Coups de coeur

Published on octobre 3rd, 2015 | by MagMozaik

1

Ezpel’Art: Coup d’envoi flamboyant!

3ème édition d’Ezpel’Art, rendez vous artistique un brin décalé et imaginatif dont l’ambition est sur 5 semaines, de promouvoir de magnifiques artistes locaux selon un tryptique inédit: un sculpteur, un peintre, un photographe. Du 2 octobre, date de vernissage global, au 5 novembre, pas moins de 15 créateurs investissent le lieu en une scénographie respectant l’univers de chacun. Le lieu? L’atelier galerie de Poly Berin,  maître en l’art de verser le cidre basque à la manière de la gourde ou du thé à la menthe, qu’il occupe  depuis 1996.  Mais aussi un expert en l’art de proposer, sur fond de musiques inoubliables- ou de verres partagés dans une ambiance conviviale- des mosaiques de verre sublimes! Un singulier personnage tout en créativité et générosité qui met son espace à disposition de ses amis artistes, talentueux en diable. Un fabuleux créateur dont la maîtrise des techniques du verre et de leur histoire étonnante, n’a d’égale que sa virtuosité entre verre de Murano et verre de Hongrie que sa magie secrète parvient à sublimer en tableaux et sculptures colorés, aux grains subtils et différenciés.

Des arabesques filetées

En février dernier nous avions, dans les frimas de l’hiver- et de l’atelier!- passé une journée avec Poly Berin dont les stupéfiantes créations nous fascinaient par les impressionnantes techniques utilisées par ce maître verrier et la forte densité humaine de l’artiste pour le moins cultivé . Depuis notre visite qui fut, avouons le, une vraie révélation artistique pour nous, l’homme n’a eu de cesse de rivaliser d’imagination pour inventer de nouvelles oeuvres complexes et d’une rare beauté, mobilisant à cet effet, comme si cela coulait de source pour lui, des techniques délicates et ardues de composition, jouant sur les surimpositions, les cuissons millimétrées et une maîtrise aigüe de son art mise au service de ses imaginaires chatoyants. Toute son antre est dédiée à son art, en pièces qui se calquent sur les différentes phases du travail de création.

Un homme pudique, discret, humble, dont on pressent néanmoins le riche parcours humain et professionnel. Un artiste dont on apprécie surtout la grande générosité et la douce convivialité humaniste. Son rythme annuel immuable nous laisse perplexe, comme un ours qui hibernerait en plein été. Car c’est en période touristique qu’il engrange les moyens financiers de s’adonner à son art. Il n’aime certes pas parler de cette phase “sandwitch”où il ouvre son atelier aux visiteurs en mal de bibelots qu’il déteste mettre en valeur mais qui pourtant sont extraodinaires. Ce sont ses moutons à 5 pattes dont il préfère ne pas se vanter. Puis vient le temps du partage où il s’efface pour mieux accueillir ses amis artistes et les promouvoir avec Ezpel’Art. Enfin dès novembre il peut s’adonner à ce qu’il est véritablement et profondément: une artiste magistral dont on regrette qu’il ne sache pas mieux se faire connaître et se valoriser ici et ailleurs! Une timidité ou une humilité qui confinent au gachis!

Un vernissage brillant

Le vernissage du 2 octobre dérogeait à la règle de l’an dernier puisque tous les artistes des 5 semaines étaient présents, hormis quelques uns, excusés, retenus par leurs obligations professionnelles, tels Maura Black ou Daniel Joly. Les autres ont répondu présents en s’improvisant parfois truculents serveurs de boissons !

Au programme? Du 2 au 8 octobre, le Collectif de photographes Imagine art aux saisissants clichés noir et blanc, la peintre Isabel Kehr, aux alignements insolites et le sculpteur Noël Bertrand et ses incroyables machines des temps modernes qu’on adore pour leur finesse et leur décalage ludique!

Du 9 au 15 octobre, Stéphanie Gaona, notre peintre coup de coeur aux volutes flashy dynamiques, Philagus et son joli poisson lumineux et Coraline Coste dont on sait tout le talent sur un mode nostalgique.

Du 16 au 22 octobre, Régine Lavielle cotoie Maura Black, la photographe équatorienne qui sait tant saisir l’émotion brute du quotidien des gens humbles et If aux subtiles et diaphanes peintures.

Du 23 au 29 octobre, en pleine fête du piment, place à Daniel Joly, le tourmenté génial, Viviane Michel aux fines et délicieuses peintures oniriques et Régis Bertrand. Enfin, pour clore l’événement, du 30 octobre au 5 novembre, Jean Marie Salanié, dont on ne décrit plus l’immense talent, Iban Arruferia et Eléonore Lorens.

5 sessions de haute qualité pour mieux découvrir de riches palettes créatives oscillant entre peinture, sculpture et photographie. De petits joyaux en une galerie écrin qui a l’élégance de s’effacer au bénéfice de ces talents mais qui ne fait pas oublier toute la virtuosité de l’artiste verrier, maître de céans.

 

Nos coups de coeur

Hormis Poly Berin auquel nous avions consacré une journée en février dernier pour une merveilleuse exploration d’un art aux techniques complexes, enracinées dans une riche histoire créative, de la Hongrie à l’ile de Murano, 4 artistes ont titillé quelque peu nos cordes sensibles d’esthètes, on l’espère, éclairés. Bien sûr, nous excluons de ce choix les créateurs que nous connaissons bien et que nous plaçons au même niveau d’émotion tels Jean-Marie Salanié, Daniel Joly, Coraline Coste ou notre exubérante Maura Black pourtant si mélancolique.

Elle n’était pas prévue au programme et pourtant son absence aurait été une faute de goût! Stéphanie Gaona, la luzienne, arrivée en retard pour l’accrochage de ses 2 toiles, nous a scotchés littéralement! Un bouquet de couleurs et de mouvements qui vous giflent avec bonheur au point de rester de longs moments à contempler sa virtuosité en jaune et noir ou rouge et noir! Un choc qui justifie largement une petite visite dans son atelier et un focus sur son oeuvre magistrale.

Autre univers avec Viviane Michel dont la délicatesse, la subtilité et la finesse de ses compositions oniriques nous renvoie vers des imaginaires féminins nuancés et complexes. On adore!

Et puis voilà notre trublion des temps modernes, Noël Bertrand, qui redonne une vie somptueuse et déjantée à des  pièces de récupération, non sans ironie et joli décalage. Enfin If, aux vaporeuses pièces , dont nous reparlerons lors de sa semaine!

Vous aurez compris que c’est l’événement à ne pas rater, sous aucun prétexte! Espelette ce n’est pas le bout du monde non? Et de petits bijoux vous y attendent!

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 205 Times


One Response to Ezpel’Art: Coup d’envoi flamboyant!

  1. Pingback: Ezpel’Art: Coup d’envoi flamboyant!...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier