Actualités

Published on décembre 15th, 2015 | by MagMozaik

0

Donostia 2016, convivir, vivir con!…Opus 2

Après une présentation du programme Donostia 2016, la Fondation présidée par Pablo Berastegui dévoilait vendredi l’ensemble des festivités à Biarritz pour mieux affirmer que l’année culturelle, au delà même de la ville de Saint Sébastien, concerne l’ensemble d’un territoire de part et d’autre des Pyrénées , mais aussi l’Europe entière, dans une démarche de paix. Apprendre à vivre avec tous les citoyens d’opinions différentes pour une humanité qui aurait pour socle fondamental et fondateur la culture, telle est l’ambition de toutes les instances officielles impliquées  dans cette riche année à venir pour offrir aux publics des programmations “in et off”. Un moment fort que nous avons suivi en avant première de “notre” année Donostia 2016 sur magmozaik!

Une ambition culturelle revendiquée

Affirmer, sur l’ensemble du territoire basque, une identité culturelle et linguistique avec laquelle l’Europe devra compter comme force, non seulement culturelle, mais aussi économique, touristique et éducative, tel est le sens des interventions de partenaires institutionnels qui, tous, ont défini cette année phare comme un laboratoire précurseur des multiples actions qui perdureront dans les années à venir! Placé, par l’emblématique maire de Donostia, Eneko Goia, sous le signe d’une paix à reconstruire par la culture et l’art après de douloureuses années de violence dans une ville meurtrie, et ailleurs, l’ensemble des manifestations met un focus majeur sur la nécessité de s’écouter, de tolérer les opinions de chacun et de vivre tous ensemble à travers cette arme superbe qu’est la culture et la diversité essentielle qui en découle, par l’échange et la liberté d’expression.

Si le point d’orgue de maintes manifestations reste Donostia, elles rayonnent en multiples “faubourgs” qui impliquent l’ensemble du territoire basque et tendent la main en 3 itinéraires vers l’Europe. Bien des échanges transfrontaliers existent depuis longtemps mais c’est là l’occasion unique de les inscrire dans une normalité durable appelée à se développer et à s’ancrer dans des actions culturelles à long terme. Le Ballet T et la Scène Nationale en sont des symboles vivants qui depuis quelques années déjà partagent les représentations de créations et les résidences d’artistes.

Pour les acteurs présents ce vendredi il était donc essentiel de dire, avec conviction, que des liens forts sont déjà et devront être tissés par des citoyens, des artistes et des décideurs de tous ordres pour que s’affirme une identité – une marque même- basque ouverte aux autres cultures et identités qui la nourrissent et l’enrichissent au delà des frontières administratives ou de langues. Pour l’heure, 2016 nous promet un programme riche de tous les acteurs et actions basques où la culture sera à la fête. Une année laboratoire pour notre territoire et l’Europe quant aux grands axes développés et à l’esprit qui y préside.

http://www.magmozaik.com/donostia-2016-convivir/

Un modèle de gouvernance culturelle

Côté Gipuzcoa, tous soulignent l’importance du modèle de gouvernance culturelle français qui doit s’adapter à l’ensemble du territoire basque. Porter en Iparralde les efforts accomplis par Donostia 2016 était donc pour le moins très important car, côté Espagne, on souligne les liens culturels et historiques étroits entre les deux bords français et espagnol du territoire et la manière intelligente dont les institutions françaises savent gérer la culture, ses acteurs et ses projets. Un modèle que souhaite uniformiser la Diputacion de Gipuzcoa de part et d’autre des Pyrénées à l’occasion de cette année cruciale. C’est tout le sens de l’intervention du député de Gipuzcoa, Denis Itxaso, du maire de Saint Sébastien, Eneko Goia et de son adjointe à la culture, Miren Azkarati.

Côté Iparralde, l’accent est également mis sur l’étroite collaboration tissée, depuis quelques années, entre les projets transfrontaliers culturels dans le cadre de l’Agglomération Côte basque Adour, de l’Eurocité et de l’Eurorégion. Des itinéraires communs qui vont bien au delà de la culture pour s’approprier des champs plus larges, du tourisme à l’éducation en passant par la mobilité pour que les flux de personnes s’accroissent entre événements culturels français et manifestations espagnoles, à l’instar de ce qui existe déjà entre Bayonne et Pampelune avec le dispositif Fortius. L’essentiel pour l’Iparralde et ses partenaires culturels est de tracer de nouveaux sillons d’échanges pour les générations à venir.

En trait d’union de ces deux forces territoriales fusionnelles, la Fondation Donostia se définit comme un mouvement déclencheur et accélérateur privilégié dès 2016 et pour les années à venir. Un véritable laboratoire dont les expériences multiples et riches d’enseignements serviront d’exemples pour les politiques culturelles européennes et les échanges transfrontaliers à venir dans les années futures.

Focus sur l'Iparralde

Au delà de l’éblouissante semaine inaugurale de cette année culturelle prévue, du 19 au 24 janvier prochain à Saint Sébastien (nous y reviendrons le moment voulu), bien des événements, in et off, se dérouleront sur les “faubourgs” français d’Iparralde auxquels nous consacreront de forts éclairages toute l’année. Ils concernent des manifestations labellisées mais aussi bien d’autres, largement soutenues par l’agglomération et l’agence transfrontalière, ou d’autres encore, en marge des festivités officielles, mais tout aussi pertinentes, voire impertinentes.

Trois commissions se sont mises en place dans le cadre de l’Agglomération Côte Basque Adour pour l’année 2016 mais aussi en prévision des années futures où s’ancreront certains dispositifs et comportements liés à la culture et au tourisme, notamment: Une commission Tourisme présidée par Michel Veunac, maire de Biarritz et 1er vice président de l’ACBA, une commission culture menée par Peio Claverie et une commission mobilité gérée par Jean-Pierre Laflaquière pour que de part et d’autre de la Bidassoa chacun puisse voir l’ensemble des manifestations à moindre coût.

Nous avons déjà mentionné dans nos colonnes le sublime ballet de Thierry Malandain, “La Belle et la Bête” qui sera programmée début février au Kursaal avec, en guise d’apothéose, le 6, un magnifique bal mis en scène par Arnaud Mahouy pour mieux inviter les spectateurs à entrer en scène!

La Scène Nationale du Sud Aquitain nous proposera 2 événemants majeurs au printemps.Le 1er mars, après une résidence, la compagnie Kukai Dantza créera au théâtre municipal son nouveau spectacle “Oskara”. Puis cette institution jouera, pour la troisième année consécutive, son rôle d’intermédiaire pour mettre en relation compagnies du territoire et théâtres. Ce programme Mugalariak a d’ores et déjà reçu 60 projets. 10 seront retenus cette année, dont “Oskara”.

Le Conservatoire Maurice Ravel ne sera pas en reste puisqu’il participe activement, du 3 au 7 mai, au Festival européen E-musik, initié par l’école de danse et de musique de Donostia. Plus de 10 000 musiciens se rassembleront alors autour de quelques temps forts, notamment les 6 et 7 mai au théâtre Quintaou d’Anglet où se dérouleront 2 grands concerts.

3 grandes expositions verront le jour également. 2 d’entre elles s’organisent à Bayonne sur le thème de la Paix représentée à travers les différents arts. 2 événements majeurs qui déclineront une plus grande exposition sur ce thème à Donostia. 2 expositions intitulées “Traité de Paix”, mais en 2 phases historiques distinctes conçues par Olivier Ribeton, Conservateur en chef du Musée basque et de l’histoire de Bayonne, le Didam et la Direction des affaires culturelles de Bayonne, du 2 juin au 25 septembre. La première séquence, “1660 -La paix des Pyrénées: Politique et famille, une mise en scène de Velazquez et Le Brun” s’articulera autour d’oeuvres du Musée du Prado, du Louvre, du Château de Versailles et des Gobelins. La seconde, “1808 – Abdication de Bayonne: Ornement et délit. Napoléon 1er et Joseph Bonaparte dans leurs jardins”, sera scénographiée par l’artiste contemporain José Ramon Ais Larizgoitia autour de variations sur le monde végétal qui incluront des objets d’époque du Palais de Marrac, résidence de l’Empereur. La dernière exposition proposera du 9 juillet au 2 octobre au Bellevue de Biarritz une grande rétrospective du photographe Pierre Gonnord autour de la force basque.

Bien d’autres événements officiels seront également proposés, notamment le projet Bidea 2016, qui, en 32 étapes d’un itinéraire naturel et culturel, sera ponctué de multiples manifestations artistiques et culturelles toute l’année.

Enfin, signalons de nombreux projets en cours de labellisation ou en demande d’officialisation: Festival de cine y derechos humanos à l’Atalante, Festival Anti-militarista- Festival Festimar avec Surfrider et l’Atabal, une exposition “Jeux de Balles” par Frédéric Lefever au Didam en novembre ou une pastorale dédiée à Katalina de Erauso qui, à la fin du XVIème siècle fit une carrière militaire en Amérique espagnole….

Voilà de quoi nourrir toutes vos envies pendant un an, voire davantage! Voilà aussi de quoi alimenter notre rubrique nouvelle où, chaque mois, vous trouverez un agenda des événements à suivre, un article complet sur l’événement phare du mois et d’autres papiers sur toute la nébuleuse des manifestations organisées “in et off”!

www.dss2016.eu/fr/ et www.agglo-cotebasque.fr

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 103 Times

Tags: , , , , , ,


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier