Tendances

Published on avril 13th, 2015 | by MagMozaik

0

Graines de Liberté ou l’art de bien vivre citoyen

Graines de Liberté? Une association pas comme les autres, née en novembre 2012, qui, inspirée par l’extraordinaire aventure des Incroyables Comestibles près de Manchester en 2007, a créé en mars 2014 les premiers jardins partagés en des zones urbaines peu privilégiées. Avant qu’émerge l’expérience, il aura fallu un an et demi de préparation pour sensibiliser la municipalité et obtenir de multiples soutiens territoriaux. Aujourd’hui, ce sont 3 sites qui impliquent, non seulement les adultes mais également les enfants car en matière de “bonne bouffe” tout n’est qu’affaire d’éducation citoyenne pour bien vivre et consommer intelligent et solidaire. Nous les avons rencontrés avant de suivre, sur quelques saisons, le cheminement de l’expérience sur le terrain.



Un projet à la confluence de multiples courants écologiques

– Fabien Noguès et Laurent Bernays portent ce joli dispositif citoyen. Le premier, artiste, vient du théâtre. Très impliqué dans les “Ethiopiques” de Bernard Achiary, il allie régulièrement lectures de poésie et rencontres musicales dans une optique de métissage culturel et de créolisation. Le second place le jardin au coeur de sa vie. Une longue pratique et toute une tradition culturelle à transmettre  que sa formation à l’animation en agro- écologie lui permet de mettre en oeuvre. Cette nouvelle approche s’ancre au coeur d’un défi qui consiste à insuffler une nouvelle mentalité plus solidaire. L’objectif reste de se poser les bonnes questions et de ré-habiter des espaces publics en friche pour avoir de la qualité nutritive. Reconstruire de tels espaces signifie établir un double lien fort avec la nature en milieu urbain et avec le social. Au delà de toute idéologie, la terre en raconte beaucoup sur une conscience citoyenne simple, à portée de tous. Pas un jardin ne ressemble à un autre. La terre, les gens, les produits différent et cette imprévisibilité génère des projets lourds de sens.

IMG_1131

– Mais cette démarche volontaire ne peut s’effectuer sans une logique participative et de partenariat avec, bien sûr, les habitants ou enfants, mais aussi avec les structures territoriales ou institutionnelles dont dépendent les espaces investis. Sur Balichon, la MVC et l’école ont été décisifs pour amener les HLM et la ville à s’impliquer dans le dispositif. Cette dynamique suppose une vraie volonté des villes pour développer des lieux agricoles urbains ou péri-urbains. Mais le moteur reste le plaisir de partager sans aucune ambition lucrative!

Et aujourd’hui?

IMG_1129

Aujourd’hui, 3 espaces existent sur Bayonne: Balichon, l’Ecole Brana à Sainte Croix et Breuer aux Hauts de Sainte Croix. 3 lieux de culture où chacun vient pour ce qu’il sait faire ou a envie d’accomplir, par pur plaisir. Si une personne n’a pas le pouce vert, qu’importe! Elle peut cuisiner les légumes, fruits ou herbes récoltés. Et puis apprendre que la nature a ses cycles de vie et de production, que les cerises en hiver cela n’existe pas, sauf importées, ça n’a pas de prix! Revenir aux choses simples et naturelles en notre terre et notre territoire, que rêver de mieux? Une démarche qui nous rappelle qu’une consommation citoyenne influe sur notre santé et une conscience aigüe du monde dans lequel on vit. Savoir vivre et savoir être, tel reste le fil conducteur. L’idée, en tous cas, fait son chemin! A Paris, 8 millions d’euros seront bientôt investis pour équiper les écoles en jardins autonomes et en maraîchers pour approvisionner les cantines. Sur la ZUP de Bayonne, la zone ainsi occupée se destine à devenir un espace d’économie sociale et solidaire (300m2 sur Balichon, 5ha sur les Hauts de Sainte Croix et des ateliers sur le Collège Camus). En un an, cela signifie une centaine de personnes et plus de 200 enfants! Un essai à transformer ! A noter, dans le cadre des Ethiopiques, du 22 au 26 avril, sur le thème de la Terre Mère, une journée consacrée à la journée de l’arbre avec de nombreuses animations sur Breuer et l’Ecole Brana en compagnie de l’association et de Francis Hallé. Et signalons enfin la belle implication d’Alain Darroze sur ces jardins partagés car on peut faire manger de tout aux enfants pour peu qu’ils cultivent eux mêmes ou que les parents sachent bien cuisiner en toute simplicité.

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

 

This Post Has Been Viewed 282 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier