Actualités

Published on novembre 1st, 2014 | by MagMozaik

1

Novembre: Pas de répit pour notre agend’arts!

nous pensions vivre dans un territoire tranquille de part et d’autre de la Bidassoa! Et bien- nous n’en sommes pas peu fiers du reste- de l’avis d’un ami venu nous accompagner tout le mois d’octobre et travaillant dans un prestigieux musée parisien, notre Pays Basque bouge nettement plus que Paris en termes de qualité, de diversité et de convivialité d’événements répartis sur une plus large superficie! Une vie artistique et culturelle que complète notre art de vivre, loin de la froideur, du bling bling et du caractère souvent surmédiatisé et impersonnel des manifestations parisiennes. Des lieux où tous les gens de qualité finissent par se connaitre et se croiser très souvent mais qui n’en oublient pas d’accueillir les “estrangers” nécessaires à nos métissages! Preuve de la vitalité de notre région, nous observons, sur les réseaux sociaux, de plus en plus de personnes qui décident de venir s’installer ici où il fait bon goûter l’art de bien vivre, la transversalité et la transfrontalité. Les récents événements sur Hendaye nous ont montré à quel point cette ville généreuse pouvait être une superbe plateforme de diversités culturelles, artistiques, ethniques et linguistiques. Bayonne lui emboite le pas à travers Fortius et Pampelune et ses prochains échanges culturels avec Bilbao. Pour Saint Sébastien, l’année 2015 sera décisive pour faire de cette cité riche en couleurs artistiques, culturelles, historiques ou architecturales, le coeur européen de la culture pour peu que les enjeux politiques ne gâchent pas cette magnifique opportunité. Pour l’heure, contentons nous d’égrener un agenda très fourni (voir également Edit’Arts et la newsletter), en attendant les festivités, forcément incroyables, de fin d’année, un peu partout! Une douceur de vivre que nous revendiquons jalousement! Et une fin d’année riche de devenirs pour magmozaik grâce  vous! Milesker!

Bien des villes et villages nous surprennent agréablement depuis quelques mois par leur dynamisme et la grande diversité d’événements créatifs qu’ils proposent au niveau culturel, artistique et dans l’art de bien vivre! C’est dire, encore une fois, combien il vous sera parfois difficile de choisir une manifestation plutôt qu’une autre puisque, très fréquemment, elles se déroulent en même temps en des lieux opposés. Si la machine  à téléporter existe ici, nous sommes preneurs!

Biarritz se prépare aux fêtes!

Voilà une ville dont la flamboyance ne laisse d’étonner. Après des années quelque peu routinières, la voici qui nous offre un feu d’artifice d’événements forts qui ont du sens pour le devenir de la cité baleinière. Hors saison touristique, quelque peu bling bling jusque là,  avouons le, les saisons creuses avaient tendance à plonger les habitants dans une certaine léthargie, voire un profond ennui! Toujours les mêmes animations rituelles… Mais la créativité des associations, des acteurs et professionnels de la vie artistique ou culturelle et des organismes événementiels, a retrouvé sa pleine mesure et sa grande liberté avec la bouffée d’air amenée par la nouvelle équipe municipale, active, réactive, rajeunie et plus citoyenne que politicienne. Un renouveau jubilatoire pour un Biarritz qui bouge avec intelligence et où il fait bon vivre ! Une ville qui ne s’intéresse plus qu’aux touristes ou retraités aisés mais aussi aux jeunes générations et aux enfants. Une cité qui sait mettre brillamment ses atouts culturels, touristiques,  artistiques et gastronomiques au service d’une vraie politique de développement d’une ville résolument tournée vers l’avenir, notamment à travers l’économie de la mer et vers des échanges transfrontaliers judicieusement pensés. Une nouvelle équipe en prise également avec les réalités et qu’il est fréquent de croiser au hasard des rues, des expositions ou des spectacles , avec une réelle disponibilité et une belle capacité d’écoute, à commencer par le maire lui même, Michel Veunac, croisé récemment au Txiki Festival avec ses petits enfants ou hier encore, avenue Foch, sur le parcours des enfants d’Halloween partis quérir quelques gourmandises avec un bel aplomb teinté de candeur! Ou bien par Guy Lafite rencontré avec son épouse Anne, ce dimanche , sur un quai de gare…

Alors place aux événements, qui, ce mois ci encore, viennent habiter cette ruche inventive!

– Côté arts, des temps forts à ne pas rater

oasis tox 3( Notre homard peluche favori!!)

La vie artistique reste solidement rythmée par des expositions initiées en septembre ou octobre. La plus imposante et bluffante est, sans conteste, celle qui a pris ses quartiers à la Cité de l’Océan jusqu’au 13 septembre 2015, pour notre plus grand bonheur. Abysses, le Mystère des Profondeurs nous entraine dans un univers fantasmagorique où les “intra- terrestres” vivent dans d’incroyables conditions à préserver d’urgence. Une mise en lumière (si on peut dire à moins 3000 m, voire plus, de profondeur, où règnent l’obscurité, le froid et la faim!) étonnante où le silence rend la réflexion sur la préservation des écosystèmes sousmarins propices. Des specimens admirablement préservés par des taxidermistes scientifiques et surtout des panneaux d’explication concis et judicieusement alarmistes. Une expo itinérante mondiale ( Paris, Casablanca, Asie, Israël) que Biarritz a la chance d’accueillir tel un superbe symbole d’une économie de la mer à impulser. Pour infos www.citedelocean.com (voir notre article www.magmozaik.com/2014/10/une-invasion-de-creatures-intraterrestres/ ). Jusqu’au 16 novembre, autres monstres sacrés à la crypte Ste Eugénie, sous la houlette de Killy Beall et de son collectif Rencontres et Expressions. 22 artistes peintres, sculpteurs et graveurs lovés dans un cadre architectural sublime, de 14h30 à 18h30, tous les jours sauf le mardi! (voir notre article www.magmozaik.com/2014/10/belles-rencontres-delicates-expressions/). Et toujours, à L’Atabal, Les toiles de Vincent Legand jusqu’au 29 novembre ( voir article www.magmozaik.com/2014/09/vincent-legand-ou-lart-inspire-de-la-geometrie/).

git art 2 (4)(Gilles Lavie)

N’oublions pas l’expo du Musée Asiatica, Broderies et brocarts de soie, prolongée jusqu’au 28 décembre et surtout, 2 nouvelles manifestations à visiter. Jusqu’au 6 décembre les Serres de la Milady proposent Entre Ambos Mundos avec 2 artistes basques espagnols installés dans l’écrin de lumière du lieu, Edouardo Infante, peintre, et Inigo Arregi, sculpteur. A la crypte Ste Eugénie, du 29 novembre au 11 janvier, les murs fleureront bon la lavande et le thym avec l’exposition Noël en Provence d’Anne et Karl Blanchet. Crèches, 300 automates et personnages sculptés et habillés par 3 maitres santonniers… 250 m2 pour revivre les traditions de Noël et la vie rurale au XIXème siècle. Une pure féérie à déguster en famille. Voir horaires et tarifs sur le site  www.biarritz-culture.com . A la médiathèque, une insolite escapade dans la Mémoire des mondes troubles vous invite, du 7 novembre au 27 décembre, en 15 vieux clichés photographiques, à vous plonger, sous la houlette de Nicolas Fructus, auteur de bandes dessinées, dans l’univers morbide et fantastique de HP Lovecraft, à travers le périple imaginaire et terrifiant d’un ingénieur témoin de phénomènes étranges… Une frissonnante prolongation d’Halloween en plus effrayant et subtil dans le non dit! Autre monde, le 22 novembre, dès 14h00 au Colisée avec un duo dont le travail vaut largement le détour. A l’occasion du concert Izarrak, que nous couvrirons, Odon Noblia et Gilles Lavie, déjà repérés cet été aux Remp’Arts, nous proposent leur expo “Fusions“. Une finesse nerveuse, musicale et d’inspiration très urbaine à  découvrir ! Ils seront également les 8 et 9 novembre à St Pierre d’Irube et le 5 décembre à la Galerie Obre Enea d’Anglet! Largement le temps d’en reparler.

– Un avant gôut de fêtes

En attendant Biarritz  des Années Folles qui se prépare activement, grâce  Serge Istèque, pour le 7 juin prochain, Biarritz en Lumières, que Biarritz Evénement nous conconcte en cette fin d’année et les deux grandes manifestations à venir en inter- saisons, voulues par Michel veunac (festival musique classique au printemps et salon du livre), St Martin de pare de se ses habits de fête.

semaine-des-restos-nov-2014-300x112Au même moment la semaine des restaurants se déroule. Du 3 au 9 novembre, Biarritz Tourisme et Biarritz Evénement nous proposent une semaine de saveurs locales et d’accueils délicieux. Tarifs uniques (19 euros le midi et 29 euros le soir) pour des menus alléchants proposés par plus de 40 restaurants de chic et de choc, prêts  jouer le jeu de la gastronomie à la portée de tous! L’impertinent, La table d’aranda, le Sen’s, Le Café de Paris, Le Carlitz, Léonie, Le Sin…. Autant d’établissements à découvrir d’urgence!Infos www.biarritz-evenement.fr. Pour vous régaler, appelez pour réserver directement les restaurants concernés! On s’en délecte d’avance…

logo_saint_martin

Voilà de quoi bien accompagner les traditionnelles fêtes de la St Martin, du 7 au 11 novembre,  non? Concours de Ttoro, tournoi de pasaka, déjeuner cabaret… tout un programme convivial à déguster. Le 8 novembre aux halles, joute gourmande autour du ttoro où 8 associations entrent en lice! Place St Charles de 11h à 12h, vin chaud offert! De 14h30 à 20h30, gare du midi, place aux 20 écoles de danse qui présentent leur spectacle gratuitement. Le 9 novembre, au centre ville, la Cie Maritsuli propose sa danse des épées (Ezpeta Danza de la St Martin) de 10h30 à 12h30. Après la traditionnelle messe, déjeuner des biarrots au Casino Municipal de 12 à 19h00 (ouf!!), repas superbement animé par la revue Folies Folies.

Autre fête autre lieu, plus bio et agricole, Lurrama, du 14 au 16 novembre à la Halle d’Iraty. Voir programme complet dans notre article www.magmozaik.com/2014/10/quand-la-savoie-visite-le-pays-basque/ et sur le site de Lurrama www.lurrama.org . A noter que les repas gastronomiques sont en prévente à Elkar (Bayonne), à Euskal Herriko Laborantza Ganbara (Ainhice Mongelos) , à Xibero Bio (Mauléon), la Cidrerie Xaia (Béhobie) et à la librairie biarrote Eki Liburutegia, dont nous reparlerons dans nos chroniques littéraires avec bien d’autres de ses confrères et consoeurs (Le Festin Nu, Bookstore, Elkar on l’espère,  et autres Louis XIV  St Jean de Luz…) qui nous donneront leur actualité, leurs coups de coeur et vous communiqueront chaque mois leur passion du livre et du verbe joliment tourné! D’ailleurs, en parlant lecture…

– Au delà des livres…

La médiathèque…Voilà une belle institution qui n’en finit pas de nous surprendre! certes, tout le monde la fréquente pour emprunter livres et videos mais, à l’instar des autres médiathèques de Bayonne ou Anglet, son activité s’avère bien plus riche qu’il n’y parait. Expos, lectures, conférences, projections, multiples partenariats culturels , collaborations à différentes manifestations originales (Le Temps d’Aimer la Danse, Txiki Festival …) trésors de réserves dévoilés… Tout un univers culturel et artistique fourmille dans les recoins de ce bâtiment futuriste sous la houlette de Yohan Gabay, responsable très inspiré des animations. Plus que de simples bibliothèques, ces établissements sont de véritables centres culturels où nourrir ses passions et ses envies, à l’instar du centre Mendi Zolan d’Hendaye! En attendant les mots ivres et choisis de nos librairies à venir bientôt, flânons un peu dans cette antre de verre.

photo_diego_vecchio

( Diego Vecchio)

Rencontres et lectures publiques ponctuent ce mois de novembre. Le 8 à 16h00, Jean Louis Debré nous propose  Ces femmes qui ont réveillé la France, vibrant hommage aux militantes de la liberté et de l’égalité qui sont à l’origine de réformes essentielles pour les droits des femmes en France. La librairie Koegui accompagne l’initiative. Le 15 à 15h00, Marca Stay nous livre son enfance de futur artiste dans la nature sauvage des rives de l’Adour à travers son ouvrage Madour. Le 19 à 18h00, l’écrivain argentin Diego Vecchio, auteur de livres où humour, fantaisie et rigueur scientifique s’accordent, vient parler de son nouveau roman Ours où, à travers un ours en peluche, la nostalgie de l’enfance surgit au coin des pages. Le 22 à 14h00, Hemley Boum , camerounais, en partenariat avec les Editions La Cheminade, nous confronte aux délicates relations humaines sur fond de sida. Des hommes et des femmes malades vivent l’instant présent dans une épreuve de vie qui les rapproche et les place face à eux mêmes en multiples interrogations. Enfin le 29 à 16h00, Yves Bichet, écrivain et bâtisseur, constructeur de phrases et de maisons en pierre à l’ancienne dans la Drôme, vient, accompagné de sa femme Christine Bry, artiste peintre, et d’Emilie Rose Bry, soprano de renom, nous parler de son parcours hors des sentiers battus, en partenariat avec le librairie Koegui.

Yves Bichet(Yves Bichet)

Quelques conférences émaillent ces rencontres. Le 4 à 18h45, Daniel Buren sera présent,  non à la médiathèque comme prévu, mais au cinéma Le Royal. Une présence rare à ne pas manquer! Le 13 à 18h00, Jean-Pierre Mercé, conseiller pédagogique départemental en arts visuels nous invite à discuter autour du thème Monstres! Les créatures fantastiques de l’histoire de l’art. Le lendemain à 18h00, Le même thème des monstres est abordé sur le mode de la pop’philosophie, chère à Gilles Deleuze, par Mathieu Accoh et Lionel Fauré-Corréard, professeurs  Biarritz.

A noter, pour mémoire, Les bébés bouquineurs (8/11 à 10h30), les ateliers d’écriture de Florence B. sur le thème de l’Afrique (15/11 à 10h30) et de Marie Cosnay autour du fantastique de Lovecraft (28/11 à 17h45), les animations en famille ou comment transformer des histoires en dessins sur ordinateur (15/11 à 10h30), les contes en basque à partir de 5 ans (19/11 à 14h30), les Petites oreilles à l’écoute (22/11 à 10h30) pour initier petits et grands aux musiques les plus diverses, le Club des lectores en espagnol ( 25/11 à 10h30, espace America), Lecture à haute voix à partir de 3 ans (29/11 à 10h30) et Regardez voir (29/11 à 10h30) pour aiguiser le regard critique des enfants aux images qui les entourent (Tiens! ça nous rappelle Txiki!!)

Enfin, le cinéma hante aussi les lieux avec L’escale de Kaveh Kakhtiari (7/11 à 15h30), Un passeport hongrois de Sandra Kogut (14/11 à 15h30), Les enfants d’Hampâté Bâ d’Emmanuel Villard (21/11 à 15h30) et La Yuma de Florence Jaugey (28/11 à 15h30).

Pour terminer côté livres, la librairie Bookstore nous propose un petit bijou:Le 8 novembre à 17h00, la musicienne Agnès Doherty, munie de sa contrebasse, présente son dernier spectacle chanté, Le braconnier de dieu, ou comment, avec verve et truculence, conjuguer la prose de René Fallet et la poésie de Brassens! Et n’oublions pas le 5 novembre chez Miremont la remise du prix Boncourt, le Goncourt de Biarritz à 12h00! Une belle initiative de la médiathèque, encore une fois!



– Musiques et ballets pour tous les gôuts!

L’Atabal ne déroge pas, ce mois ci encore, à sa belle réputation de centre musical contemporain pour mieux nous proposer, jaillis de ses éprouvettes formules découvertes, des groupes singuliers. Le 8/11 à 21h00, Ez3kiel installe un dispositif scénique étonnant. Musique, image et lumière fusionnent à travers les prismes poétiques et technologiques du quatuor. Des pionniers aux frontières des compositions lyriques et des explorations électroniques qui nous présentent leur nouvel album Lux. Les 5 membres de Sakya, groupe phare de la scène post rock française, enchainent ensuite. Le 14/11, même heure, Massilia Sound System revient avec son 8ème album. Un groupe qui met son talent au service de la tolérance et de l’ouverture sur le monde, qui chante en français et en occitan, ce n’est pas pour nous déplaire! Tortuga Sound System leur succède. Le 21/11, à mi chemin entre le doom et la pop psyché 70’s, Mars Red Sky investit les lieux. 3 bordelais en pleine ascension mondiale. En plus sombre, Year Of No Light et Koweit Acid Transfer le même soir. Enfin le 29/11, Dawa Hi-Fi, valeur sûre de la scène Dub européenne occupe la scène. A ne pas manquer, en parallèle, les Kfé concerts gratuits! Le 7/11 à 21h00, le DJ Uneek propose Paye Ta Bass. Un son énergique, incisif et jubilatoire. Le 27/11, même heure, le groupe de rock originaire du Pays Basque Smoke Deluxe, créé en 2011 nous entraine dans les sonorités à la Motorhead. Soirée basque puisque Can Of Worms et  Childrain enchainent dans la même veine musclée. Enfin le 28/11, Clo, nous propose sa voix suave de velours pour des mélodies délicates sur guitare.

Photo CLO 3(Clo)

Autres lieux, autres musiques…

Le 6/11 à 21h00, le Colisée accueille Bruno. V pour un spectacle très soul music. Le 9/11 à 11h00, grand récital de piano à l’Hotel du Palais avec la concertiste internationale Marta Zabaleta. Au programme: Mozart, Beethoven et Chopin. Le même jour à 17h00, une aventure musicale cocasse vous attend au Colisée avec Les Voisins du Dessus. Un concert incroyable où, en 20 ans de chansons françaises, des invités et voisins vous inviteront à chanter. Le 15/11 à 21h00, soirée flamenco au Domaine de Françon  avec Los hermanos Sanchez Fabia & Chispas Flamencas. Gare du midi, le 19/11 à 20h30, place  Mozart avec un superbe Don Giovanni. Le 22/11 à 20h30, les 4 chanteuses d’Izarrak investissent le Colisée. Enfin, pour les nostalgiques, le 28/11 à 20h30, grand retour de Bernard Lavilliers gare du midi pour un concert où métissages culturels et engagement font bon ménage pour notre plus grand plaisir.

Côté danses, ça déménage!

Le 4/11 à 16h00 et 20h30, l’Irish Celtic revient faire vibrer la scène de la gare du midi. Un vrai régal vivifiant en diable! Le 25/11 à 20h30, autre ambiance sur cette scène avec le Ballet Antonio Gadès et deux oeuvres emblématiques: El Ranga et la Suite Flamenca. Deux pièces chorégraphiques majeures pour des instants d’une beauté  couper le souffle. Quel panache! Enfin le 27/11 à 20h30, la virtuosité reste de mise. En collaboration avec le Malaindain Ballet Biarritz, le St Petersburg Ballet Theâtre nous offre la Belle au Bois Dormant sur une musique de Tchaïkovski et une chorégraphie mythique de Marius Petipa. Vadim Nikitin dirige l’orchestre.

– Théâtre en scènes

Jabb( Jabberwock aux Chimères)

Le 5/11 à 19h00, le Colisée part A la Renverse avec le Théâtre du Rivage. Une belle histoire de rencontres impossibles et de mouvement perpétuel écrite par Karin Serres. Le 9/11 à 17h00, le Théâtre du Versant propose Yevi, spectacle de marionnettes du Togo animé par Rachida et Roger à la Kora. Une jolie fable où génies, hommes, bêtes et plantes parlent le même langage. Au même endroit, le 21/11 à 20h00, Alain Munoz, enseignant en théâtre, propose une conférence sur le théâtre baroque en France.  Du 12 au 30 novembre, le Théâtre des Chimères reçoit le collectif bordelais Jabberwock et sa nouvelle création. Un reécit initiatique pour une recherche de vérité autre; affonter ses peurs et révéler ses monstres.

Pour toutes infos Biarritz: www.biarritz-culture.com, www.biarritz.fr, www.theatre-du-versant.com, www.atabal-biarritz.fr et www.biarritz-evenement.fr ou ici même, www.magmozaik.com

Anglet à l’heure des images

livret Fifava 1.4

Le mois de novembre se consacre aux images à Anglet, thème majeur placé sous le signe du bonheur, véritable fil rouge de la programmation jusqu’au 29 novembre, au théâtre du Quintaou ou  la médiathèque. Musiques, spectacles et expositions viennent compléter une période riche en événements divers. L’image se décline en multiples animations: expositions, films documentaires et d’animations, festival du film amateur, courts métrages, spectacles, ciné-concerts… Toute un panoplie  découvrir en ce mois de novembre.

– L’Image dans tous ses états!

Une étonnante exposition suivie de multiples ateliers pratiques ouvre le feu. Du 4 au 29 novembre, la bibliothèque du Quintaou présente Le Sténopé géant ou comment faire un photo avec une caravane. C’est le challenge proposé par les élèves de l’Institut médico-éducatif Le Nid Basque, qui, accompagnés par leur éducateur Bruno Floquet et le photographe Cédric Pasquini, ont réalisé 18 photos grand format des lieux emblématiques d’Anglet. Les 8, 12 et 26 novembre à 14h00 des ateliers permettront de comprendre tout de cette étonnante technique où une caravane se fait appareil photo! Inauguration de l’expo le 4/11 dès 18h30.

Nombreuses projections de films et documentaires ensuite, toujours à la bibliothèque. Le 7/11 à 12h30, Le cercle du silence, et à 18h00, Grandir de Dominique Cabréra. Le 12/11 à 18h30, Myona Rimoldi Guichaoua nous propose un florilège d’instants de bonheur. Le 14/11 à 18h30, Le papa des poissons d’Antony Martin. Le 19/11 à 15h30, soirée historéelles. Le 21/11 à 18h30, diffusion du film de Marie-Claire Quiquemelle, Les disciples du jardin des poiriers .

– Le FIFAVA

La 9ème édition du Festival International du Film Amateur Video d’Anglet s’installe, du 7 au 9 novembre au Théâtre du Quintaou. Une manifestation originale, créée par Alain Rigou, truffée de belles surprises, de courts métrages diversifiés, de documentaires, de films d’animation et de fictions qui nous plongent dans des univers multiples. Les auteurs? Des réalisateurs amateurs et des étudiants d’écoles de cinéma comme l’ESRA France, l’ISAS Belgique, l’ArtFX France ou l’Alba Liban. Un événement que la ville soutient avec l’aide précieuse de partenaires privés et surtout de bénévoles passionnés. Nous lui consacrerons un dossier spécial dans les jours à  venir! En ouverture du festival, projection du film Donko, la connaissance, de Kassim Sonogo sur les traces de l’artiste peintre malien Drissa Konaté, chef de file d’un mouvement artistique connu sous le nom de Roots Art qui adapte les arts traditionnels africains à la peinture moderne. Jubilatoire et vivifiant, autour d’un artiste à mi chemin entre les arts de la rue et la peinture traditionnelle qui mélange les techniques ancestrales et modernes pour faire découvrir un univers “underground”. A découvrir également Mademoiselle Kiki et les Montparnos consacré à la muse des peintres avant gardistes du début XXème siècle, et Betty’s Blues, rêverie autour de la légende de Blind Boogie Jones dans la Nouvelle Orléans des années 1920.

livret Fifava 1.4 3

Au total, 36 films présentés sur 150 visionnés, de multiples nationalités, mais aussi locales, pour 5 prix décernés: Le Genêt d’or/ prix du jury, le Prix de la meilleure animation, le Prix du meilleur documentaire, le Prix de la ville d’Anglet et le Prix du public. Pour toutes infos sur les dates et programmation, consulter le site www.fifava.fr

 

Du 21 novembre 10h00 au 29, 18h00 la salle des fêtes de la mairie accueille le Salon d’automne Fontaine Laborde. L’occasion d’exposer des oeuvres peintes et sculptées, figuratives et abstraites. A la Villa Beatrix Enea, du 15 novembre au 4 janvier 2015, Catherine Starkman présente une sélection de ses toiles récentes (huiles grand format et papier). cette ancienne photographe de presse et de mode se tourne vers la peinture dans les années 90 dans un style géométrique puis figuratif dans un jeu constant de couleurs et d’effets de matière. En 1992 elle s’installe  New York pour 20 ans. Elle expose en France, en Europe et aux Etats Unis. Ecoutons la simplement définir sa démarche:” Je présente des pièces abstraites, qui représentent à la fois mon imaginaire et ce que je traduis du réel, une conversation d’émotions et d’impressions, une correspondance entre les couleurs et la matière, un mélange de rêve et une énonciation de la terre, du vide et du céleste, par des aplats, des fondus, des formes parfois géométriques, des opacités brutes, pointues ou rondes, des carrés, des laques translucides et des formes minérales. C’est une architecture à la fois accessible et obscure, une évasion sans la moindre trace humaine, un espace intemporel, rythmé où s’entremêlent les sensibilités.
Mes œuvres sur papier sont d’un registre encore différent : soit des histoires courtes avec des personnages qui pourraient être tirés de rêves ; soit juste une étude, un mouvement, un mélange de traces de craie, de pastels gras, d’encre et d’acrylique”

mains 2006(Catherine Starkman)

– Côté spectacles au Quintaou, de la musique et de l’humour!

Le 6 novembre Pierre Clément et Alexandre Lefaix jouent une double partition musicale et plasticienne sur notes numériques, technologiques et électroniques aux écuries Baroja à 20h30. Une belle composition où le visuel, en lumières et videos, se superpose à la trame sonore. A ce jeudi de la Maison succède le 13 novembre le jeudi de Benat Achiary qui propose une soirée consacrée aux voix et chants libres. La rencontre avec Frédéric Jouanlong s’illustre en un récital où poésie, chants et improvisation se mêlent. Le 20, place au Microscope qui présente la chanteuse américaine décalée Joséphine Foster tandis que la Summer Musique nous offre le 27 novembre No Yelling, proche de Radiohead ou de Portishead et LPPDR pour quelques reprises de ZZ-TOP. Au Théâtre du Quintaou, le 14 novembre à 20h30, belle rencontre entre deux immenses talents: Piers Faccini et Vincent Segal. L’un, compositeur et chanteur  l’élégance, au raffinement et au charme fou puise son inspiration dans les ballades pop folk mâtinées de chants napolitains. L’autre, violoncelliste virtuose, l’accompagne pour une rencontre rare. Le 20 novembre, même heure, voyage au coeur de la musique tzigane et yiddish avec Les Yeux Noirs qui nous régalent de savoureux mélanges musicaux entre orient et occident. A entendre avec délectation pour les notes perlées des violons des frères Slabiak. Enfin, le 23 novembre à 17h00, place à Xavier Mortimer, L’Ombre orchestre dont l’inventivité se joue de ses ombres en de multiples partitions délirantes. Un spectacle plein d’humour et de fantaisie. Toutes infos et tarifs sur le site www.scenenationale.fr

f2cb6a01bc( Alexandre Lefaix et Pierre Clément)

A Bayonne, voyages dans le temps et l’espace

Des mémoires de la Grande Guerre aux portes de Bilbao, Bayonne nous entraine dans un tourbillon d’expos, de spectacles et de lieux que vient couronner le cirque de Noël, prélude aux festivités de fin d’année.

– Le centenaire de la Grande Guerre

musee basque grande guerre

A la veille du 11 novembre, le programme du centenaire de 14-18 élaboré par la ville et labellisé par la Mission pour le Centenaire s’intensifie. Expositions, Concert lecture avec la quatuor Arnaga, orchestré par les Editions Koégui, cycle de conférences  la Cité des Sciences, Lettres et Arts, projection du film Les fragments d’Antonin  l’Autre Cinéma… tout s’accélère. Au Musée Basque, depuis le 25 octobre et jusqu’au 22 février 2015, l’exposition  La Grande Guerre, Bayonne et le Pays Basque apporte une vision nouvelle des liens tissés entre les terres paisibles et l’enfer des tranchées. Base arrière des combats et ville de mobilisation, la cité paie un lourd tribut aux hostilités. Elle accueille en août 1914 les premiers volontaires étrangers (polonais, espagnols, tchèques, suisses..) qui alimenteront le premier régiment de marche d’une légion étrangère en cours de formation. De nombreux artistes enrôlés (Salaberry, Deluc..)témoignent en dessins de la barbarie des combats. La tragédie envahit de multiples familles tandis que maints édifices se transforment en hôpitaux. Personnalités politiques et artistes exaltent le devoir patriotique et l’aide aux familles durement touchées. C’est ce tableau réaliste que dresse l’exposition proposée au Musée Basque comme un devoir de mémoire contre les horreurs des guerres passées.

– Retour outre Bidassoa, vers Bilbao

Plus réjouissante est, en cette fin d’année, la collaboration transfrontalière entre Bayonne et Bilbao, impulsée par Jean-René Etchegaray pour lequel la culture doit être l’un des principaux axes de renforcement du lien social mais aussi d’attractivité et de rayonnement de la ville. Dans le cadre de son prestigieux Festival International de la Gravure, du 20 au 23 novembre, la ville de Bilbao accueille une sélection d’oeuvres et d’ouvrages des collections bayonnaises. Un partenariat qui se traduit par l’exposition d’une vingtaine de gravures de la collection Helleu, un échange fructueux entre l’Ecole d’Art de Bayonne et le Musée des Beaux Arts de Bilbao, une journée dédiée à la ville française de 21 novembre pendant le Festival et un stand de plus de 25 m linéaires destiné à valoriser le patrimoine bayonnais. Un premier échange qui devrait se péréniser.

– Une floraison d’expositions

banner_Barbosa_624x334px_v1

Jusqu’au 15 novembre, à l’espace Spacejunk, dédié au street art, 35 rue Ste Catherine, étonnante exposition d’un artiste déjanté et décalé, le photographe Jérôme Barbosa. Avec Viva la Psychose, il passe au dessin noir et blanc, en superbe virtuose du trait fin et précis, pour nous jeter en pleine figure ses obsessions, ses colères et ses idées folles. En digne héritier naturel de Robert Crumb, chef de file du mouvement Lowbrow, né en Californie à la fin des années 70 et qui s’attache à s’approprier l’iconographie des médias populaires, cet “outsider aliéné” prend un malin plaisir à défigurer, détourner, déformer et dénoncer les grossieretés du monde telles qu’il les perçoit, en mode satirique, surréaliste et limite cauchemardesque. Un vrai coup de poing vivifiant et, ma foi, bien réjouissant, à découvrir de toute urgence! A noter également que, dans le cadre du Projet Vénus Pays Basque, développé dans la galerie récemment, toutes les oeuvres, réalisées là pour sensibiliser le public  à la prévention contre le cancer du sein, seront vendues au enchères le 14 novembre dans le grand salon de l’Hotel de Ville au profit de l’association Life is Rose. www.frfr.facebook.com/Spacejunk.Bayonne

Du 3 au 15 novembre, à la Galerie L’Artsenal, 2 rue Ste Catherine, Claude Jammaerts, dont on connait depuis longtemps le talent, l’immense culture et surtout l’implication dans la vie créative de la Galerie des Corsaires aux côtés de son complice, également peintre, André Goupille, expose ses toiles. Une finesse de traits et de composition toute géométrique qui prend soudain, dans ses oeuvres, une dimension artistique. Une pointe de cultures du monde, un soupçon de symboles ésotériques et autres, des peintures subtiles, fines et élégantes… A chacun de résoudre les énigmes et de les interpréter à sa façon. Dès le 15 novembre, le verrier d’art d’Espelette dont nous apprécions l’infini talent, Poly Berin, lui succède. Nous lui consacrerons, dans le mois, le portrait et le focus qu’il mérite largement pour sa virtuosité et sa grande générosité envers les autres artistes qu’il n’hésite pas, en s’effaçant modestement, (trop même!) à accueillir dans son espace ô combien convivial! www.lartsenal.com

10458542_731243363608141_6149662701787915970_n(Poly Berin)

Jusqu’au 14 novembre, justement, à la Galerie des Corsaires, 16 rue Pontrique, l’artiste russe Ludmila Naoumenko présente son travail. des oeuvres magistrales dans l’art de maitriser le mouvement, la vie et la chaleur. Des tableaux qui nous plongent directement au coeur de scènes chargées de féérie et d’émotions, telle cette funambule si gracile dont on redoute qu’elle chute à chaque instant! Autre univers avec 2 artistes aux prises avec de la matière brute ou de récupération, du 15 au 28 novembre. Marie-Hélène Burgeat transforme des matériaux industriel devenus inutiles en tableaux où ce chaos post-industriel se fait rythme, art et poésie à travers des compositions cinglantes et dynamiques. Une vraie sublimation du recyclage! Dominique Luro, architecte de formation, travaille la matière avec créativité pour faire surgir des objets où l’esthétique le dispute  la fonctionnalité. Meubles, lampadaires naissent ainsi de son imagination en un design original. galeriedescorsaires.blog4ever.com

Affiche Ludmila Naoumenko

Du 13 au 15 novembre, la Galerie du Second jeudi, 42 quai des Corsaires, offre à David Joly l’opportunité d’explorer, à travers ses peintures, l’archéologie d’une civilisation idéale et perdue, à partir de documents d’archives. A la Marge vous invite au voyage dans le temps et la mémoire. www.lesecondjeudi.fr

Au Musée basque et de l’histoire de Bayonne, 2 événements notables. Jusqu’au 9 novembre , l’exposition Belharra, 12 ans d’exploits permet à Eric Chauché et Grégory Rabejac de montrer leurs superbes photographies. Du 13 novembre au 7 décembre, Elba Martinez nous propose un ensemble de photographies intitulé Me confunde el mar. A noter l’exposition de Kolet Goyhenetche à la Galerie La Traversée-Librairie du Levant jusqu’au 15 novembre et surtout la belle vitalité de la librairie La Rue en Pente qui alterne rencontres littéraires et expositions d’artistes. Le 8 novembre à 17h00, le bayonnais Michel Camdessus, ancien directeur du FMI, vient parler de son livre de mémoires La scène de ce drame est le monde, tandis que, du 3 au 29 novembre , Tony Cartano expose ses oeuvres récentes. Enfin, signalons le 5 novembre l’exposition photos de Nöt à la Fabrique de Bayonne, intitulée Y.N/N.Y

Après Pasabidean, Arcad nous invite les 22 et 23 novembre sur le Quai de Lesseps pour sa nouvelle manifestation Sans Titre 1 (voir notre article www.magmozaik.com/2014/09/arcad-10-ans-dune-irresistible-ascension/)

– La Luna Negra

Au 7 rue des Augustins voilà un espace de vie à préserver et soutenir de toute urgence pour la qualité de sa programmation audacieuse, éclectique, magique et jubilatoire mais aussi pour des instants de détente chargés d’humour ou d’émotions! Théâtre, one men shows, concerts et séances d’impro délirantes, le cocktail fonctionne à merveille pour petits et grands! Un mois qui tient  nouveau toutes les promesses d’une belle équipe dynamique mais qui a besoin de nous tous pour continuer à nous régaler de merveilleux spectacles à  petits prix!! Pour toutes infos sur la programmation, les tarifs et les contacts des artistes produits, www.lunanegra.fr. Petite précision: tous les spectacles se déroulent à partir de 20h30.

Le 5 novembre, le mois démarre en fanfare avec le traditionnel Ring d’Impro mensuel! La règle c’est qu’il n’y en a pas. Chaque mois un présentateur différent impose ses codes mais nul ne sait  à l’avance qui il,ou elle,  est, ni combien de spectateurs ou d’équipes seront en lice! De la haute voltige sans filet à tenter! Seule concession au public: c’est lui qui écrit les sujets ou thèmes d’improvisation qui seront tirés au sort tout au long de la soirée! Un moment unique et réjouissant . Du pur délire concentré à consommer sans modération!

Du 6 au 8 novembre, Le trio Zarafa nous entraine aux frontières des musiques orientales et turques. D’excellentes et envoutantes musiciennes pour un voyage des 1000 et une nuits plein de saveurs et de parfums…

Le 12 novembre, la Troupe des Souffleurs de Rêve nous annonce tout de go: Montauban, tout l’monde descend! Un 24 décembre, des voyageurs sont bloqués dans la gare pour cause de tempête de neige! On vous laisse aisément imaginer la suite. Comme quoi il n’y a pas que le Père Noël qui soit une ordure! Dans la même veine absurde et cocasse en diable, la SNCF l’est aussi!

la-troupe-des-souffleurs-de-vers-pour-une-soiree-theatrale-consacree-a-alfred-de-vigny-photo-xaxier-dumesnil( la Troupe des Souffleurs de Rêve)

 Du 13 au 15 novembre, Damien Jayat, alias Basic Einstein, ingénieur de formation quelque peu déjanté, nous propose d’hilarantes démonstrations à  l’usage d’un public populaire, ignare en matière de jargon scientifique pour le moins obscur! Un humour fin, ravageur et caustique à ne pas mettre dans toutes les éprouvettes!  Petit aperçu en video, ou comment mieux saisir le sens du mot atome lorsqu’il se rebaptise l’atome Etcherry!!



 Le 19 novembre, concert Funky Blues  la fois électrique et soul avec le trio de Richard Arame (guitare et chant), accompagné de 2 complices virtuoses, Jaco Largent, percussions et chant ( Sixun, Jacques Higelin, Angelique Kadjo…) et Henri Dorina à la basse ( Bill Deraime, Martha Reeves and the Vandellas…)

Le 20 novembre, retour en enfance avec le spectacle féérique du magicien Charles qui vous réserve bien des surprises extraites, comme il se doit, de son miraculeux chapeau!

Le 21 novembre, Nahia Zubeldia et Manu Matthys, notre vrai coup de coeur ! Nahia, auteur-compositrice-interprète, écrit ses chansons en euskara dans un style pop folk. Manu Matthys, musicien électronique et producteur, appartient au collectif Moï Moï! En résidence de création tout le mois ils nous préparent une soirée d’exception avec le soutien de l’Institut Culturel Basque. A ne pas rater!

nahia-zubeldia-chante-la-detresse-de-cupidon_1205273_1200x600

Le 22 novembre, Câlins Câlines de Jean Bonnefon, Cie des Arts Modestes, nous suggère des petits contes coquins ponctués de quelques jolies chansons d’amour….A siroter doucement avec élégance, jubilation et sans modération!

Le 27 novembre retour attendu des Improttoks pour un nouveau Cabaret d’Improvisations. Une salle surchauffée pour un délire assuré! Aux manettes, la Troupe des Ateliers de Marc. Ne boudez surtout pas votre plaisir et réservez vos places!

Enfin les 28 et 29 novembre, Divano Dromensa nous offre une soirée endiablée sur des musiques russes, du jazz manouche et des chants tziganes. Un tourbillon généreux de rythmes virevoltants et frais qui vous entraineront dans de folles envies de danser!

– Côté musiques et spectacles vivants

534465_402069496528882_431010065_n

La musique occupe une place de choix ce mois ci à l’occasion de quelques anniversaires. Le 14 novembre, en l’Eglise St Etienne, grand concert Orgue et Ténor avec Gerardo Rifon et Xavier Anduaga. Le 15 novembre, autre univers au Kalostrape Ostatua avec un bal du samedi soir dès 21h00. Le 18 novembre, autre style avec la Scène Nationale de Bayonne qui propose à 20h30 Le Clayton-Hamilton Jazz Orchestra. Un monument en la matière au niveau mondial qui revient ici pour son unique concert en France! C’est assez dire qu’il faudra vite réserver! Le 22 novembre, les élèves du Conservatoire Maurice Ravel célèbrent le 300ème anniversaire de la naissance du plus connu des fils Bach, Carl Philipp Emanuel. L’occasion d’une belle mise en lumière du piano-forte, du violon ou de la viole de gambe. L’ORBCB souffle également ses 40 bougies et fête les 100 du séminaire. Le 27 novembre, à la médiathèque, avant concert avec Julie Charles, professeur de culture musicale au conservatoire, pour une présentation du programme interprété au grand concert anniversaire en l’Eglise St André. Le 29 novembre, place à l’événement. Des poèmes franciscains de Joseph Ermend Bonnal seront interprétés par l’ORBCB et ses choeurs.

LOGO cIRQUE DE nOEL copie ac pn

Côté spectacles, quelques pépites  signaler. Du 21 au 30 novembre le Cirque de Noël s’installe dans la ville ( voir notre article pour toutes infos: www.magmozaik.com/2014/10/cirque-de-noel-la-culture-populaire-au-coeur-des-villes/) Les 5 et 6 novembre le Théâtre National de Bordeaux en Aquitaine présente au théâtre de Bayonne Lignes de failles de Nancy Huston. L’histoire dense d’une famille sur 4 générations en 4h30 de spectacle! Une belle adaptation du roman de Nancy Huston, Prix Fémina 2009. Les 12 et 13 novembre, sur cette même scène, le collectif OS’O propose Timon/Titus d’après Shakespeare et David Graeber, ou comment aborder, à travers l’histoire d’une famille en crise, le rôle de l’argent dans la société et la violence qu’il génère. Jubilatoire, sur une mise en scène de David Czesienski.

Pour toutes infos spectacles Scène Nationale et ORBCB: www.scenenationale.fr et www.orbcb.fr

Et ailleurs?

Bandeau-ezpelart-620x350

Bien sûr, à Espelette, le dernier trio d’Ezpel’art vous attend jusqu’au 11 novembre, avec Maitxu Juantorena, notamment! On vous en fait une belle actu bientôt! Sur St Jean de Luz, 3 temps forts  noter: la nuit du conte, l’expo d’Evelyne Hérisson L’Archéologie du Rêve et un ciné débat sur la violence faite aux femmes le 24 novembre à 18h00 au Sélect.

Festival Apollo# 3 au Boucau et  Bayonne. Cette troisième édition propose l’exploration d’un univers situé entre art contemporain, musique et cultures populaires. Une orientation expérimentale proposée par La Maison en 4 temps: Salle Paul Vaillant-Couturier au Boucau, du 15 au 26 novembre, exposition collective (Annabelle Arlie, Théodora Barat, Helena Bertaud, Philippe Bazin, Grégory Cuquel, Elba Martínez qui expose  à Bayonne- voir supra).Deux expositions que complètent deux concerts à  Boucau :Dual Split (pop music) le vendredi 14 novembre  et Moinho (piano), Eten (rock, Bizkaia), Aurost (free ambient), DJ Vincil (mix de l’espace) le samedi 22 novembre.



On vous prépare dans la semaine, toute les actus sur le Guggenheim de Bilbao! Promis juré!!

En attendant profitez bien de ce mois tout aussi dense que les précédents!!!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

 

This Post Has Been Viewed 298 Times


One Response to Novembre: Pas de répit pour notre agend’arts!

  1. thetaz says:

    merci pour les informations

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier