Festivals

Published on octobre 17th, 2015 | by MagMozaik

0

Le court métrage en mode liberté

Hendaia Film Festival…Voilà un festival comme on les aime particulièrement! Un creuset de jeunes auteurs de toutes nationalités, pressés de se dire et de brosser, en quelques minutes, d’insolites et fulgurantes histoires en toute liberté , de petits bijoux instantanés à la croisée de multiples expressions métissées et riches de sens, de belles rencontres surtout, placées sous le signe des minorités ethniques et linguistiques qui forgent toute la riche et unique singularité de cet événement posé, non par hasard, en cette ville d’Hendaye, véritable carrefour d’une belle mosaique culturelle basque, française et espagnole. 3ème édition d’un superbe challenge relevé avec panache par l’association Begidarak et sa pétillante présidente, Angela Mejias aux multiples enjeux nettement identifiés et encore plus valorisés cette année.

 

Des enjeux de taille

“Parler de la diversité culturelle sous l’angle des minorités culturelles, linguistiques et sociales, c’est intégrer le fait que la différence est une richesse. Dans un contexte social difficile, le rôle de la culture consiste à développer l’esprit critique, faire tomber les a priori et les préjugés et créer plus de solidarité.” En quelques mots, Kotte Ecenarro, maire d’Hendaye, résume l’esprit du festival.  Sous de multiples formes -rencontres professionnelles, expositions et bien sûr diffusion de quelque 28 courts métrages- , le festival développe, plus que jamais, 2 axes fondamentaux: Définir et mettre en oeuvre les outils d’une production et d’une diffusion de films en euskara à l’échelle nationale et européenne mais aussi proposer une orientation pédagogique forte aux scolaires pour mieux les aider à maîtriser et comprendre le pouvoir de l’image. En une époque où nous sommes submergés par l’information et un foisonnement d’images de plus en plus exponentiel, il est en effet judicieux d’offrir aux enfants les moyens et les méthodes pour bien utiliser et canaliser un outil visuel parfois envahissant ou source de dérapages potentiels néfastes. Le 15 et 16 octobre, le jeune public était dont particulièrement privilégié en projections, de la maternelle au collège, au cinéma ô combien mythique : Les Variétés.

Une programmation insolente

L’an passé, 560 films postulaient en pré-sélection. Cette année, les 800 films pré-inscrits démontrent combien les auteurs et réalisateurs se passionnent pour les objectifs et la thématique du festival! Le court-métrage, c’est de la création à l’état pur, libre de toute entrave de production ou de diffusion. C’est aussi le tremplin vers le long ou moyen métrage, le creuset où se forgent les talents de demain. Avec tant de films et d’imaginaires, on réalise à quel point la programmation, certes difficile à élaborer, atteint un niveau de qualité plus élevé d’année en année. La moisson, ciselée avec finesse et diversité, se compose de 28 petits bijoux dont 11 à destination du jeune public. La tâche ardue du palmarès final revient à deux jurys pour le moins brillants. Simon Brook, scénariste, producteur et réalisateur, que nous avions rencontré au dernier FIPA, préside la compétition internationale, en compagnie de José Luis Penafuerte, acteur et réalisateur, Fatima Soualhia Manet, actrice et metteur en scène et Tania Rakhmanova,  journaliste, écrivain et documentariste. La seconde compétition, Aquitaine-Euskadi est, quant à elle, supervisée par la monteuse Julia Juaniz, assistée de Javier Navarro-Montero, lauréat de l’édition 2014, d’Eléonore Guillon et d’Arnaud Lalanne, également remarque l’an passé pour sa “Princesse Lamour Damour”.

Une manifestation bien scénarisée à la belle distribution et quelques petits coups de coeur. Nous ne pouvons ici présenter chaque film mais certains nous ont infligé quelques gifles magistrales à l’aulne de nos consciences et de notre humanité. En ouverture, l’hilarant et frais Recruteur (déjà découvert sur facebook voici quelques mois!) nous rappelle combien la justice sociale et l’intégration des personnes handicapées dans le monde du travail importent. Un petit court australien jubilatoire! “Busker” , du slovène Mitja Mlakar nous invite à réfléchir sur la solidarité et l’entraide entre personnes en mode précaire. Poignant!…. Et bien d’autres surprises que nous vous invitons à découvrir sur www.hendaia-fil-festival.com . Pour notre part, nous vous présenterons, dès demain, les lauréats, tout en sachant que ces 28 films sont promis à bel avenir au fil des festivals de 2015 et 2016.

En marge du festival...

Le Centre culturel Mendi Zolan accueille 3 artistes aux parcours bien distincts. Rita Cerqueira, photographe portugaise, saisit, en argentiques bruts, un environnement sobre qui se passe de paroles. Alain Sistiaga a de qui tenir! Nous avions consacré un article à son père qui exposait début juin au Didam de Bayonne. Un magnifique artiste dont l’oeuvre s’imaginaoit en partitions musicales. Le fils est tombé dans l’art tout petit! Depuis les années 80, il enchaine les expositions individuelles et collectives sur notre territoire en des toiles d’une fine sensibilité qui lui est propre, même si l’on sent poindre l’influence du père comme une ombre protectrice et inspiratrice. Enfin, Sébastien Ponté installe ses toiles en ce lieu qu’il connait bien. Des portraits abrupts et saisissants à voir absolument.

Quelques rencontres ponctuent la manifestation, articulées autour de la production et diffusion de films en euskara mais aussi de l’écriture de courts métrages. Et puis la fête ne serait pas aussi belle sans la danse et la musique qui s’invitent allégrement en ces lieux de convivialité. alma Gitana nous offrait ses impétueuses Sevillanas le 15 octobre. Le 16, Abdel nous chantait Brel, comme l’an passé, en un mimétisme étonnant et un talent qu’on retrouvera à la Luna Negra. Enfin, en ce soir de clôture, concert résolument rock d’Exoset qui revisite les grands classiques de Trust, Billy Idol, ZZ Top, ACDC, Led Zeppelin et autres Deep Purple ou Gossip!

Un festival décidément festif, créatif et plus que jamais libre de toute entrave! Merci Angela et merci à son équipe!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 89 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier