Spectacles vivants no image

Published on novembre 25th, 2014 | by MagMozaik

0

Gadès le flamboyant!

La Compagnie Antonio Gadès maitrise à la perfection l’art, particulièrement délicat et rigoureux, d’incarner physiquement dans les corps, les gestes, les mouvements et les voix de danseurs, chanteurs ou guitaristes toute l’intensité et la force magistrale des sentiments extrêmes, exacerbés et sublimés, de l’âme humaine. Passion douloureuse, fierté ombrageuse, pudeur élégante… tout une palette colorée, inscrite sur une partition virtuose pour voix et cordes, occupe avec intensité et puissance l’espace de la Gare du Midi, à travers des chorégraphies épurées qui mettent en exergue cet esprit espagnol écorché vif. Merveilleux instruments que ces corps torturés qui, à fleur de peau, jusqu’au bout des bras et des mains gracieuses, jusqu’au bout des pieds, se font rythmes et musiques pour mieux transcender les sentiments qui les hantent et les abiment. Nul besoin de paroles quand les pieds claquent ou expriment la colère, la douleur, la passion ou tout simplement la vie totale et abrupte. Nul besoin de textes quand les castagnettes fusionnent avec les mains comme des prolongements naturels des esprits tourmentés dont les bras en volutes projettent les sonorités. Un petite dizaine de danseurs  suffit à insuffler toute son énergie et son ardeur flamboyante au spectacle. Une troupe dont l’intensité illustre assez combien son inspiration frôle et frise le feu de la perfection. Une formation qui n’existerait pas sans ses superbes chanteurs et guitaristes dont les envolées musicales enveloppent, enflamment et habitent les mouvements des danseurs. Un programme en deux parties dont l’étendue du registre illustre à merveille l’immense génie d’Antonio Gadès.

1GadessuiteFlamenca JavierdelReal

Un style de référence incontournable

Un brin d’histoire suffit à rappeler les lettres de noblesse d’Antonio Gadès et la force épurée de ses oeuvres.

– La Compagnie Antonio Gades est, depuis sa création, l’un des piliers de la danse espagnole et du Flamenco. Basé sur le répertoire d’ Antonio GADES, la compagnie incarne un style établi par ce chorégraphe légendaire, qui la distingue des autres formations espagnoles. Actuellement, la compagnie regroupe plusieurs générations d’artistes qui ont rendu possible la transmission directe des grandes lignes qui caractérisent l’école GADES : un langage esthétique épuré, flamboyant et pudique, enraciné dans les traditions et la culture du peuple espagnol.
Gades a donné à la danse espagnole un style universel, doté d’ une puissance d’expression intense, qui a permis de présenter – sans texte- sur toutes les grandes scènes du monde, des classiques de la littérature espagnole comme Noces de sang ou La Maison de Bernarda Alba, de Federico Garcia Lorca et Fuenteovejuna de Lope de Vega sans oublier Carmen ( créé avec la complicité de Carlos Saura ). Il reste encore aujourd’hui la référence de ce mythe espagnol universel.

– Quelques mois avant son décès, Antonio Gadès avait créé une Fondation dans le but de protéger et perpétuer ses œuvres afin qu’une meilleure connaissance de la danse espagnole puisse profiter au monde entier. Dévouée aux objectifs et instances de cette Fondation, la Compagnie Antonio Gades est aujourd’hui la seule habilitée à mettre en scène les ballets du chorégraphe d’Alicante, afin de maintenir intact l’esprit et les directives originales dans lesquelles ses œuvres furent conçues.

– Sous la direction , artistique de Stella Arauzo, qui a dansé pendant de nombreuses années avec Gadès et a succédé à Cristina Hoyos dans l’interprétation du rôle de Carmen, technique de Dominique You – aussi bien en tant qu’éclairagiste et bras droit du Maître -, la compagnie a été formée avec plusieurs membres de l’ ancienne compagnie. Avec un esprit rigoureusement fidèle, ils ont su transmettre aux nouveaux artistes engagés les grandes lignes qui ont caractérisé l’œuvre de Gades.

– Après s’être produite au théâtre de Rome avec Carmen et en tournée constante depuis 2005, la compagnie Antonio Gades a remonté Carmen, Noces de Sang, Suite Flamenco, Fuenteovejuna et s’apprête à remonter l’Amour Sorcier / Fuego / et Rango. En reconnaissance de son travail, et tout en tenant compte de l’engouement suscité par ses différentes productions en Espagne, la compagnie s’est vu décerner plusieurs prix : Le Giraldillo d’Or de la Biennale du Flamenco de Séville, le Prix Demofilo de la Fondation Machado et le Prix du Teatro Rojas de Tolède, qui est la fierté de la compagnie puisque octroyé par le public.

Depuis novembre 2006, la compagnie Antonio Gadès est en résidence à Getafe.

SONY DSC

Un programme d’ombre et de lumière

– D’amblée, la Compagnie nous mène vers l’âpreté et l’autérité de Fédérico Garcia Lorca avec Rango, pièce maîtresse du répertoire inspirée du drame La Maison de Bernarda Alba. Un thème douloureux chahuté entre la mort et l’amour, le chant grégorien et les colères, douleurs et vents de liberté ou de sensualité ponctués par les talons et leur rythme modulé sur le fil d’une sensibilité exacerbée. Une petite pétite, un instant de grâce absolue entre jour sombre et nuit de désir, grisaille des robes de deuil et blancheur des chemises libres, comme un souvenir des amours défuntes qui conduit à la mort de celle qui transgresse de code de l’honneur… Une pièce épurée qui en a déconcerté plus d’un mais nous ravit, quand on connait Gadès et Lorca, en gestes déchirés ou voluptueux qui en disent tant sur les tourments de la douleur à dompter d’une façon ou d’une autre!

– L’entracte nous invite à enregistrer ce pan de vie profondément ancré dans la culture espagnole avant d’aborder une suite flamenca virevoltante et magnifique. Place au flamenco, poussé, au delà de ses plus belles imaginations créatives, en mouvements somptueux, acides, vifs et langoureux, porté par une bouffée de notes et d’émotions pures.  María Nadal, Mayte Chico, Ma José López, Mercedes Recio, Conchi Maya, Ana del Rey, Jacob Guerrero/Jairo Rodriguez, Miguel Ángel Rojas, Elías Morales, Isaac de los Reyes, Miguel Lara et Stella Arauzo Chanteurs Alfredo Tejada y Joni Cortés Guitaristes Antonio Solera y Camarón de Pita nous entrainent dans un tourbillon jubilatoire, voire frénétique, porté par la beauté des danses…Un public définitivement ébloui qui réserve à la Compagnie sa plus ardente “standing ovation”! De telles émotions, on en redemande!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

 

This Post Has Been Viewed 61 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑