Politiques culturelles no image

Published on septembre 17th, 2014 | by MagMozaik

0

Journées du patrimoine: Quand nature rime avec culture

Le patrimoine dans la nature et la nature dans le patrimoine, tel est le slogan, décliné différemment par les villes de l’Acba (St Pierre d’Irube et Tarnos en complément)selon leurs spécificités historiques, culturelles et architecturales, mais aussi partout dans le Pays Basque. Pour cette 31ème édition des journées du Patrimoine, créées en 1984 par le Ministère de la Culture puis européanisées en 1991, le thème imposé s’articule sur une valorisation des patrimoines culturels et naturels en France. Le Pays Basque ne pouvait espérer thématique plus  adaptée, eu égard à la richesse de ses écrins verts très diversifiés, des forêts aux espaces verts urbains en passant par les parcs, les jardins botaniques ou simplement la multitude d’essences arborées implantées au coeur de nos rues ou paysages citadins. Mais, bien au delà, c’est toute une faune, une flore, un littoral, des rivières, des torrents, des gaves et des ruisseaux qui sortent ainsi de l’ombre comme un patrimoine précieux à préserver et conserver, à l’instar d’un patrimoine culturel et architectural qui s’enracine, en retour, dans cette même nature si riche, variée et façonnée au fil des années.

Des lignes de force communes au gré d’un fil rouge d’agglomération.

Si les valorisations différent d’une ville à l’autre, deux points d’ancrage forts et fédérateurs s’imposent pourtant qui dessinent une double stratégie commune: Permettre aux citoyens de découvrir, redécouvrir et de se réapproprier leurs richesses urbaines ou rurales que leur quotidien banalise, voire oblitère très souvent; mais aussi, à travers une belle initiative du Syndicat des Transports de l’agglo et de Valéo, le Pass Patrimoine à un euro sur le samedi 20, les convaincre d’utiliser davantage les transports publics dans le cadre de leurs loisirs. Belle coincidence et convergence que se déroulent, au mêmes dates, journées du Patrimoine et journée du transport public (8ème édition). Une belle façon d’illustrer l’importance de repenser le devenir de nos villes en termes de communautés urbaines et de préservation de l’environnement, atout majeur de notre territoire dans une optique d’attraction touristique et de qualité de vie. Si le réseau de bus et les vélos mis à disposition tissent une magnifique trame de parcours que 2 jours ne suffiront pas à dérouler, chaque cité signe sa version d’une mise en lumière unique, où nature, architecture, histoire et art se mêlent en de subtils cocktails de culture. Suivez nous, le bus nous attend! Espaces verts, beautés architecturales, expositions, témoignages d’histoires riches et fortes… Tout s’ouvre à vous ce week end pour vivre un patrimoine que sublime dame Nature, et inversement!



Nul besoin de votre voiture pour accomplir un tel périple et vous offrir de superbes découvertes. L‘ACBA et le Syndicat des Transports, en liaison avec le délégataire de service public Veolia, propose cette année une formule destinée à privilégier, le samedi 20, les transports en commun, de Tarnos à Bidart et de St Pierre d’Irube à Biarritz, du nord au sud et d’est en ouest. Pour un euro, libre à vous de sillonner de multiples sites ou lieux, ouverts à cette occasion au grand public, ou de suivre des parcours et visites guidées instructifs, parfois très nouveaux et inventifs, dans un esprit ludique et de détente. Veolia édite 12 000 tickets, agrémentés de dépliants qui indiquent, au gré des lignes empruntées, toutes les opportunités de visites offertes (car tout est gratuit évidemment, à condition, toutefois, pour certaines animations, de réserver avant, eu égard à l’affluence d’adeptes!) Le propos? Etendre la pratique des transports en commun, déjà bien ancrée (on l’espère) dans les esprits, en termes de trajets scolaires ou professionnels, aux déplacements liés aux loisirs (sur des manifestations culturelles, des événements sportifs etc), et ce, tout au long de l’année. Il suffit, en périphérie de l’agglomération ou des villes ciblées, de garer son véhicule et de se laisser guider en toute quiétude! Une proposition alternative, à ne plus négliger désormais, et une vraie bataille livrée par le président de l’ACBA, Jean René Etchegaray, suivi en cela par les maires de toutes les villes. Vous pouvez aussi préférer les balades à pied ou en vélo sur de multiples circuits ce week end là (bicyclettes mise à disposition gratuite du public, notamment à Bayonne et Anglet)! Un constat simple pour aider à vous décider: Si tout le monde vient à la même heure, dans un même endroit, le même jour,en voiture, comment trouver une place de parking? CQFD! Moins de temps à chercher en vain une hypothétique place, moins d’essence gaspillée et donc de pollution, moins d’énervement… Tout ça pour juste un euro! Allez! L’an prochain nous suggérons de réaliser la même opération sur les 2 jours!

www.agglo-cotebasque.fr ou www.chronoplus.eu ou www.journeesdupatrimoine.culture.fr pour toutes infos complémentaires sur les cités du Pays Basque et téléchargement du dépliant bus.

PASS PATRIMOINEbanniere-web-1

Boucau: Toute une histoire ouvrière au fil de l’eau

La cité met en valeur un passé qui ne déroge en rien au thème nature et culture. On notera quelques quartiers valorisés comme le port de Cale symbole de l’activité portuaire de la ville, la rue Maurice Perse et le quartier ouvrier des Forges ou le Bois Guilhou. Infos sur www.boucau.fr

Bayonne: Une riche histoire de remp’arts inondée de verdure

La convergence patrimoine naturel et patrimoine culturel ou architectural ? Une évidence ici tant la ville ancre sa riche histoire sur un espace qu’occupent, à 42%, les espaces verts (jardins, arbres remarquables..) ou fluviaux, voire maritimes. L’architecture? Les remparts bien sûr, un bijou sans cesse préservé, restauré ou animé, en écho au programme Fortius dont l’été aux remparts, en liaison avec la ville jumelle de Pampelune, a été l’expression la plus culturelle et dynamique au mois d’août. Une structure de pierre, chargée d’histoire militaire où se glisse aujourd’hui une végétation maîtrisée, tel le splendide Jardin Botanique, d’inspiration japonaise, riche d’une multitude d’espèces, sans compter un bel étang que bien des poissons apprécient dans risquer la morsure des hameçons! Des murs et des jardins où aujourd’hui la culture festive, ou gustative, et l’art prennent racine, à l’ombre de la cathédrale, à travers les casemates ou diverses manifestations, dont les adeptes découvrent ainsi la beauté majestueuse et accueillante: Black & Basque tout récemment, les Fêtes de Bayonne ou Remp’Arts.

Outre les traditionnelles visites patrimoniales, mettons l’accent sur les manifestations créatives qui soulignent combien la nature est un patrimoine précieux, à l’état brut ou revisité par l’art.

– De nombreuses expositions originales ou parcours méritent le détour dont nous retiendrons quelques uns . Au Musée Bonnat-Helleu, arbres et feuilles se mettent en scène à travers une sélection de dessins surgis des collections du Musée, sous le regard des horticulteurs de la ville, de 14 à 18h00. A l’Ecole d’Art de l’agglomération, du 20 au 27, de 10 à 12h00 et de 14 à 18h00, Anne Sophie Alonso dévoile un travail développé autour de la nature. Le Muséum d’Histoire Naturelle de la Plaine d’Ansot nous plongera, le samedi, de 18h30 à 21h00, au coeur de la nuit, à la découverte des chauve-souris, juste avant la visite guidée, dimanche à 10h00, des 7 hectares des Pépinières Maymou, au nord de la ville, créées en 1880. Promenades fluviales ou parcours entre paysages et merveilles architecturales (dont la Citadelle) complètent le dispositif.

DSC_0738

– Première nouveauté notable: le Parcours des jardins. Un parcours libre au gré d’espaces riches d’espèces arborées ou florales diversifiées et parfois exotiques… A la Poterne, platanes séculaires, cerisiers okame, tupélos, palmiers des Canaries accompagnent les promeneurs. Au Jardin Botanique, des milliers de plantes classées par couleurs ou senteurs vous transportent dans un univers japonisant. Au Jardin Public, classicisme à la française ou à l’anglaise, de mise et, à mi chemin entre les deux styles, un passage vers le Square Chanoine Dubarat sous les flêches de la cathédrale.

– Seconde originalité: Le parcours de l’arbre en ville. Plus de 11500 arbres pour plus de 500 variétés différentes jalonnent les rues et places de la ville, dont les arbres de soie rue Tour de Sault, les érables argentés avenue de Pampelune, les marronniers blancs de la place de Gaulle ou les copalmes d’Amérique de la rue des Gouverneurs. Une rêverie vers d’autres continents à découvrir à pied ou en vélo.

– Enfin, dans le cadre du programme fortius, on rappellera les incontournables découvertes des fortifications avec 2 passages obligatoires: Le Bastion Royal en cours de restauration et les si conviviales casemates dont une abrite, Bayonne oblige, la Confrérie du Jambon de Bayonne!

Mieux vaut réserver pour toutes ces manifestations hautes en couleurs, à dominantes vert et gris muraille, et surtout prendre le bus! Pour toutes infos détaillées sur les dépliants bus ou activités proposées:  www.bayonne.fr et www.bayonne-tourisme.fr

Anglet: la ville à la campagne, nourrie de l’océan, de ses rivières et ruisseaux

De toutes les villes de l’agglomération ACBA, Anglet occupe, sans conteste la première place en termes d’espaces verts. Cela ne l’empêche pas, à cette occasion, de privilégier son patrimoine culturel et architectural et d’affirmer sa volonté de permettre aux angloys de se réapproprier cet environnement exceptionnel, avec toutes les exigences de respect et de préservation que cette richesse inouie suppose. Un patrimoine naturel, qui, du littoral au centre ville, en passant par les parcs ou ruisseaux, imprègne la cité verdoyante. Pour l’équipe municipale, la nature n’est en effet pas que le simple écrin d’oeuvres d’art ou de splendeurs architecturales mais un véritable élément à part entière qui participe du cadre de vie. A ce titre, elle exige les mêmes attentions de protection, de valorisation et de restauration que les divers lieux patrimoniaux.

20140916_113629(Jesus Etcheverria)

– Deux hommages particulièrement appuyés rendent hommage à deux artistes dont, pour l’un deux, les oeuvres jalonnent la ville. Jean Lesquibe, extraordinaire mosaiste, décédé en 1995, visite de son talent bien des lieux. La mairie tout d’abord, où bien des mariages se sont célébrés sur une magnifique table représentant des danseurs souletins et le hall d’entrée où trône une panthère impressionnante de vie, symbole s’il en est du blason angloye. L’Eglise St Léon offre aux regards sa mosaique des “Rois Mages”, inspirée des primitifs italiens. Le rond point Jean Lesquibe, baptisée ainsi lors du centenaire de la naissance de l’artiste, propose une oeuvre des années 50 des armes de la ville tandis que la place Lamothe propose “Le saltimbanque au poisson” sur le thème de la fête foraine. Enfin, au centre sportif et culturel El Hogar, “Corps, joie, esprit et harmonie”, réalisée avec l’élève du maître, Charles Carrère, symbolise les activités du lieu. Le second artiste mis en lumière n’est autre que Jesus Etcheverria dont trois séries d’oeuvres illuminent a cité. La première, un “Hommage à Maurice Ravel”, occupe le parvis de la bibliothèque municipale. La seconde, “Matière et lumière”, sculpture en pierre, coule des jours heureux dans les jardins de la villa Beatrix Enea. Mais la plus importante, “La cancion del mio Cid”, forte de 11 sculptures en chêne polychrome, inspirée de la vie d’un héros de la Reconquista, est désormais regroupée au coeur de l’hotel de ville où elle reprend tout son sens.

20140916_105935( Mosaique Jean Lesquibe acquise en mai 2014)

– D’autres artistes remarquables s’inscrivent dans le paysage de la ville. Zigor brave l’embouchure de l’Adour avec “Txoria”, son oiseau d’acier aux ailes déployées, depuis 2011. José De La Pena prèfère le calme feutré de la salle des mariages où son tryptique en bois évoque les étapes de la vie en s’inspirant de personnalités locales. Enfin les frères Cazaux ornent la fontaine du patio et le sol de l’escalier d’honneur de la mairie de sublimes décors d’azulejos.

– Le parc Beatrix Enea opère une belle transition entre l’art et la nature en proposant de découvrir les oeuvres installées au détour des allées avec notamment Claude Viseux et Frédéric Matta. Signalons toutefois l’exposition au patio de Grégoire Lavigne et Thomas Lafranchi qui puisent leur inspiration dans la nature ou l’air ou la belle initiative de la bibliothèque, qui, l’espace d’une journée, le samedi à 14h30, sort de ses réserves de précieux livres d’artistes.

– Les parcours nature complètent le dispositif avec la découverte de la forêt du Lazaret ou du parc écologique d’Izadia mais aussi un circuit forêt et ruisseaux ou un focus sur le ruisseau du Maharin, petit cours d’eau historique d’Anglet.

Enfin le théâtre s’invite à la fête avec “Les chemins du brigadiers” par le théâtre des Chimères ou” Le secret de Fifaro l’organiste” en compagnie du théâtre du Versant. A noter la mise à disposition sur le site de la ville de fiches techniques sur tous les artistes dont les oeuvres habitent Anglet dans une optique de communication et de transmission d’un riche patrimoine.

Pour toutes infos pratiques: www.anglet.fr

Biarritz: Un patrimoine historique et culturel blotti en un écrin de parcs et de vagues

– Quand l’art prend tout son sens au coeur de la nature, le lac Mouriscot répond présent. Xavier Ride plante ses arbres bleus dans l’eau pour mieux exprimer combien , souvent, nous passons à côté de splendides éléments de vie botanique sans même les voir! Sam Dougados, habitué à l’art éphémère sur le sable de nos plages, partage une préoccupation similaire en composant Nénuph’art au fil de l’eau. Une osmose art/nature qu’illustre à merveille la gigabarre du Temps d’Aimer la Danse, installée sur la grande plage où dès 11h le dimanche 21 vous pouvez torturer vos jambes ou ligaments, histoire de réaliser quelle discipline douloureuse exige le sublime art de la danse! Enfin, le collectif d’artistes des Serres de la Milady, décidément bien ancré dans un environnement végétal, vous laisse découvrir son exposition Supernatural (voir notre précédent article sur cet événement, 28 artistes) et son jardin de sculptures en compagnie, le dimanche 21 dès 15h30 de Mylène Charrier pour des lectures bucoliques. Les enfants? C’est l’affaire de Delwood (Aurélien Desbois) qui, de 14 à 17h00, samedi et dimanche, les emmène pour un voyage au pays du Douanier Rousseau avec un atelier participatif et la création d’une fresque en 3D au même endroit.

villa-natacha( Villa Natacha)

– Les amoureux du magnifique patrimoine naturel de la ville se régaleront en balades et circuits le long du littoral ou dans le riche univers de la faune ou de la flore des lacs Marion et Mouriscot où des promenades et lectures à haute voix, notamment de Maupassant, sont prévues dans une ambiance de détente propice à l’écoute de mots ciselés.

– L’architecture inscrite en écrins de verdure se livre également. Le domaine de Françon, acquis en 1877 par un riche armateur anglais, abrite un manoir de style anglo-normand au décor intérieur luxueux et raffiné, témoin de l’engouement des britaniques pour la côte basque de l’époque. Classé monument historique en 1999, il est, depuis 1985, propriété de la CAF de Gironde qui l’a transformé en village de vacances ou d’événements ouvert toute l’année. Quant à la Villa Natacha, qui devrait bientôt regrouper tous les services Culture, Festivals et Evénements de la Ville, propriétaire du domaine, elle permet à tous les biarrots ou visiteurs de goûter les charmes de son parc toute l’année et d’admirer le beau séquoia offert par les Etats unis pour célébrer le bicentenaire de la Déclaration des Droits de l’Homme. Un brin d’arbre, un soupçon de culture, une larme d’architecture et d’art… Que demander de plus?

-1(Xavier Ride)

– A ces temps, ou lieux, forts s’ajoutent, comme chaque année, les traditionnelles visites des joyaux patrimoniaux de la cité dont on retrouvera la liste avec toutes infos sur les horaires sur le site www.biarritz.fr

Bidart

A Bidart, samedi et dimanche, le patrimoine s’incarne dans les Fêtes de la cité, dont les dates, du 18 au 21 septembre encadrent cet événement national et européen, à l’instar des Fêtes d’Iraty sur Biarritz, du 19 au 21. (voir article à venir en actus)

Arnaga: L’ombre de Rostand au détour d’ allées et de bassins

Qui dit Cambo, pense Rostand et Arnaga. Le domaine ne déroge pas à la règle avec les obligatoires visites du site dont l’ombre de Cyrano arpente les belles allées. Mais plus inventif, on évoquera, les samedi et dimanche, l’atelier théâtre pour enfants gratuit sur le thème des jardins! Infos sur www.arnaga.com

69117615ffffd3600170c385821611f4-( Arnaga)

Et ailleurs…

Bien d’autres villes de la côte ou de l’intérieur proposent des programmes attractifs. A Hendaye, n’hésitez pas à visiter la Villa Mauresque. A St Jean de Luz, où règne le souvenir de Louis XIV, des visites de la vieilles ville en petit tram vous attendent ou, si le coeur vous en dit, le Jardin Botanique vous livrera sa quiétude au gré d’une multitude d’essences. A St Jean Pied de Port, impossible d’éviter les remparts qui furent le coup d’essai de vauban! Et bien d’autres localités encore dont on retrouvera les dispositifs sur le site des journées du patrimoine.

Alors respirez, découvrez, redécouvrez… Place aux arts et à la culture, où que vous soyiez

Catherine CLERC, contact@magmozaik.com

 

 

 

 

This Post Has Been Viewed 165 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier