Politiques culturelles

Published on novembre 2nd, 2015 | by MagMozaik

0

Donostia 2016: Convivir!

En 1985 naissait l’idée de désigner chaque année une capitale européenne de la culture à l’initiative de 2 ministres de la culture, Mélina Mercouri et Jack Lang. En 2011, les solos devenaient duos en mettant à l’honneur 2 villes aux antipodes géographiques du continent, d’est en ouest ou du nord au sud. 2016 consacre la place prépondérante de Saint Sébastien dans une perspective de paix, de métissage culturel et linguistique mais aussi du mieux et bien vivre ensemble à travers de multiples implications citoyennes, transfrontalières et européennes, en liaison avec l’autre capitale élue, Wroclaw en Pologne. Un challenge de taille initié en 2011 dans un contexte de violence et de terrorisme que la belle cité a décidé d’exorciser en un foisonnement de projets pluriculturels résolument orientés vers un avenir à reconstruire. Le 30 octobre, le programme complet de l’année se dévoilait enfin en présence du gratin culturel, artistique et politique de France et d’Espagne. L’occasion de présenter les axes majeur de cette année décisive et de porter un bel éclairage sur les multiples collaborations entre Donostia 2016, l’agglomération Côte Basque-Adour, le Conseil départemental et le Conseil régional. Un programme diffusé dès les 31 octobre en tous lieux de Donostia et de culture concernés.

Un choix identitaire emblématique

Il aura fallu 5 ans et 3 maires successifs pour définir, en une période politiquement troublée, les axes majeurs de Donostia 2016. 2011, on s’en souvient, fut l’année où l’ETA déposa les armes, laissant une ville meurtrie par tant de violences et à reconstruire dans un esprit de solidarité et de citoyenneté . Une ville exangue qui trouva en l’art et la culture, en le métissage et le multilinguisme, en l’ancrage européen, en l’écoute et le respect des autres, les armes pour retrouver son identité européenne forte en impliquant tous ses acteurs décisifs au quotidien, qu’il s’agisse des habitants, des structures associatives ou des décideurs sociaux, politiques et économiques. Une force collective et une détermination que rappelaient, non sans passion, en cette soirée du 30 octobre, Eneko Goia, édile de Donostia, Cristina Uriarte, conseillère à la culture du Gouvernement Basque, Markel Olano, député général du Gipuzkoa et Inigo mendez de Vigo, ministre de la culture espagnol devant un parterre de personnalités largement impliquées dans Donostia 2016 dont Jean-René Etchegaray, Président de l’Agglomération Côte Basque-Adour, Jacques Veunac, Président du Conservatoire Maurice Ravel et de l’ORBCB ou Jean-Jacques Lasserre, Président du Conseil départemental.

3 axes fondateurs (la paix, la vie, les voix) rassemblent l’ensemble des innombrables projets qui émailleront cette année phare. 5 axes (les arts-Pagadi-, le labo de la citoyenneté en marche –Bestelab-, la rencontre des citoyens et des espaces ou acteurs culturels –Hazitegiak-, le travail sur les langues multiples de l’Europe – 284+– et les relations entre cultures et technologies nouvelles –Hirikia-), pour mieux définir la richesse des orientations et projets proposés sur 12 mois et bien davantage!  3 parcours européens pour faire de Donostia un pôle d’irradiation géographique sur des thématiques fortes (dignité, convivialité, mémoire/ bien être, urbanisme, sexualité, gastronomie/diversité linguistique et pluriculturelle) en des itinéraires nomades. Des conversations cosmopolites entre Donostia, Wroclaw et toutes les villes espagnoles qui ont été ou seront des capitales culturelles. Des cartes blanches offertes à 3 artistes , une, pluridisciplinaire (Esthel Ferrer),un  écrivain (Anjel Lertxundi) et  une danseuse chorégraphe (Jone San Martin). Enfin, pour clore un programme riche en événements, des vagues d’énergie citoyennes, avec 120 projets mensuels d’associations subventionnés à hauteur de 2016 euros et 12 projets de citoyens  subventionnés à hauteur de 20 160 euros sur un an, tous secteurs d’intervention confondus (soient près de 49 millions d’euros! ). Autant de dispositifs qui engagent toutes les forces vitales de la ville, des habitants aux décideurs sociaux, économiques ou politiques en passant par les artistes et gens de culture ou les associations, ces médiateurs de paix nécessaires qui forgent l’avenir de Donostia, au delà de l’année 2016, à travers un comité de pilotage de plus de 150 citoyens, représentatifs du riche maillage humain de Donostia.

Pour toutes infos sur le programme et les dossiers de candidature, www.dss2016.eu

La transfrontalité à l'honneur

Dans ce dispositif européen d’envergure, la carte basque transfrontalière joue un rôle majeur. Partenaires de Donostia 2016, le Conseil départemental et le Conseil Régional occupent une place déterminante. Mais c’est surtout l’agglomération Côte Basque Adour qui s’implique en des projets phares dont la diversité engage les 5 villes et de nombreux organismes ou institutions tels l’ORBCB, le Conservatoire Maurice Ravel et autres Ballet Malandain et Didam!

Le 11 février 2015 un protocole de collaboration a été établi pour l’année 2016 et bien au delà! 3 commissions furent alors mises en place pour mieux piloter les projets à venir dans une perspective de pérennité : Une autour de la culture (Peio Claverie), une autour du tourisme (Michel Veunac) et une dernière autour de la mobilité (Jean-Pierre Laflaquière), en collaboration avec les instances de Donostia.  De cet accord ont émergé des projets vite labellisés “DSS2016” ou en cours de validation qui, à long terme, permettront à tous les acteurs de la culture et du tourisme de développer des actions communes transfrontalières fondées sur une meilleure fluidité des transports et des outils de mobilité. Au coeur de tous les dispositifs transfrontaliers, inscrits dans le cadre de l’Eurocité Basque, l’Agglomération Côte Basque Adour a joué un rôle majeur pour faciliter les rencontres et faire émerger de multiples projets. 6 grands événements bénéficient, d’ores et déjà, d’une labellisation DSS2016. 4 sont en cours de validation et 3 initiatives espèrent intégrer la programmation de la Fondation Donostia 2016.

Une floraison labellisée de projets d'envergure

Tous les projets labellisés portent des initiatives transfrontalières.

Dès le 2 juin, Bayonne accueillera une grande “Exposition Traité de Paix” en deux lieux, deux séquences chronologiques distinctes et des oeuvres d’art multiples, représentatives de la notion de paix. Le Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne traitera de la période 1660 avec la Paix des Pyrénées se soldant par l’union de Louis XIV et de l’Infante d’Espagne à Saint Jean de Luz. Une présentation réaliste qui mettra l’accent sur les conflits entre 2 monarchies contrastant en vérité avec les liens forts unissant le territoire en termes linguistiques, culturels ou économiques.  Javier Portus, concervateur du Musée du Prado sera le commissaire d’un événement rassemblant une belle sélection d’oeuvres du Prado, du Louvre, des Gobelins et du château de Versailles. Le Didam proposera un traitement contemporain de la période “1808-Abdication de Bayonne-Ornement et délit” à travers les oeuvres du photographe Jose Ramon Ais exposées en contrepoint de meubles et objets datant de cette période napoléonienne qu’illustra magnifiquement Goya avec son “3 de Mayo”.

Thierry Malandain, on le sait, propose depuis longtemps  des actions transfrontalières avec le Ballet T qui unit par convention le Ballet de Biarritz et le Téatro Victoria Eugenia. C’est là que le 6 février se tiendra un grand bal à l’occasion de la nouvelle création du chorégraphe “La Belle et la Bête”.

En avril mai, un grand festival européen de musique et de danse permettra la rencontre de plus de 10 000 jeunes artistes venus de l’Europe entière sous l’impulsion active du Conservatoire Maurice Ravel et de l’Ecole de musique et de danse de Donostia.

Le Théâtre de Bayonne accueillera en résidence la Compagnie Kukai Dantza pour un spectacle, “Oskara”, présenté le 1er mars.

L’UPPA de Bayonne sera l’une des étapes de l’exposition itinérante “Tiras que afloran”consacrée aux dessins de presse sur de nombreux thèmes politiques des 30 dernières années pour le moins agitées.

Enfin, sur 32 week ends, de mars à octobre 2016, le projet “Bidea 2016”, proposera, en un itinéraire naturel et culturel en Gipuzkoa, Iparralde, Navarre, Alava et Bizkaia, de multiples  manifestations artistiques et culturelles. Bayonne accueillera 2 étapes. Un projet qui n’est pas sans rappeler celui de Marie et Delphine Tambourindeguy: “Territoires Mobiles”!

Des échanges transfrontaliers uniques

Tous ces projets seront l’occasion d’initier de multiples échanges par des événements proposés en marge des manifestations labellisées. “Nuevos Comisarios” est un projet ambitieux de formation de jeunes commissaires d’art contemporain, ponctué d’une grande exposition collective, porté par la Fondation, la Mairie de Bayonne et l’Ecole d’Art de l’agglomération. Autre idée amusante: “Time Machine Soup”, une machine à remonter le temps qui revisite l’histoire de l’Europe en 12 étapes avec, à chaque fois, une soupe caractéristique de chaque époque ainsi revue. Un projet pluridisciplinaire qui met à contribution l’histoire, l’art, l’anthropologie ou la gastronomie! Le Lycée Cassin, quant à lui, nous suggère un “Festival de cine y derechos humanos”. Enfin Surfrider et l’Atabal se tournent résolument vers un “Festival Anti-militarista, Festival Festimar”.

Les projets en marge de Donostia 2016

Reste que de belle initiatives soutenues par la commission transfrontalière culture se développent en marge de Donostia 2016. C’est le cas de l’exposition “Jeux de Balles” de Frédéric Lefever qui présentera et septembre et octobre au Didam quelque 240 photos sur les frontons basques. Le cas également de la “Pastorale Katalina de Erauso”, jeune femme de Donostia qui fera une carrière militaire en Amérique espagnole au XVIIème  siècle. 2 représentations prévues: le 12 juin à Bayonne et le 4 septembre à Donostia. Notons enfin une journée du Big Festival 2016 organisée à Saint Sébastien en juillet.

Un petit aperçu qui augure bien d’une année 2016 pour le moins riche et virevoltante…Con Vivir!

Pour toutes infos sur les actions françaises: www.agglo-cotebasque.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 156 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier