Coups de coeur

Published on octobre 8th, 2015 | by MagMozaik

0

Le “Trésor vivant” a fière allure!

En 34 ans d’existence Jean-Marie Broucaret mesure le chemin parcouru par le Théâtre des Chimères. Au terme de vieux fossile, il préfère, pour qualifier sa compagnie, le terme japonais ô combien métaphorique et élégant de “Trésor vivant”. Une belle image qui correspond bien à cette nouvelle saison de vraie renaissance, avec, pour ce lieu d’apprentissage d’humanité, un devoir d’enthousiasme que nous partageons. A l’heure où s’estompent les Translatines, la troupe rebondit et déborde de jolis projets, dans la continuité de ses activités habituelles désormais bien enrichies d’actions inédites. L’occasion de faire le point sur un théâtre qui brille de mille feux et surtout, sur la nécessité de définir de vrais politiques culturelles harmonisée et complémentaires à long terme.

De belles raisons de se réjouir

Avec 34 ans au compteur, le théâtre des Chimères, vieux fossiles que Jean-Marie Broucaret préfère intituler Trésor Vivant à la japonaise, se porte plutôt bien en cette rentrée de renaissance! Bien des raison de se réjouir l’animent.

Le lieu emblématique des “Découvertes” n’est aujourd’hui plus une préoccupation grâce à la nouvelle municipalité de Biarritz et la mobilisation, non seulement du public, mais aussi des collectivités territoriales. De fait, cet espace incontournable a été sauvé par l’apport financier de subventions exceptionnelles de bayonne, Biarritz, Anglet et Hendaye qui, avec 17 500 euros, ont résolu l’épineux problème des loyers. Colette Capdevielle a également obtenu une manne supplémentaire du Ministère de la Culture à hauteur de 20 000 euros et un financement participatif de plus de 300 dons a permis de récolter quelque 18 000 euros. De quoi envisager sereinement l’avenir mais avec beaucoup d’émotion. de nouvelles missions ont été attribuées au lieu rénové (nouvelles peintures, nouvel agencement convivial!).

Les résidences d’artistes et l’accueil de spectacles pour un nouvel élan créatif.

3 résidences notables à signaler dont une nous touche particulièrement., à savoir le jeune collectif bordelais Jabberwock qui, du 21 septembre au 9 octobre, travaille sur un “Peter pan”, d’après James Matthieu Barrie. Et puis du 19 au 31 octobre les magnifiques “Deux Soeurs” de Fabio Rubiano à voir en février prochain. Pour les spectacles, notons, outre les représentations dans le cadre de Vuelta 1, “Larguez les amours” de la Cie Entre les Gouttes le 6 novembre 20h30, 2 soirées Jean-Luc Lagarce, les 14 novembre à 20h30 et 15 à 17h00 et, du 1er au 4 décembre le spectacle jeune public du Fil Rouge Théâtre, “L’Impromptu”‘.

Ateliers amateurs et stages

De la pratique débutants à la formation professionnelle sur 3 ans, dès 8 ans, une vingtaine d’ateliers hebdomadaires permettent aux amoreux des planches de faire l’acteur ou l’actrice le temps d’une saison avec, à la clef, des états de travail réguliers dans l’année, le tout sous la direction de Guy Labadens, de Catherine Mouriec et bien sûr, de Jean-Marie Broucaret himself!

Et puis quelques stages aussi émaillent la programmation des Chimères. Du 25 au 27 novembre prochain les élèves de terminale de l’option théâtre du Lycée Gaston Fébus d’Orthez étudieront le Figaro de Beaumarchais. Du 4 au 8 décembre, place aus étudiants en Master d’Arts du spectacle de Bordeaux de se familiariser avec la direction d’acteurs. Enfin, les 19 et 20 mars 2016, stage ouvert à tous autour d’Hanokh Levin et du théâtre de la provocation.

Hors les murs

Les spectacles en tournée reprennent des pièces dont le vif succès s’est avéré cette année. “Elles s’appelaient Phèdre” comptera ainsi 40 dates du 16 octobre 2015 au 30 avril 2016 dans le grand sud., tandis que “Tranches de vie”, pièce créée à partir des textes de patients de l’Hôpital Marin d’Hendaye, se produira en avril prochain à Langueux.

Mais “Les deux soeurs”, de fabio Rubiano, fera l’événement au printemps 2016 à Anglet, Bordeaux et Nîmes. Un spectacle qui bénéficie de multiples dispositifs de co-productions (Scène Nationale du Sud Aquitain et association des Translatines notamment) , de l’aide à la création de la DRAC et du pré-achat du spectacle par le Théâtre National de Bordeaux.

Les événements habituels

Les lectures, exercice tant prisé par le Théâtre, reprend ses droits cette année avec, en collaboration avec la Bibliothèque d’Anglet, les casse-croûtes littéraires ou les lectures jeune public, à la Bibliothèque d’Hasparren des lectures enfantines et idem , en euskara à la Bibliothèque d’Hendaye.

Le Mai du Théâtre, très soutenu, dès sa naissance, par la ville d’Hendaye, tous bords politiques confondus, se déroulera du 19 au 22 mai 2016. Puis de fin mai à fin juin, Faim de travaux donnera un bel aperçu du travail annuel des ateliers amateurs.

Vuelta ou pied de nez?

Vuelta 1 est une opération menée par l’association des Translatines avec des crédits rémanents de l’ancienne manifestation disparue récemment mais aussi avec des crédits, certes faibles, du Conseil départemental et du Conseil Régional qui montrent à quel point la porte reste ouverte sur la résurgence de cet événement très fortement ancré depuis des années dans le paysage culturel de notre territoire comme un outil précieux d’échanges entre culture locale et cultures latino-américaines.

Un événement culturel majeur organisé en dernière minute comme un acte de résistance salutaire et qui adopte le visage d’une petite soeur des Translatines sans en avoir encore l’envergure, comme un joli clin d’oeil en forme de pirouette élégante et créative ! Mais nul n’est dupe! A travers 5 spectacles de grande qualité, des lectures vagabondes sur 5 lieux de l’agglomération et un partenariat intelligent avec le premier Colloque International “Création, expérimentation, diffusion, du théâtre contemporain espagnol et latino américain”, initié par l’UPPA et le labo de recherche LLC-ARC Atlantique, il s’agit bien de réamorcer une belle dynamique culturelle entre deux continents aux fortes connections.

Du 9 au 18 octobre, pleins feux sur le métissage culturel, à travers un belle programmation théâtrale. Une belle pièce tout d’abord, produite en collaboration avec Biarritz Culture, à destination d’un public jeune: “El Bosque de Grim” interprété par la Cie espagnole La Maquiné, les 12, 13 et 14 octobre au Colisée. Un regard décalé sur les contes de Grimm et Perrault très accessible à tous les enfants car visuel, langage ô combien universel! Un petit bijou de marionnettes à ne pas rater pour retrouver son âmes et ses rêves d’enfance.

Plus émotionnel et passionné, “El eco de Antigona” par la Cie Tannina Théâtre de valence, initié par la comédienne paloise Anaïs Duperrein, le 14 octobre 20h30 aux Découvertes. L’occasion, après la représentation d’un échange avec les comédiens sur ce mythe revisité en musiques.

Puis le 15 octobre au même endroit à la même heure, avec les mêmes conditions d’échanges, une façon très particulière d’interpréter l’histoire à travers un mensonge qui prend forme d’espoir emblématique. En collaboration avec le festival Sens Interdits de Lyon, le Teatro Errante présente “Yo maté a Pinochet”, de et avec le chilien Cristian Florès.

Vient ensuite, par la Formation Théâtre des Chimères, une belle histoire de Zorro ou Robin des Bois mexicain, Malverde, conté par Oscar Liera. Il semblerait que ce personnage ait réellement existé dans la défense syndicaliste des paysans face aux grands propriétaires terriens et qu’à sa mort (le roi est mort vive le roi) ce rôle ait été magnifié et pythifié par bien d’autres personnages! Fil rouge de la pièce ? A l’occasion de la béatification éventuelle de Malverde, l’église enquète … Une belle aventure âpre au coeur de la société méxicaine inégalitaire proposée aux Découvertes les 17 et 18 octobre à 20h30 et 17h00.

Enfin, un hommage à Atahualpa Yupanqui, fils d’indien et de basque, chanteur, journaliste, guitariste, est rendu par Benat Achiary et Jesus Aured à la Black Box du Quintaou le 16 octobre à 20h30

Les lectures vagabondes

5 lieux et 5 heures de lectures à travers des nouvelles de la littérature latino-américaine par les comédiens des Chimères vont habiter, du 9 au 16 octobre en matinées les Bibliothèques d’Anglet, de Bidart ou de Boucau et les Librairies du Levant et du Festin Nu.

Le Colloque International.

Il investira, du 14 au 16 octobre, toute la journée, l’IUT de Bayonne, l’UFR Sciences et Techniques d’Anglet et la Maison des associations de Bayonne.

Pour le programme complet et les horaires de tous ces événéments voir www.theatre-des-chimeres.com

Un débat rare et précieux

Il arrive parfois des moments rares et précieux où une simple conférence de presse autour d’un événement culturel- en l’occurrence Vuelta 1, petite soeur à peine voilée des Translatines-  se transforme en un débat passionnant sur les enjeux des politiques culturelles identitaires et les nécessités de penser autrement et d’harmoniser lesdits choix propres à chaque ville en fonction de nouvelles stratégies de mutualisation de moyens et de lieux. Instants hors du temps et des partis pris politiques où le parler vrai prend le dessus pour de riches échanges entre acteurs de la vie culturelle, décideurs institutionnels et journalistes qui prennent chaque jour la température des manifestations et la mesure, en temps réel, des envies du public, de plus en plus intenses, conscientes et palpables.

De fait, depuis plus d’un an, le paysage culturel local connait une nouvelle donne où les cartes du jeu se positionnent peu à peu avec davantage d’intelligence et de subtilité stratégique. Nouveaux outils à bien exploiter, tel le théâtre du Quintaou, nouvelles envies d’harmoniser des programmations urbaines sans pour autant sacrifier les identités culturelles de chaque ville, mais aussi réelles nécessités de désengorger des événements qui étouffent dans d’anciennes structures et dont l’engouement des publics exigent des délocalisations à très courts termes,tels le Festival Biarritz Amérique Latine ou Vuelta, victimes de leur succès et qui doivent impérativement se déporter vers d’autres lieux sous peine de provoquer le courroux de publics sacrifiés et frustrés pour cause de manque de places …

Certes, chaque ville revendique ses événements et nul ne songerait à les leur usurper tant ils leur sont emblématiques. Mais doit on se retrancher derrière des images identitaires sans se couper très vite d’un public dont l’engouement reflète la renommée et le succès de ces événements justement? Un juste milieu doit être trouvé. Cela concerne plus particulièrement Anglet qui accuse un retard certain en terme de construction d’identité culturelle et qui doit vite se réapproprier le Quintaou à travers une véritable politique culturelle qui ne consistera pas à combler les trous laissés vacants par la programmation de la Scène Nationale. Cala passera aussi par une coordination plus forte entre les programmations des diverses villes phares de notre territoire pour éviter que des manifestations importantes se déroulent aux mêmes dates. Tout est donc question de réajustements intelligents et de complémentarités pour faire de toutes ces différences culturelles urbaines de vraies forces de proposition auprès d’un, de publics, de plus en plus gourmands et exigeants quant à la qualité, l’originalité, le nombre  et la diversité des lieux de spectacles les plus diversifiés possibles.

Voilà des impératifs certes éminemment politiques, mais au delà des  choix de majorités municipales, des nécessités liées aux besoins du publics qui exigent de nouveaux comportements quant aux manières de repenser et inventer la politique culturelle d’agglomération. Le public ne s’y trompe pas qui, d’ores et déjà, explose les cadres structurels de chaque ville pour exiger des offres d’envergure qui ne tiennent guère compte des lieux où elles se déploient.

Le réajustement doit donc aussi se faire entre les structures urbaines et les manifestations dont le public, nombreux, exige plus de place et d’imagination pour le contenter. Que le festival Biarritz Amérique Latine se développe en d’autres espaces propres à satisfaire les demandes n’enlèvera rien au fait que cet événement est éminemment biarrot! Cela est valable pour quelques autres manifestation phares de l’agglomération et d’ailleurs dont l’ancrage urbain spécifique n’a pas à souffrir d’une délocalisation de ses lieux d’expression!

De la liberté d'expression

Un autre problème se pose que nous souhaitons aborder. Nous sommes plusieurs journalistes, complémentaires, à nous concentrer sur la vie culturelle et artistique de notre territoire à travers des articles de fond et des analyses dont nous revendiquons la liberté d’expression.

Cela signifie que nous tenons particulièrement à notre liberté de ton et de parole (ou plutôt d’écriture) dont la teneur, critique ou non, fait avancer la création dans un sens de rigueur. Nous avons le droit d’informer le public- ou de nous en faire l’écho!- sur des spectacles que nous trouvons extraordinaires ou à repenser, ou bien sur des choix de politiques culturelles dont nous pouvons parfois contester la validité. Cela s’appelle la démocratie et c’est cette maladie là qui fait avancer les choses ou susciter bien des remises en question d’orientations qui peuvent nous sembler, à tort ou à raison, peu conformes aux intérêts des publics ou des acteurs culturels.

Alors lorsqu’un organisme culturel censure l’un de nos confrères ou nous mêmes pour n’avoir pas été aux ordres, conformes aux attentes ou avoir commis un légère erreur dans les protocoles d’interviews, nous nous insurgeons car c’est alors notre public, le public qui est lésé. Comment le guider dans ses choix de spectacles si nous devons nous confronter aux desiderata des uns et des autres? Pour notre part il s’agit de l’ORBCB qui nous a exclus de ses listes d’accréditation pour avoir interviewé en coulisses une artiste renommée, à sa demande rappelons le! Pour d’autres c’est un article qui n’a pas eu l’heurt de plaire… Bref, cela ne nous empêchera pas de garder jalousement notre indépendance mais quel dommage!

Oui!… Une bien belle conférence de presse/débat qui aurait pu se prolonger toute l’après midi tant le sujet reste vaste! Mais on ne refait le monde en un jour!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 103 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier