Coups de coeur

Published on décembre 24th, 2016 | by MagMozaik

2

Des “Silhouette” de rêve

César Tolédo est de ceux qui donnent de Biarritz une image prestigieuse inscrite au coeur de son histoire et de son patrimoine, de Miremont, Icône de la ville, à l’Hôtel Silhouette, petit écrin d’exception 4 étoiles ouvert voici 5 ans en plein centre de la cité. Rencontre avec un homme passionné et passionnant qui nous prépare un bel ouvrage sur les 500 ans d’une dynastie étonnante tout en dotant les biarrots de nouvelles offres gourmandes et artistiques en une belle complémentarité avec son complice de toujours Lionel Hausseguy.

Une prestigieuse histoire

Le nom commun silhouette remonte au XVIIIe siècle, et fait référence à Etienne de Silhouette, homme politique de cette époque dont le patronyme, d’origine basque, et vient de zilho, zilo = trou, cavité. Il s’agit donc au départ d’un lieu-dit désignant un endroit où se trouvent des creux, éventuellement des grottes. En 1600 surgit, sur un très un vaste domaine s’étendant notamment jusqu’à l’actuelle côte des Basques, le château de la famille, offert à Gracie, Dame de Trunelle qui épouse en juin 1610 Martin de Silhouette, fils d’une vieille famille basque espagnole de Navarre du village de Zulueta. Son descendant Arnaud, armateur, agrandit la demeure en 1730 et avec accord du Biltzar, assemblée des sages de la province de Labourd, fait graver en 1749 les armoiries de la famille sur la clé de pierre de l’entrée, honorant ainsi son aïeul Pernauton de Silhouette dont le nom fut donné à l’actuelle côte des basques, commandant du vaisseau « Le Jacques » et premier français à aborder en 1613 la baie de Spitzberg sur la route des baleiniers vers Terre Neuve.

En février 1751, son fils Etienne, le plus célèbre, est nommé commissaire du Roi auprès de la Compagnie des Indes Orientales qui donne son nom à la 3ème Ile des Seychelles, après Mahé et Praslin. En 1755, devenu ministre des finances de Louis XV il fait l’objet de caricatures qui stigmatisent sa rigueur, d’où ces dessins en ombres chinoises nommés « A la silhouette », qui étaient censurés de cette manière. L’expression passera à la postérité dans le langage courant et introduit dans le dictionnaire de la langue française en 1833.

Peu avant la Révolution Gracie de Silhouette hérite du château. Sous Napoléon III la demeure devient propriété de l’écossais James Fraser qui accueille là tout ce que Biarritz compte alors de personnalités mondaines, aristocratiques et élégantes. En 1904, après qu’en 1881 la rue silhouette devienne rue Gambetta, au grand dam des habitants, elle est louée puis vendue à M. Penne qui en fera un hôtel, conservé jusqu’en 2010 par sa dernière propriétaire.

Un hôtel d'exception

C’est Alors Que César Toledo et Lionel Hausseguy transforment l’édifice en une petite merveille 4 étoiles, se pliant aux normes imposées par les Monuments de France, conservant à la demeure son cachet et son architecture tout en modernisant la structure intérieure par un design haut de gamme et un appel fait à des artistes tel Philippe Hérault. Toujours en constante évolution pour optimiser l’offre, l’hôtel compte aujourd’hui 21 chambres 4 étoiles dont 9 suites, un salon bar très cosy de restauration, un parc et une terrasse en plein coeur de la ville, un parking, un centre d’affaires et surtout une boutique, Silhouette Corner, où trouver tous les délices de Miremont, véritable icône de Biarritz et l’un des derniers 11 sites de Biarritz classés monuments historique, qui vient de voir son fameux chocolat couronné parmi les 5 meilleurs de France.

Mais au delà d’une histoire passionnante, l’hôtel offre ses murs à de nombreux artistes locaux pour des expositions temporaires et accueille souvent des événements culturels. Le duo Toledo/Hausseguy sait aussi investir le centre ville , mais à chacun ses compétences. César préside aux destinées de Miremont qui se dédouble aujourd’hui 11 rue des Halles, histoire d’étendre avec ingéniosité son offre en fonction des horaires de la journée, la matin sur les Halles et l’après-midi sur la Place Clémenceau. Lionel , grand amateur d’art, se consacre au Café Jean (13 rue des Halles) et à la Coupole après avoir été l’heureux propriétaire du Victor Hugo où se plaisaient bien des artistes. Il a aussi ouvert une petite galerie d’art à deux pas des Halles justement!

Pour l’heure, César Toledo se passionne pour un ouvrage, dont le titre est encore provisoire, qu’il se prépare à publier, sur les 500 ans de la dynastie Silhouette dont les ramifications extraordinaires ont tissé leur toile à travers le monde entier, inscrivant par la même occasion le mot « silhouette » dans toutes les langues. Le 11 décembre dernier il donnait, à l’invitation du Musée basque et d’histoire de Bayonne, une conférence sur cette fabuleuse et riche histoire dynastique dans le cadre de l’exposition Charles Fréger dont nous avons longuement parlé ici et dans la Semaine du Pays Basque.

De bien jolis lieux gourmands à suivre de toute évidence.

Hôtel Silhouette, 30 rue Gambetta à Biarritz, www.hotel-silhouette-biarritz.com

Pâtisserie, salon de thé et restaurant Miremont, 1bis place Clémenceau et 11 rue des Halles à Biarritz, www.miremont-biarritz.com 

Café jean, 13 rue des Halles à Biarritz

Catherine CLERC, magmozaik64200@gmail.com

This Post Has Been Viewed 168 Times


2 Responses to Des “Silhouette” de rêve

  1. Isabelle Silhouette says:

    Madame,
    C’est avec le plus grand intérêt que j’ai lu votre article.
    Je suis née Isabelle Silhouette, mon grand-père paternel, Pierre Silhouette, est né à Biarritz.
    Je serais très heureuse de pouvoir communiquer avec Monsieur Toledo, si toutefois vous aviez son adresse email, et l’obligeance de bien vouloir me la donner.
    Nous sommes très peu nombreux à encore porter le nom Silhouette, et tous ceux ceux qui le portent sont apparentés.
    En vous remerciant à l’avance, je vous adresse, Madame, mes sincères salutations.
    Isabelle Silhouette, épouse Bolten

    • MagMozaik says:

      Je ne doute pas que Mr Toledo soit intéressé, quoique …. C’est une personnage assez spécial! Je n’ai hélàs pas ses coordonnées mais n’hésitez pas à m’appeler car vous pouvez aussi le joindre à la patisserie Miremont au 05 59 24 01 38

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to Top ↑