Spectacles vivants

Published on décembre 27th, 2014 | by MagMozaik

1

Magifique, l’émotion rare à fleur de peau et de rêves

Magique, magnifique, délicat et troublant comme un fil ténu de cristal qui plongerait dans les souvenirs intimes du chorégraphe à travers des miroirs mémoires… Esthétique et subtil jusqu’au bout des corps fuselés, ciselés au gré d’un répertoire tchaikovskien, revisité en mouvements réinventés, sur une partition gestuelle tout en fine sensualité… Un pur moment de grâce et d’émotion imaginé par Thierry Malandain, très justement distingué dans le monde entier pour la virtuosité de ses créations harmonieuses qui, en une incroyable alchimie d’une redoutable technicité, nous offrent en une poésie classique et moderne à la fois, la beauté à l’état pur! Une perfection dont on imagine toute la discipline, le travail, le talent et la douleur, souvent, qu’elle exige des danseurs, des costumiers, des décorateurs, de toute l’équipe technique et du chorégraphe scénographe surtout pour dessiner et peindre, en volutes vibrantes, sur cet espace de la Gare du Midi, de superbes tableaux uniques à chaque représentation. Grâce au regard d’Olivier Houeix, photographe officiel et très inspiré du Malandain Ballet, qui, récemment, exposait ces instants saisis au vol à la Crypte Ste Eugénie, laissez vous emporter dans un tourbillon de frissons sublimés par les corps. C’est magifique!!!

Une figuration libre entre présent et passé, réel et imaginaire…

– A l’origine de Magifique (magnifique sans “n” parce que la haine divise , dixit notre chorégraphe de génie), un spectacle euro-régional conçu en partenariat avec la ville de Saint Sébastien, en 2009. 150 représentations après, l’oeuvre s’inscrit en pièce majeure du répertoire de Malandain Ballet. Plus de 100 000 spectateurs ont eu le privilège de l’applaudir, du Théâtre National de Chaillot à l’Opéra de Reims, De St Petersbourg  à Vérone, de Jérusalem à Bonn, de l’Europe à l’Amérique du Sud.

– De Casse-Noisette, La Belle au Bois Dormant et le Lac des Cygnes cette création tire une quintessence aérienne, musicale, chorégraphique et poétique, s’inspirant des compositions, fin XIXème, de Marius Petipa et Lev Ivanov. Une variation sur le thème initiatique de l’enfance, où le héros puise sa force pour traverser une série d’épreuves, et que Thierry Malandain enrichit de ses propres pépites de mémoire. Les 27 décembre à 20h30 et 28 décembre à 16h00 et 19h30, 3 représentations exceptionnelles soufflent leur merveilleuse poudre magique sur le public Biarrot. Une occasion rare de laisser nos rêves d’enfant nous emporter au rythme des arabesques impétueuses de Tchaikovski et d’un corps de ballet dont on ne vantera jamais assez l’excellence, les somptueux Miyuki Kanei, Arnaud Mahouy et Frédéric Deberdt en tête.

malandain_magifique_08

De l’enfance au “monde des grands” , de fragiles souvenirs enfouis…

– Fil rouge étonnant , des miroirs, déplacés au gré des danses ou des émotions évoquées, d’où surgissent, comme des réminiscences de l’univers de l’enfance, tantôt fantasmagoriques ou féeriques, tantôt effrayants, des personnages irréels et magiques, sublimés par ces 3 pièces phares de Tchaikovski et à partir desquels la vie réelle d’adulte se construit finalement, selon d’infinies variations propres à chacun. des miroirs qui sont autant de reflets renvoyés de notre subconscient ou de notre part d’innocence oubliée.

– Pour mieux encore nous plonger au coeur de nos rêves, chaque histoire narrative, bien que magique et onirique, est introduite par des lutins chatoyants et espiègles qui plantent le décor, ou plutôt agencent les miroirs, sur un fond sonore new âge souvent inquiétant, entremêlé de rires d’enfants, dont les notes sous entrainent au tréfond de nos souvenirs lointains. Une composition, quasi psychanalitique, imaginée par Nicolas Dupéroir.

– Une magie que la sobriété  des décors et les costumes , épurés, comme une seconde peau des corps, magnifient, en mettant en évidence, simplement, la superbe musique écrite sur la partition de gestuelles précises, composées au fil des chorégraphies, et remarquablement orchestrées en d’infinis tableaux vivants, sans cesse en mouvement au gré des palettes nuancées de sentiments exprimés.  Une mise en exergue des danseurs virtuoses que les accessoires (barres da danse et miroir) exarcerbent par le rôle sans cesse réinventé que leur attribuent ces artistes fantastiques. Lac où évoluent les cygnes, Boite féérique d’où jaillissent les jouets de Casse Noisette pour mieux s’animer et vivre des nuits enchantées, gaies et colorées, lorsque s’endorment les enfants… Barres où, selon les 3 histoires, se nouent les rivalités, les duos ou trios amoureux tourmentés, mais aussi à travers lesquelles tout un monde codifié de la vie de châteaux imaginaires se structure…

malandain_magifique_04

L’excellence au pouvoir

Les 80 minutes d’une inimitable chorégraphie signée Thierry Malandain passent très-trop-vite! Une symphonie des corps et de la gestuelle minutieusement et savamment orchestrée par une troupe parfaite de précision, d’élégance et d’harmonie. A voir ainsi s’incarner la beauté des mouvements à l’état pur, on réalise enfin combien de travail, de discipline et souvent de souffrances cet art somptueux de la danse exige pour que chaque corps, chaque danseur ou danseuse, se transforment en multiples notes de musique dont la conjonction sur la partition du chorégraphe se doit d’être parfaite, au millimètre près, à la seconde près. Tout s’enchaîne avec grâce comme si les corps n’étaient plus qu’émotions subtiles et contrastées. Un coup de coeur pour la danse des cygnes où les bras, les mains, les jambes se font cous élégants ou battements d’ailes, tantôt sereins, tantôt expressions de parades amoureuses tumultueuses. Mais surtout un vrai coup de chapeau au fantasque Casse Noisette dont les jouets, en gestes saccadés et souvent ludiques, voire cocasses, s’animent autour de l’improbable couple d’un casse noisette et d’une ballerine…Improbable, sauf dans les rêves… Une seconde existence virevoltante, fulgurante et pleine de joie ou de mélancolie que seule la nuit accorde à ce petit monde de fantaisie!

Demain, 2 représentations en guise de séances de rattrapage! 16h00 et 19h30! Si vous les ratez vous serez inexcusables de n’avoir pas su vibrer de manière si…MAGIFIQUE!

Artistes chorégraphiques: Ione Miren Aguirre, Raphaël Canet, Mickaël Conte, Ellyce Daniele, Frédéric Deberdt, Romain Di Fazio, Baptiste Fisson, Clara Forgues, Michaël garcia, Jacob Hernandez Martin, Irma Hoffren, Miyuki Kanei, Mathilde Labé, Hugo Layer, Claire Lonchampt, Fabio Lopez, Nuria Lopez Cortès, Arnaud Mahouy, Laurine Viel, Daniel Vizcayo, Lucia You Gonzalez.

Hormis les membres de la troupe déjà cités, décor et costumes:Jorge Gallardo, Lumière: Jean- Claude Asquié, réalisation costumes: Véronique Murat, réalisation masques: Annie Onchalo et réalisation décor: Alain Cazaux

www.malandainballet.com

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com 

This Post Has Been Viewed 368 Times


One Response to Magifique, l’émotion rare à fleur de peau et de rêves

  1. thetaz says:

    superbe reportage très explicite bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑