Actualités

Published on juillet 14th, 2015 | by MagMozaik

0

Noticias de Pamplona…Opus 8

A  8 heures et quelques, chaque matin de San Fermín, les coureurs font les comptes. Le 7 juillet, il reste 7 encierros à courir. Mais le 13, il n’en reste plus qu’un.  Ceux qui sont encore en état de courir – car chaque encierro a son lot de blessés – veulent tous finir sur une bonne note et que le dernier encierro, celui des Miura demain, soit le dernier grand souvenir de leurs courses à Pampelune en 2015.
L’encierro de ce matin, lundi 13, a été le plus rapide. Deux coureurs ont été encornés, l’un à la fesse, l’autre à l’abdomen. Mais d’autres ont été blessés lors de chutes provoquées par la vitesse. Nous ferons les comptes demain, los du dernier almuerzo.
Pour qui en doutait encore, les éleveurs entraînent vraiment les taureaux pour les encierros. Le but est simple. Que les taureaux courent le plus vite possible car moins longtemps ils sont dans la rue, moins ils risquent de se blesser, moins il n’auront d’option “d’apprendre l’homme” et plus ils resteront en état de combattre l’après-midi. Cet entraînement n’est pas vain. Aujourd’hui, les taureaux ne tombent plus pendant les corridas ou les encierros à Pampelune. S’ils trébuchent, ils se relèvent dans l’instant pour faire face au perturbateur de leur quiétude, qu’il soit torero ou coureur de l’encierro matinal.
_Arunnerfallsnextt17916809_6adbbcca
Dans la rue, voilà quelques années, il était fréquent de voir des taureaux finir la course exangue et déboucher sur le sable des arènes sans force et à bout de souffle. Il fallait parfois attendre une ou deux minutes que le taureau reprenne des forces avant de l’inciter à se relever. Ce qu’il finissait par faire. Il achevait généralement l’encierro avec des signes de lassitude certains.Aujourd’hui,tout cela est bien fini. Même les cabestros semblent avoir été entraînés. Ce sont eux qui ont imprimé le rythme de presque tous les encierros cette année.

Les Sanfermines 2015 touchent presque à leur fin. Des peintures, dessins et photos de toutes sortes représentant l’encierro ornaient de nombreux de la ville ou de commerces. C’est un culture qui s’affiche et qui finit par rentrer dans la rétine de tous les visiteurs, voisins d’Iparralde, pélerins de Saint Jacques ou touristes accidentels qui ont atterri à Pampelune sans savoir que les fêtes patronales se déroulaient au même moment (si si, il y en a !).

MEDIADOUR allongé

 Emmanuel de Marichalar

TEAM_BUILDING_ENCIERRO_empilé_600_dpi_

This Post Has Been Viewed 126 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier