Coups de coeur

Published on mai 1st, 2016 | by MagMozaik

0

Jours Heureux…côté jardin, côté océan!

7 ans-l’âge de raison- que le festival “Les jours heureux” se déploient, pour le bonheur de toutes les générations, en spectacles multicolores et diversifiés, du théâtre au mime en passant par un chapelet ébouriffant d’animations ludiques, au domaine de Baroja, dont le château féérique est en lui même une invitation aux imaginaires et univers d’une multitude d’artistes et compagnies! Pour la seconde année consécutive, du 14 au 16 mai, la ville d’Anglet et la Scène Nationale du Sud Aquitains co-produisent l’événement avec l’ambition impérieuse d’en faire le premier pôle sud aquitain du spectacle vivant intergénérationnel. La manifestation se veut exigeante quant à la qualité et l’équilibre entre les styles de spectacles et animations. Preuve en est une belle extension géographique, puisque Arrêt sur Rivage cède le pas au Jours Heureux sur la Chambre d’Amour et la plage des Cavaliers , et une implication plus visible et lisible de la Scène Nationale en termes de programmation et d’assistance technique. Bel exemple d’une communauté intelligente et futée de moyens, entre les services culture et communication de la municipalité et les compétences/expertises de l’institution culturelle de Bayonne. Petite visite en avant-première et bouffée d’air frais!

L'envers du décor

Preuve s’il en est de la pertinence de notre nouvelle rubrique, “L’envers du décor”, ce festival met en lumière l’immense travail de préparation et d’organisation  en amont de ce type de manifestation, au coeur des services des deux partenaires co-producteurs. Pour mobiliser environ 24 compagnies de spectacle, et 8 structures d’animations ludiques et impertinentes, pour 35 spectacles  et plus de 140 représentations sur 3 jours, il faut plus de 6 mois de travail intensif, partagé entre la programmation, le choix et la mise en place des spectacles eux-mêmes, la gestion sur place des artistes (transport, logement et repas), une logistique élaborée de communication et de médiation, sans compter la gestion du public avec information, billetterie et sécurisation des lieux de la manifestation, entre autre arsenal de détails pratiques! Un festival qui signifie d’imaginer et mettre en oeuvre une machinerie dont les rouages multiformes se doivent de fonctionner sans accroc! Alors oui, la culture et l’art représentent de véritables sphères économiques génératrices d’emplois pour juste donner du plaisir à tous les habitants de la ville et aux visiteurs, mondes dont les spectacles, expositions ou animations et performances éphémères constituent la partie visible d’un iceberg très complexe, bourré de passions et d’énergies multiples dans l’ombre des coulisses! L’envers du décor de deux structures que nous ne manquerons pas très bientôt de scruter avec justesse et beaucoup d’admiration, en mots, en images et en videos…

Sur le simple week end des 14 et 15 mai à Baroja, 2500 visiteurs sont attendus au minimum, sans compter les événements à la Chambre d’Amour et aux Cavaliers qui devraient drainer davantage de personnes, locales ou en villégiature provisoire, notamment le 14 mai au soir où un spectacle déambulatoire nocturne fantasmagorique risque d’en émerveiller plus d’un! La ville, fidèle à ses engagements d’une culture de qualité accessible à tous, en famille ou entre amis, et bailleur de fonds,  maintient une politique de tarifs bas sur le domaine de Baroja, seul espace où l’accès est payant, les 2 autres lieux restant gratuits. Une gamme modulée et très étudiée en fonction des âges et moyens des spectateurs, entre moins et plus de 16 ans et actifs ou chômeurs. Mais de 5 à 8 euros le pass de un ou deux jours pour les enfants, 8 à 14 euros pour les adultes et 6 à 12 euros en tarifs réduits, il faut saluer la performance qui permet ainsi d’assister à une multitude de spectacles et animations de très haut niveau!

Les spectacles en intérieur restent l’apanage de la Scène Nationale du Sud Aquitain, la ville se réservant la programmation des spectacles d’extérieur ou semi- intérieur et des animations ludiques fixes ou déambulatoires. La forte présence d’artistes et compagnies belges ne relèvent pas du simple hasard car c’est là que se trouvent les meilleurs créateurs de spectacles pour enfants. Petit aperçu…

La Scène Nationale éveille l'enfance

La recherche de l’excellence et de la qualité des spectacles ou artistes soustend depuis longtemps la démarche de la Scène Nationale. Le cas très particulier des “Jours Heureux” lui permet de privilégier un public jeune et familial, tant il est vrai qu’un spectacle pour enfants est bon s’il a l’heurt de plaire aussi aux parents ou grands-parents! Une fraiche parenthèse dans la programmation habituelle de cette structure, bien décidée à porter loin le festival, en collaboration étroite avec la ville d’Anglet. Positionnement oblige, elle investit l’intérieur , du château aux 4 salles des Ecuries en passant par le chapiteau-spectacle et le réfectoire ALSH, en 9 spectacles qui multiplient les représentations (1, 2, 3 ou 4 le samedi et le dimanche selon les troupes). Tous les âges sont concernés, des nourrissons aux enfants de 9 ans et plus, et même un élargissement à tous les publics de façon générale!

Nous ne pouvons citer ici tous les spectacles dont on retrouve le détail dans la plaquette de l’événement, fort bien réalisée (avec petites virgules graphiques ludiques de l’auteur de l’affiche, Nicolas Borrome Forgues, qui signe encore cette année le visuel ébouriffant de fraicheur de la manifestation) et largement diffusée, notamment dans les écoles, avec mention des artistes, d’un résumé des pièces et des horaires multiples. Nous porterons juste un regard sur une petite sélection poétique, magique et savoureuse.

Un coup de chapeau, tout d’abord au “Bal des bébés” (Théâtre de la Guimbarde et Balakik en Belgique) qui entraine parents et nourrissons dans l’intimité de leur relation, en balancements et bercements musicaux incroyables. Un éveil surprenant dans le partage d’expériences uniques, tout en douceur et tendresse pudique. Une belle idée au départ réalisée sur les traditions africaines du port des bébés dans le dos des mères.

Dès 18 mois, la Cie LagunArte propose” Mokofina”, de et avec Kristof Hiriart. Une façon originale de transformer la bouche en instruments divers de musique par le seul jeu des sonorités ! Epoustouflant! Une expérience que décline également, en mode décalé et ludique, la Cie marseillaise  Décaléou avec “We are instruments”.

Pour les 3 ans, la Cie belge La Berlue, met en scène, à travers “Le grand rond”, un homme et une femme qui touchent du doigt, en mille inventions drôles et tendres, le bonheur et la difficulté de vivre ensemble. Mise en scène de Valérie Joyeux avec Lara Hubinont et Sébastien Chollet.

A 8 ans on s’interroge sur ce qui se passe sous les flaques d’eau urbaines, ces miroirs hublots vers des imaginaires souterrains. La Cie L’Artifice, bourguignonne, propose quelques pistes de découverte du “Monde sous les flaques”.

Des extérieurs diversifiés

La ville d’Anglet assume, quant à elle, une quinzaine de spectacles de plein air répartis en deux zones géographiques: le Domaine de Baroja et la pelouse des Cavaliers, sans compter les multiples animations fixes ou déambulatoires de poésie et de fantasmagorie pures. Quelques pépites…

La Cie à deux mains pose sa “caravane magique” dans le Parc de Baroja pour une féérie tout en lumière noire pleine de mystère dans les recoins de cette roulotte aux mille couleurs. Dans le pigeonnier le griot gabonais Remy Boussengui nous conduit sur les chemins d’une Afrique ancestrale, du temps mythique où “L’arbre parle” et où humains et animaux vivaient de concert en bonne et sensuelle entente. Avec Christian Ribière du Théâtre Burle, c’est toute l’âme d’une forêt qui conte ses petites histoires Près de “La tente à lire” des Chimères, le Collectif Autre Direction plante son chapiteau pour une exploration des “Terres Libres” , véritable introspection d’un homme par marionnette et musique interposées. Du côté de la Cie Les Pieds dans la Lune, “Y’a queq’chose qui clenche” dans ce p’tit bout de maison avec ce p’tit bout de femme! Une p’tite vie bien paisible jusqu’à ce que la clenche se tourne vers l’extérieur!! Désopilant et sans parole! Petit jeu clownesque loufoque auquel nous convie la Cie Rue Barrée avec les deux cerveaux de la poupée “Mario” cabotine à souhait, avant de découvrir le solo drôlatique et acrobatique à la Buster Keaton  de Camille Richard qui nous propose “Cor Vest” pour la Cie Lézartikal. N’oublions pas enfin le monsieur loyal du festival, Ludovic Estebeteguy, tout à son affaire en “Groom Services” pour la Cie Jour de Fête. Et puis surtout, entendez tintinnabuler dans le parc le petites “Balladines”  de la Cie à demi mot, tout en malice et clochettes cristallines… Au Cavaliers, nous retiendrons surtout les mimes japonais de la Cie Sivouplait qui nous présentent une version déjantée des “Silences amusants d’un couple en blanc”. 

D'animations en déambulations

Belle performance cette année de la marraine du festival Little Madi, jeune artiste virtuose du rotring qui habillera de son imaginaire les murs d’entrée du château de Baroja. Autre temps fort de la manifestation, l’impressionnant spectacle déambulatoire nocturne “Abysses” tout en rêves marins féériques et flamboyants, proposé sur la Chambre d’Amour le 14 mai à 21h00 par la Cie Remue Ménage. (déjà remarquée l’an passé pour ses “Fous volants”) Du grandiose, du magique et du spectaculaire autour d’un hippocampe géant en mode dragon chinois!

La Cie barcelonaise La Baldufa actionne la machine à remonter le temps pour qu’un fabuleux “Zeppelin”  évolue dans le parc de Baroja. Une aventure mouvementée en bien des tempêtes, des pannes et des obstacles ahurissant que les spectateurs aident à résoudre dans la belle pagaille loufoque que provoquent Monsieur Bocamoll, Marcello, l’inventeur génial et Ursus le courageux pilote intrépide!!

Côté animations, Etienne Favre pose ses structures musicales géantes aux Cavaliers et dans le parc de Baroja de 10 à 18h00 tout le week end, de même qu’il nous emmène en un parcours ludique au coeur de son Labyrinthe sonore . Une découverte que complète “L’arbre à jeux” de Kabanak. Et pour les amoureux de musiques du monde, “Music et Tempo”, association basé sur Baroja présente une gamme insolite d’instruments de la kotra et le balafon d’Afrique à l’anklung d’Indonésie.

Signalons enfin la présence de notre petit chouchou, Christophe Pavia, dont la notoriété ne cesse, à juste titre, de grandir, grandir et qui nous émerveille tant avec ses “Mystérieuses Coiffures” un brin décalées mais si fleuries!

Voilà de quoi passer un week-end de l’ascension passionnant! 

Pour toutes infos complètes: www.lesjoursheureux.info

Catherine CLERC, mogmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 241 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑