Actualités

Published on janvier 3rd, 2015 | by MagMozaik

0

Janvier 2015… L’année de toutes les audaces pour notre Agend’Arts Mozaik

En de début d’année, et plus que jamais, au delà même de la tragédie qui frappe Charlie, nous devons rester debout dans nos bottes et ne jamais abdiquer notre liberté d’écrire ou de dire nos opinions avec le ton que nous souhaitons! Le métissage, l’impertinence, l’insolence, l’ironie, l’esprit caustique, décalé, mais il nous semble aussi jamais méchant, telles sont les armes de magmozaik depuis le début. Tous ces talents rares que l’on ne pourra jamais remplacer, tous ces hommes et ces femmes morts d’avoir cru pouvoir défendre avec leur plume ou leur crayon un certaine idée des libertés fondamentales et inaliénables, ils ont fait que nous soyons là aujourd’hui! Bien des journalistes de ma génération ont grandi à l’ombre de Pilote, de Fluide Glacial, d’Hara Kiri, du Canard Enchainé, de Marianne et de Charlie. Beaucoup d’entre nous ont vécu les riches heures de droit de réponse dont les Cavanna, Choron, Reiser, Desproges et autres trublions truculents étaient les pensionnaires réguliers, spécialistes des coups de gueule salutaires! Certains d’entre nous, comme moi, ont bien connu ces virtuoses qui refaisaient le monde, leur monde, autour d’une bouteille de bon vin! Nous leur devons nos valeurs fortes, notre attachement à la liberté de s’exprimer et d’en rire! C’est avec rage et détermination que nous reprendrons tous le flambeau ensanglanté de la dignité que la lâcheté de petites vermines dérisoires n’a pas réussi à éteindre, bien au contraire!

10891521_10205020650892770_3259420008507506342_n

Janvier, mois des voeux traditionnels , plus ou bien bien formulés ou qui ne correspondent à aucune réalité si ce n’est celle des conventions obligées et des mondanités en tous genres, mois des bonnes résolutions jamais tenues mais qu’on réitère chaque année comme pour s’en convaincre un peu plus que d’habitude, mais surtout mois des belles ambitions, des challenges audacieux et des évolutions mises concrètement en place pour que Magmozaik passe à la vitesse supérieure que vous attendez tous! Cette perspective d’essor nous galvanise plus que tout en ce mois de janvier riche d’événements à venir, à court, moyen ou long termes, comme des promesses jubilatoires de vos créativités toujours en mouvement, de vos actualités et de vos événements dont se nourrit notre territoire basque! Artistes, acteurs de toutes les formes ébouriffantes de cultures ou d’arts de bien vivre, lieux de spectacles ou d’expositions, bibliothèques, médiathèques, artothèques, cinémas, librairies, organisateurs de manifestations, organismes associatifs ou institutionnels, collectivités territoriales, amis internautes… Vous appartenez, nous appartenons, tous à une même famille qui oeuvre de concert pour dynamiser et promouvoir le Pays Basque dans toute sa diversité artistique et culturelle métissée. Pour 2015 nous forgeons de nouveaux outils nécessaires et utiles à notre développement . Ils nous aideront à mieux vous informer et vous promouvoir. Vous les découvrirez dans notre Edit’arts qui sollicite vos avis, indispensables à nos ambitions! (www.magmozaik.com/editarts-2015-lannee-de-toutes-les-audaces-creatives/)

Une dense activité s’annonce pour magmozaik en ce début d’année, où de nouveaux budgets publicitaires se présentent et où se décident les subventions aux associations qui concourent à l’image de marque et au dynamisme économique, social et culturel du Pays basque, dont nous sommes. Mais, outre le nouveau magazine virtuel que nous préparons, notre attention se porte sur une actualité vivace et sur des dossiers de fond qui nous motivent depuis longtemps (portraits d’artistes ou de collectifs d’artistes, visites  d’ateliers, dossiers spéciaux sur de grandes figures ou des organismes qui façonnent le devenir du Pays Basque sans oublier notre 8ème province, inscrite en une multitude d’éclats lumineux sur la carte du monde entier…).

Biarritz en fragments de sons et d’images

Les étoiles filantes de la ville achèvent leur course annuelle le 4 janvier, date de rentrée! ses somptueux habits de lumière s’évanouissent, laissant en nos mémoires les gerbes chatoyantes de nos enfances… Place aux rois mages et aux multiples visages d’une année nouvelle avec ses musiques, ses artistes et ses festivals…Quelques belles expositions se poursuivent: A la Cité de l’Océan, les profondeurs des Abysses s’ancrent, avec féérie, au coeur de nos consciences citoyennes. Jusqu’au 11 janvier les cigales nous content les santons provençaux à la Crypte Sainte Eugénie tandis que Babinch (auquel nous consacreront un article) nous entraine dans son sillage d’inspirations marines à l’Atabal jusqu’au 7 février.  Un mois placé également sous le signe des anniversaires puisque l’Atabal et la Médiathèque soufflent ensemble leurs 10 bougies.

– L’art se déchaine

 – L’Atabal se met à l’heure des robots avec Alesko, alias Exit Man! Son visuel trimestriel nous invite à découvrir un univers que nous avions eu l’occasion d’apprécier lors d’Ezpel’Art! Merci à Poly Berin et au collectif des 12 artistes exposés alors de nous l’avoir présenté. 10 ans d’un lieu magique dont nous aurons l’occasion de reparler amplement cette année. Le 16 janvier, à 19h00, un petit coup de coeur à suivre avec Ar(t)Gazki, bask label sur T.shirts déjà évoqués à l’occasion du marché de Noël des jeunes créateurs au Macadam Caffé de St Jean de Luz. Mattin Currutchet et Vincente Larronde seront au rendez vous au Fké Concert, avec Little Mouth et Vandapalium!

ALESKO Level-Tsuna-mosaique

Alesko signe la couverture du programme de l’Atabal

– Le Musée Asiatica, 1 rue Guy Petit, organise sa XVIème exposition collective de rencontre entre les artistes du Pays Basque et l’Asie, du 10 janvier au 7 mars. Un événement important où le métissage culturel prend tout son sens! A ne pas rater de toute évidence.

– Mois très martial pour la médiathèque qui célèbre ses 10 ans en chorégraphies de kung-fu! Du 3 janvier au 21 février, sabres et dragons envahissent l’espace en affiches colorées , originales et surprenantes avant de nous offrir, le 31 janvier à 14h30, un atelier de création d’affiches de films d’arts martiaux sous la direction de Sylvain Aubert, photographe, plasticien et musicien, photosensible et poète, dont on retrouvera les oeuvres à l’Atabal du 20 février au 18 avril. A suivre donc!

Chahab-Mohajer-lOiseaux-soleil

Chahab

– Enfin la Crypte sainte Eugénie se met, du 24 janvier au 22 février au diapason d’histoires sans fin avec 3 artistes aux parcours singuliers qui nous offrent un regard sur le monde et leurs contrées natales, Iran, Australie et Pays basque. Chahab, Camille Masson et Charles Jaulerry on en commun la curiosité artistique qui les entraine vers de multiples expériences. Chahab, céramiste, graveur, peintre et calligraphe explore tous les possibles de la couleur et de l’espace. Camille Masson met au service de sa peinture d’infinies techniques sur différents supports. Encre, gravure, collage… Une belle diversité de supports que connait bien aussi Charles jaulerry à travers ses collages, ses peintures d’émail sur papier ou toile ou sa grande expérience des pigments. Un joli métissage de pratiques inventives à découvrir vraiment.

– Les tribus de l’Atabal

Des tribus en ce mois de janvier mais ô combien de fidèles à l’année pour un espace de musiques contemporaines qui ne laisse de nous étonner mois après mois!! Un grand merci à François Maton et toute son équipe d’exister. (voir l’édito des 10 ans:www.magmozaik.com/10-ans-databal/)

– Tribus: 2ème édition du festival des collectifs locaux. Après le succès et la richesse de la 1ère édition, TRIBUS est désormais un de nos rendez-vous incontournables du début d’année. Cette 2ème édition est toujours placée sous le signe de la découverte et de la rencontre des collectifs sur les deux derniers week-ends de Janvier. 4 soirées autour de l’électro hip hop, du dub, du rock, de la noise et de la nouvelle scène en euskara! C’est le retour de tous les apaches. Le tout à 21h00!

Samedi 23 la Fine Equipe revient en force avec la Boulangerie 3, dernier opus de leur trilogie. 28 titres portés par de multiples artistes associés dont 20Syl, Fakear, Superpoze, Everydayz et Souleance. Que du bonheur!

Le 24, place à Paxkal Irigoyen et larrazken Orchestra. Explorant de multiples styles au sein de Zezenaren Taldea ou Bilau, Paxkal livre là un projet plus personnel, aux frontières du post rock et du folk orchestral. Accompagné sur scène par le «Larrazken orkestra», on assiste à une performance tendue et émouvante où se mêlent violoncelle, violon, guitare électrique, accordéon et voix. Répondant à l’invitation du collectif Brah Brah et de l’Atabal il présentera ce projet pour la dernière fois après une résidence de deux jours sur place. Leur succèdent Borrokan ce soir là qui revient avec le projet Zuak, puis 465 un des meilleurs groupes d’Iparralde, mais aussi un des plus méconnus. Le nom du groupe exprime le nombre de prisonniers politiques basques actuellement incarcérés. Il change donc constamment. Il en est de même de leur musique, qui évolue du post-rock calme et ambiant aux envolées noise les plus survoltées.

Photo BORROKAN Argazkia- Unai I. Yarritu

Borrokan

Le 30, Forever Pavot occupe la scène. Depuis ses débuts, Forever Pavot vogue entre deux mondes traversés par des sonorités fantasmagoriques. D’un côté celui de la pop sixties (sunshine pop, pop baroque) et de l’autre celui des maîtres de la musique de film (Ennio Morricone et la library music italienne, Alain Goraguer, Jean-Claude Vannier). Après trois 45 tours, son premier LP est sorti chez Born Bad Records. Joseba Irazoki Eta Lagunak prend ensuite le relais. Joseba Irazoki est sûrement l’un des musiciens les plus étonnants de la scène d’Euskal Herri. L’initiative Joseba Irazoki eta lagunak («et les amis») a démarré de la maison culturelle de Lugaritz (Donosti, St Sébastien) qui lui proposa de jouer en concert avec d’autres musiciens. A cette période, l’artiste travaillait en one man band, mais le concert fut un succès et il décida dès lors de sortir un CD en groupe. Le fruit de sa volonté: un album dense et magnétique, avec plusieurs parties instrumentales teintées de divers socles rythmiques gardant une touche de lyrisme.

Le 31, Equal Brothers invite des artistes de la scène Dub Internationale, en l’occurrence MC Jimmy Ranks de Word Sound & Power. C’est au sein du Tribulation Sound System dans les années 70, puis du Word Sound & Power dans les années 90, que ces vétérans ont su évoluer, rester à la pointe du dub actuel et conserver une authenticité rare. En session ou en studio via leurs innombrables productions vinyl ou dubplate, WSP offre une expérience musicale unique et une immersion dans ce que la culture sound system dub compte de meilleur. Une soirée dans la joie et la bonne humeur, au son de notre sono artisanale made in EH.

Logo soirée AR(t)GAZKI 3

– A ne jamais négliger, les cafés-concerts, pour le moins conviviaux et de haute qualité! Le 16, 19h00, on l’a déjà signalé, Ar(t)Gazki, pour sa nouvelle collection Birth of Cool, et Little Mouth.

– A noter enfin que, le 11 janvier, de 9h00 à 18h00, l’Atabal et Jet Records organisent le 6ème salon du disque. Une seule journée pour ce salon où les fans des sixties, seventies, eighties,… se retrouvent pour chiner et découvrir des disques rares et quelques BD. Vinyls, cd, dvd, tous supports, dans tous les styles, toutes années, français ou internationaux. Le groupe Alter Ego animera l’après-midi à partir de 15h. Pour les petits creux: viennoiseries, sandwich et boissons toute la journée… Cette année Alain Gardinier viendra dédicacer son livre «Punk sur la ville».

www.atabal-biarritz.fr

– Autres lieux, autres musiques, Gare du Midi où le Métropolitan Opera de New York poursuit sa collaboration avec la ville via quelques belles retransmissions en direct. Le 3 janvier à 17h00, Wagner nous offre les Maitres Chanteurs de Nuremberg, sous la direction de James Levine avec Johan Botha et Johan Reuter. Une belle façon d’apprendre à chanter pour les yeux de sa belle! Le 17 janvier à 19h00, la Veuve Joyeuse s’intalle chez Maxim’s à la recherche du grand amour. A l’affiche? Renée Fleming et Nathan Gunn.

www.biarritz-culture.fr

– Sous les feux de la rampe: de la danse, du théâtre.

_victor-ullate2_78762d0a

Compagnie Victor Ullate

–  la danse brille à nouveau à travers le regard de Victor Ullate dont la conpagnie rend un émouvant hommage au maître du chorégraphe, Maurice Béjart, en 4 volets époustouflants de créativité et de virtuosité. “Toujours après toi” rend grâce à celui qui lui apprit comment concilier avec flamboyance fougue espagnole et académisme classique. Suit Jaléos, ballet néo-classique, à fleur d’émotion qui valorise sur des rythmes latins la grande technicité des danseurs de la troupe. Malher compose ensuite la partition avec le Chant du partisan errant sur une chorégraphie du grand maître belge avant que l’élève ne livre sa propre version du Boléro revisité. C’est le 9 janvier, 20h30, à la Gare du Midi.@

www.entractes-organisations.com

– Le théâtre suit le mouvement impulsé par la danse du maître espagnol. Le 8 janvier, 20h30 au Colisée, “L’apprentie sage-femme” de Karen Cushman nous entraine vers une Angleterre médiévale dans le sillage d’une enfant de nulle part dont le destin sera de donner la vie. Le 11 janvier, 17h00, la Gare du Midi nous régalera du talent des “Chevaliers du Fiel” avec une croisière à couler de rire! Nous, ça tombe bien, on adore ces toulousains, amis de coeur de Sangria Gratuite! Le 14 janvier, 16h00, retour au Colisée où “Caché dans son buisson de lavande, Cyrano sentait bon la lessive“. Une jolie variation ludique de la Cie Hecho en casa sur fond de jardin japonais … Le 17 Janvier, 20h00, en ce même lieu, back to THE mythique “Rocky Horror Show”  où nous nous précipiterons pour applaudir notre journaliste Antoinette Paoli sous sa belle perruque blonde si trash! Le 30 janvier et 31 janvier, autre plaisir intense au Théâtre du versant avec “Artum Mater“, soirée vin, tapas et poésie à travers l’évocation de la Florence du Quattrocento. C’est à 20h00 au profit de l’association malienne humanitaire Idy Ka Keneya. Enfin, au Colisée, le 30 janvier à 20h30, la troupe de Monsieur Hulot nous conte la triste et cocasse histoire de “Phèdre sur un radeau“. Difficile de choisir entre les 2!

– La Médiathèque en fête

– 10 ans d’existence célébrés le 17 janvier en multiples déclinaisons à vivre toute la journée. Dès 10h00, Florence Delay, ancienne comédienne phare des films de Bresson, Jacquot et autres Deville, devenue romancière à succès et marraine de la Médiathèque lors de sa création, animera un petit déjeuner littéraire. A 18h00, deux dessinateurs BD de talent s’affrontent dans une« battle » pleine de punch et d’humour, au son des thèmes musicaux qui ont marqué ces dix dernières années. Lors de ce combat en 10 rounds, qui du farouche Fred Campoy, l’auteur de Shrög et Karma Salsa, ou du preux Thierry Gioux, le père de Hauteville House, emportera le prix, la cerise ou le gâteau ? Suspense et feutres mouchetés !Un petit faible quand même pour Thierry avec son excellente coloriste Nuria Sayago, la belle argentine! Oui on est partiaux et on assume car le talent n’a pas de prix! Une joute sur fond de musiques qui ont marqué ces 10 dernières années.

10670053_930773283602684_3610238704861731682_n

Thierry Gioux et Nuria Sayago

Et puis, entre autres animations et rencontres, à 20h00, concert d‘Edgar de l’Est, groupe de chanson française, mâtiné de folk rock, fondé en 1992 à Bordeaux par un couple qui s’est connu au lycée, Isabelle Becker et Edgar Daguier. La première chante, le second compose et joue de la guitare sur scène ; les deux signent les paroles. Des textes ciselés, néoréalistes, intimistes ou poétiques portés par la guitare d’Edgar, servis par la présence scénique d’Isabelle. Rappelons aussi qu’un grand concours photo et vidéo sur le thème “10 ans” s’est achevé le 31 décembre dernier. Nous attendons avec impatience les résultats!

– Un bel anniversaire sous le signe, on l’avait déjà noté, des Arts Martiaux! Expos bien sûr, mais aussi conférences et projection de films. Le 10 janvier à 13h30, l’association The Projectivers nous propose “Doigts d’acier qui tuent” de Tian-Lin Wang, un petit bijou de film karaté sur fond de valeureux héros décidé à libérer les paysans d’un esclavage programmé par une bande de gangsters! A l’issue du film, une conférence permettra de rencontrer Frédéric Ambroisine, fin connaisseur et expert du cinéma d’arts martiaux!

www.mediatheque-biarritz.fr

– Côté toiles!

– Tous les vendredis, le cinéma s’installe à 15h30 à la Médiathèque. Le 9 janvier, en VOST, “L’attentat” de Ziad Doueiri ou comment la femme d’un médecin appelé au chevet de victimes d’un attentat à Tel Aviv apprend que sa propre femme est l’auteur kamikaze de cette boucherie… Le 16 janvier, ambiance punk en Hongrie, en VOST, avec “East Punk Memories” de Lucile Chaufour avec des groupes filmés il y a 20 ans et retrouvés aujourd’hui. Le 23 janvier, changement de continent avec Cuba vu à travers l’objectif scalpel de documentaristes du pays. Un vaste panorama entre rêves de révolution et dures réalités de camps de la mort, proposé par Alice de Andrade et Ivan Napoles en VOST. Enfin le 30 janvier, superbe film d’Isabelle Millé et Marie-Hélène Roques, “Passeurs de mémoire“. Ils sont là pour écouter les voix meurtries tentées par le silence: déportés, exilés espagnols, anciens d’Algérie… Par cette écoute de témoignages sensibles, douloureux mais toujours engagés, ils permettent aux jeunes générations de recueillir des paroles pudiques longtemps retenues pour mieux en préserver le souvenir. A voir absolument!

5357872801_937ce67803_b

Cinéma Le Royal

– Et puis, bien sûr, LE cinéma dont on ne vante plus l’excellence, Le Royal, 8 av Foch, vous permet, outre les nouveautés à voir absolument, de bénéficier, petits veinards, de séances de rattrapage pour des films que vous ne devez rater sous aucun prétexte, à commencer par “Charlie’s Country”, “Whiplash” ou “Zoulou”, sans oublier le merveilleux et incroyable “Timbuktu“, encore programmé! Pour les horaires et les films projetés il vous suffit d’aller sur www.royal-biarritz.com car nous ne pouvons bien sûr détailler tout! Mais de petits bijoux, en écrins de grands écrans, méritent que vous vous déplaciez ! Peu d’euros (même avec la dérisoire augmentation des tarifs prévue afin de poursuivre la belle aventure de la qualité: voir notre article sur le Royal www.magmozaik.com/realites-de-la-culture-au-royal/) pour des oeuvres magistrales!

15326763-courbe-feuille-de-film-noir-sur-fond-blancCaptives“, d’Atom Egoyan, se penche sur la douloureuse disparition , jamais élucidée 8 ans après, d’une jeune adolescente, Cassandra. C’est à partir du 7 janvier à raison de 2 séances quotidiennes. Même punition pour “La rançon de la gloire“, de Xavier Beauvois, projeté cet été lors du Festival International du Film de St Jean de Luz dont le réalisateur présidait le jury. Une aventure cocasse avec Peter Coyote, Chiara Mastroianni, Benoit Poelvoorde et Roschdy Zem, où une bande de petits malfrats se mettent l’idée incongrue dans la tête de voler le cercueil de Chaplin, récemment décédé, pour réclamer la rançon nécessaire à la résolution de leurs petits soucis quotidiens! On l’avait vu et c’est à hurler de rire amer! Et puis un film rare et poignant de Satyajit Ray, “La grande ville” qui narre, avec pudeur, dignité et infiniment de tendresse, l’émancipation d’une jeune femme indienne résolue à travailler, en dépit des préjugés sociaux économiques machistes, pour sauver son couple mais qui, confrontée à l’injustice, va s’investir dans la défense du droit des femmes au travail! Peu de séances prévues alors renseignez vous pour voir autre chose que les productions made in Bollywood! Même rareté pour “Les héritiers “de Marie-Castille Metion-Schaar, ou comment tirer vers le haut des élèves catalogués médiocres à tort!. “The Riot Club” de Lone Scherfig est projeté depuis le jour de l’an en 2 séances par jour. L’histoire édifiante de 2 étudiants résolus, coûte que coûte, à intégrer l’un des Club les plus secrets et fermés d’Oxford, consacré à la débauche et à l’excès depuis 300 ans!

Outre “Timbuktu“, notre coup de coeur concerne l’oeuvre d’un jeune cinéaste incroyablement doué, voire surdoué, en l’occurrence ” Mommy” de Xavier Dolan dont les projections seront également rares, à raison d’une séance tous les 2 jours! On n’en dira pas pas davantage si ce n’est que le jeune réalisateur rend un superbe hommage à sa mère, à LA mère…

– Conférences et rencontres littéraires

– Outre Florence Delay le 17 janvier, 10h00, à la Médiathèques, l’espace organise une rencontre avec Claude Cohen le 14 janvier à 18h00 autour de la représentation, le 5 février à la Gare du Midi, de la pièce “Qui es tu Fritz Haber?” Une oeuvre difficile qui propose, à travers les déchirements d’un couple d’illustres chimistes allemands du début XXème siècle- dont l’un renie sa judaïcité par carrièrisme, Fritz Haber (Prix Nobel de chimie en 1918) tandis que l’autre, Clara Immerwhar n’agit que pour le bien de l’humanité- le débat entre Science et Conscience, sur fond de rêves brisés.

– La Médiathèque propose également des clubs de lecture d’une belle richesse linguistique. Le 6 janvier à 10h30, découverte de la littérature latino américaine sur le thème “Historia Contemporanea”. Le 31 janvier, 14h30, honneur à la langue basque à travers Btz Irakur Kluba, annimé par AEK Biarritzeko Gau Eskola.  Ce même jour à 15h00, en association avec la librairie Koégui, rendez vous avec Jean-Marie Périer, photographe, réalisateur et enfin écrivain, grand amis de bien des stars ou célébrités parisiennes qui nous entraine, à travers son ouvrage teinté d’humour, “Loin de Paris“, à la rencontre de tous ses amis, connus ou non!

– Bien des conférences sur Biarritz dont la riche histoire se prête à bien des découvertes. On retiendra, le 15 janvier, 16h15, maison des associations, la conférence de Françoise Pautrizel, docteur en océanographie et directrice du Musée de la Mer sur le thème de la vie dans les abysses, en écho à cette incroyable expo de la Cité de l’Océan. On enchainera, le 23 janvier, 18h30 au Musée historique sur Biarritz des Années Folles. Philippe Cachau, grand spécialiste de l’histoire de l’art et du patrimoine, nous révèlera certains aspects bien méconnus de cette incroyable et créative période à travers de multiples pièces conservées en ce lieu.  Enfin, le 29 janvier, 16h15, maison des associations, Alain Fourgeaux, directeur des Affaires Culturelles de Biarritz, poursuivra son évocation de l’histoire de la danse…

– Du côté des libraires.

10562994_10152842666752534_596770868331551331_n

Kristel, Bookstore

– Bookstore : Jeudi 22 janvier à 15h dans le cadre du FIPAVladimir Fédorovski sera en dédicace au Casino municipal sur le stand du Bookstore pour son ouvrage Poutine, l’itinéraire secret. Samedi 31 janvier à 17h, rencontre avec Diane Ducret à l’occasion de la parution de La Chair interdite, un essai très documenté sur le sexe féminin, un passionnant travail de recherche historique et ethnologique. “Des sulfureuses déesses antiques à la découverte du Point G sous la menace des nazis, des malheurs de Voltaire face aux ceintures de chasteté, à la création de Playboy en passant par les tondues singulières de la Libération, Diane Ducret, l’auteur de Femmes de dictateur, raconte le sexe féminin. Un  livre cru, troublant, passionnant : l’énigme d’une source de séduction et d’effroi enfin dévoilée.”

– Le Festin Nu tient un stand au Salon du Disque de l’Atabal le 11 janvier avec une dédicace, de 11h00 à 13h00 d’Alain Gardinier pour son ouvrage (dont nous avions déjà parlé cet été) “Punk sur la ville”. Mais pas que! Le 14 janvier à 16h00 au Colisée, à l’occasion de la pièce ci dessus évoquée sur un Cyrano sentant bon la lavande, rencontre avec les 2 auteurs dont est tirée la pièce avec une sélection des livres de Rebecca Dautremer et Taï-Marc Le Than. Enfin, le 17 janvier, la librairie s’associe aux 10 ans de la Médiathèque, riches en événements et rencontres tout au long de la journée.

Visuel FIPA_2015

On ne peut pas dire que le visuel nous accroche beaucoup!

– 28ème FIPA 2015

Du 20 au 25 janvier, le Festival International des Programmes Audiovisuels pose à nouveau ses valises sur l’exceptionnel cadre biarrot. Un événement désormais bien inscrit dans les rythmes culturels de la ville et auquel nous consacrerons un dossier complet. Un rendez vous mondial de professionnels, d’étudiants, de publics fidèles et de journalistes qui incarnent, l’espace de quelques jours, la réelle dimension mondiale de la cité. Un coup de projecteur non négligeable, même si cette manifestation pourrait se dérouler n’importe où en France ou ailleurs…L’offre de Biarritz correspond donc bien aux exigences de qualité et de professionnalisme que  de nombreuses manifestations de tous ordres trouvent ici, bien que pilotées de Paris, comme c’est le cas de ce festival là ou du Big Festival de l’été!! Une belle manière aussi de mettre un focus sur les événements que la ville sait à merveille créer  toute l’année, comme Le Temps d’Aimer la Danse, le festival Biarritz Amérique Latine, le Festival de Piano Classique, les Jeudis de l’Océan, Biarritz en lumières, Halloween et encore bien d’autres en gestation qui nous étonneront sûrement! Quelle belle manière d’illustrer l’excellence des offres de la ville. www.fipa.tv

Bayonne tout feux tout flammes

A l’instar d’autres villes, Bayonne renouvelle ses programmes artistiques et culturels en ce début d’année. Petit tour d’horizon!

– La luna Negra bouillonne de spectacles jubilatoires!

Cet espace créatif et dynamique propose en janvier 7 spectacles de très haute qualité, excusez du peu! Tous à 20h30.

brochurejanvier-mai2015

Le 3 janvier, swing et jazz manouche au programme avec Les Pères Peinards” pour une soirée où s’enchevêtrent les souvenirs rares de Brassens, ferré, Gainsbourg, Reggiani ou Django Reinhardt! De l’énergie, de l’émotion et de la convivialité? Gaétan Larrue (accordéon), François de Rochefort et Geoffroy Boizard (guitare et chant), et Véronique Bertet (basse et chant) en ont à revendre! L’occasion pour eux de nous présenter leur nouvel album: ” La vie en Pères Peinards“.

Du 8 au 10 janvier, l’espace accueille” Tarrero de Fuego” superbe formation flamenco gitane de Madrid, dans le cadre d’un échange culturel avec deux des principaux tablaos madrilènes. Chants et danses à fleur de peau et d’émotion avec le danseur Daniel Yagüe Cardenas (El Tarrero), Rube de la Juana (guitare), El Lete (cajon) et Aser Gimenez, El Riles (chant). Laissons El Tarrero s’exprimer: “L’Art représente l’expérience subjective que les êtres ont de leur existence. Je danse comme je perçois la vie”.

08_au_10.01.15_-_TARRERO

El Tarrero

Le 14 janvier, In The Mood for Blues reçoit Arnaud Fradin et Thomas Troussier pour une balade en duo blues & folk. Le premier, chanteur et guitariste charismatique surdoué a enregistré 3 albums dont la qualité lui a ouvert les portes de la scène internationale. Le second, à l’harmonica, préfère l’acoustique. Un duo de talent à ne pas rater.

Le 15 janvier, Les désormais célèbres Improttoks s’installent sur scène pour un joli moment de délire créatif avec La TRoupe des Ateliers de Marc (La TRAM)! Mieux vaut réserver, vous le savez maintenant!

Les 16 et 17 janvier, autres soirées d’improvisation à partir de thèmes choisis parmi ceux du public. Didier et Hyppolite (Duo Ethik), 2 clowns présentateurs se voient obligés de remplacer au pied levé les improvisateurs invités…à leur manière délirante, drôle et émouvante!

Le 18 janvier, la Troupe Ethique propose un stage de théâtre sur “les trucs et astuces de l’improvisation théâtrale”. Une belle manière d’apprendre à improviser en exprimant sa créativité et sa personnalité! Vous devriez tenter l’experience!

concert-de-graeme-allwright-credits-photos-zz-phot-52b59a4ef22d4

Graeme Allright

Du 20 au 24 janvier, notre immense coup de coeur du mois concerne 4 petits bijoux de concerts. L’immense Graeme Allright, pionnier du folk américain en France, dans un registre protest song, nous entraine sur un parcours musical nourri de ses voyages, de ses luttes et de ses rencontres. “Pour le plaisir“, son dernier album, réunit sur scène ses vieux complices Erick Manana (guitare et voix) et Dina Rakotomanga (contrebasse et voix). Un événement rare, en hommage aux figures emblématiques du folk, tels Dylan ou Cohen, que nous ne manquerons sous aucun prétexte!!

Enfin du 28 au 31 janvier, “Le Scout sifflera trois fois“. Dans cette comédie ébouriffante, Didier Baffou nous présente Malcom et Coucou débrouillard, 2 scouts que tout oppose. Et pourtant ils se rencontrent lorsqu’un groupe de rappeurs vient squatter le local des louveteaux! L’occasion pour le chef de patrouille policé de découvrir codes de banlieue et règles de la rue! Que du rire, que du bonheur!

www.lunanegra.fr

– Un feu d’artifice d’expositions

– Celles qui se prolongent… (voir précédents Agend’Arts)

A Spacejunk, rue Ste Catherine, Fabien Bonzi poursuit sa présentation de “No Way Out Blackoutjusqu’au 24 janvier . Jusqu’au 23 janvier au Pôle d’Archives de Bayonne et du Pays Basque, coup de projecteur sur “Les Basses Pyrénées pendant la Seconde Guerre Mondiale” en documents et photographies d’époque. Jusqu’au 22 mars, Le Musée Basque et d’Histoire de Bayonne offre une autre vision de “La Grande Guerre, Bayonne et le Pays Basque“. Une exposition labellisée par la Mission du centenaire de la Première Guerre Mondiale.

– Galerie des Corsaires

AFFICHE_EXPO_V_ANGLES_-_01_TER

Après la superbe exposition d’Altea (plasticienne collagiste) et de Zatiki (mosaiste), changement de décor au 16 rue Pontrique, avec Véronique Anglès, du 12 au 23 janvier.Cette artiste autodidacte teinte son oeuvre d’une grande passion pour les différences entre cultures et croyances. Ses toiles jouent sur de multiples matières (bois, toile, tissu) dans une recheche permanente de la zénitude et des couleurs chaudes ou apaisantes.

Nous y serons bien sûr! Mais surtout, nous mettrons l’exposition suivante sous les feux de la rampe puisqu’il s’agit de permettre que cette splendide galerie continue à exister. Du 24 janvier au 6 février, “La Cale des Corsaires” s’ouvre pour nous présenter 30 oeuvres données par 30 artistes et mises en vente au profit des Corsaires! Pirates bannis ces jours là! Seuls les mécènes, fervents adeptes du merveilleux travail de promotion accompli par André Goupille et son équipe, et les amateurs éclairés seront de mise! Alors en attendant de découvrir toutes ces oeuvres, petit clin d’oeil aux voeux 2015 des Corsaires qui nous rappellent quelques uns des événements initiés par la galerie!

big_artfichier_209090_4425979_201501034743949

– Les Corsaires seront aussi à L’Artsenal, rue Ste Catherine, du 3 au 31 janvier, histoire de rappeler, s’il le fallait encore, que la Galerie, sous statut associatif, est gérée par des artistes! Elcobre . Goupille André. Jammaerts Claude. Mica, Ratsimandresy Julia & Ludox​ nous présentent quelques oeuvres pendant tout le mois.

INVITATION VERNISSAGE

– A l’Atalante, expo exceptionnelle d’Altea, “Paper is not dead” du 8 janvier au 5 février! A voir pour sa célèbre fresque murale.10924199_791157494265845_1597344087626386489_o

– A la Fabrique, “ONGI ETORRI“, exposition d’Ophérie Dhayere et David Lanaspa, deux illustrateurs de la Côte Basque.Dans un décor inattendu, vous retrouverez les illustrations originales de ces artistes. Un intérieur “cosy” fait d’objets, de souvenirs, de détails du quotidien agrémentés de divers clins d’oeil…
Vous serez au coeur d’un grand salon repensé-illustré par ces illustrateurs. N’oubliez pas votre appareil photo et/ou smartphone, les hashtag #ongietorriexpo et #selfie seront à l’honneur ! Vernissage le 7 janvier 19h00 sur des sons Live Mix de Chill Drunk Radio et un buffet garanti maison avec Monster Munch et Hapchot Beer! Jusqu’au 31 janvier.

10422122_613050682151698_7171839330504948151_n
– La Fédération des Iskatola Seaska confient cette année la réalisation de leur calendrier à Jacques Pavlovski, grand reporter originaire d’Urrugne. Résultat? 12 illustrations hors des clichés folkloriques qui rendent hommage à l’authenticité de la vie quotidienne au Pays basque selon les mois de l’année. A découvrir jusqu’au 4 janvier au Musée Basque.

Jacques-Pavlovsky-J-ai-pose-mes-appareils.-C-etait-une-evidence_article_popin

Jacques Pavlovski

– Spectacles vivants à la Scène Nationale

Le 18 janvier, “Chantadour” explore les musiques du monde avec les Cordes d’Argent de St Petersbourg, Dogora, le Choeur d’enfants, le Choeur mixte Chantadour et Horizon Danse. C’est à 17h00.

– Sur des musiques de Miles Davis, d’Eric Prudhomme ou Ronald Baker, Jean-Claude Bourbault et la compagnie Blue Parade imaginent un concert théâtralisé avec un comédien, des musiciens et des danseurs. 3 langages artistiques complémentaires et très proches qui nous content l’improbable rencontre entre Miles Davis et Steinar, propriétaire d’une casse de voitures. “Miles ou le coucou de Montreux “prend possession du Théâtre de Bayonne les 19 et 20 janvier à 20h30.

–  Le cirque revient en force les 22 et 23 janvier, 20h30, avec le spectacle virtuose de la Compagnie Casus, “Knee Deep“, où 3 hommes et une petite femme légère défient les lois de la gravité. En une symphonie des corps en accord, les 4 artistes acrobates, venus d’Australie et des Samoa, nous guident sur le fil ténu de la fragilité et de la poésie, en une chorégraphie aérienne, troublante et frissonnante d’émotion, aux limites des performances corporelles. Un moment de grâce pure à déguster d’urgence avec Lachlan MacAuley, Natano Fa’anana, Jesse Scott et Emma Serjeant.

Enfin le 23 janvier, 20h30, au Conservatoire Maurice Ravel, “Soleil d’Hiver” vous propose de découvrir la musique poétique, fantastique, mlouvante et vivante de 4 compositeurs contemporains de la région. Un concert commenté par Julie Charles, professeur de culture musicale en ce même lieu.

– Conférences, rencontres, littérature…

– Les conférences se multiplient en ce début d’année! Du 3 janvier au 26 février Bayonne célèbre son patrimoine gastronomique à travers une visite guidée sur le thème du chocolat gourmand et, du 3 janvier au 28 février, vous entraine vers 2000 ans d’histoire… (infos Office de Tourisme www.bayonne-tourisme.com). Le 4 janvier à 16h00, le Musée Basque s’intéresse à l’histoire des naufrages sur la côte basque de l’antiquité à nos jours avec Eris Dupré! Insolite non? Le 8 janvier à 18h00, la Médiathèque demande à Francis Boule de nous présenter “Magritte, un peintre poète“. Le 15 janvier à 12h30 (place de la Liberté) rendez vous est pris pour découvrir les Halles et commerces d’hier à aujourd’hui. Mais nous tenons surtout à signaler le 30 janvier, 18h15, à la Médiathèque, “Le dernier triangle rose et les français déportés pour homosexualité” avec Jean-Luc Schwab qui évoquera la tragique histoire de tous ces hommes déportés.

Couv 92_Alfred_V5.indd

– Côté rencontres littéraires ou artistiques, des rendez-vous intéressants. On retiendra surtout, le 17 janvier, à l’heure du marché et de l’apéro du samedi, 11h00,la médiathèque reçoit les Editions du Festin (en Aquitaine) avec Xavier Rosan, à l’occasion de la sortie du numéro anniversaire de la revue sur la gastronomie! Nous y serons pour deviser de nos points d’intérêt communs en diable et de nos complémentarités de sujets ou de modes d’expression, entre papier et virtuel. Le même jour, même heure, au Musée Basque, Dominique Duplantier présente ses dessins des maisons de Sare, publiés aux Editions Koégui.

– A noter les programme de l’Atalante/L’Autre cinéma, en tous points similaire au Royal de Biarritz avec parfois un léger retard! www.cinema-atalante.org

– Dernier événement notable le 16 janvier à 21h30 avec l’Association Locomotive au Magnéto. Au programme SHOT (Punk Rock – Londres) et DEAD KRAZUKIES (Punk Rock – Hossegor)

10384187_760958270637299_398674434969977626_n

Anglet se réveille enfin!

Après quelques mois de léthargie, voilà que la municipalité angloye se réveille quelque peu, tout en ayant laissé couler l’une de ses galeries d’art phares, Obre Enea! On espère néanmoins un petit miracle pour sauvegarder un lieu nécessaire et espérer que Monsieur Barate, grand esthète en matière de culture et d’art, Adjoint à la Culture, aura à coeur de préserver cet espace qui a accueilli tant d’artistes importants!

– Les jeudis des Ecuries Baroja

Voilà une belle institution qui demeure, contrairement à d’autres radicalement supprimées du paysage culturel de la ville, comme ce magnifique Festival des Arts de la Parole passé à la trappe! Quant au Quintaou, sa programmation n’a plus rien d’angloye puisque mise sous la coupe de la Scène nationale! Que deviendra ce lieu emblématique, voué, à l’origine, à la culture pour tous les angloyes et tous les publics, à tarifs abordables? Nous proposons une téléportation de l’espace sur une barge installée sur l’Adour vers Bayonne! Voilà qui facilitera le travail de Monsieur Burrucoa et d’une institution qu’on apprécie beaucoup mais dont Monsieur Barate fut le Président quelque peu élitiste. Ceci explique cela! Le délit de sale gueule socialiste existe et nous en avons la preuve tous les jours hélàs! L’occasion ici de rendre hommage à Jérôme Poties, excellentissime directeur des Affaires culturelles, relégué à la Jeunesse et aux Sports, et Guy Mondorge, ex Adjoint à la Culture d’Anglet et heureusement encore actif au Conseil général en ce domaine! Mozaik n’attend rien de qui que ce soit et tient avant tout à sa liberté de ton! Alors défendons ces fameux jeudis où 4 associations nous permettent de découvrir de nouveaux talents musicaux et défendons aussi tous les artistes et gens de culture angloyes.

la-salle-de-quintaou-vue-de-nuit_1528206_800x400

Salle (pardon Théâtre!!) du Quintaou

– Les jeudis de la MaisonAstreinte est une formation qui compte un certain nombre de singularités. Originaire de Pau et ayant été produit par un label égyptien (Nashazphone), ce collectif pouvant inclure neuf membres utilise une instrumentation traditionnelle (batterie, guitare, claviers, cuivres, voix) extrêmement amplifiée et traitée par des effets électriques (distorsions, delays, saturations…) pour produire un bloc sonore d’une intense densité. Une musique riche en strates à entendre, une musique totalement improvisée issue de la noise, du punk et du psychédélisme. a voir le 8 janvier à 20h30.

unnamed

– Beñat Achiary et l’association Ezkandrai prennent le relais le 15 janvier avec Sylvain Roux et Gaizka Sarasola, 2 artistes bien ancrés dans leur pays : pour le premier, la Dordogne, une Occitanie boisée, charnue, des sons-souffles provenant du plus profond de l’histoire humaine; pour le second, Pays Basque, Navarre, Lesaka aux rituels puissants. Les deux ont quelque chose d’autre en commun : leur esprit d’aventure, leur passion pour les flûtes qui les a fait voyager jusqu’aux flûtes d’Asie. Leur rencontre, entre foisonnement, “ardences” et minimalisme puissant promet de beaux voyages musicaux.

rozy-plain-concert-talitres-rocher-de-palmer-0000

Rozi Plain

Le 22 janvier, place au Microscope, service culturel de l’Université de Pau/Pays de l’Adour qui vous fait chanter avec la Micro Chorale. Inutile de connaître le solfège, d’avoir l’oreille absolue ou d’être champion de vocalises… Ils nous présentent en Pop-Folk (Angleterre) Rozi Plain (Rozalin Leyden) créatrice du label collectif Cleaner Records.Elle collabore avec Frànçois And The Atlas Mountains, This Is The Kit, Sleeping States ou encore Rachael Dadd. Armée de sa seule guitare, ou accompagnée par les musiciens amis, elle parcourt les petites scènes, dévoilant dans une intimité relative la fragilité magnétique de ses compositions.

Enfin, le 29 janvier, Summer Musique pousse le volume au paroxysme de sa puissance avec les Undead Strippers qui partagent depuis toujours la même fascination pour les artistes déjantés tels que Rob Zombie, Marilyn Manson ou bien Rammstein, mais aussi pour les films cultes de Quentin Tarantino, Tim Burton, Robert Rodriguez ou encore des frères Coen. Unscarred (Tribute to Pantera) vous propose de redécouvrir les morceaux cultes de Pantera, considéré comme l’un des meilleurs groupes de métal des années 1990.

– Spectacles vivants

– Le 9 janvier, “Région(s) en Scène” propose 4 événements au Quintaou. A 11h00, “Pas vu pas pris” d’hervé Suhubiette, s’adresse aux enfants à travers un florilège de belles ritournelles. A 14h00, la Compagnie” Tout droit jusqu’au matin” présente “Arakis et Narcisse” d’après le Journal de grosse Patate de Dominique Richard. A 15h30, la Compagnie Emmanuel Grivet nous offre “Duo 1“, duo homme/femme, histoire d’une relmation banale, histoire d’amour sans doute, ancienne peut-être… Enfin, à 16h00, place au Théâtre des Chimères qui, avec “Elles s’appelaient Phèdre“, inventent une relecture de Phèdre, charnelle, drôle, émouvante et terriblement contemporaine!

 – Les 13 et 14 janvier, théâtre en lice au Quintaou, avec, à 20h30, le Groupe Anamorphose qui nous propose une variation autour de Voltaire intitulée “Candide ou l’optimiste“.Une simple idée reprise par Laurent Rogero: Voltaire avait l’habitude de créer de petits spectacles à la lanterne magique. Et si Candide avait été l’un de ses projets qui n’aurait pas vu le jour? Une belle hypothèse reprise, sur scène, par des chercheurs du CNRS (en l’occurence 4 comédiens) soucieux de vérifier, à leurs risques et périls, leurs théories…

– Le 16 janvier la Scène nationale s’ouvre aux Hermanas caronni, jumelles argentines dont la musique au sang mêlé navigue, en violoncelle et clarinette, de l’Inde à l’Afrique, de l’Espagne à l’Italie ou la Russie…

– Enfin, toujours au Quintaou, à 17h00, le 25 janvier, Bäkuna Show, spectacle de danses de Soule imaginé par la Kompany Beritza sur des tempos contemporains.

– Côté Arts

– L’exposition de Catherine Starkman s’achève le 4 janvier.

– Du 10 janvier au 7 février, Patrick Grabet lui succède à la Villa Beatrix Enea et à la Galerie georges Pompidou.

Né à Hendaye en 1958, Patrick Grabet est un artiste plasticien pluridisciplinaire autodidacte. Il a participé à de nombreuses expositions collectives en France, en Espagne et au Portugal. Parmi ses expositions personnelles les plus importantes, on retient celles qu’il a présentées à la médiathèque d’Hendaye (1995), au Carré Bonnat à Bayonne (2002) ou encore, plus récemment, au Centre Raymond Farbos à Mont-de-Marsan (2010) sous le titre “La fin du monde est reportée à une date ultérieure”.

548fbfcb7b

A Anglet, Patrick Grabet a été, en 2003, le concepteur et l’organisateur des “Dessous de Baroja”, alliant exposition pluridisciplinaire et parcours-spectacle. À partir de 2005, et pendant cinq années, il a intégré le service culturel de la Ville où il a mis sa sensibilité et sa passion au service des artistes. En tant que régisseur des Écuries de Baroja, sa présence a fortement compté dans l’évolution du projet culturel de ce centre. En 2010, il a décidé de se consacrer exclusivement à ses projets artistiques. Parti s’installer à Libourne il y décède le 13 janvier 2014.

Son existence, frappée de douleurs indicibles, l’a conduit à se forger une âme d’acier, une exigence sans faille et à se diriger vers une création artistique libre et sans concession.

Je suis au milieu du monde, d’images qui me questionnent ou me hantent, en quête d’identité, d’une mémoire qui me/nous constitue. Les images, fragments d’Histoire et d’histoires, se succèdent à l’instar du temps qui passe, la seule chose immuable est ce mouvement même… Patrick Grabet

10906073_596719727127586_6320706418617754514_n

Le 16 janvier débute l’exposition de Laure Carrère et Nathalie Jégu à Olatu Leku. Deux belles artistes inspirées dont le style coloré et en constant mouvement ne peut que séduire.

– Conférences et rencontres. 

Nous ne pouvons donner toutes les animations que la Médiathèque/Bibliothèque d’Anglet, très active, et Baroja proposent tous les mois.

– A noter néanmoins le 14 janvier, 18h30, aux Ecuries de Bajora, une conférence sur la mythologie basque donnée par Claude labat et l’association Aci Gasconha.

Le 16 janvier, Bibliothèque du Quintaou, 12h30, casse croute littéraire avec les comédiens du Théâtre des Chimères, avant le 17 janvier 11h00 une conférence de François Loustau sur l’Art Contemporain.

– Sessions spéciales

A l’Amanita d’Anglet, ZA du redon, 11 Allée des Artisans, Frédéric Jouanlong-Bernadou  présente, en 3 sessions, sa nouvelle composition”Volatile”, le 30 janvier à 21h00 et le 31 janvier à 17h30 et 21h00. Un performance vocale insolite qui se détoule en 7 tableaux : Je piaille.  Tu roucoules.  Il raille.  Nous jacassons.  Vous sifflez. Ils tiraillent.  Migrer – Cicada Orni . Voici ce qu’en dit l’artiste:”L’idée est d’avoir pris comme base les cris et chants d’oiseaux et de les avoir travaillés en direction du mouvement. Du mouvement sonore qu’ils sont dans le décor. Mais aussi le mouvement des populations que l’on déplace. Une voix, qui pourrait être celle de Jankélévitch, ponctue et constate, amère, les 7 planches. Est-ce que ça m’explique un phénomène ethnique ? Dans ce solo la part de rituels dansés s’est aussi accrûe comme un besoin de renfocer le chant dans la topographie de sa voix. Je garde en mémoire / toujours / un chant d’oiseau dans mon enfance / dans le Var. www. fredericjouanlong.jimdo.com/

Ailleurs…

– Hendaye

On adore cette ville profondément marquée par le métissage culturel et linguistique à quelques mètres d’Irun dont un simple pont la sépare! Nous la remercions de nous adresser son actualité mensuelle que nous mettons en exergue avec un grand plaisir! Equipe municipale active, Mendi Zolan, lieu culturel magique, festivals présents et à venir… Que demander de mieux?…

– Un carnaval dont les répétitions s’organisent les 6, 13, 20 et 27 janvier à 20h00 sous l’égide d’Akelarre (akelarre64700@hotmail.com)

– Les 7, 14, 21 et 28 janvier, le bar Bakartxoko vous offre l’opportunité d’une conversation en basque autour d’un verre! Ne boudez pas votre plaisir!

le 10 janvier, L’espace culturel Mendi Zolan propose, à 20h30,”La vieille qui marchait sur la mer” de Fanny Vallon et, le 14 janvier à 20h30 un spectacle en langue basque: “Arrastoak“(contact service culturel: 05 59 48 30 49)

– Le 15 janvier, le choeur d’hommes Gaztelu Zahar fête ses 70 ans en présentant son nouveau CD en l’Eglise St Vincent.

– Le 16 janvier, 18h00: Ouverture des fêtes avec Pellot et Neskatxa. Au programme, défilé, concours d’omelettes et répétition générale de la Tamborrada place de la République. Le même jour à 20h30 en l’Eglise St Vincent, concert avec les Cordes d’Argent de St Pétersbourg.

– Le 17 janvier, grande journée Tamborrada dès 15h00 avec, en point d’orgue à 19h00, un poteo tapas sous chapiteau place de la République.

– Le 18 janvier de 10h00 à 17h30, la musique reste à l’honneur avec Alarde de Txistu et multiples concerts… Opération renouvelée le 25 janvier.

– Le 24 janvier enfin, récital de poésie avec Pako Aristi, organisé par Akelarre.

– Autres villes

Hélàs, en dehors d’hendaye, nous n’avons pas d’informations concernant les autres villes du Pays basque, malgré nos efforts pour les solliciter (Bidart, Boucau, St Jean de Luz et autres St Jean Pied de Port, St pée sur Nivelle, la Bastide, Hasparren ou Mauléon… Nous ne pouvons que diffuser des actus de lieux privés ou de vous, artistes! Alors n’hésitez pas à nous les faire parvenir.

10689657_908027075888572_8858974463939847622_n

Dès le mois prochain nous espérons pouvoir vous en dire davantage sur toutes ces villes muettes mais surtout, avec nos nouveaux journalistes, vous découvrirez des actus de l’autre côté de la Bidassoa, St Sébastien, Pampelune et Bilbao en tête, plus quelques surprises étonnantes que nous vous réservons dès ce mois ci!! Et puis des articles à venir consacrés à Babinch ou Poly Berin, entre autres….On va vous surprendre cette année!

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 512 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier