Edit'Arts

Published on novembre 26th, 2017 | by MagMozaik

0

Livres en péril !

Je ne sais pas vous, mais à l’heure où l’hiver nous invite à de douillettes soirées près de la cheminée flambante, un bon bouquin en main près d’un verre de sublime whisky, voilà qu’explose un phénomène qui signe la mort lente du livre papier.

Quoi de plus sensuel, subtil que de sentir le grain d’une feuille, de caresser les mots du regard, de voir s’envoler des volutes de phrases qui fleurent bon ce que votre imaginaire en fait. Une musique égrène ses notes dans la pièce où une douce clarté crépitante vous embarque, par vagues voluptueuses, dans un voyage au coeur d’une écriture. Le livre, cette petite caverne d’Ali Baba, vous le regardez, vous en savourez d’avance, avant même que de l’ouvrir dans ce bruissement feutré du papier, tous les trésors sertis en noir et qui dansent sur les pages. Vous lisez, vous relisez pour mieux vous enivrer de ce suc d’encre, cette porte d’entrée magique vers les univers étranges et si multiples de ces alchimistes que l’on nomme auteurs en tant de genres différents! Ils sont les sources inépuisables de connaissances et de cultures dont les saveurs de mots, de syntaxes, de styles tourbillonnent dans votre esprit. Et puis quand vous refermez cet objet précieux, c’est une boite de Pandore que vous replacez là, à sa place exacte dans la bibliothèque pour que personne, à moins de le mériter, ne s’en empare à fleur d’émotion et bouts de doigts agiles.

Alors quoi, tout ce rituel envoutant, si doux et apaisant, va-t-il s’effacer brutalement? Verra-t-on s’évanouir ces lieux de rêve si foisonnants et parfois exubérants que sont les librairies, ces niches irremplaçables où s’aventurer auprès d’hommes et de femmes qui vous guideront vers d’autres mondes à découvrir et qui vont vous émerveiller? Cet objet d’art parfois qu’est le libre rare, ancien, relié pleine peau pour mieux préserver l’essence d’incroyables talents ou d’estampes et dessins originaux en séries limitées, disparaîtra-t-il jusqu’à en devenir une relique? Car je reçois de plus en plus d’invites à découvrir le dernier roman d’un tel ou un tel en version numérique!

Et pour autant, faut-il vouer aux gémonies des dispositifs numériques d’avenir qui mettent enfin la culture à portée de tous, en un seul clic, sans avoir à se déplacer dans ces bibliothèques poussiéreuses ou avoir à payer juste pour s’ouvrir un univers de connaissances infinies? Avouons-le, la mise en ligne de nos trésors littéraires permet enfin de se présenter sous une forme mieux adaptées aux jeunes générations actuelles pour lesquelles le livre fera bientôt figure de légende!  Il sera bon alors de leur rappeler combien la pléiade, l’encyclopédie Larousse, Voltaire, Rousseau, racine ou Molière, Genet ou Vian, Ronsart ou Prévert et tant de milliers d’autres auteurs anciens ou contemporains, en poésies, essais, théâtre, histoire, romans, biographies, recueils de photographies ou d’oeuvres d’art etc, sont autre chose que les souvenirs de grands-parents radoteurs. Bon de se souvenir, à l’heure de l’écriture inclusive et du langage SMS, de toutes les beautés musicales que recèle la langue française à travers ses messagers les plus talentueux et parfois avant-gardistes quant à la sculpter de tant de manières différentes, parfois iconoclastes mais toujours respectueuses de la matière de base. Un infini creuset de toutes les écritures possibles à travers les cultures du monde entier, du cyrillique aux idéogrammes en passant par la calligraphie arabe. Autant d’oeuvres d’art que les langues et leurs façons si fines de les dire, dessinent en ouvrages parfois somptueux. Ces livres, sommes et mémoires de l’humanité et des civilisations à travers les âges. Alors oui, le livre numérique sera pratique en voyage car votre ordinateur sera votre, vos, bibliothèques portables, et ce, gratuitement, en d’infinies variations et innombrables choix de possibles. Mais au risque de passer pour une curiosité antédiluvienne, rien ne remplacera à mes yeux ce plaisir frissonnant de tourner chaque page d’un livre en un mouvement aérien qui exhale tant d’atmosphères si intimes! Rien ne remplacera cette étrange odeur d’encre et de papier qui vous happe en librairies ou bibliothèques, quand juste effleurer la tranche d’un ouvrage déjà lu vous emmène loin déjà, si loin… 

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 20 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑