Coups de coeur

Published on juin 8th, 2015 | by MagMozaik

0

En direct des Années Folles

Chers lecteurs bonjour! En cette année 1929, nous avons suivi pour vous qui nous lisez, nous écoutez en TSF et nous regardez en ce procédé révolutionnaire des actualités parlantes, un week end dans cette merveilleuse station balnéaire à la mode qu’est Biarritz, où tout ce qui compte dans le monde des arts, de la culture, de la mode et du mondain, du spectacle ou du design, de nos têtes couronnées ou aristocratiques, de la bourgeoisie ou du petit peuple si authentique s’est retrouvé en une effervescence de rencontres et une frénésie créative pour le moins trépidante et festive. Tous petits reporters que nous sommes, besogneux et dans l’ombre, nous avons toutefois pu croiser toutes les célébrités du moment en des lieux où des univers différents se télescopent en une belle harmonie, du matin jusqu’au bout de la nuit, en un défilé bigarré du paraître ou de l’être.



IMG_3740

Charlot égal à lui-même!

Un brin d’enquète s’impose

– Avant d’arpenter les rues, places, espaces mondains ou casinos de la ville, une petite enquète s’impose sur les grands ordonnateurs des festivités, capables de réunir autant de célébrités nationales ou mondiales, sur deux jours, et de réussir cette osmose entre univers différents: celui des paillettes, des stars et du tout Paris ou Deauville, celui de nos rois, princes ou princesses de l’Europe entière, celui des notables locaux bien embourgeoisés ou très aristocrates comme une certain Marquis d’Arcangues dont on nous dit qu’il s’enorgueillit des soirées mondaines les plus délirantes, somptueuses et fastueuses de la côte, où vedettes de la danse, des arts et de la musique se côtoient allègrement tel Stravinski, Diaghilev ou Cocteau, et enfin celui plus modeste et néanmoins très actif des petits travailleurs, commerçants et restaurateurs locaux -basques me dit-on- qui parlent souvent un étrange dialecte, mais sans lesquels la ruche mondaine, en constante représentation quotidienne, ne saurait exister! Car il convient bien de sustenter, abreuver, loger, parer, coiffer, protéger et servir à tout instant tous ces beaux messieurs et dames, en villégiature ou en résidence ici.

IMG_4041

Coco, le beau Serge et nos belles fermières

– Renseignements pris, il semblerait qu’une association, “Biarritz des Années Folles”, dirigée par Serge Istèque, figure locale extravagante, élégante mais ô combien visionnaire quant au devenir charismatique de sa cité baleinière, soit  l’initiateur et maître d’oeuvre de cet événement unique. Etrange structure où bien des personnes aux grandes compétences donnent avec passion et ferveur beaucoup de leur temps pour l’ambitieux désir de voir leur ville s’enflammer et s’endiabler en deux grandioses journées de liesse et de spectacles créatifs! Plus de 40 organismes ou figures politiques locales se mobilisent à ses côtés: Troupes de théâtre ou de danse -classiques ou basques- réputées, formations musicales locales ou municipales, structures sociales, économiques….

IMG_3735

Au Régina, Serge Isteque et Jocelyne castaignède, adjointe à la culture

A ceux là se joignent les autorités et services de la ville ou du département pour financer ou aider matériellement les organisateurs, des figures littéraires ou clubs de sports locaux bien connus (de la cerda, Laporte, Labrune, golfeurs…) et bien des partenaires qui contribuent gratuitement au succès de l’opération (coiffeurs, costumiers, palaces, banquiers même!…). Sans détailler (un excellent petit livret est là pour cela), passons en revue le programme chargé de toutes les festivités proposées en quelques chiffres et un inventaire à la Prévert (Nom inventé mais qui, pour sûr, existera dans quelques années!).

– En termes budgétaires, cette manifestation d’envergure représente quelque 120 000 euros, dont les contributions bénévoles et apports matériels ou logistiques gratuits.

IMG_4007

Je veux la même!

En termes d’animations ? Une exposition magistrale à la Crypte Ste Eugénie (dont on nous dit qu’un certain Abbé Larre menace de ses foudres oratoires cette débauche de folies débridées, scandaleuse à ces yeux!), une soirée mondaine au Regina, un tournoi de golf où bien des élégantes déambuleront sur le green, un pittoresque marché local fermier animé de danseurs basques, de chants et musiques, de curieux nageurs nommés Ours Blancs affrontant les écumes océanes par tous les temps et tous les jours de l’année, quelques somptueuses automobiles, fières de sillonner les rues de la ville avec de splendides femmes en atours dernier cri, gendarmes à vélo, panel incroyable de célébrités, une grande parade haute en couleurs, un sermon dudit vénérable Abbé, un mariage civil digne des gazettes mondaines et mondiales, 3 pièces de théâtre (Le versant, Le Rideau Rouge et Théâtre de l’Infini), 2 ballets (Lekeitio et Centre de formation professionnel de danse de Biarritz), une Harmonie Municipale, une formation musicale égrenant nos ritournelles et musiques actuelles, la Revue Nègre, un bal populaire

IMG_4185

Bref un tourbillon d’envolées théâtrales, de notes virevoltantes, de danses gracieuses, de vêtements chatoyants, de chromes et carrosseries rutilants, de rires d’enfants, de harangues de poissonniers ou de vendeurs de glaces et d’eau… Une myriade d’animations à vous tourner la tête. Et puis de nombreux participants, tous parés de leurs plus beaux habits de fête pour cette grande occasion, 250 actifs au total mais 500 si l’on considère tous ceux qui gravitent autour. Alors en piste!

Samedi 6 juin, notre rédacteur en chef reste injoignable

– Tandis que nous apprenons par quelques indiscrétions la présence de Coco Chanel, de Joséphine Baker ou de sublimes mannequins en des lieux où leur beauté s’affine et s’apprête, ou de Chaplin, venu incognito hanter nos palaces, notre rédacteur en chef ne donne guère signe de vie, sans doute trop occupé à suivre Guitry et sa clique entre Paris et Deauville  , ou à écluser quelques verres de whisky en regrettant de ne pas nous avoir suivis. On la jouera donc en solo, en espérant qu’aucun télégramme ne viendra troubler notre plaisir de couvrir l’événement, avec notre photographe et notre preneur d’images. Nous apprécions d’autant plus ces deux jours de liberté à naviguer entre le génie de Cocteau, les belles élégantes en leurs voitures sublimes, parées des plus belles toilettes qui se puissent rêver, ces célébrités venues avec amants et amantes en toute fausse discrétion, ces danseurs ou acteurs virevoltants, cette bourgeoisie un peu terne à la traine et toute cette population qui veille à satisfaire toutes les envies de ce beau monde, tout naturellement, à travers le marché fermier, les petits métiers, la maréchaussée ou les restaurateurs prompts à régaler cette foule bigarrée.

IMG_3690

Défilé Coco Chanel

– Nous voilà chez le coiffeur, sollicité pour une soirée au Régina, le palace en vogue Art Déco! Coco a prévu un défilé de sa nouvelle collection, rivalisant ainsi avec Joséphine Baker, venue présenter quelques instants fugaces et torrides de sa Revue Nègre. Beau duel en perspective, sous les yeux d’Alphonse XIII au bras de sa maitresse, du Maire de la ville ou de Charlot qui n’en rate pas une miette non sans un brin d’insolence malicieuse. Le temps de vérifier quelques dépêches de confirmation et nous voilà bien plantés  sur les marches de l’hôtel où nous guettons toutes les célébrités, les notables, les bourgeois et les aristocrates venus déguster de fins cocktails et se régaler d’une divin dîner. Chaplin arrive en tête, suivi de près par d’élégants couples. Et puis la sublime peugeot 402 Eclipse surgit, illuminée par la présence de Coco Chanel et son accorte escorte du moment , vaillant capitaine d’un improbable yacht de luxe.

IMG_3731

Alphonse XIII et Madame de coeur

IMG_3725

– Mais si notre belle créatrice de mode magnétise la foule, nous n’avons d’yeux que pour cet incroyable engin dont on ne sait s’il aura quelque succès commercial, eu égard à sa ligne futuriste et ses mécanismes électriques révolutionnaires! Le temps d’un rapide tour du magnifique et gigantesque hall salon du Regina, et enfin apparaissent Le Maire Joseph Petit et son épouse puis, protocole oblige, le roi Alphonse XIII en habit d’apparat, accompagné de son illégitime raffinée. Toute la fine société biarrote se presse ici pour découvrir enfin la nouvelle collection Coco Chanel et la Revue Nègre de Joséphine Baker que nous rencontrons en une incursion furtive dans les coulisses, dans toute sa splendeur. Défilé de grande classe, impétueux extraits de la Revue puis dîner et bientôt la soirée s’achève… Ce dimanche s’annonce mouvementé et rude. Le rédacteur de notre journal s’affole mais nous ne répondons pas! Les liaisons téléphoniques s’avèrent exécrables en ces contrées provinciales!

Dimanche 7 juin, Une ruche endiablée le matin

– Dès potrominet, le Golfe du Phare nous attend pour un tournoi très disputé où ces messieurs rivalisent de prouesses et ces dames d’élégance raffinée. Les vainqueurs seront récompensés ce soir et les élégantes seront primées pour leurs tenues. En attendant, cap vers les Halles de Biarritz où s’installe le marché fermier. Déjà les paysannes posent leurs étals et leurs marchandises succulentes du terroir: gâteaux basques du” Moulin de Bassilour”, charcutier “Oyharçabal de Salies de Béarn”, producteur de lait d’Arbone…

IMG_3809

Poules, cochons, chèvres, lapins, poney et âne sont au rendez vous pour le plus grand plaisir des gourmets et des enfants, tout émerveillés des facéties espiègles des petits chevreaux de la” Ferme aux Poneys”, avides de biberons et de chapeaux de paille grignotés au passage, ou du petit porcelet gourmand. Une belle découverte ludique des animaux familiers de nos campagnes en un temps où, comme le déplore l’Abbé Larre, la ville s’étend rapidement. Une jolie façon de dire aux chers bambins qu’au lieu de jouer au cerceau ils devraient s’intéresser à l’environnement qui nourrira leur existence, qu’il s’agisse des fermiers alentour, de l’apprentissage scolaire avec leurs instituteurs,” hussards noirs” de la République (gare aux coups de règles s’ils désobeissent) ou de toutes les grandes figures artistiques ou culturelles qu’ils ont le grand privilège de côtoyer ici.

IMG_3762IMG_3883

– Déjà une foule dense envahit ces Halles récentes et au style très en vogue! Elles dureront bien environ 100 ans avant une utile rénovation! Clients populaires ou bourgeoisie locale s’agglutinent autour des étals qui proposent des produits de grande qualité: Miel, gâteaux basques, oeufs et lait frais, légumes et autres charcuteries artisanales tandis que s’affairent poissonnières, lavandières, repasseuses, nurses, porteurs d’eau ou de glaces ambulants sans oublier le photographe local…

IMG_3990

Toute une foule bigarrée qui s’active en cette ruche bruissante et colorée où les rires fusent, les rencontres se font autour de taloas, de pintxos ou de cidre dans toutes les tavernes alentour, “Bar du Marché”, “Café Jean”, “Rendez Vous des Halles”, “Bistrot des Halles” etc. Et puis, attraction du dimanche, voilà que déboulent nos élégantes,  les messieurs à la mise impeccable ou ces célébrités en villégiature, venus faire quelques emplettes, mais surtout se faire admirer à bord de leurs luxueuses et rutilantes automobiles.

IMG_3994IMG_3968

Coco Chanel, Monsieur le Maire, Chaplin et autres jeunes femmes sophistiquées, arpentent les ruelles, saluant les passants pour un brin de causette ou quelques compliments… Au coeur de cette effervescence joyeuse où tous les milieux sociaux s’entrechoquent avec bonheur, les chants basques et les “mutxiko” investissent la placette des Halles tandis que s’enchainent les apéros pintxos. Mais voilà! On le redoutait cet abbé vinaigre, qui débarque à l’improviste au milieu de la foule pour un sermon pour le moins redoutable et acerbe, provoquant huées ou applaudissements des spectateurs. Son intervention vient rappeler ô combien deux univers et deux époques s’affrontent, l’une ancrée dans les traditions figées et le passé, l’autre évoluant avec son temps, dans une frénésie parfois effrayante, car les rumeurs économiques et financières du monde, pour le moins alarmantes, ne semblent guère atteindre encore cette bulle de plaisirs hors du temps!IMG_3998IMG_3837

– Autres lieux, autres activités! Au jardin public, les conducteurs de ces bijoux mécaniques scrutent leurs moteurs et les dorlotent pour d’ultimes vérifications! Pas question de tomber en panne et de perdre ainsi la face! Au port vieux, les nageurs des “Ours Blancs”, dont l’abbé Larre justement dénonce l’accoutrement indécent, piquent leur tête quotidienne au creux des vagues. Place Bellevue, les danseurs du ballet “Lekeitio” nous offrent, au son du txistu, de superbes figures, tout en légèreté, souplesse et tonicité. Vient enfin l’heure de se restaurer selon un menu spécialement concocté pour déguster une bonne cuisine traditionnelle locale et des produits frais.

IMG_3978

Dimanche 7 juin, place aux réjouissances de l’après midi!

– La grande parade du dimanche!

Au jardin public, toute un luxuriance de vie s’apprête à défiler comme une splendide vitrine de ce qui fait et fait vibrer Biarritz dans nos années de splendeur et de fastes. Une mosaique incroyable d’hommes, de femmes et d’enfants que rien, a priori, ne pourrait unir, mais riches de différences sociales, culturelles ou économiques qui s’estompent ici en un brassage étonnant de célébrités, de notables, d’aristocrates, de petites gens travailleuses, d’artistes… Une parade révélatrice du métissage extraordinaire que seule Biarritz, par on ne sait quelle alchimie jubilatoire, compose au quotidien de jour comme de nuit!

IMG_4074

Le makilari

Le Makilari (tambour major) ouvre la marche, suivi des 35 musiciens de l’Harmonie Municipale. Joséphine Baker et sa Revue Nègre leur emboite le pas. En un somptueux cortège, le Prince Dimitri Pavlovitch de Russie et sa future épouse Audrey Emery, riche héritière américaine, se préparent, accompagnés de leurs invités, à célébrer à 17h00 leur mariage civil, place Bellevue. Le Maire Joseph Petit et sa gendarmerie à vélo leur succèdent. Déambulent ensuite les aristocrates, le roi d’Espagne Alfonse XIII en tête, puis les bourgeois de le ville sur lesquels veillent, derrière, la curie biarrote et l’Abbé Larre, curé de Sainte Eugénie, enfin calmé.

IMG_4083

Les élégantes annoncent le défilé des artistes, dont Charlie Chaplin , plus espiègle que jamais! Place tout de même aux habitants de Biarritz. Les écoliers, encadrés de leurs maîtres se fondent avec les petits métiers dont le truculent glacier avec sa carriole ambulante et les poissonnières qui haranguent les passants. Un fois passés les comédiens du Théâtre de l’Infini, paradent les sportifs de la vie et, avec Arrosa, un aperçu de la vie associative ici. Enfin Coco Chanel dans sa peugeot 402 Eclipse et  ses mannequins ferment la marche…

IMG_4061

– Des spectacles ébouriffants

A peine le temps de souffler que déjà, dès 17h00, en tous lieux de la ville, se produisent des spectacles de théâtre, de danse ou des concerts, à n’en plus savoir où donner de la tête. Sitôt conclu le mariage de nos tourtereaux mondains et la Revue Nègre, place Bellevue, le Théâtre du versant nous offre, à 18h00, un “Cocktail-Cocteau” que le poète, absent hélas, n’aura pas eu l’occasion d’apprécier comme nous! Une ballade pétillante à travers son oeuvre, entre les tables catalanes partagées entre amis, ses poèmes et quelques extraits émouvants de pièces où plane l’ombre délicieuse de Jean Marais…

IMG_4110

Cocktail Cocteau

Plus loin Fabio Lopez, sur le parvis de la Grande Plage, nous régale de sa chorégraphie des “Noces”  de Stravinski, suivi par  le Théâtre de l’Infini et sa création particulière de “Lulu”.

Place Sainte Eugénie, l’Abbé Larre récidive à 16h30 mais le Concert de l’Harmonie Municipale a vite faite de faire oublier ses aigreurs! Enfin, au jardin public, “Les Ateliers Chansons Pierre Abeberry” nous bercent d’anciennes ritournelles avant que ne surgissent “Messieurs les Guides Baigneurs” du Rideau Rouge, sot métier fustigé par notre cher Abbé!

– Fin de journée en apothéose.

Après la remise de la Coupe Régina aux vainqueurs du Tournoi de Golf et les élégantes primées, place, esplanade du Casino Municipal, au bal populaire pour danser jusqu’au bout de la nuit en un tourbillon d’émotions partagées

Rendez vous l’an prochain, 1er dimanche de juin et à l’automne 2016, peut-être, dans les rues de Saint sébastien! Las! Le devoir nous rappelle dans notre rédaction où nous attend un autre style de sermon redoutable et bien senti !

www.facebook.com/biarritzanneesfolles

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 666 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier