Spectacles vivants

Published on mars 22nd, 2015 | by MagMozaik

0

D’oniriques nuages surréalistes…

Magritte… argentin? Que nenni! Et pourtant, le chorégraphe Enrique Cabrera et sa compagnie Aracaladanza lui ont rendu, en ce dimanche, le plus bel hommage en tableaux féériques inspirés des oeuvres du peintre. Le fil rouge? le chapeau bien sûr et le manteau redingote qui nous guident, sur des nuages improbables et vivants à travers un univers loufoque, ludique et fantasmagorique. 4 ballerines et 2 danseurs composent, sur une palette très imaginative, un ballet jubilatoire et fin où danse, accessoires, videos, ombres chinoises et effets spéciaux se conjuguent en une partition magique colorée sur des musiques dont les notes rythment les séquences.

56143d6ba9

Voyage dans l’univers d’un peintre

– Nous connaissons tous l’oeuvre de Magritte, habitée par des personnages et des lieux insolites, voire psychanalitiques. Mais lorsque ces tableaux étranges se mettent à vivre, la performance en devient insolente et perturbante, quoique drolatique! L’homme en jaquette noire et chapeau melon, sans visage sur fond de ciel nuageux s’éparpille sur scène en  une multitude de répliques gracieuses et infiniment gaies, avec ce brin de poésie et d’émotion qui envahit l’espace scénique en une série étrange d’accessoires très créatifs reproduisant les nuages, l’ascension vers le rêve, où le réel et l’irréel se répondent en joutes délicates. Car le chorégraphe se joue de toutes les dimensions pour offrir au peintre un écrin surréaliste de vie! Un parapluie retourné annonce une belle averse de flocons de neige, des danseuses en tutus bleus escaladent des échelles vers on ne sait quels songes… Des hommes en frac sans visage heurtent, avec maladresse, leur imaginaire à une réalité qui ne peut les inclure…Des anges-démons flamboyants et palmés traduisent la même inadaptation au réel mais nous invitent dans leur univers magique tandis que de portes placards surgissent des visiteurs aux costumes changeant de couleur ou des tableaux où les mains se multiplient!

893f8b449389fb3abfe4b8148caa31

– L’artiste de la gestuelle délicate construit sa création à partir d’accessoire et d’effets visuels qui participent du spectacle: Costumes sobres mais vifs, videos simultanées, ombres chinoises, nuages virevoltant seuls ou habités, se transformant tout à coup en moutons… Toute un monde extraordinaire que les enfants, très nombreux dans la salle, ont accompagné de leurs rires!



Une compagnie espiègle

– Installé à Madrid en 1989 à 29 ans, l’argentin Enrique Cabrera remporte en 1995 le prix du meilleur chorégraphe et fonde sa compagnie Aracaladanza. Attiré par un public jeune et familial, il fait de l’intégration d’objets à ses créations sur scène sa signature. Désormais reconnu, son talent se traduit en cours, conférences, chorégraphies dans le monde entier.

ddadc86757-1

– Sa troupe? Peu de danseurs mais fidèles et complices de ses extravagances ludiques: Carolina Arija Gallardo, Jonatan de Luis Mazagatos, Jimena Trueba Toca, Jorge Brea Salguiro, Olga Llado Valls, Raquel de la Plaza Humera. Mariano Lozano P.Ramos et Penguin Café Orchestra signent la musique de Nubès. Elisa Sanz et Ricardo Vergne apportent les accéssoires. Cornejo et Gabriel Besa créent les costumes. Un petit bijou de poésie qu’il est rare de déguster sur les tréteaux et qui nous instille une jolie perfusion de bonheur à consommer sans modération!



Pour le plaisir, autre video du chorégraphe!

Catherine CLERC,magmozaik64200@gmail.com

Thumb-SNBSA-600-1

This Post Has Been Viewed 703 Times


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑
  • Rejoignez-nous sur Facebook

  • Catalogue art/culture

  • L’annuaire Mozaik 2017

    L’annuaire Mozaik 2017
  • Panier