Actualités

Published on septembre 26th, 2016 | by MagMozaik

0

L’imagination au pouvoir!

En ce lundi soir s’ouvre le 25ème festival Biarritz Amérique Latine aux sons jubilatoires de Cumbiam’Bero, groupe basque que titillent agréablement les tonalités sud-américaines! Un village pris d’assaut par les biarrots, heureux de savourer cette douce soirée en des rêves d’outre-Atlantique, bercés de musiques de Yuri Buenaventura! 

Quelques belles nouveautés agrémentent le village au Casino Municipal. Jusqu’alors, les stands, un peu épars, donnaient une impression d’ensemble quelque peu austère. Cette année, un dais commun vif et coloré les unit en un dynamisme inédit et une belle convivialité. Nous y retrouvons de nombreux amis du côté du commerce équitable, des panamas authentiques ou des “Musicas sin fronteras”!

Saisis au hasard de notre déambulation festive (consentants ou furtivement happés en pleine action!), Claude Thétaz et Alexis, danseurs émérites, Maura Black, l’ambassadeur du Guatemala pris en flagrant délire de dessin très musical, Marc Bonduel très contrebasse ou Angela Mejias, tout à son « gros objectif » de l’Hendaia Festibala (du 13 au 15 octobre prochain… On en reparlera vite!) et bien d’autres amis encore qu’il nous plait toujours de retrouver en ces circonstances ludiques! Mais surtout une grande tendresse pour cette passion retrouvée avec l’ouvre de Roberto Matta, un artiste qui a décidé de mon amour pour l’art comme une gifle magistrale reçue un certain jour parisien au Centre Pompidou voila bien des années…Reflet du succès croissant de cet espace de vie incroyable, une tente empiète désormais sur la terrasse pour accueillir les amateurs de tapas et autres tortillas.

Mais surtout, nous avions hâte de découvrir l’exposition participative de Ramuntxo Matta construite autour des oeuvres de son père et de ses frères. Au coeur du prisme qui abrite oeuvres et videos, quelques tables blanches jonchées de feuilles de papier et de feutres de couleurs invitant les visiteurs à dessiner le monde tel qu’ils se le représentent, inspirés par les tableaux et dessins exposés. Etonnante expérience d’emblée adoptée en la présence des organisateurs du festival et d’Alfredo Arias, éminent président du jury longs métrages.

A peine le temps de se détendre en des rivages lointains que se profile déjà la projection du film d’ouverture, “Neruda” du chilien Pablo Larrain, Gare du Midi, avant une prestation très attendue de la musicienne guatémaltèque Sara Curruchich, fer de lance de la culture maya. “Neruda”, film sensible et fort sur un pan de vie du poète souvent méconnu, du temps d’une clandestinité âpre des années 50 et d’une farouche opposition à Videla.

Demain l’exposition prend toute sa dimension en ateliers et visites guidées mais nous attendons surtout la projection du film “scandale” -parait-il pour les brésiliens!-, “Aquarius” de Kleber Mendonça Filho, à 20h00 Gare du Midi. Pour le feu d’artifice quotidien, on vous invite à consulter le programme!

www.festivaldebiarritz.com

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 50 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier