Vu dans la presse

Published on février 10th, 2017 | by MagMozaik

0

Les paradis perdus

Illicite ? Bien des adeptes d’une certaine danse classique revisitée en fins codes contemporains connaissent. Illicite? C’est la volonté d’un danseur virtuose d’aller plus loin dans son imaginaire créatif en devenant chorégraphe, capable de mettre en pas, architectures éphémères et gestuelles épurées, gracieuses, nerveuses, son univers culturel et ses passions, notamment pour la Russie.

Illicite? C’est Fabio Lopez, ancien danseur virtuose du Malandain Ballet Biarritz qui compose désormais ses propres partitions mêlant inventivité chorégraphique et pertinence des choix musicaux adaptés à ses créations. Après les « Noces de Stravinski » puis « Molto Sostenuto », il enchaine sur un « Poil de carotte » d’une rare composition émotionnelle décalée, tout en finesses et douleurs retenues, sublimées par sa chorégraphie heurtée et sa scénographie faussement ludique et enfantine. Une cruauté subtile, en gestes écartelés, déchirés, déstructurés, déclinée en notes d’un compositeur magnifique de pudeur en palettes nuancées et diversifiées, Thierry Escaich, 4 fois primés par les Victoires de la Musique et l’un des rares à faire confiance aux talents sans preuves administratives! Juste le feeling et le sens d’une réelle harmonie entre notes et thèmes, qu’il s’agisse de danses ou d’improvisations autour de tableaux. Rares sont les artistes de cette trempe aux pluralités précieuses, à l’image des artistes qu’ils accompagnent.

Parenthèse agréable dans un parcours où il faut sans cesse se heurter à des absurdités de financement de hauts fonctionnaires décideurs de la culture, coupés décidément des envies du public, le programme Atalak 29 de la Dantzaz Konpania qui convie régulièrement un duo de chorégraphes à proposer leurs créations. En 5 jours de répétions intenses avec les jeunes danseurs européens de la compagnie, Fabio Lopez pour sa chorégraphie « Aura » en 12 danseurs, s’est inspiré avec grâce et fluidité du Requiem op 23 de João Domingos Bomtempo, somptueuse composition pour choeurs en accord parfait avec le texte de Yann Bouvard « Un jour nous sommes tombés du Paradis », une « brise divine ». Partenaires ? Le CNN Biarritz, la résidence pour danseurs d’Errenteria, Tabakalera, le Centre Azkuna  de Bilbao et le Klub du Vitoria Eugenia de Donostia. Une oeuvre très aérienne tout en variations de groupe, de duos, de trios et de sextets. Le thème ? Des êtres tombés du Paradis s’interrogent sur le pourquoi d’un tel exil, condamnés à errer sans patrie, sans âme, sans lumière dans une solitude absolue. Un thème douloureux et de blessures incisives comme sait à merveille les mettre en gestes d’écorchures élégantes Fabio Lopez.

Et demain? La saison 2018 se peint aux couleurs d’un «Exit » où Fabio Lopez a décidé d’impliquer, en quelques variations, des chorégraphes sur des choix artistiques profondément, viscéralement habités par une fusion musiques/chorégraphies des plus épurée et néanmoins enflammée, toujours ciselée sur un fil d’émotions fragiles et flamboyantes. Pour cette saison dont les auditions prouvent l’excellence acquise en à peine 1 an, Illicite a sollicité, outre deux jeunes chorégraphes de Donostia et Madrid, une oeuvre du répertoire Malandain encore inédite en France, « Entre deux » sur une musique de Stravinski. A suivre très vite…

Dates de présentation d’Aura: le 13 février à Errenteria, le 14 au Studio Malandain à 19h00 et le 16 au Klub de Vitoria Eugenia. Réservations impératives au 05 59 24 67 19.

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

Photos Janpol

This Post Has Been Viewed 45 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier