffement climatique. Un parcours pédagogique et difficile à découvrir de toute urgence.

Des thermomètres sensibles

Cette exposition démarre à l’heure où la COP 21 se réunit à Paris du 28 novembre au 11 décembre avec 195 participants. L’occasion, certes, de faire le point sur l’utilité réelle de tels sommets, jusqu’ici pour le moins inopérants, mais aussi de comprendre à quel point les océans sont des thermomètres évidents de ce phénomène de réchauffement qui touche en priorité les îles, le pôles (car on ne peut plus froid!) et les pays sous développés (sans grands moyens de lutte) ou en voie de développement, mais frappés de plein fouet par leur position géographique ou le manque de dispositifs de lutte mondiaux. Une exposition qui incite à une prise de conscience immédiate et citoyenne des solutions possibles à mettre en oeuvre très vite car- note d’optimisme!- rien n’est perdu encore!

L’occasion pour nous aussi, de nous informer plus avant sur un contexte géopolitique majeur que cette exposition vient étayer dramatiquement.

http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/cop21/cop21-les-cinq-questions-qui-fachent-encore-a-l-ouverture-des-negociations_1191757.html#xtor=EPR-51-[direct-cop21-les-negociateurs-arrivent-a-paris-journee-sous-haute-tension-en-ile-de-france_1197579]-20151129[related] et http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat/cop21/l-article-a-lire-pour-comprendre-a-quoi-sert-la-cop21_1063825.html#xtor=EPR-51-[direct-cop21-les-negociateurs-arrivent-a-paris-journee-sous-haute-tension-en-ile-de-france_1197579]-20151129-[related] pour davantage d’infos sur la COP 21 et son utilité???

L’océan est certes, depuis quelques temps, un révélateur de graves problèmes que les côtes et les îles subissent de plein fouet. Des phénomènes qui surviennent en un climat d’insécurité qui n’a rien à voir avec eux mais qu’ils exacerbent tant les esprits et les consciences sont en alerte maximale! Le fait que la COP 21 se tienne à Paris ajoute à l’acuité des perceptions mondiales. De fait, l’exposition démarre sur un état de fait. Les vagues déferlent sur les côtes sans aucune prévision ou prévention possible, les îles sont submergées régulièrement, voire vouées à la disparition- comme l’atoll de Takuu en Papouasie-Nouvelle Guinée-, les pôles s’amenuisent menaçant de fait bien des espèces qui devront s’adapter au risque de disparaitre ou de se compter sur les dix doigts de la main, les tempêtes, ouragans, cyclones et autres tsunamis s’enchainent avec force pluies dont l’ardeur et la fréquence s’accentuent dangereusement… De Biarritz au Bengladesh, les questions se posent et dans les pays les plus touchés, un vaste exode rurale touche les villes déjà bien engorgées!La montée des eaux induit la notion de réfugié climatique qui n’a de laisse de préoccuper aujourd’hui, partout dans le monde!

Mais ce constat va bien plus loin si l’on songe aux effets en profondeur de tels phénomènes. Au delà de la surface, c’est bel et bien la faune et la flore des océans qui subissent de graves menaces dévastatrices que les scientifiques tentent, tant bien que mal, d’enrayer, à commencer par le plancton qui s’amenuise ou les espèces sous marines qui dépérissent sous l’effet du réchauffement climatique mais aussi des exploitations humaines destructrices comme la pêche en profondeur qui ratisse large et éradique des espèces qui ont mis des millions d’années à se construire, comme le montrait la dernière exposition sur les abysses.

des solutions urgentes à élaborer

L’océan est en lui même une première solution évidente puisqu’il permet d’absorber 25% des émissions de dioxyde de carbone et 90% des excès de chaleur liés à l’effet de serre. Sauf que ces océans se confrontent aujourd’hui eux mêmes aux conséquences du réchauffement climatique. L’effet de serre, a priori bénéfique, est aujourd’hui un mal absolu par excès de consommation de pétrole et de charbon. En moins de 200 ans, l’industrialisation effrénée a rejeté autant de dioxyde de carbone que la nature en plusieurs milliers d’années! Un effet de sursaturation qui rend nos océans plus acides et chauds, toute une vie sous marine menacée, notamment les planctons, bases de la chaine alimentaire de ce monde intraterrestre, et l’invasion d’espèces nuisibles qui s’acclimatent bien telles les méduses! Préfigurations d’un désastre annoncé si rien n’est fait? Les pôles et les îles!

L’exposition nous propose, à titre d’exemple salutaire, la mission de Tara Expéditions (programme européen Damoclès avec Jean-Claude Gascard, directeur de recherches en océanologie, Yves Coppens, Yvan Frolov et Erik Orsenna) . Un bateau conçu comme un outil de vigilance et d’alerte sur ce qui se passe dans les pôles afin que les scientifiques agissent au plus près des données recueillies à travers des outils ultraperfectionnés. D’autres moyens de mesure sont également mis en place, notamment par Météo France qui se fonde sur les données transmises par satellites et le Muséum Nationale d’Histoire Naturelle qui surveille de près l’évolution de la faune antarctique actuellement.

Grâce à ces observations qui vont bien au delà d’une menace naturelle grave, mais soulignent les impacts sur de multiples secteurs tels que la sécurité, la santé, les ressources en eau, l’alimentation, l’économie, l’habitat, la culture ou l’emploi, entre autres, bien des actions se mettent en place, notamment aux avant-postes des bouleversements climatiques que sont les îles. Deux films coup de poing sont ainsi présentés à la Cité de l’Océan: “La parole aux insulaires” sur la situation aux Maldives et “Littoral, sentinelle du climat” sur les rivages de France vus du ciel! des îles qui, aujourd’hui, expérimentent des modèles de développement durable pour demain. L’océan est donc bel et bien au coeur de la machine climatique planétaire.

Une prise de conscience nécessaire

Que l’exposition se lance au moment même où se déroule la COP21 n’est certes pas un hasard! Car il s’agit bien de susciter une prise de conscience, preuves à l’appui, de l’urgence citoyenne à réagir et à comprendre les impacts dramatiques des bouleversements climatiques, non seulement sur la vie sous-marine, mais la vie humaine tout simplement à plus ou moins court terme. Une vie menacée, non seulement dans ses structures socio-économiques et médicales, mais aussi dans ses modes d’existence et de culture!

On ne saurait passer sous silence l’action de la Fondation Jacques Rougerie pour laquelle de l’espace et de l’océan, deux mondes en pleine exploration, naîtra le destin des civilisations à venir! Qui sait si ce 6ème continent ne nous offrira pas des solutions innovantes pour notre devenir?

A travers des bornes de consultation, le public est invité à faire connaître ses priorités qui sont retransmises à la COP21. De même, en écho à la conférence, une série de conférences, soirées débats, visites (notamment pour les scolaires) et rencontres avec des associations, des ONG, des scientifiques ou acteurs locaux sont proposées tout le mois de décembre, en liaison avec la COP21, Surfrider Foundation, Estia, l’Ifremer etc. Pour le détail complet de ces dates importantes en marge de l’exposition, voir www.citedelocean.fr et www.biarritz.fr .

Infos pratiques: Tous les jours sauf lundi de novembre à mars de 14h à 19h, fermeture annuelle du 11 janvier au 4 février, d’avril à juin tous les jours de 10h à 19h et 22h en juillet et août.

Tarifs: Adultes 11,5 euros, Enfants de 6 à 16 ans et étudiant 7,5 euros.

Crédit photos Claude Thétaz

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 52 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier