Vu dans la presse

Published on août 19th, 2017 | by MagMozaik

0

Moissons prolixes aux Serres!!!

Créée en 2006 sur les magnifiques serres de Christian Gélos, habituées, de longue date, à accueillir des artistes dans leur écrin végétal, l’association des Ateliers d’ Artistes de la Milady s’est d’emblée imposée comme centre de création contemporain.

Il se définit en  4 axes: développer en ateliers et espaces de création une dynamique de collectif collaboratif et stimulant, accueillir des artistes extérieurs en résidence ou expositions temporaires, proposer régulièrement des expositions thématiques, souvent en liaison avec des événements locaux, nationaux voire européens et ouvrir le monde de l’art et des ses pratiques au grand public, notamment jeune, à travers des ateliers d’initiation. Une splendide et nécessaire structure dont l’existence et le devenir précaires doivent néanmoins se conquérir de haute lutte. Petite découverte d’un « jardin extraordinaire » en compagnie de Gaëlle Labrouche, fondatrice du lieu, et de Virginie Cétaire Poulpykiss, actuelle présidente d’un collectif en parfaite harmonie qui compte aujourd’hui 17 résidents.

Parties d’un espace de 2 hectares, les Serres représentent désormais 500m2 d’ateliers et espaces d’expositions couverts, un jardin équivalent et une vaste superficie à l’entrée qui sert, en attendant les moyens de ciseler davantage l’ensemble, de parking. avril 2013, le coup de tonnerre! La mairie décide après un dépôt de bilan de Gélos de préempter l’espace pour en faire des terrains de sports et des parkings de vélos, mode oblige! Un stress incroyable vécu par les artistes, convaincus qu’un tel lieu unique de création et d’accueil se doit de perdurer coûte que coûte. La nouvelle équipe de Michel Veunac retient pour un temps l’épée de Damoclès en restituant au collectif sa pleine autonomie, à charge pour eux, comme ce fut toujours le cas, de gérer au mieux la structure, jardins compris. Mais la famille Gélos reste propriétaire et tant que la ville n’aura pas acquis le domaine, l’incertitude planera sur le devenir d’un ensemble où bien des projets d’envergure sont possibles en terme d’offres et d’aménagements. Un restaurant intimement lié à la création artistique serait envisageable de même que des logements où accueillir de prestigieux créateurs du monde entier en résidence. Car pour l’heure rien n’est aux normes et les serres se dégradent de jour en jour, en dépit de toutes les ingéniosités pour colmater les fuites d’eaux ou le déplorable état des installations électriques. Alors oui, ils se battent bec et ongles ces magnifiques artistes pour préserver un havre unique que tout le monde défend aussi. Oui ils inventent des moyens de s’autofinancer pour pallier la maigre subvention allouée (500 euros!!) par la municipalité, à commencer par le loyer demandé à chaque résident de l’ordre de 100 euros par mois ou des ateliers d’initiation animés pour les jeunes.

De quoi vivent-ils? De ces ressources propres et des adhésions à leur association pour 2 euros à l’année. Tous restent solidaires et mettent en commun au service des actions du collectif, leurs compétences respectives. L’une, peintre, mais aussi infographiste aidera à créer les affiches d’événements. L’autre, dessinatrice mais sachant aussi jongler avec les mots, écrira les dossiers et communiqués de presse… Et leurs créations dans tout cela? La vie du groupe demande infiniment d’énergie dont les artistes ont aussi besoin pour évoluer dans leurs travaux personnels. Difficile en ces temps de stress aigu d’établir le juste équilibre entre une équipe soudée et des individualités. Certains y parviennent, d’autres non. Certains ne nourrissent de leurs talents mutuels, d’autres n’y arrivent pas. De l’équipe originelle ne restent que peu de créateurs, véritable colonne vertébrale d’un lieu au rayonnement qui ne cesse de croitre paradoxalement. Mais malgré toutes ces incertitudes la devise reste Carpe Diem et les projets pullulent. C’est aujourd’hui et jusqu’à la fin du mois, l’exposition « Ecume », en multiples variations autour de l’océan et des imaginaires qu’il sublime. Puis « 3 regards sur le corps » dans le cadre du Temps d’Aimer la Danse du 8 au 17 septembre en 3 déclinaisons de dessins, de peintures et de sculptures dans les univers de Laurence de Vellou, Chantal Requichot-Zeller et Véronique d’Arcangues. Une chorégraphie artistique en pas de 3 que la nouvelle création de Fabio Lopez, « terra », enrichira en pas de 2. Les résidents? Gaëlle Labrouche, Virginie Cétaire Poulpykiss, Blandine Dubos, Objet Trouvé (bijoux), Jean-Pierre Ballagny, Carole Bertéa, Laurence de Vellou, Thierry Portal, Maisonoir, Xavier Ride, Perrine Le Rhun, Mar Moreno, Olina Darmony, et Marine Scherer, la dernière venue, sans oublier Michel le jardinier (avec Laurence).

Un lieu incontournable à visiter et soutenir avec énergie.

www.lesserresdelamilady.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 33 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier