Donostia 2016

Published on janvier 24th, 2016 | by MagMozaik

0

Incand’essence d’une célébration!

Le 23 janvier, Saint Sébastien nous offrait une double fête pétillante placée sous le signe de la ville et de l’Europe! Le 20 janvier, par tradition, toute la ville célèbre une période forte ancrée dans son histoire mais qui a profondément meurtri son architecture et ses habitants. La période napoléonienne fut, en effet, dévastatrice par son joug destructeur. S’ensuivit de 1808 à 1812, une guerre d’indépendance que l’opposition entre soldats et cuisiniers et porteurs d’eau symbolise aujourd’hui à travers la tamborrada! Mais à cette manifestation s’ajoutait, ce 23 janvier, le lancement de Donostia 2016, capitale européenne de la Culture. L’occasion de multiples événements mais aussi d’un vaste rassemblement de tamborradas représentées par une multitude chatoyante de penas et associations venues de tous les quartiers de la ville et de ses environs, comme autant de symboles des forces économiques et sociales de la ville, mais aussi un rappel de tous les corps d’armée napoléoniens et européens que connut la cité. Une splendide journée rythmée au son de la marche de Saint Sébastien et de roulements de tambours et autres tonneaux!

La mémoire d'une résistance citoyenne

petit brin d’histoire pour mieux comprendre le sens de la, des,  tamborradas qu’aucun donostiarrak ne saurait manquer chaque année, quel que soit le temps, sur la place de la Constitution, au coeur de la vieille ville! A l’origine les troupes armées patrouillaient dans la ville frappant d’un coup de baguette de tambour les porteurs d’eaux, lesquels, avec les cuisiniers, répliquaient en tapant sur les tonnelets servant à recueillir l’eau de source… Et puis les femmes, que les soldats houspillaient quelque peu, répondaient de même par fierté! Et parmi les troupes se trouvaient aussi les cantinières … Tout cela fut intégré dans la mémoire collective jusqu’à la première tamborrada fin XIX ème siècle et les musiques de Raimundo Sarriegi qui composa la fameuse Marche de Saint Sébastien.

Un peuple fier qui, malgré les interdictions de carnaval sut toujours affirmer son identité à travers cet événement magnifiant le drapeau de la ville!

En ce jour européen, toutes les tamborradas se sont réunies pour parcourir la ville et clamer haut et fort une identité colorée. Tous les citoyens s’étaient mobilisés à cet effet, enfants en tête! Un spectacle inoubliable et festif en diable! Frissons garantis!

Donostia, capitale européenne de la Culture

Seul petit bémol que nous aurons l’occasion de rectifier, toutes les expositions que nous souhaitions voir à l’heure basque et non espagnole étaient fermées jusqu’à 17h00 mais nous aurons largement l’occasion d’y revenir, notamment concernant l’hommage au groupe Gaur!

A 18h00 néanmoins, une cérémonie officielle se déroulait au Teatro Eugenia Victoria pour inaugurer l’année européenne de la culture. La directrice générale de l’Éducation et de la Culture de la Commission européenne, Martine Reicherts, a remis une plaque qui consacre officiellement Saint-Sébastien comme Capitale Européenne de la Culture 2016. Lors d’un acte durant lequel le directeur du programme culturel de Saint-Sébastien 2016, Xabier Paya, a fait office de maître de cérémonie, Eneko Goia, maire de Saint-Sébastien ; Iñigo Urkullu, président du Gouvernement basque ; Iñigo Méndez de Vigo, ministre de l’Éducation, de la Culture et des Sports ; Markel Olano, député général de Gipuzkoa ; et Pablo Berástegui, directeur général de Saint-Sébastien 2016, se sont exprimés.

Une cérémonie suivie d’un bel événement pont Maria Cristina et de multiples animations dans la ville dont les Tambours de Feu!

A suivre dans un prochain article!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 66 Times

Tags: ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier