Concerts

Published on septembre 13th, 2014 | by MagMozaik

0

Nos coups de coeur Black & Basque… version métissage!

Au fil des articles, magmozaik privilégie le métissage de cultures et d’arts sous toutes leurs formes, hautes en couleurs, ambitions et sons! Au coeur de notre immersion Black&Basque, 3 groupes d’artistes occupent une place de choix en attirant toute notre attention. Damba, formation basque, chantant en basque,  à la croisée des rythmes latinos et jazzy, que l’on retrouvera avec plaisir au Festival Biarritz Amérique Latine le 2 octobre prochain, Art Melody qui, avec Joey le soldat, cisèle ses musiques rap ou hip hop sur les belles sonorités des deux langues africaines, le mooré et le dioula, dans un surprenant retour aux sources tellement moderne et Troublemakers, groupe marseillais mythique dont la musique inventive nous projette sur la route 66 dans un univers cinématographique hanté de légendes mythiques. Suivons les l’instant d’un trop brève mais rare rencontre.

Damba ou la modernité de l’euskara

Damba? Une bourgade du Burkina Faso… Ce qu’ignoraient, surprises, nos deux interlocutrices, Aitziber Estanga, la brune chanteuse et guitariste, et Estitxu Pinatxo la blonde chanteuse charismatique. Entourées de talentueux musiciens elles développent une musique teintée de multiples influences, en majorité latinos et jazzy, avec une pointe de virtuosité gitane. Mais tout se corse avec les textes , exclusivement basques, avec cette volonté farouche d’ancrer l’euskara dans une belle modernité musicale métissée, au carrefour de genres universellement pratiqués. Deux albums déjà au compteur et une énergie sauvage sur scène. Une vigueur tonifiante que ne manquera pas d’allécher bien des festivaliers ce samedi soir à la Poterne de Bayonne. On en reparlera pour sûr dès le mois prochain!

logo291

Art Melody et Joey le Soldat, le retour aux sources du hip hop

Art Melody incarne la douceur, la sérénité mais aussi le combat pour promouvoir les langues africaines de ses origines. Il nous livre avec passion et ferveur les valeurs attachées à son enfance, quand sa mère chantait sur des rythmes étonnants, et son parcours, nourri de nombreuses influences musicales à fortes connotations afro-américaines. Dès l’âge de 20 ans, il compose, en 1998, en Côte d’Ivoire, ses premières créations en français sur fond de hip hop dont il réalise qu’il émane des profondeurs de son Afrique, bien qu’exporté et largement popularisé par l’Amérique. Il sait déjà que les rythmes modulés par sa mère dans son enfance collent à s’y méprendre à ces sonorités là! Revenu au Burkina Faso il enchaine les compositions avant que Nicolas Guibert, réalisateur de documentaires, découvre son talent en 2007. Dès lors, tout s’enchaine. En 2008, il enregistre 10 titres sortis en 2009. En 2011, place au second album, diffusé en 2012, avant le 3ème produit en 2013. Aujourd’hui il prépare son 4ème opus. Sa palette musicale s’étend du reggae au blues en passant par le jazz et le funk ou les mélodies africaines. Sa rencontre avec son compatriote  rappeur Joey le Soldat lui permet de s’exprimer différemment sous le nom de Waga 3000, pour Wagadougou, en référence aux quartiers pauvres de la capitale burkinabé, et de faire partager au monde entier la richesse musicale africaine. A voir absolument ce samedi soir à la Poterne!

20140913_164408

Résurrection de Troublemakers?

Les fauteurs de troubles marseillais reviennent sur la scène bayonnaise, auréolés d’un son mythique teinté d’électro et surtout de références cinématographiques dignes de la 66 Road, qu’empruntait dans les seventies la belle équipée d’Easy Rider. De 2000 à 2004, Lionel Corsini, Arnaud Taillefer et Fred Berthet connaissent un vif succès dû à un positionnement insolite et très créatif hors des sentiers battus et rebattus de l’électro qu’on qualifiera de standardisée et très peoplisée! Le label américain Guidance Recordings leur permet de sortit leur premier album, nourri des influences de chacun, soul et funk pour Lionel, cinéma pour Arnaud et électro pour Fred… Le succès les guide vers de nouvelles expériences avec MK2 notamment et un superbe album, Stéreo Pictures, nourri de références ciné seventies, entre soul, jazz, funk et rythm’n Blues. Fred, davantage attiré par l’électro quitte le trio ce qui n’empêche pas le désormais nouveau duo de sortir, en mai 2004, un film d’Arnaud Taillefer, “Express way“, tourné dans les quartiers délabrés de Marseille avec l’aide du label Jazz Blue Note. Aujourd’hui ces créateurs uniques, à la croisée du cinéma et de la musique, préparent un nouvel album en indépendants qui n’a pas fini de nous faire rêver. A suivre donc!

20140913_163208(Lionel Orsini)

Signalons, en marge des concerts, le magnifique mur dédié aux artistes en herbe, à commencer par les enfants, et de multiples stands tenus par des associations. Saluons aussi l’incroyable travail des bénévoles qui, par leur dévouement et leur enthousiasme, contribuent au succès irrésistible du festival!

20140913_160327

Pour toutes infos complémentaires, www.blackandbasque.com

Catherine CLERC, contact@magmozaik.com

 

 

 

 

 

 

This Post Has Been Viewed 85 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier