Concerts

Published on avril 1st, 2015 | by MagMozaik

0

Le Chicago Blues du Michigan à l’Adour

Hier soir, les rythmes irrésistibles du blues américain dans la pure tradition du Chicago Blues ont traversé l’Atlantique pour se poser dans la salle Paul Vaillant Couturier à Boucau. La Scène nationale de Bayonne a accueilli  l’un des ambassadeurs du blues actuel, Lil’Ed & The Blues Impérials.

“Are you ready for the real blues out there?!

Le quatuor -guitare slide, basse, guitare, batterie- a donné un concert pêchu, efficace, bien qu’assez classique, mais impeccablement maîtrisé. Le groupe est emmené par son leader Lil’ Ed Williams au chant et à la guitare, personnage pour le moins charismatique et drôle, à la voix puissante, vibrante et chaude, dans la veine d’un Screamin’ Jaw hawkins, roulant les yeux, l’air hilare, et coiffé d’un haut chapeau scintillant ! Le showman , maître incontesté de la slide guitar (technique de jeu typique du blues)  sait entraîner le public avec lui!  De Midnight Rider à Hold That Train, on a pu apprécier les compositions et des standards du répertoire blues. Les sons rocailleux et vintage de la Gibson du maître, étaient d’autant plus agréables avec les amplis Fender sur scène.

Un artiste à part

Fidèle au label Alligator de Bruce Iglauer, Lil’ Ed Williams est un artiste à part dans le monde du blues, notam-ment en raison de ses superbes prestations scéniques. Mêlant à une enthousiasmante énergie, un humour et une réelle bonne humeur, Lil’ Ed fait partie de ces artistes qui marquent les salles et les publics lors de chacun de ses concerts. Avec les Blues Imperials, il partage la scène depuis plus de 25 ans pour un Chicago blues des plus intenses et des plus entraînants. Lil’Ed est l’un des maîtres de la guitare slide. Ses solos et ses riffs sont sauvages et pénétrants. Sorti en 2012, Jump Start, le dernier album de Lil’ Ed & The Blues Imperials, a été nommé pour les prix de la Blues Foundation. De ses débuts comme laveurs de voiture aux plus grandes scènes, Lil ‘Ed a parcouru un long chemin. Né à Chicago en 1955, il a toujours baigné dans la musique qu’il partage avec son demi-frère Pookie, depuis son plus jeune âge. Lil Ed et son frère seront formés par leur oncle JB Hutto, grand maître de la slide guitare. “JB m’a tout appris, confie Lil Ed, sans lui je ne serais pas là où j’en suis!”

Une histoire de famille

– En 1975, Lil Ed forme les Blues Imperials avec son demi-frère. Ils deviennent vite des vedettes dans leur région. Leur oncle leur apprendra toutes les recette d’un spectacle réussi. Dans un petit club, ils sont découverts par Bruce Iglauer, à la recherche de talents locaux.”Ed et sa bande avaient bonne réputation, se souvient Iglauer.  leur musique me rappelait celle de Hound dog taylor, et de JB Hutto, deux de mes musiciens préférés. Je leur ai demandé de venir en studio pour enregistrer deux morceaux.” Après l’enregistrement, toute l’équipe d’Alligator était debout dans le studio, dansant et chantant ! Iglauer propose donc un album entier. Et ce furent 30 morceaux qui furent gravés en 3 heures! 12 de ces titres constituèrent le premier album du groupe “Roughhousin“sorti en 1986. l’Album fut salué par la critique qui ne tarissait pas d’éloge sur cette nouvelle découverte issue du monde du blues. En 87, le groupe décolle avec la venue du guitariste Mike Garett, et du batteur Kelly Littleton. En 89, à la sortie de “Chicken Gravy & Biscuits”, les Blues Imperials deviennnent une légendeparmi les fans de blues. Depuis lors, ils se produisent dans les clubs et festivals du monde entier.

– Jusqu’en 2008, le groupe a sorti 6 albums et leur notoriété n’a cessé de s’accroître. Après plus d’un quart de siècle passé ensemble, des centaines de concerts et des milliers de kilomètres parcourus, l’harmonie du groupe est parfaite, et on le sent sur scène. leur joie est communicative! Plus qu’un groupe, Lil Ed & the Blues Imperials est une véritable famille : “Il y a longtemps, mon oncle JB m’a dit : Quand tu trouves les bons gars pour ton groupe, tu le sais. Lorsque Mike et Kelly nous ont rejoints Pookie et moi, on avait réussi. Je le savais. Nous sommes une famille et les familles restent ensemble”.

Petite anectote pour conclure, votre narratrice a failli repartir avec la belle guitare Gibson, celle déposée entre mes mains par le maître en personne, car quand on est assis au premier rang tout peut arriver!

https://myspace.com/liledblues

Discographie

  • Roughhousin’ (1986) – Alligator
  • Chicken, Gravy and Biscuits (1989) – Alligator
  • What You See is What You Get (1992) – Alligator
  • Get Wild (1999) – Alligator
  • Heads Up (2002) – Alligator
  • Rattleshake (2006) – Alligator
  • Full Tilt (2008) – Alligator
  • Jump Start (2012) – Alligator

Antoinette PAOLI,magmozaik64200@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

This Post Has Been Viewed 88 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑