Coups de coeur

Published on juin 13th, 2017 | by MagMozaik

0

L’homme qui joue à n’être rien

Plus connu sous le nom de « l’homme invisible », Liu Bolin, artiste de Beijing, est réputé pour se dissimuler dans des paysages symboliques et gorgés d’histoire, le corps recouvert de peinture pour se confondre avec la scène.

Le virtuose asiatique dénonce ainsi avec finesse et intelligence les problématiques et dérives de notre société. L’occasion idéale pour venir admirer des chefs d’oeuvres percutants, en profitant de la beauté d’un lieu unique dont la force symbolique se trouve détournée par l’omniprésence de l’artiste que l’on s’amuse à discerner en filigrane comme une forme de contestation passive, silencieuse, mais non moins redoutable des dérives politiques, sociales, économiques ou environnementales  de nos sociétés, permissives ou totalitaires. Sculpteur de formation, il est de ces artistes qui appartiennent à une Chine des années 90 en pleine expansion économique qui se relève à peine du carcan de censure culturelle. Il n’en sera que plus profondément choqué de se voir expulsé, en 2005, de son atelier pour cause d’éradication du quartier des artistes. Dès lors, il entame un travail de dénonciation de ces doubles langages tenus par des décideurs qui prônent de belles idées tout en faisant le contraire dans tous les domaines de la vie des hommes. Le principe? Simple! Il se fond dans un paysage par une technique de body painting qui le rend invisible…ou presque, car l’attention, loin de se porter sur les décors choisis pour leur forte valeur emblématique de ce que sont certains pays, se focalise sur sa personne à l’expression figée et pour cela puissante. La photo des scènes ainsi élaborées fait le reste en termes de messages. Alternant happenings « Hiding in the city » et sculptures très engagées, il connait dès ses débuts un succès international incroyable qui le porte de Pékin à Paris en passant par New-york ou Milan, entre autres.

Mais les engagements de Liu Bolin se se limitent pas à ses implications citoyennes qui font sens. L’environnement fait partie intégrante de ses préoccupations majeures, venant d’un pays où les degrés de pollution atteignent justement des pics alarmistes. A l’invitation de Surfrider Foundation Europe il se pose exceptionnellement à Biarritz, au Spa Impérial Guerlain de l’Hôtel du palais du 13 juin au 20 août pour une exposition de 7 oeuvres photographiques de la série « Hiding in the city », d’une oeuvre de la série « Target – Chinese Fans », ainsi que de 5 sculptures, dont une version miniature du célèbre « Iron Fist ». L’occasion unique de photos performances les 11 et 12 juin dernier pour mettre en exergue la dégradation de notre océan, de sa faune et de sa flore. Un magnifique coup de colère réalisé en direct et dont la photographie sera exposée de septembre à décembre prochain au musée d’art contemporain Georges Pompidou de Paris. Un personnage haut en couleurs peintes, pas si invisible que cela, dont le silence assourdissant porte comme un hurlement d’alarme en ce monde qui, décidément, à tous les niveaux, marche la tête à l’envers!

Exposition visible du 13 juin au 20 août de 8h30 à 19h30 au Spa Impérial de l’Hôtel du Palais. Entrée libre

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 59 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑