Bien vivre

Published on décembre 10th, 2016 | by MagMozaik

0

La gastronomie ? Plus qu’un art, une culture.

Connaissez vous la recette et le bon dosage pour imaginer le succulent cocktail intitulé Alain Darroze? Une belle rasade d’engagement gastronomique militant en faveur de la bonne bouffe et de toute la chaine locale cimentée qui lui permet d’exister pour le bonheur de nos papilles basques d’épicuriens. Un brin de ripaille entre amis, un joli soupçon de créativité dans les produits ou les plats imaginés sur un ton parfois décalé, mais ô combien savoureux. Un trait d’esprit, de verbe, de bons mots et de regards pétillants. Une dose gorgée d’humour de générosité et de tendresse. Un nuage de modestie non feinte et de main tendue aux jeunes qui ne demandent qu’à semer dans les jardins partagés des cités défavorisées. Un petit coup de pouce aux jeunes chefs et producteurs authentiques, aux produits d’une qualité ébouriffante. Et ce petit quelque chose en plus de délicatesse envers les femmes, d’attention aux amis et d’énergie virevoltante!

Bref, une belle personne, notre vrai coup de coeur par la belle virtuosité de son coeur, de son esprit et de ses multiples talents. Elle est pas belle la vie en nos contrées basques? Et quelqu’un qui considère que Mac Do n’est pas un crime mais une insulte à l’humanité mérite toute notre affection inconditionnelle!  il nous confie ce qui lui tient le plus à coeur en termes de bonne bouffe, de slow food, de beaux producteurs et d’éducation des enfants… Tout un joli programme qui font de lui cet électron libre insolent et ô combien nécessaire, petit trublion au visage rayonnant de malice et et de tendresse. Un personnage truculent au coeur d’un métissage culturel et culinaire qui nous est précieux, passé d’un look au béret basque au chapeau singapourien d’un citoyen de monde et du respect de la nature mais sans jamais se départir de la couleur Aviron Bayonnais! A suivre de toute évidence et on vous l’assure, le Pimençon c’est excellent avec du jambon de Bayonne et du foie gras!

Une année de permaculture intelligente

Ce « Boby Lapointe » de la gastronomie fourmille d’idées et de projets en permaculture, son vrai cheval de bataille! Respecter la nature et ses cycles de vie, associer, au service des plantes, de la respiration de la terre ou des insectes, telles les abeilles, de multiples petites aides animales en accord avec la chaine des éco-systèmes ou des essences plus ou moins répulsives pour mieux lutter contre les insectes et petites gentes animales nuisibles et voraces, imaginer de multiples astuces pour mieux produire sans abîmer ou fatiguer la terre et ses occupants, petits ouvriers et ouvrières chargés d’aérer ou d’éliminer tous les parasites… Tout cela sans apport d’engrais autres que naturels ?

Cette petite usine là fonctionne! Nous l’avons suivie pendant un an dans son petit jardin des merveilles du côté du golf de Makila, en lisière des pelouses et caddies, pour un film agrémenté d’un bêtisier qui sortira bientôt et qui, dans ses explications simples, évidentes, nous en apprend beaucoup sur l’humilité face à la nature, sa faune incroyable et sa flore, que nous devons réapprendre à cerner par souci écologique. Et pour peu qu’on aime la terre, qu’on en respecte le rythme et la vie, elle nous le rend au centuple en productions à profusion, plusieurs fois dans l’année, juste en la laissant cloner toute seule et multiplier ses propres produits, telles ces pommes de terre ou ces magnifiques fraises poussées à la verticale d’une sorte de puits. Au fil des saisons ce fut vraiment la guerre du golf, Alain récoltant régulièrement quelques petites balles abandonnées par de maladroits putters mais bien vite recyclés pour identifier chaque espèce semée ou, en cette fin d’année, pour décorer les arbres en forme de sapins de Noël en une belle parodie hilarante et très cosmique de Dali, ardent défenseur d’ un art « comptant pour rien » croqué par un “Singa pour rien”. Nous avons souvent aussi goûté tomates, choux, blettes, aubergines, courgettes et autres fruits! De vraies saveurs authentiques d’un jardin extraordinaire peuplé d’insectes, de papillons et de multiples oiseaux aux mille espèces sédentaires ou migratoires. Un jardin d’amour qui accueillit en octobre dernier le corps de ma petite chatte écaille de tortue disparue et qui, bien soigné, assure à son cultivateur de quoi se nourrir toute l’année.

Un homme "moulti pass"

Mais un homme avec un coeur gros comme ça, une volonté de transmission et de dénoncer tous les scandales écologiques dont souffre notre territoire doit aussi vivre! Alors il s’exporte souvent, diffuse son art, apporte le bonheur de ses saveurs uniques à Singapour, à Paris ou ailleurs, bien loin! Il en revient toujours avec de nouvelles espèces de plantes ou d’escargots, sa marotte actuelle, participe à bien des opérations culinaires avec Bizi Ona sur les marchés luziens des produits d’exception ou, en cette fin d’année, au marché de Noël de Bayonne, place du Réduit du 26 au 31 décembre, où il proposera garbure, pimençon, milhasou et peut-être même paëlla. Car oui, le bougre produit et en cette fin d’année de bombances, il n’hésite pas à rappeler, tout en ironie subtile, les vrais délices de la bonne bouffe ! Libre de ton, il ne s’attire pas que des amitiés de la part des hypocrites. Pour connaître aussi les mêmes attentions délétères et imbéciles, nous déplorons qu’il n’ait pu poursuivre l’expérience de son jardin extraordinaire, délogé prestement par un propriétaire juste soucieux de sa propre personne et de sa « réputation » bling bling factice. Une déception et un brin d’amertume amplement justifiés.

Un feu d'artifice de projets

Alors la suite? Un pied de nez aux envieux et jaloux de tous ordres avec une distinction rare pour un français, l’intronisation par la Confrérie Basque de Gastronomie le 18 décembre à Donostia dans les grands salons de la mairie, suivie, comme il se doit, d’un succulent déjeuner pour 120 personnes (réservations de mise donc!). Et puis un très ambitieux projet qui associera sur Ustaritz, permaculture, élevages fermiers de poules, de canards, de brebis, de porcs Kintoa et de ruches, serres, cultures en jachères, bâtiments de production et de formation d’Elèves en lycées professionnels sur le terrain, unités de transformation artisanale et de vente des productions végétales ou animalières, structures d’énergie propre, durable et renouvelable, entre autres mille autres dispositifs respectant les éco-systèmes et où tout ce que la nature peut offrir servira, notamment les arbres inutiles, broyés pour nourrir la terre ou les techniques imaginatives de permaculture. Une nouvelle aventure passionnante, écologique mais aussi productive et pédagogique à suivre comme une expérience inédite de valorisation éco-responsable de notre territoire et ceux ou celles qui le font vivre pour insuffler des modes de consommation plus citoyens et sains. Et pour éviter de se la jouer touriste, on achètera des bottes!

A ne pas manquer, en attendant, la présence d’Alain Darroze, du 26 au 31 décembre sur le marché de Noël de Bayonne, place du réduit pour savourer les délices d’un trublion convivial et séducteur en diable! « Titou les pouces verts » on vous dit! 

Toutes les photos viennent d’une année passée dans le jardin de permaculture d’Alain Darroze, de novembre 2015 à aujourd’hui. Photos Catherine et Mathieu CLERC, Vidéo Philippe SIRET. Petit hommage video avec Boby Lapointe, virtuose des mots comme notre Alain!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 62 Times

Tags:


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑