Coups de coeur

Published on mars 19th, 2016 | by MagMozaik

0

Financements citoyens pour projets culturels

Depuis un ou deux ans, le concept de financement participatif prend une ampleur qu’expliquent les difficultés, pour les associations de tous ordres, d’obtenir, des institutions et collectivités locales ou territoriales, des subventions nécessaires à la réalisation de leurs projets. Les artistes, indépendants ou en collectifs, et les associations culturelles sont particulièrement réceptives à ce procédé permettant d’impliquer les publics à leurs dispositifs créatifs, d’envergure plus ou moins importante. Nous signalions récemment le cas du groupe…. qui sollicitaient la somme nécessaire à la production de leur nouvel album. C’est aujourd’hui le cas de deux associations locales que nous vous incitons à soutenir activement: Biarritz des Années Folles et Les Petits Plaisirs. Nées à Biarritz ces deux structures ont un an d’existence. Un cap qui implique un développement important eu égard au succès croissant de leurs actions. Crowdfunding, mode d’emploi…

Le financement participatif, pourquoi et comment?

Le financement communautaire et participatif ne date pas d’hier! Qui se rappelle que la Statue de la Liberté fut ainsi financée? Ce mode de financement concernait, au XVIIIème siècle, des actions à vocation caritative, pour évoluer peu à peu vers des groupes de particuliers, réunis pour investir dans de multiples projets. L’apparition d’internet dans les années 1990 a permis une très large diversification et diffusion des projets, soumis ainsi à l’envie de simples individus de s’impliquer dans des initiatives de tous ordres et de préférence locales! Il aura fallu attendre le XXIème siècle pour que la France adopte ce type de financement alternatif et communautaire, essentiellement axé sur des dispositifs d’intérêt public dans les domaines du social, de l’économie et de la culture. cet engouement s’accélère depuis quelques années à la mesure inverse des baisses drastiques de financements publics ou des contributions bancaires, trop onéreuses ou carrément refusées.

Peu nombreux au début, de nombreux organismes se sont développés qui offrent des plateformes généralistes ou spécialisées, internationales, nationales ou locales, selon le type de projet à financer et son envergure. Ulule, KisskissBankBank et autres Bulb in Town, parmi les plus connus, génèrent aujourd’hui, en périphérie, une nébuleuse de sites plus pointus, plus ou moins importants et adaptés à toutes les demandes. De plus en plus de jeunes start-up innovantes se positionnent dans ce créneau d’avenir. Arts, spectacles, festivals, associations culturelles, nouvelles structures de presse ou d’édition… Tous trouvent l’interlocuteur prêt à exposer et proposer leurs projets ponctuels ou à long terme.

Mais attention, la concurrence implique une exigence des offres,  sollicitant de la part des demandeurs de fonds des compétences très pointues en termes de communication, de présentation et de diversification des positionnements, en fonction des besoins de chaque projet. L’éventail, très large, permet de multiples formes d’implications financières: les dons, les dons avec contreparties, les prêts, voire les prises de participation dans un capital s’il s’agit d’une nouvelle entreprise à créer ou reprendre en SARL ou société collective de participation. Aux demandeurs de prévoir une ou plusieurs formes d’intervention et, surtout, de bien évaluer les contreparties en fonction des sommes demandées.

A eux également, de bien évaluer l’enveloppe financière sollicitée, de la justifier par un argumentaire très élaboré et attractif, mais aussi de définir la bonne durée au cours de laquelle la collecte des fonds s’effectuera. Bref, il s’agit bien d’un vrai parcours du combattant à travers une jungle technique souvent ardue! Autant s’en remettre aux plateformes qui disposent de spécialistes aguerris. Mais une fois le projet conforme et  mis en ligne, commence la course contre la montre car il s’agit bien d’un pari audacieux! Si au terme de la durée d’investissement les objectifs se sont pas atteints, tout est à recommence!  En revanche si le projet, très porteur et attractif, les dépasse, les bénéficiaires devront, certes répondre à leurs engagements de réalisation et de contreparties, mais surtout verser un petit pourcentage de la somme acquise à la plateforme choisie, ce qui n’est que justice! Médiatiser la demande de financement participatif s’avère donc essentiel!

Biarritz des Années Folles

La première édition de cette manifestation très pertinente avait, en juin dernier, trouvé toute sa place dans nos colonnes. Plonger, l’espace d’un grand week end, toute une ville dans le contexte historique tumultueux et flamboyant des années 20, voilà un challenge amplement réussi grâce à l’implication de multiples commerçants, restaurateurs, associations et bénévoles passionnés par l’aventure. L’histoire fastueuse de la ville à cette époque s’y prêtait à merveille… Station balnéaire à la mode, elle accueillait la plus grandiose et élégante brochette d’aristocrates ou de rois et reines de tous pays, de l’Angleterre à l’Inde en passant par l’Espagne, la Serbie et la Russie. Toutes les célébrités de l’époque s’y bousculaient: Chorégraphes ou danseurs russes, créateurs de mode, acteurs, stylistes art déco, architectes artistes de music hall… Un tourbillon de fêtes à la Gatsby, dans les châteaux et palaces entrainait dans son sillage notables et élégantes, riches et pauvres, oisifs et travailleurs, car il fallait bien assurer le logement et la vie de cette incroyable faune bigarrée. Un brassage social, économique, politique et culturel étonnant, voire délirant, où se télescopaient, en ces années de frénésie et d’insouciance, des mondes aux antipodes, parfois antagonistes, mais toujours colorés et foisonnant de vie et de créativité, comme dans une sorte d’urgence et de parenthèse en deux guerres effroyables.

Ame de l’événement? Serge Istèque qui, avec son association et ses partenaires, a su imaginer et mener de main de maître l’ensemble des manifestations. Un grand succès sur lequel rebondit la seconde édition sur une plus longue durée et  à travers une offre développée, approfondie et perfectionnée. Seulement voilà! En ces temps de crise et de restrictions budgétaires, le mécénat, la publicité dans les catalogues et autres programmes, et les subventions peinent à suivre des ambitions renforcées. De nouveaux outils de communication et de financement se sont vite imposés.

Transformer l’essai par une plus vaste adhésion des habitants, toutes catégories confondues et leur accompagnement dans les méandres des costumes, des menus, des marchés et autres danses ou musiques  des années 20, les impliquer dans les manifestations prévues ou mobiliser davantage d’associations ou de bénévoles, tout cela nécessitait un outil de communication et d’information ludique et convivial. Un blog naitra donc en avril dont nous aurons l’occasion de reparler plus précisément avec les créateurs et intervenants.

L’argent? Le nerf de la guerre! D’où l’idée de lancer un projet de financement participatif à travers ProArti, plateforme spécialisée. L’initiative s’adresse, bien sûr en priorité, aux biarrots! Mais pas que! La première édition a suscité l’enthousiasme de bien des visiteurs, présents en cette période touristique importante, et d’autres, curieux de découvrir un tel événement insolite! Il reste un peu moins de 2 mois pour s’impliquer au coeur de cette action culturelle festive et de haute qualité! A vous de vous découvrir une âme de Coco Chanel!!

http://proarti.fr/fr/project/soutenir/1101

Pour mémoire: http://www.magmozaik.com/quand-biarritz-se-pique-dannees-folles/http://www.magmozaik.com/quand-biarritz-se-pique-dannees-folles/ et http://www.magmozaik.com/en-direct-des-annees-folles/  et blog à venir: http://biarritzanneesfolles.com

Encore davantage de "Petits Plaisirs"!

L’association “Les Petits Plaisirs” célébrait récemment son premier anniversaire et surtout, un succès qui ne cesse de croître! Il faut dire qu’en ces temps de restrictions budgétaires drastiques à l’égard de structures qui oeuvrent tant en faveur d’une culture accessible au plus large public, l’énergie déployée par cette toute nouvelle association mérite un vrai coup de chapeau! A peine quelques mois pour que 1200 personnes se lancent avec passion en de multiples activités, participent à des sorties artistiques étonnantes ou assistent à des spectacles de haut niveau, le tout à petits prix et dans un encadrement pour le moins compétent et dévoué.

Cathy Simon-Loudette et ses complices ne ménagent pas leurs efforts pour imaginer des prestations culturelles diversifiées et novatrices qui collent à l’actualité. Les actions proposées se font en association avec des événements ou expositions existants, mais aussi à travers des manifestations créées sur mesure par cette structure tels, en février dernier le Festival “Merci la vie” ou, du 26 au 28 mai prochain ” Petits plaisirs littéraires, festival des écritures d’aujourd’hui”.

Mais de telles initiatives, de plus en plus qualitatives, nécessitent des moyens conséquents, surtout lorsqu’on ambitionne de baisser les coûts d’accès à la culture pour des participants que les prix de billets ou d’entrées freinent! Là encore, et pour les mêmes raisons que de multiples projets culturels et artistiques, intervient le financement participatif. Louer des bus, solliciter des intervenants, monter des spectacles, organiser des festivals et autres activités de sociabilité et de partage… Tout cela implique des investissements qu’il convient désormais de trouver hors des circuits amenuisés des financements publics ou liés au mécénat.

Alors oui, pour que vive et se développe cette association aux projets éminemment utiles, voire indispensables (à venir bien des actions en liaison avec Donostia 2016 ou Bilbao) se présente ProArti! Il ne vous reste que 12 jours pour vous investir en dons simples ou avec contreparties multiples! N’hésitez pas à vous manifester sur: http://proarti.fr/fr/project/soutenir/1063

Pour infos et mémoire:

https://www.facebook.com/groups/lespetitsplaisirs/?fref=ts et http://www.magmozaik.com/vivre-la-culture-par-petits-plaisirs/ ou http://www.magmozaik.com/merci-la-vie-un-festival-du-coeur-en-3-accords-3-temps-3-mouvements/

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 96 Times

Tags: , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑